Bienvenue à le quarante-cinquième blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 250 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite) si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois !

Nous sommes également heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle Tournée des bars hantés !

Notre blog de mai examine le « fantôme de Savannah », une histoire de fantôme très personnelle à moi, Donovan King, fondateur de Montréal hanté. C’est la véritable histoire de la façon dont j’ai pu ramasser quelque chose de paranormal dans la « ville la plus hantée d’Amérique » et l’ai ramenée à Montréal où elle aurait ravagé ma vie pendant plusieurs mois, jusqu’à ce qu’un prêtre irlandais soit capable d’expulser quoi que ce soit qui me hantait.

RECHERCHE HANTÉ

Le fantôme de Savannah est une histoire de fantôme personnel et il est difficile à raconter. Cependant, raconter l’histoire est certainement mieux que de le laisser tomber.

L’un des défis de la gestion d’une agence de voyages à Montréal est l’hiver long et brutal, qui est beaucoup trop désagréable pour permettre des visites à pied régulières.

Ne voulant pas que nos acteurs souffrent de longues périodes d’isolement dans la narration, je cherche depuis des années une solution hivernale. J’avais entendu parler d’explorations de bars hantés existant dans des villes dans le sud des États-Unis telles que Charleston, Savannah et La Nouvelle-Orléans.

J’ai décidé d’en apprendre plus et en décembre 2017, je me suis rendu à Charleston, en Caroline du Sud, et à Savannah, en Géorgie, « la ville la plus hantée des États-Unis », pour faire des recherches dans les tournées des bars hantés.

Savannah a une histoire sanglante, oppressante et sombre. Depuis la colonisation de Savannah par les colons britanniques en 1733 jusqu’au début de la guerre civile, la première ville de Géorgie dépendait énormément les mains d’œuvres des esclaves et la ville portuaire jouait un rôle essentiel dans le trafic d’esclaves de l’Atlantique. Il a également été témoin de pirates, de batailles brutales pendant la guerre civile, des épidémies mortelles de fièvre jaune ainsi qu’autres maladies, d’incendies et d’ouragans dévastateurs, de lynchages et de meurtres dérangés.

Une grande partie de Savannah étant construite sur des lieux de sépulture, y compris des cimetières d’esclaves peu profonds et non marqués, il est indéniable que cette ville à une atmosphère extrêmement hantée. Les chênes drapés de mousse et les belles demeures Antebellum du XIXe siècle constituent le cadre idéal pour les nombreuses activités hantées, notamment les visites fantômes, tournée des bars hantés, les excursions en bus, et même les excursions en corbillards !

Ceci étant un voyage de recherche sur les fantômes, j’ai réservé une chambre dans l’un des logements les plus hantés de l’historique Savannah, le 17Hundred90 Inn, pendant environ une semaine. Ma chambre était dans un grand et majestueux bâtiment derrière l’hôtel principal et était spacieuse, confortable et luxueuse. Elle comprenait un lit king-size, des meubles anciens, des peintures de bon goût, et même un jacuzzi.

Selon le site Web de l’auberge, il y a au moins trois fantômes qui hante l’auberge : celui d’un garçon nommé Thaddeus, une jeune femme nommée Anna et l’ancien cuisinier qui pratiquait le vaudou.

Thaddeus est parfois vu au rez-de-chaussée dans le restaurant et la pub. Selon le site Web : « Thaddeus laisse des pièces d’argent étincelantes sur les tables, le bar et le bureau. C’est aussi un esprit amical qui est parfois ressenti comme une présence inexplicable et chaleureuse. »

On dit qu’Anna, l’esprit de cette jeune femme, hante la chambre 204. Ce fantôme est si populaire que l’auberge fait payer plus par nuit pour rester dans la chambre hantée.

D’après le matériel promotionnel de l’auberge : « Les clients qui séjournent dans la chambre 204 rapportent souvent des événements étranges, tels que des bijoux ou des vêtements déplacés mystérieusement d’un endroit à l’autre. Certains ont eu le coup de coude ou les couvertures de lit déplacées. Elle semble toujours être un esprit amical et toujours vouloir faire connaître sa présence. »

Selon le folklore, au début du XIXe siècle, Anna était une épouse dans un mariage arrangé. Son mari âgé a fait de sa vie une misère. En tant qu’homme d’affaires, il dirigeait l’auberge et était également impliqué dans le commerce maritime de Savannah.

Anna devait non seulement nettoyer l’auberge et servir ses clients, mais elle devait également être au port tous les matins au lever du soleil pour remplir d’importants documents reliés aux activités d’importation et d’exportation de son mari.

Au fil de l’histoire, un beau matin elle a rencontré un beau marin dans le port et ils sont tombés immédiatement amoureux. Le marin l’a invitée à fuir avec lui à bord du navire qui partait le lendemain et elle a accepté avec enthousiasme.

Malheureusement, ce soir-là, son mari a entendu des marins saouls parler du plan de son épouse. En colère, il a juré que sa jeune épouse ne réaliserait jamais son plan déloyal.

On dit qu’Anna serait morte le lendemain matin, juste avant le lever du soleil, en se jetant de la fenêtre du troisième étage. Des rumeurs circulaient selon lesquelles elle avait sauté parce que son mari lui avait interdit d’aller au port ce matin-là, parce qu’il était au courant de son plan d’abandon.

D’autres ont murmuré qu’elle avait probablement été poussée par la fenêtre par son mari jaloux. Bien que les détails de l’histoire se soient estompés avec le temps, tout le monde s’accorde pour dire qu’Anna est décédée après s’être défenestrée de la fenêtre du troisième étage. Les propriétaires ont en fait placé une poupée grandeur nature derrière les rideaux du troisième étage pour promouvoir l’auberge en tant que destination hantée.

Le fantôme d’Anna semble aimer jouer des tours aux gens et leurs biens. Les clients séjournant dans la chambre 204 rapportent fréquemment des événements étranges tels que des bijoux ou des vêtements déplacés mystérieusement d’un endroit à l’autre. Les gens ont également dit ressentir la présence d’Anna tout en restant dans la pièce. Parfois, après avoir éteint les lumières, les clients entendent les sanglots d’une femme émanant des quatre coins de la salle 204.

En 2009, Miley Cyrus, actrice et chanteuse, a tweeté pour raconter sa rencontre avec le fantôme d’Anna. La célébrité et sa mère ont séjourné dans la chambre 204 pendant que Cyrus tournait The Last Song sur l’île voisine de Tybee. Anna aurait laissé une empreinte de main sur la botte de Miley.

En outre, des dizaines de rencontres fantomatiques confirmées avec Anna ont été consignées dans le livre d’or de l’auberge et sur des sites de voyages tels que Tripadvisor. Par exemple, un invité a écrit :

« Je suis restée dans la chambre hantée par Anna et wow, c’était une expérience. Les ombres et les pas étaient fréquents. La télé s’embrassa. L’ordinateur de mon partenaire a cessé de fonctionner pendant son séjour et a fonctionné dès notre départ. Bangs en dehors de la salle. Quelque chose s’est couché avec nous et c’est probablement la chose la plus effrayante. Je dors sur le bout du lit à la maison, mais pendant que je restais là, je me sentais comme si quelque chose me poussait à me coucher. Ensuite, j’ai eu l’impression d’être touchée et mon partenaire a senti quelque chose lui saisir le pied. Une expérience incroyable que vous pourrez lire dans le livre d’or du 25 juin ! »

Inutile de dire que Room 204 est très populaire auprès des visiteurs audacieux qui viennent à Savannah dans l’espoir d’une rencontre fantomatique. Les propriétaires ont eu la gentillesse de me donner une visite personnelle de la salle infâme quand ils ont entendu parler de mes recherches.

Le troisième et dernier fantôme rapporté au 17Hundred90 serait un pratiquant vaudou qui hante la cuisine de l’auberge. Ce fantôme est de nature beaucoup plus sinistre que les deux autres. Selon certaines sources, le personnel de cuisine aurait soudainement entendu le son des bracelets en métal, suivi de casseroles ou de pots à épices lancés sur des employés de cuisine.

En plus des casseroles jetés, des mains invisibles ont poussé ou touché des personnes, et des farces ont été tirées sur des membres du personnel travaillant dans ou autour de la cuisine. Les membres du personnel travaillant tard dans la nuit au bar ou dans la cuisine ont vécu beaucoup de choses énervantes.

Le personnel pense qu’il s’agit du fantôme d’un serviteur qui travaillait autrefois à l’auberge. On pensait que la femme en question était une pratiquante du vaudou et que les sons des bracelets étaient liés à ses rituels.

Ces histoires de fantômes et d’autres sont reprises dans le programme télévisé Haunted History et dans de nombreuses autres vidéos, podcasts et médias.

Pour en revenir au but de ma visite de Savannah, pour en savoir plus sur le concept d’une tournée des bars hantés afin d’en créer un pour les mois d’hiver de Montréal, j’ai eu le grand plaisir d’en assister à plusieurs.

J’ai été particulièrement ravi lorsque Gregory Proffit, créateur du concept d’une tournée des bars hantés, a accepté de me rencontrer à son bar préféré, le Six Pence Pub.

Grégory m’a régalé d’histoires de sa vie à la Garde côtière puis comme guide de calèche à Savannah. Réalisant qu’il pouvait gagner encore plus d’argent de ses clients, il a commencé à les inviter à écouter des histoires de fantômes dans les pubs locaux le soir. Conscient du potentiel du concept, Gregory Proffit a fondé le Creepy Crawl à Savannah il y a plus de 10 ans.

Les tournées des bars hantés sont de plus en plus populaires dans le monde entier, car c’est un excellent moyen de combiner deux activités populaires – les visites fantômes et les tournées des bars – et existent maintenant dans des dizaines de villes.

Alors que Dublin City, en Irlande, compte environ 15 pubs hantés et que Savannah, en Géorgie, compte environ 25, Montréal est clairement la meilleure avec plus de 40 ! Montréal est une ville idéale pour boire un verre tout en méditant sur le paranormal.

Sachant que le concept de crawl de pub hanté conviendrait parfaitement aux longs mois d’hiver de Montréal, je me suis mis au travail pour étudier la dynamique et la logistique derrière ces activités curieuses. J’ai assisté à quatre tournées des bars hantés, à deux visites fantômes, à un tour en corbillard et à un tour en bus hanté. J’ai aussi eu le plaisir d’entendre des histoires de fantômes de mon bon ami Victor Boyle.

Ma routine était de m’asseoir près de la cheminée de l’auberge et de faire des recherches et d’écrire pendant la journée, alors que la nuit, j’assistais à un événement hanté. Le personnel de l’auberge a commencé à me bien connaître et ils m’ont dit de me faire à la maison et de prendre un café de la cuisine quand j’en voulais. C’était un bureau confortable et personnel et un lieu idéal pour travailler en toute quiétude.

Un après-midi, je suis allé dans la cuisine pour remplir ma tasse de café. Resté seul, en train de verser du java chaude dans ma tasse, j’avais le sentiment intense que quelqu’un – ou quelque chose – commençait dans mon dos. Quand je me suis retourné, personne n’était présent. Soudain, j’ai entendu un bruit fort et j’ai presque sauté de ma peau !

Je me retournai et vis que trois casseroles en métal, qui étaient sur le comptoir de la cuisine et attendaient d’être utilisées pour préparer le repas du soir, roulaient sur le sol, créant un écho métallique dans la cuisine.

J’ai soudainement senti un éclair brûlant dans mon cerveau, comme l’apparition rapide d’un mal de tête.

Je sortis rapidement de la cuisine avec mon café et retournai à ma table près de la cheminée. Bien que secoué, je suis rapidement replongé dans mon travail, me sentant assez perturbé.

Au fil des jours passés, je continuais à effectuer mes recherches, notamment dans les bars et les fantômes qui hantaient le 17Hundred90 Inn, j’ai commencé à me sentir de plus en plus mal à l’aise. Certaines nuits, j’avais du mal à dormir malgré ma chambre luxueuse. J’ai été complètement abasourdi un jour où il a effectivement neigé à Savannah, fermant effectivement toute la ville.

Le personnel de l’auberge m’a reproché en plaisantant d’avoir apporté la température du Québec avec moi.

Il y avait quelque chose de beau et de triste à la fois à voir Savannah vêtue d’un manteau de neige et j’ai passé la journée à photographier cet événement étrange.

J’ai passé le Nouvel An en bonne compagnie dans un pub irlandais, mais je ressentais un sentiment persistant, un sentiment négatif et aliénant d’être seul alors que j’étais entouré de fêtards excités.

Quand il était temps de retourner à l’arctique qui est Montréal au début de janvier, ces sentiments inquiétants me suivirent dans l’avion et continuèrent de me hanter. Nuits blanches. Anxiété persistante. Un profond sentiment que quelque chose n’allait vraiment pas. J’ai commencé à penser que j’avais ramené quelque chose de paranormal de Savannah.

C’était le début d’une spirale descendante, une descente dans un trou noir de dépression et d’anxiété. En février, j’avais contacté ma famille et des professionnels de la santé pour expliquer ma situation et demander de l’aide.

En mars, juste après la Saint-Patrick, j’ai atteint un point si bas que je ne pouvais plus continuer à travailler comme enseignant, historien, homme d’affaires ou guide touristique. J’ai fermé Montréal hanté juste avant le début de la saison. J’avais été transformé en ce que l’auteur Tim Lott décrit comme un « fantôme à moitié vivant »:

« Au début, il peut produire des symptômes similaires à ceux de la maladie d’Alzheimer – oubli, confusion et désorientation. Prendre la moindre décision peut être angoissant, affectant non seulement l’esprit, mais aussi le corps – je commence à trébucher quand je marche ou deviens incapable de marcher en ligne droite. Je suis plus maladroit et plus sujet aux accidents. Dans une dépression, tu deviens, dans ta tête, en deux dimensions – comme un dessin plutôt que comme une créature vivante et respirante. Tu ne peux pas évoquer ta personnalité actuelle, dont tu peux te souvenir que vaguement, théoriquement. Vous vivez ou êtes proche d’un état de peur perpétuelle, même si vous n’êtes pas sûr de ce dont vous avez peur. »

L’auteur, lui-même victime de la maladie à l’occasion, poursuit :

« À l’intérieur, il y a une tempête sombre. Parfois, vous pouvez avoir le désir irrésistible de rester dans la rue et de crier à tue-tête, sans raison particulière (l’écrivain Andrew Solomon l’a décrit comme « vouloir vomir, mais ne pas avoir de bouche. »). »

Cette expérience sombre et horrible ferait complètement dérailler ma vie pendant plusieurs mois.

Avec le soutien dévoué de la famille, des amis et des professionnels de la santé, au mois de juin, je pouvais commencer à planifier mon évasion du puits de l’enfer dans lequel j’étais tombé. Vivant maintenant avec des membres de la famille très solidaires, l’un des meilleurs traitements de récupération consistait à construire un jardin de roches sur la propriété de ma mère à Malone, dans l’État de New York.

Début juillet, j’étais encore fragile mais j’ai pu retourner à Montréal. Vendredi le 13 juillet 2018, Caitie Moynan, mon incroyable partenaire d’affaires, a redémarré Montréal hanté, en grande pompe. Comme je ne pouvais toujours pas travailler à ce moment-là, Caitie a demandé à d’autres acteurs de diriger les visites hantées afin que je puisse continuer à me rétablir.

Le 26 juillet 2018, Caitie et moi avons assisté à la messe annuelle au Faubourg Saint Anne dans le cadre de notre collaboration avec les Excursions irlandaises de Montréal, notre société sœur dédiée à l’histoire des Irlandais à Montréal. Situé sur le site des ruines de l’église de Sainte-Anne, une église autrefois très animée de Griffintown. L’événement a lieu une fois par an à la fête de Sainte-Anne. C’est une réunion, car tous les anciens paroissiens qui vivent encore célèbrent la messe catholique et se souviennent du temps qui a précédé la destruction de leur quartier par le maire Jean Drapeau.

En 1963, le maire Drapeau modifia le quartier de zone résidentielle à zone industrielle et commença à démolir des logements. En l’espace de quelques années, plus de 70 000 habitants ont quitté leur quartier bien-aimé jusqu’à ce qu’il en reste moins de 1 000. L’église Sainte-Anne a été démolie en 1970 après que le quartier ne puisse plus soutenir une paroisse.

Dirigés par le vénérable père McCrory de la paroisse Saint-Gabriel à Pointe Saint-Charles, les paroissiens âgés ont assisté au service dans les ruines de leur glorieuse ancien église. C’est dans cet endroit sacré que les anciens résidents assistait depuis des décennies aux offices religieux, aux réunions communautaires, aux mariages animés, aux funérailles sombres et confessaient leurs péchés les plus profonds dans les confessions de l’église.

Après le service, je me suis approché du bon père et lui ai demandé une bénédiction, en expliquant ma situation déplorable. Le père McCrory était très attentif et a ensuite travaillé ses compétences. Miraculeusement, il était capable d’une manière ou d’une autre d’expulser tout ce qui me hantait.

En effet, immédiatement après sa bénédiction, je me suis senti comme avant, après un an et demi de pure angoisse.

En regardant la situation maintenant, je me demande souvent quelle entité paranormale aurait pu me lancer cette malédiction ou me suivre de Savannah. En examinant tous les fantômes que j’avais étudiés dans la plus hantée des villes, je suppose que c’était le fantôme de l’ouvrier de cuisine pratiquant le vaudou a l’auberge 17Hundred90. En termes simples, je n’aurais jamais dû entrer dans cette maudite cuisine sachant qu’un esprit dangereux habitait l’endroit. Et dire que c’était tout pour une tasse de café.

En tout cas, depuis cet épisode dérangeant, je suis heureux de dire que tout est revenu à la normale dans ma vie. Montréal hanté est ouvert aux affaires. Je suis retourné enseigner à mes élèves et j’ai commencé à créer la tournée des bars hantés, basé sur toutes mes recherches à Savannah.

En janvier, j’ai lancé la tout première tournée des bars hantés, qui s’est vendu presque toutes les semaines depuis ! Inspiré du livre par Gregory Proffit Guide des pubs hantés de Savannah, j’ai également publié sur mon blog une liste et une courte description de nombreux pubs hantés de Montréal, où les clients peuvent boire un verre avec un fantôme !

Même si cette histoire de fantômes n’a pas une fin malheureuse, en y réfléchissant il me vient trois observations importantes.

Premièrement, lors de la visite de lieux hantés, il est judicieux de prendre des précautions, telles que de visiter un guide expérimenté, d’éviter les lieux maudits et d’apporter le plus de protection spirituelle possible.

Deuxièmement, il est extrêmement important de demander de l’aide en cas de détresse mentale. Ces états terrifiants finiront par disparaître, en particulier avec les bonnes approches et les bons traitements.

Enfin, les problèmes de santé mentale font l’objet d’une terrible stigmatisation, même si la profession médicale convient que les maladies tant physiques que mentales sont normales et traitables. Alors qu’un patient atteint de cancer est souvent entouré de fleurs et de membres de sa famille, les personnes atteintes de maladie mentale reçoivent rarement un tel soutien. C’est pourquoi il est important de briser les stigmates, ce qui aiderait énormément au processus de rétablissement.

Les problèmes de santé mentale hantent un grand pourcentage de la population canadienne. Au cours d’une année donnée, une personne sur cinq sera personnellement victime d’un problème de santé mentale ou d’une maladie mentale. À l’âge de 40 ans, environ 50 % de la population aura souffert d’une maladie mentale. Les résultats sont à la fois dévastateurs pour l’individuel et dévastateurs pour l’économie. Le coût pour le Canada est d’au moins 50 milliards de dollars par an. En brisant la stigmatisation, toutes ces statistiques sombres pourraient être considérablement réduites.

Au cours de ma crise, j’ai été particulièrement rassuré lorsqu’un client loyal de Montréal hanté m’a contacté avec empathie et a déclaré : « Vous n’êtes pas seul. » Quand un autre ami m’a envoyé des fleurs à mon retour à Montréal, cela a vraiment éclairé mon humeur.

Depuis cet épisode terrifiant, j’ai décidé de devenir un défenseur de la santé mentale pour aider à lutter contre la stigmatisation. Je pense que nous pouvons améliorer les conditions générales de rétablissement des malades pour aider à faire face aux démons qui hantent leur esprit.

Où obtenir de l’aide:

Association québécoise de prévention du suicide

Sans frais : 1-866-APPELLE (1-866-277-3553 )

Service Canada pour la prévention du suicide

Sans frais : 1-833-456-4566

Texte : 45645

Chat : crisisservicescanada.ca

Jeunesse, J’écoute: 1-800-668-6868 (téléphone), consultations en direct a www.kidshelpphone.ca

Association canadienne pour la prévention du suicide : Trouvez un centre de crise ouvert 24 heures sur 24

Kids Help Phone: 1-800-668-6868 (Phone), Live Chat counselling at www.kidshelpphone.ca

NOUVELLES DE LA SOCIÉTÉ

Nous sommes heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle tournée des bars hantés !

Dirigée par un conteur fantôme professionnel, la tournée des bars hantés visitera trois bars hantés. La visite commence à le pub irlandais McKibbin’s situé au centre-ville de Montréal sur la rue Bishop, les invités vont découvrir non seulement de nombreux des pubs hantés de la ville, mais ils écouteront également des histoires des fantômes célèbres de Montréal..

Avec une bière en main, les clients apprécieront les pubs hantés et les histoires de fantômes montréalais et apprendront des forces historiques qui ont transformé l’ancienne île indigène de Tiotà : ke en Ville-Marie, une colonie française austère fondée par des évangélistes catholiques.

Après l’invasion britannique, la ville a de nouveau été transformée en centre financier en plein essor, un centre de la criminalité, un site de rébellion violente et de révolution subversive pour finalement devenir la ville la plus hantée du Canada.

Les clients vont faire visite au pub irlandais McKibbin’s, avec ses mystères, le célèbre pub Sir Winston Churchill, l’ancien salon funéraire qui est présentement discothèque Club Le Cinq et, bien sûr, le pub irlandais Hurley’s où un fantôme connu sous le nom de « Femme en feu » hante l’établissement.

Le conteur fantôme régalera les invités avec les histoires de fantômes les plus dérangés et les plus infâmes de Montréal, y compris Simon McTavish, un baron à la fourrure écossais qui est maintenant connu pour glisser sur les pentes du mont Royal dans son propre cercueil, le fantôme de John Easton Mills, le maire martyr de Montréal qui a péri alors qu’il s’occupait des réfugiés irlandais infecté par le typhus pendant la famine de 1847, et Headless Mary, le fantôme d’une prostituée de Griffintown décapitée par sa meilleure amie en 1879. Elle retourne de la mort a chaque 7 ans pour chercher sa tête au coin des rues William et Murray !

Joignez-vous à Montréal hanté pour cette tournée de pubs inoubliable, où vous pourrez boire à côté d’un fantôme, tout en découvrant l’histoire dérangée de la ville et en écoutant des histoires de fantômes locaux qui fourmillaient !

Pour plus de détails, y compris une description, le lieu de départ et l’horaire, visitez notre page web! Rejoignez-nous à 15 h le dimanche de l’année pour un pub hanté en anglais ou à 16 h en français! Les tickets sont maintenant en vente !

Montréal hanté propose également des visites privées et des tournées dans les bars pour les sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre intitulé Macabre Montreal.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un « recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada. »

Les auteurs écrivent :

« Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles. »

Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont participé à une marche fantôme pendant la saison 2018 !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor. Si vous avez des commentaires, écrivez-nous à info@hauntedmontreal.com afin que nous puissions améliorer l’expérience de nos visiteurs.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté, le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

À venir le 13 juin: Le fantôme de Mary Gallagher

Le fantôme le plus tristement célèbre de Montréal est celui de la prostituée décapitée de Griffintown, Mary Gallagher. Mary a été assassiné brutalement en 1879 dans l’appartement de sa meilleure amie, Suzy Kennedy. La police a retrouvé le cadavre mutilé de Mary Gallagher dans l’appartement de Suzy au coin des rues William et Murray dans Griffintown. Le corps de Mary a été retrouvé dans une mare de sang, elle avait été poignardé sauvagement. Sa tête a été retrouvée fixant le plafond dans un seau à cendres. Suzy et un client du nom de Michael Flanagan ont été arrêtés et accusés de meurtre. L’affaire a fait sensation à l’époque, surtout lorsque Flanagan a été déclaré innocent en raison d’un manque de preuves et que Suzy a été condamnée à la peine de mort. À ce jour, on raconte que le fantôme de Mary Gallagher revient au coin de la rue la plus hantée de Montréal – William et Murray – tous les sept ans. Selon la légende, la raison de son retour est qu’elle cherche toujours sa tête. Sa prochaine apparition prévue est très proche – le 27 juin 2019 pour être exact! Restez à l’écoute des plans spéciaux de Montréal hanté pour commémorer cette réapparition fantomatique!

Donovan King est un historien postcolonial, un enseignant, un guide touristique et un acteur professionnel. En tant que fondateur de Haunted Montréal, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbott College), d’un BFA (théâtre en éducation, Concordia), d’un B.Ed (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University Studies of Calgary) et d’ACS (Montréal). Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *