Bienvenue à la 54ème édition du blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 350 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois ! 

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois) !

Montréal hanté passe en mode hiver et n’offre pas de visites extérieures avant le printemps. Nous sommes heureux d’annoncer que la tournée des bars hantés de Montréal se déroule tout au long de l’année, les dimanches après-midis. Nous sommes également à la recherche d’un endroit à l’intérieur et qui est hanté pour notre nouvelle enquête paranormale. De plus, vous pouvez toujours réserver nos visites hantées pour des groupes privés, y compris Griffintown hanté, et Centre-ville hanté. Otsirà:ke / Mont-Royal hanté n’est pas disponible en raison des dangereuses conditions de glace sur les sentiers de la montagne jusqu’à ce qu’elle fonde en mai.

Notre billet de blogue de février traite de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours et des rumeurs persistantes selon lesquelles la plus ancienne église de la ville serait aussi la plus hantée.

Recherche hantée

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours est à la fois la plus ancienne église de la ville et, si l’on en croit les spécialistes du paranormal, l’un des lieux les plus hantés du Vieux-Montréal. Également connue sous le nom La chapelle des marins, cette pittoresque structure de pierre est surmontée de trois statues dont la magnifique Dame du port, flanquée de deux anges de l’Apocalypse.

L’église est entourée de mystère. Non seulement les corps de plusieurs religieuses sont enterrés dans la crypte, mais c’est également là que se trouvent les restes sacrés de Sainte Marguerite Bourgeoys, une statue miraculeuse et un tableau de 1848 probablement hanté appelé « Le Typhus » par Théophile Hamel qui dépeint l’horrible impact de la famine irlandaise sur la ville.

Il y a aussi plusieurs rapports de touristes qui ont photographié soit un homme en tuxedo ou un prêtre de l’extérieur des vitraux de l’église. Certains croient que le fantôme photographié n’est autre que le prêtre de la Famine M. Gottefrey, qui a subi une terrible blessure dans l’église plusieurs heures avant de mourir à l’été 1847 alors qu’il s’occupait de réfugiés irlandais.

Pour comprendre la signification de l’église, il est important de se pencher sur un peu d’histoire. L’île de Tio’tia:ke fait partie du territoire traditionnel de la Kanienʼkehá꞉ka ou Première nation Mohawk. Dans le cadre de la colonisation européenne, une organisation catholique française appelée « La Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des peuples sauvages de la Nouvelle-France » a établi une colonie appelée Ville-Marie sur l’île en 1642 alors que les Mohawks se trouvaient dans leur territoire du sud.

Il n’a pas fallu longtemps pour que la guerre éclate entre les colons français et la Première nation Kanienʼkehá꞉ka, qui a duré jusqu’en 1701.

En 1652, le chef de la colonie, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, rend visite à sa sœur en France et invite sa collègue, Marguerite Bourgeoys, à rejoindre la colonie en tant que sa première institutrice.

Selon Bourgeoys :

« Un matin, alors que j’étais complètement réveillé, une grande femme vêtue d’une robe en serge blanche, m’a dit clairement « Va, je ne t’abandonnerai jamais. » Et je savais que c’était la Sainte Vierge, bien que je n’aie pas vu son visage. »

Étant une catholique fervente, elle décide de rejoindre la colonie où elle est chargée d’éduquer les enfants français et de « convertir » les enfants indigènes au catholicisme. Alors qu’aujourd’hui son « éducation » pourrait bien être considérée comme un génocide culturel contre les peuples indigènes, au milieu des années 1600, la doctrine catholique était presque omniprésente en France et les adhérents croyaient que tous les non-catholiques étaient des païens ayant besoin de conversion.

Il était dangereux pour les colons de quitter la colonie en palissade, car la Première nation Kanienʼkehá꞉ka voulait récupérer son territoire et était prête à se battre pour l’obtenir.

C’est pendant cette guerre que Marguerite Bourgeoys a eu l’idée de créer cette église.

En 1655, elle a rallié les colons pour construire une chapelle comme lieu de pèlerinage en dehors de la palissade de la colonie, malgré le danger. En peu de temps, suffisamment de pierres et de matériaux avaient été rassemblés pour poser les fondations. Cependant, en 1657, en raison d’un changement de juridiction ecclésiale dans la colonie, les nouveaux dirigeants sulpiciens ont suspendu les travaux de construction pendant plusieurs années.

Lorsque la « Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des peuples sauvages de la Nouvelle-France » lui a fait don d’une écurie pour servir d’école, Marguerite Bourgeoys s’est employée à endoctriner ses élèves avec l’idéologie catholique tout en leur enseignant des compétences jugées utiles pour la colonie.

Teaching at the stable-school

En 1658, elle fonde la Congrégation de Notre Dame, une communauté religieuse pour femmes qui n’est pas cloîtrée et qui consacre un temps considérable à « l’éducation ». Elles instruisaient non seulement les enfants de la colonie et les Filles du Roy (filles orphelines envoyées par le roi de France pour « peupler la colonie » ), mais aussi divers indigènes, en particulier des enfants.

La congrégation était directement associée à la « Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des peuples sauvages de la Nouvelle-France ». L’objectif général était de coloniser et de « civiliser » les populations indigènes qui vivaient là depuis des milliers d’années en les convertissant au catholicisme. Ces fanatiques religieux croyaient qu’ils étaient des sauveurs, et l’histoire continue de faire cette référence aujourd’hui.

En 1676, avec l’aide du nouvel Ordre des Sulpiciens, Bourgeoys a créé une petite école pour les filles indigènes dans un village situé au pied de la montagne, connu sous le nom de La mission de la montagne.

Son efficacité dans l’évangélisation des étudiants a été considérée comme un succès par les Français. En conséquence, un financement lui a été accordé pour poursuivre ses projets « éducatifs ».

Marguerite Bourgeoys est morte en 1700, laissant en héritage une « éducation » pratique et religieuse aux colons français – et un génocide culturel contre les peuples indigènes.

Après sa mort, la mission qu’elle a fondée a quitté son emplacement sur la montagne pour rejoindre les Sulpiciens au Sault-au-Recollet.

Pendant 20 ans, les autorités religieuses ont poursuivi leurs efforts pour évangéliser les enfants du Nipissing, de Kanienkehà:ka et des Algonquins.

La mission se déplacera plus tard à Oka, dans la région où Kanestetake existe aujourd’hui.

En 1678, la chapelle est finalement achevée après de nombreux revers. Une statuette de Notre-Dame du Perpétuel Secours que Marguerite Burgeoys avait acquise en France a été placée dans l’église comme relique religieuse.

La chapelle continuera à servir la communauté jusqu’à ce qu’un incendie se déclare en 1754, la réduisant en ruines.

Les colons ont crié au miracle lorsque la statuette acquise par Marguerite Bourgeoys a été découverte, dans les cendres, indemne à l’intérieur de son reliquaire.

Six ans plus tard seulement, la ville capitule devant les forces britanniques, qui voient dans le site des ruines un endroit idéal pour construire une caserne. Les prêtres sulpiciens sont intervenus et ont persuadé les autorités britanniques de reconstruire la chapelle à la place.

En 1771, une nouvelle église de style gothique normand a été érigée sur les fondations des anciennes ruines. Le reliquaire et la statuette « miraculeuse » ont été placés au-dessus de l’entrée qui donne sur la rue Saint-Paul. Les Britanniques étant responsables des nouveaux immigrants arrivant du Royaume-Uni, les catholiques irlandais et écossais ont rapidement commencé à assister aux services religieux à l’église.

En 1831, la petite statuette a disparu et a été présumée volée ainsi que son reliquaire incrusté de bijoux. En 1844, la statuette a été découverte dans un des greniers de la maison mère de la Congrégation de Notre-Dame.

Son reliquaire a été trouvé dans un coin empoussiéré de la chapelle 50 ans plus tard. Ce n’est qu’en 1988 que la statue a été définitivement rendue à la chapelle, désormais enveloppée dans un verre protecteur.

Comme le nombre d’immigrants irlandais augmentait considérablement, les autorités sulpiciennes décidèrent de construire la nouvelle église Saint-Patrick, inaugurée en 1847. Ce fut durant cette même année que la famine irlandaise dévasta Montréal. La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours et l’église Saint-Patrick ont toutes deux contribué à l’aide apportée à plus de 75 000 réfugiés irlandais atteints du typhus. Les détails choquants peuvent être lus dans notre article sur la Roche Noire (blog n°35).

Le 11 juillet 1847, un prêtre nommé M. Gottefrey a eu un terrible accident après avoir aidé des réfugiés irlandais. D’après les Annales des Sœurs Grises :

« Le 11 juillet, qui était un dimanche, la mort tragique de leur confrère, M.Jean Baptiste Etienne Gottefrey, les plongea dans la dernière consternation. À un caractère vif, à une âme ardente, ce jeune et vertueux ecclésiastique joignait un zèle empressé. « Passer en faisant le bien » semblait être sa devise. Le soir même du fatal accident qui l’arrêta soudainement sur le chemin de la vie, il était venu entendre la confession d’une de nos postulantes qui ne parlait pas le français, ne pouvait s’adresser à notre Père Larré qui, de son côté, ne comprenait pas l’anglais. Il sortait gaiement de la maison vers 6hres30 quand, rencontrant nos Sœurs qui se rendaient au souper, il les salua comme de coutume bien amicalement en leur disant : « Courage, mes Sœurs, tout cela passera, mais le Ciel restera»et, voyant nos Sœurs abattues, tristes et fatiguées à l’excès, comme pour les distraire, il leur adressa avec une jovialité plus qu’ordinaire, quelques autres paroles gaies et aimables. Notre Mère, en le reconduisant à la porte, lui dit d’un ton moitié sérieux, moitié en plaisantant : « Ah ! Ça, Monsieur ! Prenez garde de vous tuer », faisant allusion à sa vivacité naturelle, elle voulait lui recommander de faire attention à sa santé et de prendre, auprès de malades, les précautions nécessaires et indispensables dans de pareils cas.Ce bon Monsieur était hélas,loin de se douter qu’il eut sitôt besoin d’unetelle recommandation et qu’une heure plus tard il se serait tué. En saluant notre Mère et se retirant, quelqu’un l’aborda et l’emmena vite pour un malade en danger. Il partit à la hâte et se rendit de ce pas chez plusieurs mourants et, comme il craignait d’être trop tard pour leur administrer le Saint Viatique en allant à la paroisse Notre -Dame, il se rendit à Bon Secours. Dans le moment, on faisait des réparations à l’église Bon Secours et comme on voulait en même temps adosser quelques bâtisses à l’église, une des galeries avait été jetée à terre et par un oubli impardonnable, la porte de cette galerie n’avait pas été condamnée. Le bon Monsieur Gottefrey l’ignorant, il monta au second étage où était la sacristie, ouvrit en toute vitesse cette fatale porte, alla se précipiter sur un amas de pierre et se fracassa la cervelle. Sa mort fut instantanée car son crâne était ouvert et son corps tout mutilé. Quelqu’un ayant eu connaissance de l’accident accourut sur le champ et n’y trouva plus qu’un cadavre inanimé. Ses restes furent déposés chez les Religieuses de l’Hôtel-Dieu où ils demeurèrent jusqu’au moment de sa sépulture qui eut lieu le lendemain. »

À l’époque, l’évêque Bourget avait contracté le typhus dans l’exercice de ses fonctions et était sur le point de mourir. Il a prié la Vierge Marie pour que Dieu lui sauve la vie.

Il a promis que, s’il était épargné, il restaurerait l’église comme lieu de pèlerinage, créerait une nouvelle statue pour orner l’église et commanderait une peinture votive sur le rôle de l’Église pendant la Famine.

Lorsque l’évêque a survécu à la maladie, il a tenu ses promesses et a chargé Théophyle Hamel de peindre « Le Typhus », qui a été installé sur le plafond au-dessus de l’entrée principale de la chapelle, où on peut encore le voir aujourd’hui. Il représente l’évêque et trois ordres de religieuses s’occupant des réfugiés de la famine irlandaise souffrant du typhus.

Nous savons qu’au moins une touriste américaine croit que le tableau est hanté. Fin 2019, en regardant le tableau, elle a été témoin de quelque chose d’incroyable. Elle a déclaré : « Dans le tableau, la victime du typhus de l’homme mort avec l’enfant accroché à lui a soudain ouvert les yeux et m’a fixé directement ! J’étais choqué ! J’ai pris mon téléphone pour prendre une photo, mais quand j’ai regardé, ses yeux étaient de nouveau fermés. Et non, je ne profitais pas des nouvelles lois canadiennes sur la marijuana, si c’est ce que vous pensez. »

De nombreux touristes ont signalé des activités paranormales dans l’église et ses environs. Le 2 juillet 2014, un autre visiteur qui participait à une visite fantôme a pris d’étranges photos de l’église et a écrit par la suite :

« Pendant que le guide nous faisait visiter, j’ai décidé de capturer des moments et de prendre des photos des bâtiments et des églises. L’une des photos était celle des fenêtres de Notre Dame de Bon Secours sur le côté du bâtiment. J’ai montré la photo à mes amis et nous nous demandions si l’un des vitraux sur le côté du bâtiment avait l’image d’un homme. J’ai joint ici la photo et si vous zoomez dans la deuxième fenêtre, vous verrez un homme portant un smoking noir qui regarde le photographe. Nous voulons juste confirmer s’il y a vraiment une image d’un homme sur la fenêtre. »

Un expert en paranormal estime que l’image ne représente pas un homme en smoking, mais plutôt une tenue de prêtre. Cet expert pense que l’image montre M. Gottefrey avec le col qu’il a déchiré lors de sa terrible chute.

Un autre point d’intérêt est la connexion maritime de la chapelle. Elle est également connue sous le nom de « La chapelle des marins » parce que les marins craignant Dieu priaient pour des traversées sûres. Une autre des promesses de Borget était d’installer une statue de la Vierge Marie, et en 1848, « l’Étoile de la mer » de Charles Dauphin a été installée. Cela a inspiré une plus grande statue de la Dame du port qui a été érigée sur le toit en 1892. Elle fait face au port, flanquée de deux anges de l’apocalypse tenant des trompettes.

Il existe une légende montréalaise fascinante au sujet d’un jour apocalyptique et paranormal où la Dame du port a tourné le dos au port, ce qui a entraîné une grave tragédie. L’histoire se trouve dans notre article sur La Calèche Fantôme (blog n°37).

Plusieurs navires miniatures ex voto sont également suspendus au plafond de la chapelle, cadeaux de marins reconnaissants au fil des ans.

Marguerite Bourgeoys est devenue la première femme sainte du Canada lorsqu’elle a été canonisée le 31 octobre 1982. La cérémonie qui s’est déroulée au Vatican a été présidée par le pape Jean-Paul II.

Le 350e anniversaire de l’arrivée de Marguerite Bourgeoys à Montréal en 2003 a été marqué par des célébrations. Deux ans plus tard, les restes de Sainte Marguerite Bourgeoys ont été placés dans l’autel de gauche, sous la statue de Notre-Dame-de-Bon-Secours. Quelques semaines plus tard, les restes de la pieuse Jeanne Le Ber, recluse, ont été insérés dans le mur latéral est de la chapelle.

Le Ber était l’une des personnalités les plus pieuses de la ville à l’époque de la « Nouvelle-France ». Le 24 juin 1685, Jeanne Le Ber, alors âgée de 18 ans, a fait vœu de réclusion perpétuelle, de chasteté et de pauvreté.

Une fois son vœu prononcé, elle a passé sa vie à s’autoflageller, à coudre et à prier, jusqu’à sa mort en 1714. Compte tenu de sa vie de réclusion et de repentir éternels, certains experts du paranormal pensent qu’elle est revenue en tant qu’esprit.

Aujourd’hui, les visiteurs de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours peuvent découvrir l’église dans le calme et examiner les reliques, l’architecture et les œuvres d’art exceptionnelles. L’entrée est gratuite.

En payant, les visiteurs peuvent explorer le musée Marguerite Bourgeoys pour en savoir plus sur l’histoire, monter au clocher pour une vue panoramique et visiter la crypte souterraine. Selon les archéologues, les corps de plusieurs religieuses reposent sous la crypte.

Apparemment, elles ont été victimes d’une épidémie à l’époque de la Nouvelle-France et ont été enterrées sous la première église. On pense qu’ils pourraient eux aussi hanter la chapelle.

Avec toute l’histoire de la chapelle, ses statues, ses œuvres d’art, ses reliques et ses divers restes humains, il n’est pas étonnant que la plus ancienne église de Montréal, Notre-Dame-de-Bon-Secours, soit aussi réputée comme étant la plus hantée !

Nouvelles de la société

Montréal hanté passe en mode hiver ! Pour la toute première fois, nous serons en opération toute l’année avec notre tournée des bars hantés, lauréate de prix, tous les dimanches après-midi.

Des visites privées sont également disponibles de Griffintown hanté, Centre-ville hanté, la tournée des bars hantés et notre nouvelle enquête paranormale dans l’ancien cimetière de Saint-Antoine.

La visite de Mont-Royal hanté n’est pas disponible en hiver en raison des conditions dangereuses et glaciales du circuit.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2019 – 2020 !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 mars : Le pari fantomatique du Réseau Express Métropolitain (2ème partie)

Le Réseau Express Métropolitain a récemment extrait plus d’une douzaine de squelettes du cimetière de la Famine de la Roche Noire. Beaucoup d’entre eux étaient des enfants qui ont succombé au typhus. Tragiquement, ils ont été enterrés dans des fosses communes après avoir traversé l’océan Atlantique sur des « bateaux-cercueils ». La raison d’être de l’exhumation du REM était d’installer un pylône en béton pour son futur réseau de trains électriques de 6,3 milliards de dollars. Cet acte a suscité la crainte que les fantômes des morts de la famine irlandaise puissent facilement hanter le système. En réponse, certains artistes ont créé des images représentant une station paranormale au sommet du pylône qui sert de lien entre le monde des vivants et celui des morts. La première partie du blog spéculait sur certains des fantômes qui pourraient infester le réseau REM. La deuxième partie propose la solution révolutionnaire, mirobolante, avant-gardiste, et pas chère de Montréal hanté pour essayer de protéger le réseau de trains électriques de 6,3 milliards de dollars contre les esprits, les ombres, les spectres, les démons, les revenants, les parasites paranormaux, les gnomes, les farfadets, et la malchance.

 

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *