Bienvenue à la quarantième blogue de Montréal hanté!

Avec plus de 200 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée au Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois!

Notre édition de décembre examine les traditions victoriennes de narration de fantômes de Noël à Montréal, dans tout l’empire britannique et les États-Unis. Raconter des histoires de terreur autour d’un feu était une activité très populaire au 19ème siècle, bien avant que la radio, la télévision et Internet ne soient apparus et aient presque étouffé cette tradition tant aimée et fantomatique.

Alors que Montréal hanté est en mode hiver et n’offrira plus de visites fantômes publiques avant avril 2019, nous sommes heureux d’annoncer que notre prototype d’analyse de pub hanté a lieu en janvier et nous prévoyons offrir cette expérience au public à partir de janvier ou février 2019.Pour ceux qui recherchent des visites fantômes en plein air pendant notre saison morte, Montréal hanté continue d’offrir des visites privées pour des groupes de 15 personnes ou plus, y compris des sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée pour votre groupe. Ces randonnées fantômes nécessitent des vêtements très chauds pendant les mois d’hiver et la visite du Mont-Royale hanté n’est plus offerte une fois qu’il ya de la neige sur le sol en raison des conditions dangereuses et glacées du mont Royal / Otsirà:ke.

Recherche hantée

À l’époque victorienne, il existait une tradition populaire, raconter des histoires de fantômes dans tout l’empire colonial britannique, y compris à Montréal. Les origines de l’histoire des fantômes de Noël ont peu à voir avec le genre de Noël commercial célébré depuis l’âge victorien. Ces récits fantasmagoriques démontre des problèmes plus anciens et plus sombres, tels que le solstice d’hiver, la mort, la renaissance et le lien qui existe entre un conteur fantôme et son public. Découvrez comment les Montréalais de l’époque victorienne ont célébré ces histoires avec un verre de brandy chaud près de leur foyer.

L’époque victorienne est marquée par le règne de la reine britannique Victoria, du 20 juin 1837 à sa mort, le 22 janvier 1901. Cette époque est caractérisée par l’étouffement, l’isolement et l’oppression des femmes avec l’expression “Fermez les yeux et pensez à l’Angleterre” pour justifier la reproduction sexuelle avec des aristocrates. L’ère victorienne était fortement influencée par les normes patriarcales oppressives, mais aussi par le romantisme et même le mysticisme en ce qui concerne la religion, les valeurs sociales et les arts.

Alors que les victoriens avaient souvent un esprit scientifique, ils avaient aussi un amour profond pour la magie et les spectacles paranormaux. Les médiums et les séances ont été extrêmement populaires, tout comme les séances d’hypnotisme et autres divertissements de ce genre.

Pendant ce temps, la Grande-Bretagne se lançait dans une campagne mondiale d’expansion, de colonisation et de domination impériales, notamment en Asie et en Afrique. Ces actions militaires ont fait de la Grande-Bretagne l’empire le plus important de l’histoire de l’humanité. Tristement connu comme “l’Empire où le soleil ne se couche jamais”, le projet impérial a entraîné la destruction, la mort et le chaos chez des millions de personnes colonisées dans le monde entier. Il a aussi répandu la tradition de raconter des histoires de fantômes à Noël au niveau international.

La tradition de raconter des histoires de fantômes pendant la saison de Noël est bien plus ancienne que l’ère victorienne, mais a culminé pendant cette période. Raconter des histoires de fantômes pendant l’hiver est une coutume traditionnelle sacrée qui remonte à plusieurs siècles, lorsque les familles passaient les nuits d’hiver glaciales avec des histoires de fantômes et de monstres. Dans “Le conte de l’hiver” de Shakespeare, Mamillius proclame: “Un conte triste, le meilleur pour l’hiver. J’en ai un. Des lutins et des gobelins.”

Selon Justin Daniels, professeur d’études religieuses à l’Université de Pennsylvanie: «À l’origine, le Noël célébré en Europe et aux États-Unis était lié aux célébrations païennes du solstice d’hiver et au festival appelé Yule. Le jour le plus sombre de l’année a été considéré par beaucoup comme une époque où les morts auraient un accès particulièrement facile aux vivants. »

L’époque victorienne a vu une explosion de contes fantômes à travers l’Empire britannique et aux États-Unis, déclenchée par l’invention en 1843 de la presse à imprimer rotative industrielle à vapeur. Cette machine impressionnante pourrait produire des millions de copies en une seule journée, rendant les livres beaucoup moins chers et plus facilement disponibles. Les histoires de fantômes étaient traditionnellement racontées oralement, mais avec la presse à imprimer rotative, les éditeurs avaient soudainement besoin d’énormément de contenu. Les histoires de fantômes étaient considérées comme idéales, car elles étaient généralement brèves, thématiques et populaires, et elles pouvaient être éditées assez facilement à la longueur requise.

La même année, Charles Dickens écrivit la plus célèbre histoire de fantômes de Noël de tous les temps, «A Christmas Carol». Publié à Londres par Chapman & Hall et illustré par John Leech, «A Christmas Carol» raconte l’histoire d’Ebenezer Scrooge, un vieil avare visité par le fantôme de son ancien partenaire commercial Jacob Marley et d’autres esprits. Les fantômes de Noël du passé, du présent et de l’avenir terrifient Scrooge, qui après une épiphanie, est finalement transformé en un homme plus gentil, plus doux et plus altruiste. Publiée le 19 décembre 1843, la première édition était épuisée à la veille de Noël. Acclamé par la critique comme un chef-d’œuvre, à la fin de 1844, treize éditions ont été publiées.

«A Christmas Carol» deviendra l’histoire par excellence des fantômes de Noël, nous donnant de nouveaux idiomes tels que «Mort comme un clou» et «Tu marches comme Tiny Tim», tout en vulgarisant l’expression «Que Dieu bénisse, toutes les personnes!”

Après sa publication, les histoires de fantômes de Noël se sont multipliées et sont devenues l’un des genres les plus populaires de la presse écrite au cours de la saison de Noël. En effet, Dickens décida de ne plus écrire les publications de Noël en 1868, se plaignant auprès de son cher ami Charles Fechter. Dickens a expliqué qu’il se sentait «comme si j’avais assassiné un numéro de Noël il y a quelques années (peut-être que je l’avais fait!) Et que son fantôme me hantait perpétuellement.» À ce moment-là, les histoires de fantômes de Noël ce sont tranformer en histoire ressemblant à Frankenstien et de nombreux autres auteur se sont précipités pour combler le vide laissé par Dickens.

Pendant ce temps, à Montréal, les histoires de fantômes ne manquaient pas pendant la saison des fêtes. En effet, les Montréalais ont embrassé l’hiver avec des carnavals fantastiques avec des châteaux de glace géants, des combats simulés impliquant des centaines de participants, des soirées de patinage à la somptueuse patinoire Victoria et de magnifiques feux d’artifice.

Il y avait beaucoup d’histoires de fantômes populaires à lire dans des livres de tout l’empire britannique, telles que «Casting the Runes» (MR James), «Le Plafond Hanté» et «La Chambre Rouge» (HG Wells), «Night Terrors: Les histoires de fantômes d’EF Benson», «The Three Imposters» (Arthur Machen) et «Oncle Silas», sous-titrés «Un conte de Bartram-Haugh», par le maître de l’histoire des fantômes irlandais Sheridan Le Fanu.

Dans de nombreux cas, y compris à Montréal, des histoires de fantômes locales ont également été racontées.

L’histoire de fantômes la plus populaire à Montréal au 19e siècle est la légende de Simon McTavish, l’esprit d’un commerçant de fourrures écossais qui aurait descendu la montagne en luge dans son cercueil, terrifiant les résidents locaux!

Immigrant écossais arrivé à Montréal dans la foulée de la conquête britannique, Simon McTavish avait repris le commerce de la fourrure des Français avec sa très rentable compagnie North West. À l’âge de 46 ans, il s’est choisi une belle épouse française de 18 ans, Marie-Marguerite Chaboillez. Il a déménagé avec elle à Londres, en Angleterre, et espérait vivre le reste de ses jours dans un bonheur luxueux.

Cependant, elle est devenue gravement déprimée et voulait retourner à Montréal. McTavish  a decider de retourner a Montréal, à leur arrivée, il ordonna la construction d’un somptueux château sur les pentes du mont Royal. S’il ne pouvait pas profiter du luxe de Londres, il les créerait pour lui-même.

Utilisant les meilleurs matériaux disponibles, tels que des blocs de calcaire taillés à la main, le château McTavish a été construit dans le style des domaines baronniaux des hauts plateaux d’Écosse. C’était un bâtiment saisissant et luxueux que l’on pouvait voir de la ville, un rappel glorieux à la personne la plus riche et la plus célèbre: Simon McTavish.

En 1804, le château était presque terminé, les fondations, les murs et le toit étaient en place et ils étaient sur le point de commencer l’installation de fenêtres et de portes.

McTavish, qui supervisait les travaux d’un petit chalet situé à quelques centaines de mètres à l’ouest du château, resta sous la pluie un après-midi. Il a attrapé un rhume. Son médecin lui conseilla de se reposer un peu, mais jamais d’écouter quelqu’un d’autre que lui-même, McTavish continua de superviser le travail par temps humide. Son rhume s’est rapidement transformé en pleurésie et en pneumonie et il est décédé subitement le 6 juillet 1804.

La ville était sous le choc et des funérailles ont eu lieu sur le terrain du château inachevé. Une magnifique voûte a été construite à l’arrière du jardin, où McTavish aimait lire, et c’est là qu’il a été enterré. Ses neveux, reconnaissants, ont construit une haute colonne de pierre à sa mémoire, en l’honneur de ses «vertus viriles».

En raison de problèmes juridiques liés à la succession de McTavish et son testament, la construction du château a été immédiatement abandonnée. Sa femme épousa rapidement un autre homme, un certain jeune soldat britannique nommé Lieutenant-colonel William Smith Plenderleath. Elle retourna en Angleterre pour élever une autre famille, laissant McTavish se décomposer dans son cercueil.

Au fil du temps, le château est devenu délabré, alors qu’il se décomposait lentement et s’effondrait. Le bétail a erré à l’intérieur des ruines pendant l’été et l’hiver, le château a pris une apparence inquiétante alors que la neige s’y accumulait. C’était gris, sombre et semblable à un crâne, ses fenêtres vides fixant la ville en bas.

L’Université McGill a été fondée en 1821 et il est dit que les étudiants se rendaient au caveau en hiver, chaussés de raquettes, et criaient pour tenter d’élever le fantôme de McTavish. En 1827, les étudiants sont allés trop loin: les serrures de la voûte ont été brisées et l’intérieur de la tombe a été violé. Un article a été publié dans The Gazette, condamnant le vandalisme. Le serrurier a par la suite signalé qu’il avait senti une présence effrayante dans le caveau et avait remarqué que le cercueil de McTavish était tombé par terre, renversant tout son contenu. Sans s’aventurer à l’intérieur, il répara rapidement la serrure et s’enfuit.

Il ne fallut pas longtemps avant que le château soit hanté. Certaines personnes ont signalé des esprits entrant et sortant des portes et des fenêtres et d’horribles gémissements provenant de l’intérieur du bâtiment inachevé, tandis que d’autres ont déclaré qu’un fantôme pouvait danser sur le toit. Plus étrange encore, on disait que McTavish pouvait être vu certaines nuits en train de glisser en luge sur le mont Royal – pas sur un traîneau, mais dans son propre cercueil!Dans une publication intitulée «Once a Week», imprimée par Bradbury & Evans à Londres, en Angleterre, l’histoire des fantômes de Montréal, Simon McTavish, est publiée dans le volume 6 (décembre 1861 – juin 1862). Intitulé «Nips Daimon», le récit est clairement inspiré de l’histoire des fantômes de Simon McTavish qui a été racontée de manière vivante dans tout Montréal et, en fait, depuis la mort prématurée du baron de la fourrure en 1804. Voir «Nips Daimon», pages 602 – 608.

Alors que la ville de Montréal avait figuré au cœur de l’histoire du fantôme McTavish en démolissant son château en ruine en 1861 et en utilisant les décombres pour enterrer littéralement son mausolée, elle ne s’est jamais complètement effacée de l’imagination des Montréalais. En effet, cela fait un retour en arrière depuis que Montréal hanté a commencé à ressusciter l’histoire en faisant des recherches approfondies et en offrant des visites fantômes à sa tombe en 2011.

Montréal hanté n’est pas la seule organisation à faire revivre les vieilles histoires de fantômes racontant des traditions, qui se sont estompées considérablement avec l’invention de la radio, de la télévision et d’Internet. En effet, le Smithsonian Museum, de renommée internationale, a récemment lancé un sérieux appel à l’action afin de faire revivre la tradition de la narration des fantômes de Noël, rapportée par l’Irish Central. Plus localement, Seth, un illustrateur de Windsor, en Ontario, a republié des histoires de fantômes de Noël avec une maison d’édition appelée Biblioasis.

Selon leur site web:

“Lire une histoire de fantômes à la veille de Noël faisait autrefois partie des fêtes de Noël traditionnelles, tout comme la dinde, le lait de poule et le père Noël. Biblioasis est ravi de proposer cette série de livres de collection superbement illustrés qui partagent ces histoires de fantômes de Noël classiques de l’Amérique du Nord, Seth, notre dessinateur de renom et bien-aimé, conçoit et illustre chaque livre de manière inimitable. ”

Il existe également des vestiges culturels et des réinterprétations de la vieille tradition de narration de fantômes de Noël à Montréal.

Par exemple, la série Urban Tales de Centaur Theatre est vaguement inspirée de la tradition de Noël qui consiste à raconter d’horribles histoires de fantômes. Toujours début décembre, Urban Tales propose des monologues étranges, comiques, dérangeants et dérangés livrés par des acteurs locaux. Le site Web décrit l’édition 2018, du 7 au 15 décembre, comme suit:

«Venez partager un lait de poule avec nous à l’antidote annuel du Centaure Theatre contre l’excès de sensations chaudes, chaleureuses et floues de la canne à sucre typiques de la saison des vacances. Pour cinq représentations seulement, cet événement saisonnier met en vedette certains Harry Standjofski, acteur accompli, dirige et diffuse de la musique en direct entre chaque conte irrévérencieux.»

Standjofski a d’ailleurs décrit Urban Tales comme “des histoires de Noël pour ceux qui n’aiment pas particulièrement Noël” dans cette vidéo, qui contient également quelques histoires.

Une autre option de Noël Victorien à Montréal consiste à visiter le lieu historique national de Sir George-Étienne Cartier, où se déroule un événement annuel appelé «Un Noël Victorien au Cartier».

«Découvrez comment les styles datant de 1867 sont toujours en vogue 150 ans plus tard! Laissez-vous séduire par l’élégant décor victorien comprenant des sapins miniatures, des cartes faites à la main et bien sûr du champagne!»

Le site historique national de Sir George-Étienne Cartier décrit sur son site Web:

«Nous sommes à Noël 1867; la Confédération vient de se former et les festivités sont à la maison Cartier! Toutes les dernières tendances en matière de décoration, de cuisine et de mode sont recherchées pour ravir les invités. Lors de votre visite à la maison, découvrez l’histoire et les origines inattendues de certaines de nos traditions de vacances toujours d’actualité.Si vous souhaitez sortir avec des amis ou avez besoin de faire une pause après le vacances du mois de décembre, venez visiter la maison Cartier avec ses décorations festives, boire près de la cheminée, prendre une photo souvenir avec de charmants accessoires d’époque ou créer votre propre carte de vœux personnalisée.»

Vous pourrez également «passer l’année prochaine avec amour et bonheur en embrassant votre compagnon sous le gui traditionnel» et savourer des boissons chaudes au coin du feu.

En effet, le site Web indique aux visiteurs: «Faites une pause dans la frénésie de décembre et dégustez une boisson chaude au bord de la cheminée. Goûtez au wassail (boisson anglaise chaude) et au nouveau thé de Noël victorien, créé spécialement pour le site historique. Tout cela avec de la musique d’ambiance.»

Malheureusement, alors que les clients peuvent s’asseoir près d’un feu victorien avec un wassail chaud, il semble que les histoires de fantômes de Noël ne soient pas encore racontées au lieu historique national de Sir George-Étienne Cartier. Ceci est un fait regrettable, étant donné qu’ils auraient certainement été racontés en 1867, alors que les histoires de fantômes étaient l’un des genres les plus populaires de l’empire britannique.Montréal hanté prévoit de tenir compte de l’appel à l’action lancé par le Smithsonian Museum et de ressusciter la tradition effrayante de Noël afin de remédier à cet écart culturel regrettable. En tant que tel, Montréal hanté promet de créer un véritable événement de récits victoriens de fantômes, mis en place près d’un feu brûlant avec de l’eau-de-vie chaude ou du vin, pour la saison des fêtes de décembre 2019!

NOUVELLES DE LA SOCIÉTÉ

La saison de l’halloween est maintenant derrière nous, mais les fans ne doivent pas s’inquiéter!

Montréal hanté a le plaisir d’annoncer que nous lancerons un prototype de notre nouveau Crawl Pub hanté au mois de décembre et que celui-ci devrait être disponible au public en janvier ou février 2019 au plus tard.

Montréal hanté propose également des visites privées pour des groupes de 15 personnes ou plus, notamment des sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et toutes sortes de rassemblements. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Montréal hanté dans les nouvelles:

Montréal hanté a vécu une expérience étrange dernièrement lorsque nous avons contacté Les amis de la montagne pour leur demander le nom traditionnel du mont Royal dans la langue autochtone locale de Kanien’keha afin d’améliorer l’expérience de nos visiteurs sur le mont Royal.

Nous avons été surpris d’apprendre qu ‘«aucun nom connu n’a été utilisé par les autochtones pour le mont Royal avant la période de contact. De plus, les récits des découvreurs ne mentionnent pas le nom donné à la montagne par les indigènes.»

En pensant à cela, Montréal hanté a contacté les braves gens de Kahnawake et ils nous ont dit que le nom autochtone de la montagne était Otsirà:ke en kanien’kéha, et que ça s’appelait de cette façon bien avant que Jacques Cartier ne le rebaptise Mont Royal en 1535, après que de gentils guides des Premières nations de Hochelaga l’aient conduit au sommet d’Otsirà: ke.

Vous pouvez voir divers reportages sur le scandale dans les médias ici.

Parce que Montréal hanté opère sur le territoire autochtone traditionnel non cédé de Tio’tia: ke, qui fait partie du domaine traditionnel de la nation Kanien’kehá: ka, le gardien de ces terres et de ces eaux, nous faisons pression sur Les amis de la montange pour reconnaître le fait que le nom original de la montagne est Otsirà: ke.

Nous leur demandons d’inclure cette information autochtone sur leur site Web et les panneaux autour du parc de la montagne. Nous recommandons également qu’ils offrent une reconnaissance territoriale sur leur site Web et avant toutes les réunions officielles.

Si vous êtes d’accord avec Montréal hanté, nous vous invitons à contacter Les amis de la montange à info@lemontroyal.qc.ca pour faire connaître votre opinion.

Veuillez notez que les visites 2.0 ont soif d’expériences et d’informations autochtones dans les principales villes visitées. Afin d’éviter la perte des touristes dans d’autres villes, les amis de la montange devraient être inclusifs et ajouter Otsirà: ke à son site Web, du matériel et des affiches et commencer à reconnaître les territoires de manière appropriée, faute de quoi des voyagistes comme Montréal hanté perdront des affaires au profit d’autres villes.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre en anglais intitulé «Macabre Montréal», qui pourrait constituer un excellent cadeau de Noël.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un «recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada.

Les auteurs écrivent:

«Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles.»

Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, «Macabre Montréal» est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont participé à une marche fantôme pendant la saison 2018! Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées. Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

À venir le 13 janvier: les pubs hantés et les bars de Montréal

Avec plus de 40 pubs hantés, Montréal possède peut-être les pubs les plus hantés de toutes les villes de la planète. Alors que Dublin City, en Irlande, compte une quinzaine de pubs hantés et que Savannah, en Géorgie, «la ville la plus hantée des États-Unis», compte environ 25 bars paranormaux, Montréal est clairement la meilleure métropole pour savourer un verre de spiritueux! Notre blog de janvier explore non seulement les pubs hantés, mais également d’autres débits de boissons paranormaux, des bars d’hôtel aux lobbys de théâtre en passant par les clubs et les discothèques privés. Il y a même une vieille brasserie, la Légion canadienne, une gare et la Frat House de l’Université McGill où la mousse est bue! Nous vous présentons également notre nouveau Haunted Pub Crawl, qui est proposé pour la première fois au public.

Donovan King est historien, enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbot College), d’un BFA (théâtre dramatique en éducation, Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University of Calgary) et d’ACS (Montréal Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *