Bienvenue à la 51ème édition du blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 300 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion « en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois » !

Maintenant que la saison de l’Halloween est terminée, Montréal hanté passe en régime hivernal. Nous sommes heureux d’annoncer que la tournée des bars hantés de Montréal se déroule tout au long de l’année, les dimanches après-midis. Nous sommes également à la recherche d’un endroit à l’intérieur et qui est hanté pour notre nouvelle enquête paranormale.

De plus, vous pouvez toujours réserver nos visites hantées pour des groupes privés, y compris Mont-Royal hanté, Griffintown hanté et Centre-ville hanté, si la météo le permet.

Le blogue de novembre approfondira les histoires du canal de Lachine, l’une des voies navigables les plus hantées du Canada. Aujourd’hui le site d’un espace vert linéaire géré par Parcs Canada, le canal a été le témoin de plusieurs centaines de noyades, surtout à l’ère de l’industrialisation. Il est également peuplé de nombreux silos et anciennes usines, certains ont été transformés en condominiums et plusieurs sont réputés hantés. Il est connu que des navires fantômes traversent le canal et divers esprits parcourent les rives.

Recherche hantée

Le canal de Lachine est l’un des endroits les plus hantés de Montréal. Pendant la journée, ses rives sont animées par des cyclistes, des promeneurs de chiens, de gens qui pique-niquent ou qui se font bronzer. La nuit, c’est une toute autre histoire. La voie navigable polluée est un endroit sombre, sinistre et désolé, rempli de toutes sortes d’activités paranormales.

Depuis l’ouverture officielle du canal en 1825, des centaines de personnes se sont noyées dans ses eaux ténébreuses. Il s’agit de suicides, de victimes de meurtre, de personnes qui se sont noyées en nageant et de celles qui sont mortes dans des accidents industriels. De vieux bâtiments bordent les rives polluées du canal et un grand nombre d’entre eux sont reconvertis en condominiums. Ces nouveaux condominiums semblent hantées. Des navires fantômes ont été vu navigant sur les eaux du canal, leur origine et leur destination ne sont pas claires. Comme si tout cela ne suffisait pas, il y a des corps, qu’on ne peut pas dénombrer, enterrés le long du canal. Principalement victimes de la Grande Famine irlandaise de 1847, ces cadavres de réfugiés désespérés et oubliés provoquent toutes sortes d’activités paranormales et de présences spirites sur le canal.

Historiquement, un sentier de portage suivait à peu près la même trajectoire que le canal actuel.

L’île de Montréal / Tiohtià:ke d’aujourd’hui s’est formée il y a environ 10 000 ans lorsqu’une ancienne mer s’est drainée avec la fonte des glaciers. Géographiquement, l’archipel était un endroit idéal pour le commerce avec 12 rivières qui affluent dans la région. De plus, quiconque entrait dans la région était forcé de faire du portage en canot, étant donné que les îles sont entourées de rapides dangereux.

Ainsi, les ancêtres de la Première nation mohawk d’aujourd’hui, ou Kanienʼkehá꞉ka, ont fondé Hotsirà:ken, une ville d’environ 5 000 habitants, qui a prospéré dans cette région.

Selon le Dr Michael Doxtater, un aîné mohawk et spécialiste du savoir oral autochtone :

« Hotsirà:ken est un lieu ancien et ancestral, un lieu indigène. L’île était ce que j’appellerais un centre commercial métropolitain. Les Algonquins descendaient la rivière des Outaouais, [les gens] venaient des territoires innus en suivant le Saint-Laurent, puis il y avait les divers groupes linguistiques iroquois qui convergeaient et cela constituait un très important centre commercial ».

Le sentier de portage, où se trouve aujourd’hui le canal de Lachine, suivait une petite rivière qui menait à un petit lac. Avant l’arrivée des colons français, les rives du lac étaient cultivées par les ancêtres de l’actuelle Kanienʼkehá꞉ka, aussi connue sous le nom de Première nation mohawk.

Les Français nommeront plus tard la petite rivière « Saint-Pierre » et le petit lac « Lac aux Loutres ».

Il existe plusieurs théories sur l’origine du nom du lac. Étant donné que la loutre a une apparence semblable à celle du castor, il est possible que les colons français l’aient nommé ainsi par erreur en se trompant d’animal. Certains disent que ce nom vient du fait que le lac abritait une grande population de castors au 16e siècle.  Selon une autre histoire, les autochtones qui cultivaient les terres environnantes ont donné ce nom au lac en raison de sa forme. On disait aussi que le lac aux Loutre symbolisait le bébé castor qui dormait dans le ventre de la mère du castor, ce qui faisait référence à Tiohtià:ke ou à l’île de Montréal actuelle.

À partir de 1534, des problèmes de colonisation commencèrent à se produire à Tiohtià:ke. L’explorateur français Jacques Cartier, au cours d’un voyage d’exploration, a tenté de revendiquer tout le territoire indigène de l’île de la Tortue (aujourd’hui l’Amérique du Nord) pour le roi de France, François 1er.

Le 24 juillet 1534, Jacques Cartier plante une croix en Gaspésie d’aujourd’hui, symbole catholique que le roi de France tente de s’approprier le territoire par une doctrine catholique désormais discréditée appelée Terra nullius.

L’année suivante, Jacques Cartier est arrivé à Tiohtià:ke le 2 octobre. Il ne pouvait pas passer les îles à cause des rapides dangereux qui les entouraient. Il a été accueilli avec une grande hospitalité par les villageois mohawks et le chef de Hotsirà:ken . Les hôtes de Kanienʼkehá꞉ka lui ont offert un festin et lui ont même fourni des guides autochtones pour qu’il puisse escalader la grande montagne Otsirà:ke et faire un survol de la région Ouest au-delà des rapides. Il est à noter que Cartier a promptement tenté de rebaptiser Otsirà:ke « Mont-Royal » en l’honneur de son patron.

Il a aussi mal orthographié Hotsirà:ken comme « Hochelaga » dans ses journaux.

Le lendemain, Jacques Cartier fit demi-tour et repartit vers l’est. La visite de Cartier préfigurait les horreurs que la colonisation française allait provoquer.

Lorsque les Français ont commencé à coloniser, ils ont commencé à s’établir dans l’Est, notamment à Tadoussac en 1599, Port-Royal en 1605, Québec en 1608, et Trois-Rivières en 1634.

Tiohtià:ke était considérée comme une zone interdite parce qu’elle était une partie bien connue du territoire mohawk et que les guerriers mohawks étaient considérés comme les plus féroces de la région.

Ils faisaient aussi partie d’une confédération de cinq nations connue sous le nom de Haudenosaunee, qui comprenait les Premières nations Seneca, Cayuga, Oneida, Onondaga et Mohawk.

La colonisation française s’est accompagnée d’épidémies mortelles, comme la variole, qui n’avaient jamais été connues auparavant par les peuples autochtones. Les Français ont aussi commencé à former des alliances militaires avec d’autres Premières nations qui n’étaient pas en bons termes avec les Haudenosaunee. Les habitants de Hotsirà:ken se sont déplacés plus au sud, dans le territoire mohawk, pour essayer d’éviter les maladies et la guerre, et pour élaborer des stratégies.

Entre-temps, à Paris, en 1639, les zélotes catholiques Jérôme le Royer de la Dauversière, Jean-Jacques Olier et Pierre Chevrier fondent la Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France. Le Royer affirmait que Dieu lui avait rendu visite lors d’un rêve et lui avait ordonné de le faire.

L’organisation religieuse fonde la colonie de Ville-Marie sur l’île de Tiohtià:ke en 1642, déclenchant une guerre complète et brutale entre les Français et leurs alliés et les Haudenosaunee, qui dura jusqu’en 1701.

Le canal actuel est situé sur un terrain que le roi de France a « concédé » à l’ordre des sulpiciens. À partir de 1689, le gouvernement colonial français et plusieurs autres groupes tentèrent de construire un canal qui permettrait aux navires de contourner les rapides dangereux. Les sulpiciens François de Salignac Fénelon et Dollier de Casson sont les premiers planificateurs du creusement du canal.

La nécessité d’un canal pour contourner les rapides a été une préoccupation majeure depuis le début de la colonisation européenne. En 1680, les Sulpiciens avaient prévu de construire un canal entre Ville-Marie et le village de Lachine pour relier les différents cours d’eau de la région.

Lachine a été nommé en 1667, apparemment pour se moquer de son propriétaire de l’époque, Robert Cavelier de La Salle. Il était connu pour explorer l’intérieur du continent afin de trouver un passage vers l’Asie. Lorsqu’il revint sans succès, lui et ses hommes furent surnommés, par moquerie, « les Chinois ». Le nom a été adopté lors de la création de la paroisse des Saints-Anges-de-la-Chine en 1678, dont le nom Lachine apparaît sur les cartes subséquentes aussi bien pour les rapides que le village.

Le canal, qui aurait été le premier en Amérique du Nord, n’a jamais été achevé par manque de fonds, bien que plusieurs grandes sections aient été creusées à partir de 1689.

Après la conquête britannique de 1760, le creusement du canal suscite un regain d’intérêt. En 1821, un budget a été préparé et 200 terrassiers irlandais de Griffintown ont été embauchés pour creuser le canal.

Après quatre ans de travaux pénibles, le canal a été complété et ouvert au trafic maritime.

Il n’a pas fallu longtemps avant que le canal ne doive être approfondi pour permettre le passage de navires plus lourds et pour exploiter l’énergie hydraulique par les industries situées sur ses rives. Les travaux ont commencé en 1843, mais des problèmes ont suivi immédiatement lorsque les travaux ont été privatisés et les ouvriers ont reçu une réduction de salaire d’un shilling par jour, presque 30% de leur salaire ! C’est la première grève de l’histoire du Canada, alors que les travailleurs cessent de creuser et demandent une augmentation salariale, tant sur le canal de Lachine que sur celui de Beauharnois.

À Beauharnois, les autorités ont été avisées et 50 soldats du 74e Régiment, sous les ordres du major Campbell, ont été amenés. Le magistrat Laviolette a ordonné aux ouvriers de se disperser, et quand les ouvriers ont refusé, il a crié : « Major Campbell, feu ! » Les soldats ont pointé leurs mousquets et ont tiré sur la foule des marins, provoquant une scène de panique. Au moins 6 travailleurs ont été tués par leurs balles, 4 d’entre eux ont été atteint dans le dos alors qu’ils fuyaient.

Un prêtre qui était sur les lieux, le père Falvey, a maudit le magistrat, le traitant de lâche et d’assassin. Cependant, une enquête a par la suite innocenté le gouvernement, déclarant qu’il s’agissait d’un cas d’ « homicide justifiable ». Ce fut un moment sombre dans l’histoire du canal.

En 1850, de nombreuses usines étaient en construction le long des rives du canal. Avec l’agrandissement du canal de Lachine et sa puissance hydraulique abondante, d’immenses fonderies et fabriques furent construites, leurs cheminées dégageant des nuages noirs et nocifs. Des navires géants s’amarraient fréquemment pour charger et décharger des marchandises et la région fut bientôt connue comme le berceau de l’industrialisation du Canada.

Les habitants des quartiers ouvriers comme Griffintown travaillaient dans les usines, souvent 14 heures par jour, 6 jours par semaine, dans des conditions éreintantes. Les femmes et les enfants, dont certains n’avaient que 6 ans, gagnaient beaucoup moins d’argent qu’un homme pour le même travail.

En l’absence totale de normes environnementales, le canal de Lachine et ses rives ont rapidement été sévèrement pollués par des produits chimiques et métaux dangereux comme le chrome, le plomb, le zinc, le cuivre et le mercure.

Fichier:Feature. Lachine Canal BAnQ P48S1P16577.jpg

Cette tendance s’est poursuivie jusqu’aux années 1950. L’expansion du port et l’ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent en 1959 ont rendu le canal Lachine obsolète.

Les usines ont commencé à fermer leurs portes et plus de 20 000 personnes ont perdu leur emploi. Le quartier a commencé à disparaître à mesure que les gens partaient à la recherche de meilleures opportunités.

Le canal a été négligé et, à un moment, l’entrée a servi de décharge pour les débris de la construction du métro de l’Expo 67, le fermant à la navigation. Éventuellement, il a été ré-excavé et Parcs Canada a pris la relève en 2002, transformant le canal en un parc linéaire doté d’une piste cyclable.

Quant à la pollution, ils ont tout simplement décidé de ne pas déranger les sédiments contaminés qui se trouvent au fond du canal. La pollution est toujours là, un rappel tordu de l’histoire dérangée du canal.

Aujourd’hui, le canal abrite des fantômes et des activités paranormales de toutes sortes le long de ses 14,5 km, tant dans les eaux sombres que le long de ses rives.

Image result for ghost ship lachine canal

En commençant par l’eau elle-même, on signale des bateaux fantômes qui circulent sur la voie et les esprits des dizaines de personnes qui se sont noyées dans le canal. L’auteur de Coolopolis, Kristian Gravenor, a fait des recherches sur certaines de ces noyades dans son blog :

« Les eaux n’ont pas épargné les enfants et les femmes âgées, car les gens de toutes sortes ont respiré leurs dernières respirations avant que leur corps ne soit redécouvert dans des scènes macabres bien trop connues par les habitants de la ville. Beaucoup étaient des suicidés, d’autres des victimes de meurtre et beaucoup d’autres étaient des gens qui se sont noyés après avoir nagé ou qui sont tombés dans l’eau tout habillés. »

Denis Delaney, ancien résidant de Griffintown, a décrit des enfants qui nageaient dans le canal et qui se sont noyés lorsque des bateaux se déplaçaient soudainement contre les berges, forçant les enfants malchanceux sous l’eau.

Gravenor décrit le canal de Lachine comme un « cimetière aquatique » et « l’endroit le plus effrayant de Montréal. » Les esprits des noyés peuvent parfois être entendus et se manifestent par des éclaboussures inhabituelles, des eaux qui se déchaînent sans raison et des bruits de gargouillement qui émanent des profondeurs du canal.

Il y a également eu d’innombrables accidents industriels le long du canal de Lachine, ce qui a fait que des fantômes demeurent dans les alentours de ces sites.

Par exemple, l’esprit d’un jeune garçon nerveux portant un costume noir a été remarqué à plusieurs reprises sur le pont tournant. Il semble courir sur toute la longueur du pont avant de sauter et de disparaître dans les airs.

Il y a une théorie sur l’identité de ce fantôme. Vers 21 h le soir du mardi 17 septembre 1908, un petit garçon essayait de traverser le canal de Lachine du côté sud en utilisant le pont tournant. Il portait un costume noir avec des culottes courtes. Le pont a été conçu pour pivoter de 90 degrés afin de permettre le passage des bateaux sur le canal, ce qui signifie que les voitures et les piétons devaient attendre le passage d’un navire avant que le pont ne revienne en place.

Lorsque le garçon est arrivé du côté sud, le pont a commencé à basculer pour permettre à un bateau de passer. Il a sauté sur le pont pour traverser le canal. Le gardien du pont ne s’en rendait pas compte, car de nombreux piétons pressés sautaient sur le pont au fur et à mesure qu’il bougeait. Ils devaient attendre au milieu alors qu’un navire passait. Une fois le navire passé, le pont commençait à revenir à sa position normale, qui reliait les deux côtés de la rue Wellington.

Malheureusement, le garçon a tenté de sauter du côté de Griffintown avant que le pont ne soit complètement en place et, au lieu d’atterrir dans la rue, il est tombé entre le pilier et le pont. Il a été écrasé avant que le gardien du pont puisse couper l’électricité de la structure.

Quand le gardien du pont s’est rendu compte de ce qui s’était passé, il a fait pivoter de nouveau le pont et les gens ont soulevé le corps mutilé d’un adolescent aux cheveux bruns, âgé d’environ 13 ans. Dans sa poche de costume se trouvait une carte du club de natation de Montréal portant le nom Arthur Carr. Une ambulance l’a amené à l’Hôpital général de Montréal, mais le chirurgien en service a remarqué que le garçon avait été tué sur le coup lorsqu’il a été écrasé par le pont tournant. Le garçon a été déposé à la morgue, mais personne n’a réclamé son corps. Parce qu’il n’a pas été réclamé, son corps a été envoyé au département d’anatomie.

La théorie la plus marquante sur la hantise est que le fantôme du jeune Arthur Carr est resté sur les lieux après le tragique accident qui l’a tué. Il était probablement pressé de rentrer chez lui après avoir assisté à une cérémonie religieuse qui avait lieu de l’autre côté du canal à Pointe-Saint-Charles, ce qui explique peut-être pourquoi il était si bien habillé. Parfois, lorsqu’une personne est tuée soudainement, son fantôme revient, mais ne se rend pas compte qu’il est réellement mort. On dit que le fantôme du garçon apparaît parce qu’il essaie toujours de retourner dans sa maison familiale dans le Griff après toutes ces années.

Sous le pont tournant rouillé se trouve le tunnel Wellington, un autre site hanté, décrépi et abandonné. Désolant et inquiétant, s’effritant et pleins de graffitis, le tunnel est jonché d’ordures et son entrée cachée est scellée par des blocs de béton et des barres de fer qui ressemblent à une prison. L’endroit est effrayant et dangereux et est connu pour abriter plusieurs fantômes, dont celui d’un homme portant un seau de sang. Il a été question de cette histoire dans la 7ème édition du blogue de Montréal hanté.

L’un des bâtiments le plus réputé pour être hanté le long du canal de Lachine est la raffinerie de sucre Redpath qui, une fois abandonnée, a servi d’abri aux sans-abri. Selon le blog Narcity :

« La piste cyclable qui la longe passe devant plusieurs bâtiments hantés, comme l’ancienne usine Redpath, par exemple. Un esprit errerait avec la mission de déloger les sans-abri qui squattent les lieux en refroidissant l’air et en dégageant une odeur nauséabonde. »

Aujourd’hui, le Redpath est le site de condominiums de luxe et on ne sait pas si ces activités paranormales se poursuivent pour les résidents plus aisés qui y vivent actuellement.

D’autres bâtiments qui sont réputés hantés comprennent le Silo #5, le bâtiment du Belding Paul & Co. Limited, l’ancienne malterie et le Musée de la fourrure de Lachine.

Auparavant, le canal de Lachine avait aussi été sévèrement affecté par la famine irlandaise de 1847, ce qui avait entraîné de nombreuses autres activités paranormales. L’une d’elle comprend un régiment de soldats fantomatiques qui ont été repérés en train de défiler sur les rives à l’unisson avec leurs baïonnettes en l’air.

À l’été 1847, Montréal était une ville de 50 000 habitants. En raison de la famine exacerbée par l’inaction coloniale britannique, Montréal a été complètement submergée par 75 000 réfugiés irlandais, dont la plupart ont fait la traversée sur des « navires-cercueils ». Beaucoup souffraient de la faim et du typhus, une maladie très contagieuse.

Image result for potato famine in ireland

En raison d’une pénurie de bateaux de canal, plusieurs réfugiés ont choisi de marcher le long du canal jusqu’à Lachine. Selon les rapports, beaucoup d’entre eux sont morts sur les rives du canal et ont été enterrés sur place dans des tombes non marquées.

Malgré l’aide de diverses institutions religieuses et du maire John Easton Mills lui-même, le nombre de morts cette année-là est stupéfiant : en plus des 6 000 victimes irlandaises, près de 1 000 Montréalais, au moins 8 prêtres catholiques, 13 religieuses et 7 membres du clergé anglican ont également péri du typhus.

Début novembre, le maire n’était plus vu en public et les citoyens ont commencé à se demander ce qu’il lui était arrivé. Il s’avère que le maire Mills a contracté le typhus lui-même pendant ses fonctions. Selon son médecin, il ne s’est jamais plaint de la douleur ou de son malheur. Il est décédé le 12 novembre, à l’âge de 54 ans. Des funérailles très élaborées ont eu lieu et il a été déclaré « maire martyr de Montréal » pour ses efforts héroïques.

Son fantôme erre, tard le soir, sur le site des premiers hôpitaux de fortune de Montréal, dans le bassin Wellington, du côté sud du canal. C’est comme s’il s’occupait encore des autres dans son au-delà.

Des milliers d’orbes ont également été photographiés à cet endroit, flottant parfois dans les airs. Un résident local est entré en transe et les orbes lui sont apparus.

Il avait l’impression que les morts gémissaient, ce qui est peut-être un événement paranormal, étant donné que le site contient également le premier cimetière de la Famine irlandaise, qui n’est actuellement marqué d’aucune façon.

Les horreurs de l’impact de la famine irlandaise sont racontées en détail dans la 35ème édition du blogue de Montréal hanté.

En conclusion, le canal de Lachine est effectivement une voie navigable très hantée. Se promener sur ses rives sinistres la nuit est une expérience effrayante, qui n’est pas recommandée pour les personnes au cœur fragile. Il est conseillé d’y aller par deux ou en groupe, car on ne sait jamais ce qui se cache dans les eaux sombres, les vieilles usines ou le rivage hanté du canal de Lachine !

Nouvelles de la société

La saison d’Halloween est terminée et Montréal hanté passe en mode hiver ! Pour la toute première fois, nous serons en opération toute l’année avec notre tournée des bars hantés, lauréate de prix, tous les dimanches à 15 h en anglais et à 16 h en français.

Des visites privées sont également disponibles, si le temps le permet, pour Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, Centre-ville hanté, la tournée des bars hantés et notre nouvelle enquête paranormale dans l’ancien cimetière de Saint-Antoine.

Montréal hanté a aussi lancé notre première vidéo promotionnelle ! S’il vous plaît, partagez-le si vous l’aimez !

Nous sommes également fiers d’annoncer que l’un des cofondateurs de Montréal hanté, Donovan King, a été accrédité comme « Spécialiste de Destination Montréal » par Tourisme Montréal. Ses compétences serviront à améliorer nos visites et à continuer à développer des nouvelles expériences alors que nous faisons de Montréal la destination la plus hantée du Canada.

Image may contain: 2 people, people smiling, text

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2019 ! Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées. Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 décembre : Hôpital de la Miséricorde

L’ancien Hôpital de la Miséricorde n’est qu’un des nombreux complexes hospitaliers maintenant inutilisés à Montréal, à la suite de la décision de centraliser les services hospitaliers. Au cours de son passé sordide, des milliers d’orphelins ont été faussement diagnostiqués avec des maladies mentales et des mères seules ont été logées dans des conditions hostiles dans les murs de l’ancien « Hospice de la Charité ». Aujourd’hui, le bâtiment est abandonné – mais certainement pas par les morts ! Considéré comme un point de convergence paranormal par les experts, il y a beaucoup de témoignages d’enfants désincarnés qui pleurent, de bruits de cliquetis, de coups de sangles et autres abus, sans parler des apparitions de religieuses en colère et d’une jeune mère effrayée.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *