Bienvenue à la quarante-quatrième blogue de Montréal hanté! Avec plus de 250 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée au Canada, voire de toute l’Amérique du Nord.

Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite) si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois!

Nous sommes heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et le nouveau tournée des bars hantées!

Notre blog d’avril explore le site de Dawson, une fouille archéologique réalisée en 1859 par le géologue de William Dawson, le géologue de McGill, qui a révélé les vestiges d’une ancienne ville autochtone, y compris les lieux de sépulture. À ce jour, des ouvriers routiers découvrent des preuves de ce lieu mystérieux et ancestral lors des travaux sur les routes dans le centre-ville, au sud de l’Université McGill, ce qui laisse penser à de nombreux spéculateurs que le quartier est hanté par son passé troublé.

Recherche hantée

Pour ceux qui sont familiers avec les romans d’horreur et les films, il existe un facteur commun: ce n’est jamais une bonne idée de construire sur les anciens cimetières autochtones. Malheureusement pour la ville de Montréal, une grande partie de son centre-ville se trouve sur le site d’une ancienne ville et d’un cimetière autochtone, ce qui donne lieu à toutes sortes de spéculations selon lesquelles la ville moderne est hantée.

En outre, depuis que des restes de la ville autochtone ont été découverts en 1859 au coin des rues Metcalf et de Maisonneuve, un débat a fait rage parmi les érudits d’origine européenne sur le fait qu’elle soit ou non le site de la légendaire ville perdue de «Hochelaga», visitée par l’explorateur français Jacques Cartier en 1535.

Alors que les historiens et les archéologues blancs discutaient depuis longtemps sur le sens et la signification de cette ville invisible et perdue, les aînés autochtones et les historiens de la Première nation Kanien’kehá: ka (Mohawk) ont une image beaucoup plus claire . Leur compréhension des vestiges de l’ancienne civilisation qui se cache juste en dessous du centre-ville de Montréal est basée sur des milliers d’années d’histoire sur leur territoire ancestral de Tio’tia: ke.

Les érudits d’origine européenne sont depuis longtemps obsédés par les documents historiques sur la visite de Jacques Cartier comme point de départ de leurs recherches.

La description de sa visite sur l’île par Jacques Cartier est documentée dans le récit intitulé Brief recit, & succincte narration, de la navigation faicte es ysles de Canada, Hochelage & Saguenay & autres, avec particulieres meurs, langaige, & cerimonies des habitans d’icelles: fort delectable à veoir.

Dans le texte, Cartier documente sa visite sur l’île de Montréal. Cartier explorait le fleuve Kaniatarowanenneh («Saint-Laurent») et arriva sur l’île le 2 octobre 1535. Cartier décrit une ville autochtone, qu’il appelle «Hochelaga», avec des milliers d’habitants, entourés de vastes champs de maïs au pied d’une grande montagne. La ville fortifiée contenait au moins cinquante longues maisons recouvertes d’écorce et était entourée de trois rangées de palissades en bois.

Cartier et ses hommes ont été accueillis par les habitants de la ville autour d’un feu près du bois, où ils ont échangé des cadeaux, avant de se rendre à une cérémonie de bienvenue à l’intérieur de la ville.

Lors de la cérémonie de bienvenue, Cartier fut présenté au chef de la ville autochtone. Cartier leur remit en cadeau des haches, des couteaux, des bagues et des chapelets pour les habitants de la ville, tout en offrant aux Européens du poisson, de la soupe, des haricots, du pain de maïs et, pendant la cérémonie, du tabac. Le journal de bord de Cartier, probablement écrit par un compagnon plutôt que par lui-même, décrit cette rencontre comme tel:

«Pendant cet intervalle, nous avons rencontré sur le chemin de nombreux habitants du pays qui nous ont apporté du poisson et d’autres provisions, ils montraient une grande joie face à notre venue et il y avait de la danse. Et afin de gagner et de conserver leur amitié, le capitaine [Cartier] leur a fait cadeau de quelques couteaux, perles et autres petites bagatelles, ils étaient très heureux. Et en arrivant à Hochelaga, plus de mille personnes, hommes, femmes et enfants, sont venus nous rencontrer et nous ont réservé le meilleur accueil que même un père ait jamais réservé à son fils, faisant de grands signes de joie…»

Le lendemain, Cartier reçut des guides locaux et gravit la montagne qu’il appela «mont Royal» en l’honneur de son patron, le roi français François Ier. Cartier ne se donna jamais la peine de demander aux habitants quel était le vrai nom de la montagne, Otsirà:ke,  ou s’il l’a fait, ça n’a jamais été enregistré.

Après sa brève visite, qui a duré un peu plus d’une journée, Cartier et ses hommes ont commencé la remontée de la rivière le 4 octobre, inquiets pour l’hiver prochain.

La visite de Cartier à «Hochelaga» est considérée comme importante pour l’établissement du colonialisme des colons dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Canada. Il est important de savoir que la reconnaissance répandue de l’existence de «Hochelaga» est basée sur les journaux de Cartier. Parce que ses livres de bord sont conformes aux méthodes de la société de peuplement pour enregistrer l’histoire et parce qu’il est une figure célèbre de l’histoire occidentale, le récit de «Hochelaga» par Cartier est généralement reconnu comme fiable par les érudits de l’ascendance du colon. Dans le même temps, les penseurs euro-centriques ont souvent qualifié de non vérifiables les histoires autochtones non consignées par les colons.

En outre, le compte doit être interrogé car Jacques Cartier était également notoirement malhonnête. Il a raconté l’un de ses mensonges les plus infâmes aux habitants de Stadacona (l’actuelle ville de Québec). En mai 1536, il enleva six résidents autochtones, dont le dirigeant de la ville, et les conduisit en France où ils moururent tous.

À son retour à Stadacona, il a expliqué que toutes ses victimes prospéraient avec succès en France, alors qu’elles étaient mortes. Si Cartier disait des mensonges aussi odieux aux peuples autochtones, il l’a probablement fait aussi dans les écrits sur son voyage.

En outre, les rapports euro-centriques de ce type étaient souvent exagérés pour impressionner la royauté afin de garantir le financement et les ressources nécessaires aux futures expéditions, et de nombreux récits anciens de «Hochelaga» sont dénaturés par les fantasmes coloniaux.

Par exemple, une carte de «Hochelaga» a été dessiné quelques années plus tard par Giacomo Gastaldi et imprimé dans l’œuvre du vénitien Battista Ramusio, intitulée Delle Navigationi et viaggi (De la navigation et des voyages).

La carte ne ressemble en rien à une ville traditionnelle de Kanien’kehá:ka (Mohawk) et est inspirée des villes européennes, telles que la présence d’une place centrale et la disposition symétrique des maisons. La carte reflète la perspective européenne de la planification urbaine à la Renaissance italienne et constitue un autre exemple de représentation inexacte de la première période coloniale.

Quoi qu’il en soit, lorsque les Français sont revenus sur l’île quelques années plus tard, la ville autochtone de Cartier appelée «Hochelaga» n’était plus là. Selon les aînés mohawks, les habitants de la ville se seraient retirés au sud de la vallée des Mohawks pour se réorganiser en raison d’épidémies et de la guerre provoquées par la colonisation française.

En 1642, la «Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France» fonda la colonie française de Ville-Marie sur l’île, malgré les avertissements du gouverneur de la ville de Québec selon lesquels il s’agissait d’un territoire «Iroquois» (Kanien’kehá:ka). En réponse, le dirigeant, le sieur de Maisonneuve, a déclaré: «C’est un honneur d’accomplir ma mission; même si tous les arbres de l’île de Montréal devaient se transformer en autant d’Iroquois.»

Il va sans dire que l’année suivante, lorsque la Première nation Kanien’kehá: ka apprit que son territoire avait été colonisé par des Européens, une longue et brutale guerre éclata. Lorsque les colons français ont commencé à perdre, le régiment de Carignan-Salières a été amené de France pour lancer des campagnes génocidaires sur la terre brûlée dans le cadre duquel ils ont localisé et incendié plusieurs villages kanien’kehá: ka. Cette guerre brutale dura de façon entrecoupée jusqu’en 1701, année de la signature de la Grande Paix de Montréal.

La paix étant assurée, la colonie de Ville-Marie a pu continuer à se développer sur le territoire non cédé de Kanien’kehá: ka. Lorsque les Britanniques ont pris le contrôle de la ville en 1760, ils ont choisi «Montréal» comme nom officiel.

Sous le régime britannique, la colonie française est devenue une ville en plein essor, une plaque tournante des affaires et un centre financier. Elle a commencé à se développer très rapidement.

En 1859, les ouvriers du bâtiment commencent à construire des maisons dans une zone sablonneuse au coin des rues Metcalfe et Burnside (aujourd’hui de Maisonneuve). Pendant qu’ils travaillaient, ils ont commencé à chercher des restes de squelettes, de foyers, d’outils, de poteries, de poteaux, ainsi que d’autres éléments de preuve qu’une ville autochtone était autrefois située sur le site. Un artefact particulièrement célèbre est appelé le « Hochelaga Skull », un crâne indigène qui a été étudié par des scientifiques euro-centriques et rapporté dans des livres tels que: Prehistoric Man: Researches Into the Origin of Civilisation in the Old and the New World, Volume 2. (Traduit: Homme préhistorique: recherches sur l’origine des civilisations dans l’ancien et le nouveau monde, volume 2.)

À cette époque, William Dawson, scientifique et géologue, était directeur du McGill College. Dawson a examiné la zone sablonneuse située entre les rues Sherbrooke et Burnside (l’actuelle De Maisonneuve) et les rues Metcalf et Mansfield et a conclu qu’elle abritait autrefois le village de Hochelaga. En 1860, près de ce même endroit, deux ouvriers, creusant pour trouver du sable destiné à la mise en décharge, ont découvert 20 squelettes autochtones et de nombreux artefacts époustouflants de la célèbre ville perdue.

Dawson a publié ses découvertes et beaucoup ont vite déclaré que ses conclusions étaient concernant la disparition mystérieuse de Hochelaga. La région est depuis connue sous le nom de «site Dawson», la première fouille archéologique de Montréal.

En 1920, une plaque commémorative a été érigée sur un rocher baptisé pierre d’Hochelaga près de l’entrée principale de l’Université McGill.

Depuis lors, des artefacts autochtones ont continué à apparaître au cours des travaux routiers. Par exemple, au cours des travaux de 2016-2017, une découverte a été faite dans les rues Sherbrooke et Peel, bien à l’extérieur de la zone du site Dawson d’origine. Les archéologues ont trouvé toutes sortes d’objets et de preuves de la ville perdue, y compris la dent d’un béluga et la tombe d’un jeune adulte.

D’après des découvertes archéologiques, les historiens amateurs Ian Barrett et Robert J. Galbraith estiment que la ville perdue «s’étendait au moins de la rue University à l’est au mont Royal au nord, au sud aux champs de maïs couvrant Dominion Square, et à l’ouest jusqu’à Fort Street et peut-être même au-delà.»

Cependant, en raison des forces d’urbanisation qui ont tant perturbé les vestiges de la ville d’origine, personne ne sait vraiment à quel point la ville perdue sous le centre-ville de Montréal est grande.

Les universitaires blancs pensent également que «Hochelaga» n’était pas situé là où se trouve le centre-ville. La théorie suggère que Jacques Cartier a fait le tour de l’île, plaçant ainsi «Hochelaga» de Outremont à Lafontaine Park en passant par Laval. À l’occasion du 375eme anniversaire de la Ville de Montréal, le projet Hochelaga a été lancé à l’Université de Montréal afin de rechercher le village mystique.

Outre l’étrange idée que l’emplacement de la ville perdue est toujours inconnue, bien que de nombreuses preuves indiquent qu’elle se trouve au centre-ville, un autre point de discorde très important concerne l’identité de ses habitants d’origine.

Des érudits blancs d’ascendance européenne, tels que James F. Pendergast, Bruce G. Trigger et Roland Tremblay, ont longtemps soutenu qu’un groupe distinct d’indigènes, les «Iroquoiens du Saint-Laurent», existait dans la vallée du fleuve avant de disparaître soudainement sans explication.

En 2006, le Complexe d’archéologie et d’histoire de Montréal de Pointe-à-Callière a accueilli une exposition sur la tribu «perdue» des «Iroquoiens du Saint-Laurent», avec des éclats de poterie, des os de chien et d’autres artefacts. Basée sur des études d’universitaires blancs  et intitulée «Les Iroquoiens du Saint-Laurent – Le peuple du maïs», l’exposition postulait que les «Iroquoiens du Saint-Laurent» existaient sur l’île de Montréal lors de la visite de Jacques Cartier en 1535, mais disparurent mystérieusement peu de temps après, à avant l’arrivée de Samuel de Champlain en 1603.

Inutile de dire que des historiens, des aînés et des militants de la Première nation Kanien’kehá:ka sont en désaccord avec cette théorie étrange et soutiennent qu’elle a été créée pour justifier la colonisation de leur territoire ancestral traditionnel.

Kahentinetha Horn de la Nation Mohawk News a décidé de visiter l’exposition «Corn People».

Dans son article intitulé «Disparaître du mythe iroquois «détruit» »”, elle écrit:

«À la dernière minute, le mardi 7 novembre, nous avons découvert qu’il existait une exposition au Musée Pointe à Callière, dans le Vieux-Montréal, lors du vernissage des Iroquois de la vallée du Saint-Laurent». Ils souhaitaient qu’on soit disparu! Quatre d’entre nous de Kahnawake, Kanehsatake et Tyendinaga ont décidé d’aller le regarder. Nous étions curieux de savoir comment ils avaient eu l’idée que nous avions «disparu» ou qu’il y avait eu mystère à résoudre.»

Ils ont visité l’exposition et se sont sentis offensés. Horn a écrit:

«Nous nous sommes plaints au guide que nous n’avions pas disparu, qu’il ne fixait pas des fantômes, que toute cette exposition était trompeuse et que nous étions toujours là. En d’autres termes, nous n’étions pas convaincus par l’histoire de notre mort. La sécurité a été convoquée. Nous avons été suivis pendant un moment. Un petit sergent féminin est apparu et nous a dit que le musée nous rembourserait notre argent.»

En conclusion, Horn a suggéré:

«Nous préférerions qu’ils ferment cette parodie. Ou si le public le voit, on devrait lui dire que c’est une représentation fictive destinée à induire le public en erreur et à justifier la colonisation.»

Il a longtemps été soutenu qu’il était justifié que les colons français colonisent l’île de Montréal parce que la terre était considérée inhabitée. Terra nullius est une expression latine qui signifie «la terre de personne», et les colonisateurs européens ont adhéré à ce concept, c’est-à-dire que la terre ancienne et habitée leur appartenait. Terra nullius est basé sur des décrets catholiques du 15ème siècle qui ont formé la base juridique européenne du colonialisme autour du monde.

Cependant, les aînés et les historiens mohawks ne sont pas d’accord sur le fait que Terra nullius est un concept légitime, car leurs ancêtres n’ont jamais été inclus dans les discussions sur les décrets religieux qui «légitimaient» l’occupation et la colonisation de leur territoire ancestral. En outre, les documents euro-centriques sont intrinsèquement racistes, car ils positionnent les Européens comme supérieurs à toutes les autres races au point de leur permettre de coloniser leurs terres.

Christine Zachary-Deom, ancienne chef des Kanien’kehá:ka: «Cela fait des siècles que nous habitons à Montréal, en fait depuis 10 000 ans. Lorsque vous vous promenez sur l’île de Montréal, vous vous promenez vraiment sur le territoire de la nation mohawk.»

Les universitaires mohawks sont d’accord.

Selon l’Université Queens: «M. Michael Doxtater est un documentariste primé et un universitaire de renommée internationale. Membre de la nation des Haudenosaunee et parlant couramment le Kanyen’keha (mohawk), M. Doxtater possède à la fois une profonde compréhension du savoir oral traditionnel.» Selon le Dr Michael Doxtater, le nom «Hochelaga» n’est même pas correct.

Jacques Cartier avait un taux d’erreur très élevé lors de la tentative de transcription des langues autochtones et le vrai nom de la ville autochtone qu’il a visitée, selon le Dr Doxtater, est Hotsirà:ken, ce qui signifie «lieu de l’incendie» et c’est de là que le nom hochelaga provient.

Selon Doxtater: «Hotsirà:ken est un ancien lieu ancestral, un lieu aborigène. C’était un village mohawk d’environ 5 000 habitants situé sur l’île. Cette île était ce que j’appellerais un centre commercial métropolitain. Les Algonquins descendaient la rivière des Outaouais des territoires innus du Saint-Laurent, puis les divers groupes linguistiques iroquois convergeraient, ce qui constituait un centre commercial majeur.»

Malheureusement, certains historiens et journalistes d’ascendance européenne sont dans le déni et persistent à croire que Tio’tia:ke n’est pas un territoire mohawk. Des articles contestables ont paru en français dans Le Devoir et La Presse. Ils ne peuvent être qualifiés que de révisionnisme historique euro-centrique.

Pour réfuter ces opinions fallacieuses et euro-centriques sur le fait que le territoire ancestral des Mohawks était vide et donc mûr pour être repris par les colons français dans les années 1600, le Conseil des Mohawks de Kahnawà:ke a créé une page Web Answer Back pour mettre les pendules à l’heure.

La Première nation Mohawk est tellement frustrée par ce déni constant que Kahnawake Mohawk Kenneth Deer, représentant du comité des relations extérieures Haudenosaunee, qui représente le Conseil de la confédération iroquoise sur les questions internationales, s’est rendu au Vatican avec une délégation en 2016. La délégation a demandé au pape d’annuler la doctrine raciste de Terra nullius, expliquant dans un communiqué de presse qu’il demandait la révocation de trois décrets papaux, car:

«Ils étaient le «plan directeur» pour la conquête du Nouveau Monde; ils ont fourni une justification morale à l’esclavage et à la conquête des peuples autochtones du monde entier; ils constituent une violation continue de la législation contemporaine sur les droits de la personne; et d’autres communautés qui luttent actuellement pour sauver leurs terres sont menacées par les idéologies modernes d’inégalité ancrées dans les décrets papales.»

Les dirigeants de la délégation étaient déterminés à dire au pape François qu’il «était  temps pour le Vatican d’assumer ses responsabilités pour avoir légitimé un génocide commis contre des peuples autochtones et montré sa bonne foi en révoquant trois décrets papales de la découverte: Dum Diversas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493), toujours en vigueur aujourd’hui.»

Bien que le pape se soit brièvement entretenu avec Kenneth Deer, tout ce que le pontife pouvait rassembler était «Je prierai pour vous», avant de donner lui une petite boîte rouge avec un ensemble de chapelets.

Après s’être entretenu avec d’autres responsables du Vatican, M. Deer a déclaré: «Le processus visant à éliminer les racines de l’ère coloniale a commencé».

De retour à la ville autochtone perdue qui se cache sous le centre-ville de Montréal, il existe également des théories selon lesquelles le site est paranormal. À Macabre Montréal, les auteurs Mark Leslie et Shayna Krishnasamy consacrent un chapitre entier au site de Dawson intitulé «Le village disparu de Hochelaga» (pages 146 à 148). Après avoir examiné toutes les théories avancées par des universitaires blancs ayant des perspectives euro-centriques, les auteurs émettent l’hypothèse que Hochelaga n’aurait peut-être jamais existé en tant que véritable village. Ils spéculent qu’il pourrait s’agir d’un «village fantôme, même lorsque Cartier y atterrit, déjà détruit depuis longtemps, habité par des spectres si réels que Cartier ne pourrait pas faire la différence.»

«L’explorateur s’est-il régalé de faire un voyage fatidique en 1535 ?» Demandent les auteurs, concluant: «nous ne le saurons peut-être jamais vraiment.»

Pour ajouter au facteur effrayant, il y a un crâne en pierre ciselée qui regarde de la façade du club universitaire abandonné sur Mansfield Street. Ses orifices creux semblent regarder directement sur le site de la ville autochtone ensevelie.

Le University Club of Montreal a été fondé en 1906 en tant que club privé d’anciens garçons pour un groupe de l’élite professionnelle et académique. En 1913, son club-house fut construit sur la rue Mansfield, située sur une partie du site de Dawson. Percy Erskine Nobbs, architecte influent formé au mouvement Arts and Crafts et réputé pour ses bâtiments de fabrication artisanale conçus à une échelle humaine et intime, a conçu le bâtiment en pierre calcaire et brique.

Au fil des ans, le club universitaire a accueilli l’élite de la ville, des magnats des affaires aux premiers ministres. En 2016, le club-house a été abandonné et vendu parce que le bâtiment nécessitait des rénovations majeures et que son coût d’entretien était considéré trop élevé.

Il faut se demander pourquoi l’architecte a inclus un crâne dans la façade d’un club aussi prestigieux. L’utilisation symbolique la plus commune du crâne est une représentation de la mort, de la mortalité et du mal. C’est aussi un symbole des Illuminati et est utilisé par la tristement célèbre Skull and Bones Secret Society de l’Université de Yale.

L’architecte Percy Erskine Nobbs a-t-il été impliqué dans les Illuminati ou un supérieur du club universitaire a-t-il demandé la décoration macabre? Peut-être s’agissait-il du crâne d’Hochelaga découvert sur le même site?

Quoi qu’il en soit, c’est un symbole ironique que le University Club, bastion du privilège des Blancs et du colonialisme, présente un crâne dérangé fixant la ville autochtone invisible cachée sous le trottoir.

C’est un rappel pervers des ravages de la colonisation, par lesquels les puissances européennes ont tenté d’asservir ou de détruire la civilisation autochtone par toutes sortes de moyens, y compris un génocide culturel. Aujourd’hui, ces problèmes sont au premier plan.

Alors que les gouvernements coloniaux du Canada et du Québec ont tenté à plusieurs reprises de contredire les dommages extrêmes causés par la colonisation aux peuples autochtones, les efforts se sont intensifiés après le lancement par les Nations Unies de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP) 2007. L’ONU reconnaît que des doctrines telles que la Terra nullius ne sont pas juridiquement valables et que la poursuite du colonialisme est un crime qui viole la Charte des Nations Unies.

En 2008, le Canada a créé la Commission de vérité et réconciliation pour enquêter sur le système de pensionnats au Canada, l’un de ses nombreux outils coloniaux utilisés pour commettre un génocide culturel contre les peuples autochtones. Sous la direction du sénateur Murray Sinclair, les survivants des «écoles» ont relaté les horreurs vécues et les dégâts extrêmes que cette politique d’assimilation forcée avait causés à leur culture, à leur langue et à leur communauté.

En 2015, la Commission a publié son rapport final, qui décrit en détail ce qui est arrivé aux enfants autochtones victimes d’abus physiques et sexuels dans les pensionnats du gouvernement, où environ 3 200 enfants sont morts de tuberculose, de malnutrition et d’autres maladies résultant de mauvaises conditions de vie. La Commission a publié 94 «appels à l’action» exhortant tous les niveaux de gouvernement à œuvrer de concert pour modifier les politiques et les programmes dans le cadre d’un effort concerté visant à faire progresser la réconciliation.

On ne peut nier que la colonisation est un problème récurrent dans la ville de Montréal et même dans les Amériques. L’héritage laissé par les puissances européennes au Canada d’aujourd’hui est une nation qui utilise uniquement les langues coloniales de l’anglais et du français, aux dépens des langues autochtones d’origine. Beaucoup de ces langages autrefois dynamiques sont maintenant menacés par les politiques de génocide culturel du gouvernement.

Il est important de noter que 2019 marque l’Année des langues autochtones des Nations Unies et il est important de parler du fait que 3 500 personnes parlent le Kanien’keha (la langue Mohawk) de la planète, tandis que plus de 275 millions de personnes parlent le français et 1,5 milliard de personnes parlent l’anglais.

Chose embarrassante, les guides touristiques titulaires d’une licence officielle de la Ville de Montréal n’apprennent même pas à dire «bonjour» en mohawk («Kwe Kwe») pendant leur formation obligatoire à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). Au lieu d’aider à faire revivre une langue autochtone en danger et à enseigner une histoire impartiale aux guides touristiques, le programme d’études de l’ITHQ a traditionnellement été décrit comme «euro-centrique», conduisant à des guides touristiques mal formés qui ignorent l’histoire, les langues, les protocoles et les problèmes contemporains des peuples autochtones. Le même problème existe dans le système d’éducation québécois, ce qui entraîne une ignorance générale de la population d’ascendance européenne et l’acceptation aveugle de l’idéologie euro-centrique.

Heureusement, il y a une résurgence autochtone et des groupes tels que Idle No More luttent activement contre le racisme et le colonialisme de différentes manières et exigent un changement social positif. De nos jours, les voix autochtones se font de plus en plus entendre et de nombreux médias, tels que CBC / Radio-Canada, offrent maintenant un contenu autochtone.

Lentement mais sûrement, les différents niveaux de gouvernement commencent à écouter et à agir. Selon un sondage réalisé en 2016, Montréal compte environ 35 000 citoyens autochtones urbains et leur nombre augmente rapidement. Montréal est sans aucun doute la ville la plus autochtone du Québec. Les onze peuples des Premières nations et des Inuits de la province sont représentés, ainsi que de nombreux autres membres des Premières nations et Métis de l’Amérique du Nord, de l’île de la Tortue et au-delà.

En 2008, la Ville de Montréal a décidé d’essayer d’améliorer les conditions de vie des citoyens autochtones. C’est pourquoi elle a commencé à soutenir et à s’engager avec le RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone de Montréal.

En 2016, la Ville de Montréal s’est fermement engagée à la réconciliation avec les peuples autochtones et s’est engagée à devenir une métropole de la réconciliation. Cet engagement comprend la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation et l’approbation unanime de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, signée par la Ville le 21 août 2017.

En raison de la mauvaise éducation qui règne actuellement dans les systèmes d’éducation et de tourisme, il peut être très difficile pour les personnes d’origine coloniale de reconnaître qu’elles n’ont pas été instruites correctement et d’essayer de rechercher la vérité, comme recommandé par la Commission de vérité et réconciliation.

Un bon point de départ est la guide pour être un allié des Autochtones, qui indique que «Vous éduquer vous-même est un processus continu. Le changement ne sera pas facile et vous ne serez jamais vraiment un expert des défis et des réalités autochtones, mais vous pouvez travailler dans l’alliance. »

Retour à la ville indigène perdue, en 2017, un film intitulé Hochelaga, terre des âmes est sorti. Réalisé par François Girard, le film associe des histoires locales au Québec contemporain dans un récit de fiction historique. Présentée au Festival international du film de Toronto, Hochelaga, terre des âmes a remporté quatre prix Canadian Screen Awards et a été nominée meilleur film en langue étrangère aux Academy Awards, ce qui témoigne d’un vif intérêt pour l’histoire de la Première nation Kanien’kehá:ka.

En conclusion, il est étonnant que certains historiens et archéologues de la société colonisatrice continuent à se quereller au sujet de l’emplacement présumé de «Hochelaga» et de la question de savoir si l’île n’est pas située sur le territoire mohawk.

Les aînés et les historiens mohawks connaissent la vérité: Montréal existe sur le territoire non cédé de Kanien’kehá:ka (Mohawk) de Tio’tia:ke dans le nord de Kanien’keh, également connu comme le pays du silex.

De plus, compte tenu de toutes les preuves archéologiques, il semble assez évident que la ville perdue de Hotsirà:ken se trouve à quelques centimètres sous le centre-ville de Montréal.

Quoi qu’il en soit, il faut régler des problèmes beaucoup plus vastes et plus importants, notamment les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada et, en définitive, la décolonisation. Les vestiges de la ville autochtone disparue continueront de hanter ces dialogues, à mesure que la vérité sera révélée, couche par couche, sur laquelle la société colonisatrice pourra réfléchir.

 

Nouvelles de la société

Nous sommes heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et le nouveau tournée des bars hantées!

Dirigé par un conteur fantôme professionnel, le tournée des bars hantées visitera trois bars hantés. La visite commence à le pub irlandais McKibbin’s situé au centre-ville de Montréal sur la rue Bishop, les invités allons découvrir non seulement de nombreux des pubs hantés de la ville, mais ils écouteront également des histoires des fantômes célèbres de Montréal.

Avec une bière en main, les clients apprécieront les pubs hantés et les histoires de fantômes montréalais et apprendront des forces historiques qui ont transformé l’ancienne île indigène de Tiotà:ke en Ville-Marie, une colonie française austère fondée par des évangélistes catholiques.

Après l’invasion britannique, la ville a de nouveau été transformée en centre financier en plein essor, un centre de la criminalité, un site de rébellion violente et de révolution subversive pour finalement devenir la ville la plus hantée du Canada.

Les clients allons faire visite au pub irlandais McKibbin’s, avec ses mystère, le célèbre pub Sir Winston Churchill, l’ancien salon funéraire qui est présentement discotheque Club Le Cinq et, bien sûr, le pub irlandais Hurley’s où un fantôme connu sous le nom de «Femme en feu» hante l’établissement.

Le conteur fantôme régalera les invités avec les histoires de fantômes les plus dérangés et les plus infâmes de Montréal, y compris Simon McTavish, un baron à la fourrure écossais qui est maintenant connu pour glisser sur les pentes du mont Royal dans son propre cercueil, le fantôme de John Easton Mills, le maire martyr de Montréal qui a péri alors qu’il s’occupait de réfugiés irlandais infecté par le typhus pendant la famine de 1847, et Headless Mary, le fantôme d’une prostituée de Griffintown décapitée par sa meilleure amie en 1879. Elle retourne de la mort a chaque 7 ans pour chercher sa tête au coin des rues William et Murray!

Joignez-vous à Montréal hanté pour cette tournée de pubs inoubliable, où vous pourrez boire à côté d’un fantôme, tout en découvrant l’histoire dérangée de la ville et en écoutant des histoires de fantômes locaux qui fourmillaient!

Pour plus de détails, y compris une description, le lieu de départ et l’horaire, visitez notre nouvelle page web! Rejoignez-nous à 15h le dimanche de l’année pour un pub hanté en anglais ou à 16h en français! Les tickets sont maintenant en vente!

Montréal hanté propose également des visites privées et des tournées dans les bars pour les sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre intitulé Macabre Montreal.

 

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un «recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada.»

Les auteurs écrivent:

«Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles.»

Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont participé à une marche fantôme pendant la saison 2018!

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor. Si vous avez des commentaires, écrivez-nous à info@hauntedmontreal.com afin que nous puissions améliorer l’expérience de nos visiteurs.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

 

À venir le 13 mai: Le fantôme de Savannah

Le fantôme de Savannah est une histoire de fantômes personnels. En janvier 2018, j’ai visité Savannah, en Géorgie, pour faire des recherches dans les pubs hantés de la «ville la plus hantée d’Amérique». J’ai réservé une chambre dans l’un des logements les plus hantés du quartier historique de Savannah, le «17Hundred90 Inn», pendant environ une semaine. Au fur et à mesure de mes recherches, y compris des fantômes qui hantaient le «17Hundred90 Inn», je commençais à me sentir de plus en plus mal à l’aise. J’ai retourné à Montréal avec ses sentiments et j’ai commencé à penser que j’avais ramené quelque chose de paranormal avec moi de Savannah. Cette expérience horrible allait complètement faire dérailler ma vie pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’un prêtre irlandais, livrant une messe annuelle sur les ruines de l’église Sainte-Anne de Griffintown, a été capable de chasser tout ce qui me hantait.

 

Donovan King est un historien postcolonial, un enseignant, un guide touristique et un acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal Hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbott College), d’un BFA (théâtre dramatique en éducation, Concordia), d’un B. Ed (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University Studies of Calgary) et d’ACS (Montréal). Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *