Bienvenue à le cinquantième blogue de Montréal hanté !

Joyeux saison d’Halloween ! Avec plus de 300 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois !

Nous sommes également heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes et expériences hantées sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté, la Tournée des bars hantés, et notre nouvelle enquête paranormale sur l’ancien cimetière Saint-Antoine.

Notre blogue d’octobre examine un chapitre sombre de l’histoire de Montréal, où le vol de tombes et l’arrachage de corps étaient endémique, menant à de nombreux scandales nauséabonds et aux récits hantés qui en résultent. En effet, l’histoire la plus tristement célèbre des fantômes à Montréal au XIXe siècle, celle du fantôme en luge de Simon McTavish, est partiellement basée sur les singeries des voleurs de corps de Montréal.

Recherche hantée

Pendant la majorité du XIXe siècle, Montréal avait un grave problème de vol de corps. Avec la fondation de l’Université McGill en 1821, le département de médecine avait besoin de cadavres pour pouvoir étudier dans la classe d’anatomie. Malheureusement, à l’époque, il était illégal de procéder à des dissections humaines, sauf si cela faisait partie du châtiment d’un criminel. En effet, pour les pires criminels, cette peine ultime et honteuse était parfois inscrite dans les peines prononcées par les juges locaux.

Par exemple, un humble gardien de taverne nommé Charles Gagnon a été condamné à la pendaison après le meurtre brutal d’un client nommé Joseph Veau dit Jeanveau le jour de Noël 1832. Après avoir été pendu à l’ancienne prison de Montréal, son corps a été récupéré par le personnel médical de l’Université McGill. Le Montreal Gazette a fait remarquer que c’était « l’achèvement définitif de la terrible phrase qui consignait le corps du meurtrier au couteau de l’anatomiste ».

Fait intéressant, dans cette affaire, les amis de Charles Gagnon se sont cachés à la faculté de médecine de l’Université McGill avant que son corps est arrivé et a plus tard ont volé le cadavre, le ramenant à la paroisse Saint-Laurent, dans l’actuel Laval, où ils ont prié le prêtre de l’enterrer dans un lieu sacré. Selon le journal: « Le curé de cette paroisse a refusé la sépulture et a informé les professeurs du Collège, qui ont fait retirer le corps dans la salle de dissection ». Étant donné la grave pénurie de cadavres légaux à l’autopsie à Montréal, les professeurs étaient très soulagé que leur trésor macabre, le cadavre de Gagon, soit retourné au théâtre d’anatomie.

Comme il était rare de recevoir des criminels exécutés, professeurs et étudiants ont dû faire preuve de créativité dans leur quête constante de nouveaux corps à disséquer dans le cadre de la formation médicale offerte à l’Université McGill. La seule solution réaliste était le cambriolage ou le vol de corps.

Des étudiants en médecine ont volé des corps de les cimetières et les maisons mortes et les ont ramenés en contrebande à l’université. Avec un clin d’œil au gardien de nuit, le corps fut traîné dans le théâtre d’anatomie. Dans les premiers temps, ces « Résurrectionnistes » formaient un groupe très intelligent.

Les cadavres ont été exhumés la nuit et rapidement dépouillés de leurs vêtements et de leurs bijoux pour éviter toute accusation formelle de vol (le cadavre n’était pas légalement désigné propriété privée). Une fois dépouillé, le cadavre a été rapidement emmené dans la salle de dissection.

L’un des premiers épisodes de vol de corps qui ont déclenché des troubles civils parmi l’élite montréalaise s’est produit dans la ville de Chambly en 1843. Les pilleurs de tombes ont volé le cadavre d’un sergent respecté du 425e régiment, et ont laissé son cercueil et ses vêtements éparpillés sur la pierre tombale. C’était une affaire extrêmement scandaleuse. La police a été convoquée et a rapidement retrouvé les étudiants en médecine dans une ancienne maison de seigneurie pour découvrir que le corps du milicien avait déjà été disséqué et jeté dans un coffre-fort.

Le « Montreal Transcript » était scandalisée et dénonçait les étudiants. Les Montréalais connaissaient l’héritage tordu de William Burke, un criminel écossais qui a assassiné des gens à Édimbourg, en Écosse, dans les années 1820, afin de pouvoir vendre leurs corps à des écoles de médecine. La police d’Édimbourg a finalement attrapé Burke et il a été condamné à être suspendu puis disséqué en public.

Rappelant les sacrifices de milicien pour l’empire britannique et ses nombreux honneurs militaires, le « Montreal Transcript » conclu que « le moins le soldat pouvait attendre … est que, lorsqu’ils destinés à sa tombe, ses restes mentirais honoré et tranquille. »

Le scandale si secoua la société, que le gouvernement a agi et a adopté à l’unanimité la Loi réglementant et facilitant l’étude de l’anatomie en décembre 1843. Elle a proclamé que le corps de toute personne décédée sous la garde d’une institution financée par le gouvernement devait être remis à la les écoles de médecine, à moins que le cadavre ne soit réclamé dans les quarante-huit heures par un « ami ou parent de bonne foi ». En substance, la loi prévoyait que ceux qui recevaient des œuvres de bienfaisance, tels que les démunis, les insensés, les condamnés et les enfants décédés dans des orphelinats, serait livré à la science, sauf si le corps a été réclamé.

Malheureusement, malgré la loi, il y avait toujours une pénurie de cadavres à l’autopsie et le vol de cadavres se poursuivait sans relâche. Le fait était que les voleurs de corps pouvaient gagner beaucoup d’argent par cadavre. De nombreux étudiants fréquentaient l’université de cette manière et étaient absolument ravis de l’inauguration du cimetière Mont-Royal en 1852, suivi du cimetière catholique Notre-Dame-des-Neiges deux ans plus tard. Non seulement ces parcelles funéraires étaient-elles isolées parmi la canopée de la montagne, mais elles n’étaient pas très éloignées du pavillon de médecine de McGill. De plus, depuis les cimetières, tout était en descente jusqu’au campus, ce qui rend le vol de corps plus facile que jamais à Montréal.

Les vols de corps constituaient souvent une activité hivernale, le sol gelé empêchant l’enterrement des corps. Jusqu’à ce que le sol soit dégelé, les cadavres étaient stockés à la surface du sol dans des « maisons mortes » du cimetière, une cible facile pour les étudiants qui souhaitaient entrer de force et voler des corps. Une excursion hivernale consistant à se rendre au cimetière  de Côte-des-Neiges ou de Mont-Royal dans l’obscurité de la nuit, à se rendre dans une « maison morte », à retirer les cadavres de leurs cercueils, puis à les faire glisser sur la neige pente couverte.

Un professeur, Dr. Shepherd, a rappelé que les étudiants qui cambriolaient les cimetières du mont Royal enveloppaient les corps dans des couvertures et les glissaient sur les pentes du chemin de la Côte des Neiges.

Parfois, il y avait un incident dans lequel le corps tombait dans la rue à la vue des passants. Pour éviter toute suspicion, les élèves expliqueraient qu’il y a eu un accident mortel de luge qui a eu pour résultat qu’un corps nu s’est étalé sur la route enneigée.

En 1858, le scandale retentit à nouveau lorsque le cadavre de la veuve d’un soldat de haut rang, le capitaine Spillen, a été volé dans la maison morte de l’Hôpital général de Montréal.

Le corps avait été réclamé de la manière appropriée. Cependant, lorsque les participants aux funérailles ont ouvert le cercueil, ils ont trouvé deux gros billots d’érable à la place du cadavre de la veuve. Le « Montreal Herald »  a rapporté : « Un linceul a été soigneusement ajusté sur les billots de bois et en bas de les billots a été placé, avec une ingéniosité cruelle, le bonnet de la dame décédée. »

Après publication, une foule en colère se rassembla et commença à chercher la ville pour les agresseurs.

Terrifiés, les voleurs de corps ont jeté le cadavre nu du veuve Spillen dans un terrain vague au coin des rues Sainte Catherine et Guy, puis se sont enfuis aussi vite que leurs pieds pouvaient les emporter.

Peut-être encore plus scandaleux était une situation décrite en 1862 dans le journal de Griffith Evan, étudiant en médecine à McGill. Un groupe d’étudiants avait volé un cadavre dans un cimetière de campagne et ont ete trahi par leur aide lorsque la famille en deuil a annoncé une récompense pour la récupération de son corps. Lorsque le cadavre a été retrouvé à l’Université McGill, le conseil des gouverneurs revenu humiliée à la famille, faire grandes assurances publiques que dorénavant ils « n’accepterons aucun cadavre dans la salle de dissection sauf par la procédure standard. »

Cependant, ce fut une promesse vide. Evans a expliqué: « La procédure standard est qu’ils viennent des États-Unis où de nombreux nègres sont obtenus au bas prix, emballés dans des caisses et passés au-delà de la frontière comme des provisions de farine. » Evans a même ajouté qu’il était assez rare qu’il dissèque le corp d’un blanc pendant ses études à McGill.

Dans une autre mésaventure, Evans a rapporté qu’un jour en hiver 1862, il s’apprêtait à disséquer un cadavre humain lorsque le calme du théâtre d’anatomie de McGill s’est soudainement brisé. Deux étudiants, qui avaient volé un cadavre dans un cimetière sans nom, l’entraînaient pour une autopsie lorsqu’un autre étudiant entra, essoufflé. Il a déclaré: « Bon Dieu ! C’est ma tante; mon cousin, son fils, assiste à un cours de chimie et sera bientôt ici. » Avec cela, le neveu angoissé s’est évanoui et ceux des salles de dissection ont paniqué. « Que ferons-nous ? » Demanda l’un d’eux.

Un autre a répondu: « Dissèque rapidement la peau du visage ! » Alors que le neveu était en train de ressusciter, les deux étudiants ont saisi leurs instruments et se sont immédiatement mis à enlever chirurgicalement le visage de la femme morte, qui devenait complètement méconnaissable.

Selon Evans, quand le fils endeuillé est arrivé: « Il est allé voir le nouveau corps blanc, a plaisanté gaiement avec les dissecteurs, les a félicités pour leur aventure réussie », puis s’est mis à disséquer sans le vouloir sa propre mère.

La même année, une publication intitulée « Once a Week » (Une fois par semaine), imprimée à Londres par Bradbury & Evans, a publié un article intitulé « Nips Daimon » dans le volume 6 (décembre 1861 – juin 1862). Le récit dérangé sur une horrible apparition qui aurait poussé des luges à descendre la montagne dans un cercueil est clairement inspiré de l’histoire de fantôme de Simon McTavish. Après la mort prématurée du baron à fourrure écossais en 1804, son fantôme terroriserait les citoyens en faisant de la raquette ou de la luge sur la montagne.

McTavish avait laissé un château abandonné sur les pentes du campus McGill. Au fil du temps, le château a commencé à prendre un air de dilapidation, alors qu’il se décomposait lentement et s’effondrait. Le bétail a erré à l’intérieur de la ruine pendant l’été, et en hiver il avait une apparence inquiétante alors que la neige y glissait. C’était gris, sombre et presque comme un crâne, ses fenêtres vides fixant la ville en bas.

Plus haut sur la pente se trouvait un mausolée qui abritait la dépouille de McTavish.

L’Université McGill a été fondée en 1821 et il est dit que les étudiants de l’université se rendaient au caveau de sépulture en hiver, en portant des raquettes, en criant pour tenter d’éveiller le fantôme de McTavish. En 1827, les étudiants sont allés trop loin: les serrures de la voûte ont été brisées et l’intérieur de la tombe a été violé.

Un article indigné a été publié dans « The Gazette », condamnant le vandalisme. Le serrurier a par la suite déclaré qu’il avait senti une présence effrayante dans la chambre forte et avait remarqué que le cercueil de McTavish était tombé par terre, renversant tout son contenu. Sans s’aventurer à l’intérieur, il a rapidement réparé la serrure et s’est enfui. Il ne fallut pas longtemps avant qu’on dise que le château était hanté. Certaines personnes ont signalé des esprits entrant et sortant des portes et des fenêtres et d’horribles gémissements venant de l’intérieur du bâtiment inachevé, tandis que d’autres ont déclaré qu’un fantôme dansait sur le toit. Plus étrange encore, on disait que McTavish pouvait être vu certains soirs en train de glisser en luge sur le mont Royal – pas sur un traîneau, mais dans son propre cercueil!

Alors que beaucoup de Montréalais croyaient aux contes et arrêtaient les activités hivernales sur les pentes, les sceptiques de l’époque affirmaient qu’il s’agissait probablement uniquement des corps des Résurrectionnistes qui glissaient des cadavres des cimetières du mont Royal au McGill Medical Building – et non du fantôme de McTavish. Quoi qu’il en soit, l’histoire a attisé l’imagination à Londres. Pour lire « Nips Daimon », veuillez vous reporter aux pages 602 à 608.

En 1861, la ville de Montréal a enterré l’histoire des fantômes McTavish, au sens figuré et littéralement, en démolissant son château en ruine et en enterrant littéralement son mausolée pour le protéger de tout vol ultérieur.

À mesure que les années passaient, les vols de corps ne cessaient plus.

Le cas le plus notoire est peut-être celui de février 1871, lorsque deux religieuses défunts catholiques ont été volées dans la maison morte d’une église à Lachine. Le public a explosé avec fureur. Le « Montreal Gazette » a déclaré: « Il n’y a encore jamais eu de cas apparenté de ce genre, de nature plus répugnante. » Les prêtres ont tonné des chaires, les citoyens scandalisées ont écrit des lettres à l’éditeur et une grande récompense leur a été offerte pour le retour des corps sacrés. Peut-être effrayés par le colère de la population qu’ils ont provoqués, les voleurs ont paniqué et ont caché les corps dans un banc de neige. Ils ont ensuite concocté un stratagème par lequel ils réclameraient anonymement la récompense en échange de la localisation des cadavres maintenant gelés. L’église a obéi et l’indignation du public n’a fait qu’empirer.

Les journaux anglais les décrivaient comme des « impitoyables », des « cauchemars », des « voleurs macabres », des « crapauds consommés » et des « groupes d’étudiants à moitié ivrognes et blasphématoires », dont les « transactions dégoûtantes » équivalaient à « des atrocités » et à « un sacrilège diabolique ».

Un citoyen anonyme a même publié un avertissement dans le « Montreal Star », intitulé « Attention voleurs de corps », le 11 Février 1871 : 

« Nous avons vu aujourd’hui une arme formidable qui vient d’être faite pour le gardien du cimetière Côte des Neiges. L’arme a des proportions impressionnantes et sera chargée avec environ huit onces de chevrotines. Les parties qui planifient un raid sur le lieu d’enterrement ci-dessus feront bien de se rappeler la formidable arme qui est maintenant dans les mains du gardien alerte. Une bande de profanateurs de tombes fournirait probablement assez de sujets à la salle de dissection pour plusieurs semaines. »

La réputation des étudiants en médecine continuait de s’effondrer. Le « Montreal Gazette » a même prétendu que les ressurectionnistes étaient capables d’assassinats de sang-froid et d’infanticides, ce qui ne les rend que plus notoires et méprisés au fil du siècle.

En 1889, un citoyen du nom de RS Wright, diplômé de McGill, écrivit une lettre à « The Daily Witness » intitulée « Une parodie de la mort ». Wright s’est plaint de la présence d’étudiants des universités McGill et Laval qui ont fait défiler des restes humains dans les rues lors d’un carnaval.

Wright a raconté qu’il vivait dans une résidence à McGill et décrivait les étudiants en médecine comme suit: « Parmi eux, il y avait une clique qui exhibait des ossements humains et parlait de fabriquer des sachets de tabac en peau humaine, etc. Ils étaient extrêmement ivres et immoraux, et je voyais parfois l’un d’entre eux la tête penchée par la fenêtre vomir de l’alcool dans le quadrilatère. »

Après que cette bande eut menacé de jeter l’ami de Wright dans une « fosse, sous le collège,  dans lequel des déchets provenant de la salle de dissection et d’autres ordures ont été jetés », a-t-il déclaré: « Depuis lors, j’ai eu une très mauvaise opinion des hommes qui exhibaient des os et des crânes, ou pire, des pantoufles en peau humaine. »

Wright poursuivit: « Aucun autre que les sauvages se moqueraient des restes humains ou les exposeraient en pantomime. » Il a ensuite souligné que les Premières Nations « font généralement preuve d’un soin extraordinaire pour les restes humains et y consacrent les cérémonies les plus fastidieuses, et lorsqu’une place est consacrée à des rites funéraires, une punition sévère s’emparera de ceux qui la violent. »

Il fut vite évident que la situation devenait incontrôlable. L’illustre anatomiste montréalais Francis Shepherd s’est rappelé qu’au début des années 1880 que la faculté de médecine de McGill payait des voleurs de corps entre « trente et cinquante dollars » par cadavre, une somme substantielle à l’époque. En effet, entre décembre 1882 et mars 1883, 26 épisodes de vol de sépulture ont été rapportés à Montréal, ce qui a incité la population à demander un renforcement de la législation.

En 1883, la loi de l’étude de l’anatomie a été adoptée le 30 mars. Cette loi a effectivement servi à renforcer et à habiliter la loi de 1843 par la coercition et la punition. Tous les hôpitaux, orphelinats, prisons, maisons des pauvres et autres œuvres de bienfaisance financées par le gouvernement ont été contraints de remettre les corps de ceux qui y étaient morts, et la période de réclamation des corps a été réduite à 24 heures. Les écoles de médecine qui se procurent des corps auprès de qui que ce soit, à l’exception de l’inspecteur municipal en anatomie, se verront imposer une amende pouvant aller jusqu’à 200 dollars, tout comme les œuvres de bienfaisance financées par le gouvernement qui refuseraient de livrer leurs morts non réclamés. Alors que l’asile des orphelins de St. Patrick s’y opposait initialement, le gouvernement les a forcés à envoyer les cadavres d’enfants orphelins à l’inspecteur municipal en anatomie sous la menace de sanctions.

La Loi sur l’anatomie du Québec a été un succès indéniable. En mars 1884, le journal médicale et chirurgical canadien annonçait qu’aucun cas de cambriolage de tombes n’avait été signalé au Québec cet hiver-là: « Les exigences des facultés de médecine ont été amplement satisfaites ».

Et ainsi, les arts sombres et dérangés de vols de corps sont terminés de façon fracassante. L’époque des vols de tombes à Montréal était effectivement terminée et les exploits tordus des résurrectionnistes commençaient à s’effacer de la mémoire populaire. Au vingtième siècle, toute mention de vols de cadavres avait pratiquement disparu. Cependant, comme le mentionnaient les premiers numéros du « McGill Daily », l’héritage de ces « braves résurrectionnistes » a survécu dans la faculté de médecine pendant des décennies.

Chaque année, les étudiants célébraient « King Cook », le gardien de la faculté de médecine, qui aidait les étudiants à faire entrer furtivement des cadavres volés, sur le campus.

Ces célébrations consistaient en un défilé dans la rue Sainte-Catherine et en des productions théâtrales humoristiques. Le célèbre professeur Stephen Leacock les appréciait particulièrement.

La fameuse « King Cook Celebration » a eu lieu pour la dernière fois en 1926 et, depuis lors, l’histoire de pillage de corps faite par les étudiants en médecine a été largement oubliée.

Cependant, ces histoires sombres et tordues n’ont jamais totalement disparu de l’imagination des Montréalais. En effet, ils font un retour depuis que Montréal hanté a commencé à ressusciter l’histoire de McTavish en effectuant des recherches approfondies et en offrant des visites hantées à sa tombe, à partir de 2011 avec la visite Mont-Royal hanté. Montréal hanté veut s’assurer que cette partie trouble de l’histoire médicale et du patrimoine de la ville ne soit jamais, jamais oubliée!

Nouvelles de la société

Montréal hanté est prêt pour la saison de l’Halloween, avec cinq expériences fantomatiques différentes disponibles en anglais et en français ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Centre-ville hanté, Griffintown hanté, la tournée des bars hantés et notre nouvelle enquête paranormale sur l’ancien cimetière Saint-Antoine. Les billets sont maintenant en vente !

Haunted Montreal a également lancé notre première vidéo promotionnelle ! S’il vous plaît partagez-le si vous l’aimez !

Notre nouvelle enquête paranormale sur le vieux cimetière de choléra Saint-Antoine est une activité qui s’adresse aux personnes intéressées par la chasse au paranormal et aux fantômes, comme le montrent les programmes de chasse aux fantômes tels que Rencontres paranormales, Most Haunted, Les chasseurs de fantômes de TAPS, Collecteur hanté, etc.

Accueillis par un expert du paranormal, les clients recevront des outils de chasse aux fantômes tels que des baguettes de sourcier, des lecteurs de radiofréquences, des pistolets à température et d’autres dispositifs permettant de communiquer avec les nombreux esprits dérangés qui hantent le vieux cimetière de Saint-Antoine.

L’enquête paranormal se déroulera chaque vendredi soir à 20h00h jusqu’au début novembre et les billets sont maintenant en ventes !   Montréal hanté aimerait également annoncer que notre entreprise soutient les victimes et survivants de l’Institut Allan Memorial, la seule histoire de fantômes canadienne comptant plus de 300 victimes humaines.

Le dimanche 6 octobre, Haunted Montréal était représentée à une manifestation à Ottawa et prévoit de continuer à travailler avec les survivants alors qu’ils réclament justice par le biais d’un recours collectif:

« Les Expériences de Montréal ont consisté en des expériences de lavage de cerveau avec un contrôle extrême de l’esprit sur des patients inconscients, se moquant ainsi de la relation médecin-patient.

Autrement dit, les Expériences de Montréal étaient une forme de torture psychologique infligée à des centaines de personnes sans méfiance, qui ont subies des effets traumatisants, préjudiciables et émotionnellement invalidants qui ont duré pour le reste de leur vie et affectant celle de leurs familles.

À ce jour, ni le gouvernement canadien, la CIA, McGill ou l’Hôpital Royal Victoria ne se sont officiellement excusés pour leur implication dans les Expériences de Montréal. »

Nous tiendrons nos lecteurs au courant des moyens d’aider à soutenir ce cas important.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2019 ! Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées. Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

 

À venir le 13 novembre: Canal de Lachine

Le canal de Lachine est largement considéré comme l’un des endroits les plus hantés de Montréal. Depuis son ouverture en 1825, des centaines de personnes se sont noyées dans ses eaux sombres. Ceux-ci comprennent des suicides, des victimes de meurtre, des personnes qui se sont noyées en nageant et des personnes décédées lors d’accidents du travail. Les rives polluées sont également parsemées de vieux bâtiments, dont beaucoup sont transformés en copropriétés, réputées hantées. Dernier point, mais non des moindres, non seulement les navires fantômes sillonnent le canal, mais il y a aussi des centaines de corps enterrés sur sa longueur, principalement victimes de la famine irlandaise de 1847, qui ont provoqué toutes sortes de fantômes et d’activités paranormales.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *