Bienvenue à la trente-huitième blogue de Montréal hanté!

Avec plus de 200 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans doute la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois!

Notre édition d’octobre examine Ravenscrag, l’une des maisons d’horreur les plus effrayantes au monde. Perché sur les pentes du mont Royal, il a des expériences de lavage de cerveau pendant la guerre froide et pourrait avoir un cimetière secret pour enfants.

Montréal hanté a ajouté de nombreux visites supplémentaires pour la saison des fêtes d’Halloween, y compris notre visite Centre-ville hanté qui est récemment révisée. Ce visite est disponible en anglais et en français! Pendant le mois d’octobre, pensez à inclure Montréal hanté dans votre saison d’halloween. Les billets sont maintenant en vente!

Montréal hanté propose également des visites privées pour des groupes de 15 personnes ou plus, notamment des sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de jeune filles et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

RECHERCHE HANTÉE

Ravenscrag est un hôtel particulier sur avenue des Pins, actuellement utilisé comme département de psychiatrie. Maintenant connu sous le nom d’Institut Allan Memorial, il s’agit d’un domaine très terrifiant qui, dit-on, serait extrêmement hanté. On sait que des voix torturées et désincarnées font écho aux couloirs. Non seulement les gardiens refusent souvent de nettoyer les morgues terrifiantes de l’immeuble, mais parfois, une lumière mystérieuse apparaît la nuit dans la coupole de la tour principale qui surplombe le campus de McGill.
Selon un article paru dans le McGill Tribune:

“Les bâtiments supérieurs du campus de McGill, au-dessus de la rue Dr. Penfield, semblent être les plus infestés de tous … [en particulier] l’Institut Allan Memorial. Dans les années 1950 et 1960, les expériences MKULTRA, partiellement financées par la CIA a soumis des patients à des électrochocs, à des privations sensorielles et à des lobotomies. Les expériences ont également forcé les patients à écouter des messages radiodiffusés (provenant de haut-parleurs ou sous leurs oreillers), ainsi ce bâtiment sera rappelé à jamais de leur passé torturé “.

Il existe également des rumeurs selon lesquelles un cimetière secret pour enfants hanté existe derrière la propriété, juste derrière le mur de pierre. C’est au bas d’une pente qui mène au chemin Olmsted sur le mont Royal. Cette zone rocheuse et boisée est populaire auprès des médiums et des enquêteurs paranormaux. On y voit souvent des personnes mystérieuses effectuer la nuit des rituels étranges, impliquant souvent des bougies votives. Selon la rumeur, les enquêteurs entendent parfois des enfants désincarnés pleurer. Les survivants d’horribles expériences de lavage de cerveau affirment que des enfants victimes ont été secrètement enterrés à cet endroit, hors de la vue du public.
Compte tenu des rumeurs effrayantes, les patients en santé mentale craignent souvent d’être traités à l’Institut Allan Memorial – et pour cause, étant donné son histoire dérangée!

Ravenscrag a été construit en 1863 par Sir Hugh Allan. Banquier extrêmement riche et entrepreneur d’origine écossaise, Allan a utilisé ses relations politiques pour obtenir des contrats favorables et des subventions pour ses entreprises et était connu pour exploiter des travailleurs, y compris des enfants dans ses usines. En 1860, sir Hugh Allan acheta 14 acres sur les pentes du mont Royal pour $10,000, du domaine de feu Simon McTavish.
Construit dans le style d’une villa ou d’un palais de la Renaissance italienne, Ravenscrag se compose de 72 chambres luxueuse réparties sur cinq étages et décorées dans le style de l’époque victorienne. Le manoir comportait également une imposante tour avec un observatoire dans la coupole, que Sir Hugh Allan avait l’habitude de surveiller ses navires avec un télescope dans le vieux port de Montréal. Lors de sa construction, Ravenscrag était également équipé d’un éclairage au gaz et de la technologie de plomberie et de chauffage la plus avancée disponible à l’époque. C’était la maison la plus luxueux de la ville et elle organisait des fêtes décadentes pour certaines des personnes les plus prestigieuses et les plus riches, y compris des membres de la famille royale.
À la mort de sir Hugh Allan, en 1882, alors qu’il rendait visite à son gendre à Édimbourg, il était l’un des hommes les plus riches du monde, avec une fortune estimée à entre huit et douze millions de livres sterling.

Son fils, Montagu, a hérité le manoir royal Ravenscrag. Après le décès de Montagu en 1940, son épouse l’a donnée à l’Université McGill. Ravenscrag a été vidé de son intérieur luxueux et transformé en un hôpital psychiatrique appelé l’Institut Allan Memorial. Grâce aux fonds de la Fondation Rockefeller, la Dr. Ewen Cameron, fondatrice du département de psychiatrie de McGill, en a été nommé directeur.
Au début des années 50, au cours de la première décennie de la guerre froide, la CIA était convaincue qu’il était crucial d’apprendre à laver le cerveau des personnes après le succès apparent des Chinois pendant la guerre de Corée. Quelques prisonniers de guerre américains ont fait des aveux inexplicables en louant publiquement le communisme et en dénonçant les États-Unis.

À partir de 1950, la CIA a contacté des psychologues, des médecins et des toxicologues et s’est lancée dans plusieurs projets de contrôle mental, tels que le projet Bluebird, le projet Artichoke et le projet MKULTRA. En 1957, la CIA réussit à recruter le Dr Ewen Cameron, qui cherchait à savoir si les médecins pouvaient effacer l’esprit d’une personne et lui faire adopter de nouveaux comportements. Le but de son expérience de lavage de cerveau était de découvrir des techniques qui pourraient détruire l’espace-temps d’une personne afin de les reprogrammer.

Le Dr Cameron et son collègue, le Dr Hebb, ont commencé l’expérience avec 22 étudiants volontaires rémunérés. Chaque élève a été placé sur un lit dans une cabine éclairée et a été contraint de porter des lunettes de protection opaques, des menottes en carton et de se coucher avec la tête dans un oreiller en mousse en forme de U limitant la stimulation audio.
La plupart des sujets ont cessé au bout de quelques heures, se plaignant que leur présence dans l’appareil leur faisait penser à une forme de torture. La plupart avaient également eu des hallucinations similaires à celles associées à des médicaments comme le LSD. Le Dr Hebb a conclu que “même la privation sensorielle à court terme avait un impact dévastateur sur le psychisme humain”, notant que “l’identité même des sujets commençait à se désintégrer”.

Conscient de ce potentiel, le Dr Cameron a déplacé l’essai de recherche en phase 2, ce qui exigerait des sujets qui ne pouvaient pas partir, comme les étudiants volontaires.

Le Dr Cameron a commencé à cueillir des patients à la Allan Memorial Institute pour leur participation à la recherche sur le lavage de cerveau, à l’encontre de leurs connaissances. Pour les sujets, le Dr Cameron a choisi des personnes souffrant de problèmes mentaux et émotionnels mineurs, tels que des troubles anxieux ou une dépression post-partum.
Le Dr Cameron a mis au point et testé trois procédures psychiatriques majeures sur des patients atteints de troubles mentaux au Allan Memorial.

Il a commencé par la technique du “déstructurées”, sa théorie selon laquelle les schémas de comportement des gens pourraient être effacés et remplacés par d’autres. Pour tenter d’effacer leurs souvenirs et leur personnalité, le Dr Cameron les a soumis à des séances d’électrochocs brutales, bien au-delà de la norme dans les hôpitaux psychiatriques, en termes de fréquence, de durée et de tension.
Sa deuxième technique s’appelait “isolement sensoriel” et consistait à mettre les sujets dans une boîte scellée où ils recevraient le moins de stimulus sensoriel possible. Leurs yeux et leurs oreilles seraient couverts, leur corps serait rembourré et leur mouvement empêché. Cela cause une forme de privation de sommeil et de désintégration de la personnalité.

Le Dr Cameron a ensuite utilisé sa troisième technique, une tentative de reprogrammation appelée “conduite psychique”. En utilisant des médicaments puissants, il endurait les patients pendant 15 à 30 jours de sommeil induit par le médicament, presque sans interruption. Ses patients ont été forcés à écouter des messages préenregistrés en boucle jusqu’à 16 heures par jour, dans le but d’implanter la nouvelle personnalité souhaitée dans la psyché des patients.

Le Dr Cameron a largement réussi à effacer l’identité de ses patients, mais n’a pas été en mesure d’implanter les nouvelles personnalités souhaitées. Beaucoup d’entre eux ont subi des lésions cérébrales permanentes. Une étude commandée par le successeur du Dr Cameron en 1967 a révélé que beaucoup de patients testés souffraient d’amnésie permanente, d’incontinence, d’oublier comment parler, d’oublier leurs parents et même de penser que leurs interrogateurs étaient leurs parents.

Les travaux du Dr. Cameron ont tellement impressionné la CIA que ces techniques sont devenues le cœur de sa méthodologie de torture et ont été utilisées au Vietnam et, plus récemment, dans la prison d’Abou Ghraib en Irak et à Guantanamo Bay.

La plupart des cobayes humains non consentants du Dr Cameron n’ont découvert ce qui leur avait été réellement fait que plus de vingt ans plus tard, ce qui a rendu très difficile l’obtention d’une indemnisation. Quelques-uns des plus de 300 anciens patients de Cameron ont engagé des poursuites, mais ils ont été bloqués par le gouvernement canadien, qui a également contribué au financement des expériences de Cameron.

La raison pour laquelle le Dr Cameron a été capable de mener de telles expériences cruelles pendant près d’une décennie s’explique par le prestige dont il a gagner comme médecin.

Il était l’un des psychiatres les plus éminents d’Amérique du Nord. Il avait siégé au tribunal médical lors des procès de Nuremberg et avait été président des associations de psychiatres du Québec, du Canada, des États-Unis et du monde.

Après sa carrière cruelle et déréglée, Cameron est mort d’une crise cardiaque alors qu’il grimpait en montagne avec son fils le 8 septembre 1967.

Aujourd’hui, malgré son horrible passé, l’Allan Memorial Institute continue de fonctionner comme un établissement psychiatrique et abrite des services ambulatoires (consultations externes).

Les services aux patients hospitalisés ont récemment été fusionnés dans les installations de l’Hôpital général de Montréal. L’Allan Memorial Institute ne propose désormais plus que des services psychiatriques et psychologiques ambulatoires, notamment des cliniques de jour, des programmes et des services administratifs, y compris la thérapie cognitivo-comportementale. Heureusement, il n’y a plus de lits au Allan.

Ann Diamond, une survivante des expériences d’Ewen Cameron, suggère qu’il y a des tombes non marquées dans la zone forestière derrière le Allan Memorial Institute.
Elle a écrit:

«Ces tombes non marquées sont un grand secret. Il n’y a aucune preuve matérielle que des enfants y sont enterrés mais … certains auraient été des enfants des Premières nations dans les expériences de Cameron entre 1953 et 1964. D’autres venaient de foyers brisés, ou étaient orphelins … De toute évidence, ils ne sont pas aménagés pour attirer de l’attention, mais nous pensons que 17 à 25 enfants ont été enterrés là-bas… Officiellement, cela n’est jamais arrivé… De nombreux documents ont cependant été détruits et McGill est très occupée à cacher les preuves et à veiller à ce que les témoins et les survivants restent silencieux. »
Qu’il s’agisse ou non de la racaille d’un survivant du Allan Memorial Institute ou s’il y a effectivement des enfants enterrés, il est possible de spéculer.

Dans l’article de Brenda Norre intitulé «Localisation des sépultures de masse d’enfants en pensionnat révélés; un tribunal indépendant» (Atlantic Free Press, 2006), elle fournit une liste des cimetières cachés au Canada où des enfants des Premières nations décédés dans des pensionnats ont été secrètement inhumés.

Les pensionnats ont été conçus pour commettre un génocide culturel contre les peuples des Premières nations, en dépouillant leurs parents de leurs enfants et en les obligeant à abandonner leurs langues et leurs cultures autochtones pour adopter des valeurs chrétiennes austères.
Le taux de mortalité des enfants dans certaines institutions atteignait 60%. Sur la base de témoignages de survivants de ces horribles institutions, ils sont répertoriés dans “Caché de l’histoire: l’holocauste canadien (2e éd., 2005) de Kevin Annett”.
Inutile de dire que les informations suivantes apparaissent sur la liste des cimetières cachés:

1. Montréal: Allan Memorial Institute, Université McGill, toujours en activité depuis son ouverture en 1940. Centre expérimental MKULTRA. Fosse commune d’enfants tués au nord du bâtiment, sur les pentes sud du mont Royal, derrière un mur de pierre.

Au fil des ans, il y a eu de nombreuses discussions à voix basse sur les raisons pour lesquelles le gouvernement n’enquête pas sur la situation.

Il ne fait aucun doute que les expériences dérangées du Allan Memorial Institute ont également influencé les imaginations fertiles. Un crime dans la tête, un roman de Richard Condon, s’inspire de ces expériences et a été publié pour la première fois en 1959. Il s’agit d’un thriller politique sur le fils d’une famille politique américaine éminente qui a subi un lavage de cerveau et est devenu un assassin sans le vouloir pour complot communiste. Le roman a été adapté deux fois dans un long métrage, en 1962 et à nouveau en 2004. La version de 1962 est fidèle au livre et met Frank Sinatra en vedette.

À ce jour, le sujet effrayant fait encore l’objet de discussions sur les médias sociaux et a récemment été examiné sur le podcast Haunted Talks. Dans l’épisode 36, House of Horrors, Jimmy Dean a interviewé Montréal hanté en anglais à propos de Ravenscrag (27 juillet 2018).
Qu’il existe ou non un cimetière caché sur le site de la montagne est encore inconnu pour le moment. Une seule chose est certaine. Jusqu’à ce que quelqu’un descende avec une pelle et commence à creuser, c’est un mystère qui restera sans solution.

NOUVELLES DE LA SOCIÉTÉ

La saison de l’Halloween est à nos portes et Montréal hanté est heureux d’annoncer que nous offrons ses trois visites fantômes, y compris notre visite Centre-ville hanté qui est récemment révisée.

Pour le mois d’octobre, pensez à inclure Montréal hanté dans votre saison d’halloween. Les billets sont maintenant en vente!

Montréal hanté propose également des visites privées pour des groupes de 15 personnes ou plus, notamment des sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de jeune filles et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux d’annoncer un livre à paraître titré Macabre Montréal.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’une « collection d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires horribles et horribles provenant de la deuxième ville la plus peuplée du Canada ».
Les auteurs écrivent:

“Montréal est une ville imprégnée d’histoire et de culture, mais juste en dessous de la surface immaculée de cette ville de classe mondiale, des histoires troublantes. Des cimetières oubliés et des pubs hantés la nuit sombre révèle une ville très différente derrière son architecture de style européen et ses rues pavées, une ville aux secrets enfouis, des ruelles empreintes des spectres fantomatiques, des souvenirs d’effroyables actes criminels.”
Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour quiconque s’intéresse au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont participé à une marche des fantômes durant la saison 2018! Si vous avez apprécié l’expérience, nous vous encourageons à rédiger une avis sur notre page Tripadvisor, ce qui aide Montréal hanté à faire de la publicité pour ses visites. Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire sur notre liste de diffusion (en haut de la page, à droite).

 

À venir le 13 novembre: le pub John Doe

Le John Doe, situé sur la rue Bishop, est l’un des nombreux pubs hantés de Montréal. Actuellement fermé par un incendie, le bâtiment et les propriétaires du bar disent que le bâtiment victorien est infesté de fantômes. Acheté en 1990 par un homme nommé Troy, il avait d’abord l’intention de convertir l’étage supérieur en appartement. Cependant, pendant les rénovations, il pouvait entendre des pas fantômes le suivre, peu importe où il se trouvait dans le bâtiment. Après plusieurs autres rencontres paranormales effrayantes, il décida de ne pas emménager après tout. Troy croit que son pub est hanté par trois fantômes de différentes époques: une femme, un homme et une petite fille. Il est très attrayant de faire toute la lumière sur l’histoire et a invité les enquêteurs de Montréal hanté à passer la nuit lorsque son bar a finalement rouvert ses portes. C’est une opportunité que l’entreprise attend avec impatience!

Donovan King est historien, enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbot College), d’un BFA (les arts dramatiques en éducation, Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University of Calgary) et d’AEC (Montréal Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *