skip to Main Content

Bienvenue au quatre-vingtième épisode du blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 500 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois !

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs de bureau et en bas pour les appareils mobiles) si vous souhaitez le recevoir tous les mois le 13 ! Le blog est publié en anglais et en français !

Montréal hanté est heureux d’annoncer que nous offrons nos visites fantômes régulières tous les samedis soirs en rotation jusqu’en juin, lorsque la saison sera prolongée :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Griffintown hanté

La visite du Mont-Royal hanté

Notre tournée des pubs hantés est offerte tous les dimanches à 15 h en anglais et le dernier dimanche du mois à 16 h en français.

De plus, notre enquête paranormale sur le cimetière Sainte-Antoine sera disponible les premiers vendredis et samedis soirs du mois de mai à novembre.

Alors que des visites publiques sont disponibles le samedi soir et le dimanche après-midi pour la tournée bars hanté, des visites privées peuvent être réservées à tout moment en fonction de la disponibilité de nos acteurs.

Notre Visite hantée virtuelle est également disponible sur demande !

De plus, notre équipe diffuse chaque samedi des vidéos d’histoires de fantômes du Blogue de Montréal hanté, dans les deux langues!

Nos hôtes incluent Holly Rhiannon (en anglais) et le Dr Mab (en français).

Envie d’offrir en cadeau une expérience hantée pour la saison 2022 ?

Vous pouvez maintenant commander un chèque-cadeau Montréal hanté sur notre site Web. Ils sont échangeables via Eventbrite contre n’importe laquelle de nos expériences en personne ou virtuelles. Il n’y a pas de date d’expiration.

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Vous trouverez plus de détails ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société!

Ce mois-ci, nous explorons le Musée du Château Ramezay dans le Vieux-Montréal. Construit au 18ème siècle à partir de pierres des champs et de mortier, c’est probablement l’un des bâtiments les plus hantés de la ville !

Recherche Hantée

Le musée Château Ramezay dans le vieux Montréal est de loin un des bâtiments les plus hantés de la ville. Juste en face de l’hôtel de ville, le charmant bâtiment de pierres accueille des milliers de visiteurs par année.

Construit en 1705 pour servir de résidence au gouverneur, le bâtiment a connu une foule d’autres usages au fil des ans. Il a finalement été transformé en musée en 1895, il l’est encore aujourd’hui.

À l’intérieur, les touristes signalent souvent divers phénomènes paranormaux: bruits de pas désincarnés, gémissements provenant du foyer et individus en costumes d’époque qui se volatilisent.

Sur le site du musée, on peut lire :

“Ma famille et moi sommes allés au Château Ramezay dans le Vieux-Montréal. Ma fille de 17 ans et moi entrions dans la salle de bal lorsque j’ai entendu un bruit qui ressemblait à des talons claquant sur le plancher en bois, puis un léger bruit de porte qui se ferme. Ma fille a entendu les mêmes sons. Cependant, j’ai vu du coin de l’œil une femme en tenue d’époque sortir de la salle de bal par une porte située plus loin dans la pièce. Il y avait quelques autres personnes dans le bâtiment, dont des guides en costumes, alors je n’en ai rien pensé jusqu’à ce que j’entre complètement dans la salle de bal et que je me rende compte que la porte par laquelle j’avais vu la femme sortir n’existait pas et il n’y avait personne dans la salle devant nous.”

Les membres du personnel ont vécu des expériences encore plus étranges.

Il y a plusieurs années, alors que certains employés déplaçaient des meubles dans le musée, ils ont entendu une voix surnaturelle. Au début, on aurait dit le grincement du bois contre le sol, mais rien ne bougeait à l’endroit d’où provenait le bruit. Lentement, le bruit s’est transformé en un cri humain, un gémissement fort. Le bruit a atteint un niveau élevé et s’est soudainement arrêté.

En d’autres occasions, des tableaux sont tombés des murs et les meubles se sont déplacés tout seuls. Parfois, des chaises et des tables ont été projetées à travers la pièce, comme par une force furieuse.

Il y a aussi une odeur sulfureuse, comme celle des œufs pourris, qui surgit souvent de nulle part. Elle disparaît généralement aussi vite qu’elle est apparue. Le personnel de maintenance a vérifié les tuyaux et le système de ventilation et ne trouve pas d’explication.

Le journaliste Mark Abley a réalisé un reportage approfondi sur les phénomènes hantés du Château dans un article de 2014 de la Gazette de Montréal intitulé “Montreal is a City of Ghosts”.

Pour cet article, Abley a interviewé un technicien en muséologie qu’il appelle “Monsieur L” pour protéger son anonymat.

Selon monsieur L :

“Un matin, je suis arrivé au travail. J’ai ouvert la porte d’entrée, j’ai monté l’escalier, et j’étais seul dans le bâtiment. Je me souviens que la première chose que j’ai faite a été de mettre mon repas dans le réfrigérateur et ce faisant, j’ai distinctement entendu le bruit du papier toilette que l’on tirait du support métallique dans les toilettes des femmes près de la cuisine du personnel.”

Monsieur L poursuit :

“Je suis sorti dans le couloir et j’ai remarqué que la porte était légèrement entrouverte. Il n’y avait pas de lumière dans les toilettes. J’ai frappé à la porte, et comme il n’y avait pas de réponse, je suis entré. Et tout de suite, j’ai vu des bulles de savon dans le lavabo. Quelques minutes plus tard, elles s’étaient dissoutes. Il n’y avait personne d’autre dans le bâtiment.”

Selon Abley, monsieur L a conservé “une longue liste d’événements étranges survenus au musée depuis qu’il y travaille”.

Par exemple, une jeune employée a un jour entendu une voix l’appelant depuis une pièce voisine alors qu’elle travaillait seule. Cette pièce contient un portrait de Jacques Cartier et la jeune femme est l’un de ses descendants directs. Dans un autre cas, “les membres du personnel ont déverrouillé les lourdes portes un matin pour trouver une pile de brochures inexplicablement éparpillées sur le sol ; à une autre occasion, deux livres étaient tombés d’une étagère où tout le reste était resté intact.”

Il y a également eu des cas d’éternuements désincarnés et de fantômes qui se seraient assis sur des chaises, provoquant l’aplatissement des coussins sous les yeux du personnel choqué.

La direction du Château Ramezay ne nie pas que son musée soit hanté. Selon la directrice de l’éducation, Louise Brazeau : “Quoi qu’il en soit”, il ne montre aucun signe d’agression. Mais ça peut faire peur aux gens”.

Enfin, à la suite à l’introduction effrayante de monsieur L au musée, il a réussi à capturer l’image floue d’un fantôme sur une photographie qu’il a pris un jour alors qu’il travaillait. Le Château Ramezay a depuis inclus la photographie du fantôme dans son image de marque, notamment sur les écrans vidéo de l’attraction.

Avec une telle activité paranormale au Château Ramezay, la question se pose de savoir qui le hante exactement. Pour théoriser une telle question, il est important de se pencher sur l’histoire du bâtiment.

Le Château a été construit en 1705, à l’époque de la Nouvelle-France, comme résidence du gouverneur de l’époque, Claude de Ramezay.

Connu pour ses goûts somptueux, Ramezay engagea le maître- architecte et maçon Pierre Couturier pour concevoir la somptueuse demeure. Couturier a construit une épaisse maison de pierre de 66 pieds de long, haute de trois étages et dotée de quatre cheminées. La grande propriété comprenait à l’origine la résidence, un verger et un grand jardin ornemental et potager. Ramezay se vantait fièrement de sa maison comme étant “incontestablement la plus belle du Canada”.

À la mort de Ramezay en 1724, ses descendants vendirent son cher château à la Compagnie des Indes, une société de commerce de fourrures. Cette entreprise utilisait le bâtiment comme entrepôt pour les fourrures et comme magasin pour vendre ses marchandises.

Au fil des ans, le Château Ramezay a changé de mains à plusieurs reprises.

En 1775, les soldats américains qui envahissent la ville s’emparent du bâtiment et le transforment en quartier général de l’armée continentale américaine.

Malgré les meilleurs efforts diplomatiques de Benjamin Franklin pour que Montréal rejoigne les jeunes États-Unis d’Amérique, il ne réussit pas à obtenir le soutien des habitants.

L’année suivante, les Yankees sont chassés par les renforts britanniques. Le château est repris par le gouverneur britannique qui en fait sa résidence personnelle.

En 1878, il devient le premier bâtiment médical de l’Université Laval, aujourd’hui l’Université de Montréal. À cette époque, de nombreux patients sont décédés dans ses murs et de nombreuses autopsies ont été pratiquées.

Le célèbre auteur irlandais Oscar Wilde a visité les jardins du château lors d’une tournée de conférences au Canada en 1882. Selon la légende, Wilde fut si impressionné par les jardins qu’il s’en inspira pour écrire Le Géant égoïste, un conte pour enfants publié en 1888.

Le château Ramezay est finalement devenu un musée en 1895, après avoir été acheté par la Société des antiquaires et des numismates et sauvé de la démolition. Leur intention était de préserver le bâtiment et d’y établir un musée archéologique, scientifique et historique gratuit.

Les conservateurs ont rassemblé et exposé une grande variété d’objets : des peintures de personnages célèbres, tels que des colons, des gouverneurs, des évêques, des commerçants de fourrures et des héros militaires ; des pièces de monnaie et des documents anciens ; des objets historiques, notamment des armes anciennes, des artefacts indigènes et d’autres œuvres symboliques ; ainsi que des curiosités de toutes sortes.

Cependant, au fil des ans, le musée a commencé à avoir une réputation de lieu hanté en raison de l’activité paranormale qui y régnait.

Il existe trois grandes théories sur l’identité de la personne qui hante le Château Ramezay. La première théorie suggère qu’un gardien nommé O’Leary, qui a commencé à y travailler en 1895, le hante. Cependant, les détails sont très minces et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

La deuxième théorie est liée à une cage de gibet qui était autrefois exposée et entreposée dans le musée. La cage est liée à l’une des plus célèbres histoires de fantômes du Québec – La Corriveau.

En 1763, une femme nommée Marie-Josephte Corriveau a été pendue comme sorcière près de la ville de Québec après avoir assassiné deux maris. Elle les aurait tués en versant du plomb fondu dans leurs oreilles pendant qu’ils dormaient. En guise de message aux autres criminels potentiels, son corps a été placé dans une cage de potence. Il a ensuite été hissé et suspendu à une branche d’arbre à un carrefour à Lévis près de la ville de Québec et laissé en décomposition aux yeux du public pendant plus d’un mois.

Pendant ce temps, alors que son cadavre se détériorait, on disait que son fantôme terrorisait les malheureux passants.

Elle a ensuite été enterrée, cage et tout, dans le cimetière du quartier Saint-Joseph, à Lauzon.

La cage de gibet a été ” redécouverte ” en 1849 – quelqu’un l’a déterrée et entreposée dans l’église paroissiale de Saint-Joseph. Cependant, la cage a ensuite été déclarée volée. Des rumeurs suggèrent qu’elle a été vendue comme “curiosité” et qu’elle a fini par être exposée au château Ramezay.

Selon la légende, La Corriveau revient hanter sa cage chaque année à Halloween et a peut-être causé quelques problèmes au début de l’histoire du musée.

Cependant, aujourd’hui, l’artefact effrayant ne se trouve plus au Château Ramezay. En 1899, le forain P. T. Barnum a acquis la tristement célèbre cage à gibet, sans doute pour l’inclure dans son “plus grand spectacle sur terre”.

La cage a fini par se retrouver à l’Institut Essex de Boston, aujourd’hui le Musée Essex Peabody de Salem.

Au début des années 2010, des membres d’une société historique de Lévis localisent la cage au Essex Peabody Museum. En collaboration avec le musée, la cage de Corriveau est bientôt donnée au Musée de la Civilisation de Québec, où elle demeure à ce jour.

Cela soulève des questions sur la crédibilité de la deuxième théorie.

Enfin, la troisième théorie est liée à la dernière gardienne qui a vécu à l’intérieur du musée, une certaine Miss Anna O’Dowd. Autrefois, les conservateurs du musée vivaient dans le bâtiment au dernier étage. Un appartement, ou une chambre, était réservé à ces gardiens. Avec une collection aussi précieuse à l’intérieur du musée, il était idéal d’avoir quelqu’un qui y vive.

Miss O’Dowd était très méticuleuse et soucieuse du détail dans sa présentation des expositions du musée et dans l’entretien de son espace de vie.

Apparemment, elle n’aimait pas que les autres membres du personnel déplacent des objets sans sa permission explicite. On dit de Mlle O’Dowd qu’elle est “perfectionniste”.

Inutile de dire qu’après des rencontres stressantes où des membres du personnel désobéissants réorganisaient son travail sans sa permission, Miss O’Dowd ressentait souvent de l’anxiété.

C’est pourquoi elle appréciait toujours un bon bain chaud à la fin de la journée, dans son appartement au dernier étage du Château Ramezay.

Selon la légende, un jour de 1985, les membres du personnel sont arrivés et ont été surpris que Miss O’Dowd ne soit pas là pour les accueillir et leur donner des instructions sur leur travail de la journée. Ils se sont finalement rendus à son appartement et ont frappé à la porte.

En l’absence de réponse, ils sont entrés prudemment dans l’appartement pour voir si Mlle O’Dowd allait bien.

Ils n’ont d’abord vu personne dans sa chambre, mais malheureusement, en entrant dans la salle de bain, ils ont fait une horrible découverte. Le corps gonflé de Mlle O’Dowd flottait dans la baignoire.

Aucune conclusion n’a été tirée quant au comment ou au pourquoi de sa mort dans l’intimité de son appartement en 1985. Beaucoup pensent que Miss O’Dowd a été victime d’une crise cardiaque ou d’une attaque cérébrale alors qu’elle tentait de se détendre dans sa baignoire bien chaude. D’autres rumeurs sinistres suggéraient bien pire.

Cette troisième théorie suggère que Miss O’Dowd hante le bâtiment, toujours contrariée que d’autres continuent à gâcher son travail méticuleux. Perfectionniste dans la vie, il est fort possible que son fantôme le soit aussi dans la mort, mais d’une manière plus dérangée et paranormale.

Quoi qu’il en soit, quelle que soit la théorie correcte – si tant est qu’il y en ait une – le Château Ramezay est l’un des bâtiments les plus hantés de la ville.

Visitez ce musée à vos risques et périls !

Nouvelles de la société

Montréal hanté est heureux d’annoncer que nous offrons nos visites fantômes régulières tous les samedis soirs en rotation jusqu’en juin, lorsque la saison sera prolongée :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Griffintown hanté

La visite du Mont-Royal hanté

Notre tournée des pubs hantés est offerte tous les dimanches à 15 h en anglais et le dernier dimanche du mois à 16 h en français.

Enfin, notre Enquête paranormale sur le cimetière Saint-Antoine sera disponible les premiers vendredis et samedis soirs du mois de mai à novembre.

Alors que des visites publiques sont disponibles le samedi soir et le dimanche après-midi pour le Haunted Pub Crawl, des visites privées peuvent être réservées à tout moment en fonction de la disponibilité de nos acteurs.

Notre Visite hantée virtuelle est également disponible sur demande !

Pour les visites privées, les clients peuvent demander n’importe quelle date, heure, langue et visite. Ces visites sont basées sur la disponibilité de nos comédiens et commencent à 170 $ pour des petits groupes jusqu’à 7 personnes.

Envoyez un courriel à info@hauntedmontreal.com pour plus d’informations sur la façon de réserver une visite privée !

De plus, notre équipe diffuse tous les samedis, dans les deux langues, des vidéos d’histoires de fantômes du Blogue de Montréal hanté. Animée par Holly Rhiannon (en anglais) et Dr. Mab (en français), cette nouvelle initiative plaira à coup sûr aux fans d’histoires de fantômes !

N’hésitez pas à liker, vous abonner et activer la cloche !

Dans d’autres nouvelles, si vous voulez offrir à quelqu’un une expérience hantée en cadeau, vous le pouvez certainement !

Nous offrons des chèques-cadeaux Montréal hanté sur notre site Web et échangeables via Eventbrite pour l’un de nos événements en personne ou virtuels (sans date d’expiration).

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Nous vendons des t-shirts, des aimants, des sweat-shirts (pour les nuits d’automne et d’hiver hantées) et des tasses avec le logo de Montréal hanté et les images de notre tournée.

Les achats peuvent être commandés via notre boutique en ligne : shop.hauntedmontreal.com

Montréal hanté tient à remercier tous nos clients qui ont assisté à une marche fantôme, une tournée des pubs hantés, une enquête paranormale ou un événement virtuel au cours de la saison 2021!

Si vous avez apprécié l’expérience, nous vous encourageons à écrire une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aide vraiment Montréal hanté à commercialiser ses circuits.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 15 mai : Fort de la Montagne

Le premier pensionnat de ce qui est aujourd’hui le Canada moderne a été établi en 1675 au pied du Mont Royal. Les prêtres sulpiciens et l’enseignante Marguerite Bourgeoys ont ordonné la construction de l’imposant Fort de la Montagne, destiné à évangéliser les ” élèves ” autochtones. Ce projet catholique est appelé la “Mission de la Montagne”. Pour s’assurer que les guerriers indigènes ne puissent pas secourir leurs frères, les travailleurs coloniaux ont construit des murs de 13 mètres de haut et quatre tours de pierre avec des sabords inquiétants autour de l’école. Une fois le site jugé sûr, Marguerite Bourgeoys a commencé à enseigner des histoires de fantômes pour tenter d’endoctriner ses “élèves” dans la religion catholique. Aujourd’hui, il ne reste que deux tours de l’ancien fort – et elles sont réputées être hantées.

Auteur:

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Traductrice:

Claude Chevalot détient une maîtrise en linguistique appliquée de l’Université Mcgill. Elle est  rédactrice, réviseure et traductrice. Depuis plus de 15 ans, elle se consacre presque exclusivement à la traduction littéraire et à la traduction de textes sur l’art actuel et contemporain. 

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top