Bienvenue à le quarante-sixième blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 250 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite) si vous souhaitez le recevoir !

Premièrement, Montréal hanté est extrêmement fière d’annoncer que nous avons remporté le prestigieux prix de voyage et d’accueil dans la catégorie «Expérience unique de l’année 2019 au Québec»!

Avoir gagné au Québec, une nation qui se targue d’être unique, c’est un très grand honneur!

Le Québec a beaucoup d’expériences touristiques intéressantes à offrir, même si de nombreuses organisations sont en retard sur les attentes internationales des touristes de la prochaine génération. Récemment, certaines des structures touristiques les plus anciennes ont été identifiées comme étant dépassées et coloniales et incapables de faire face aux changements de l’ère de vérité et de réconciliation du XXIe siècle. Un exemple qui me vient à l’esprit est le cartel / monopole de la tournée montréalaise, qui a récemment été identifié comme étant systématiquement raciste et mal représentatif de la population démographique de la ville ainsi que de l’histoire et des perspectives autochtones.

Montréal hanté a pour objectif de rester à l’avant-garde pour offrir à ses clients une histoire sans faille, des expériences authentiques, des excursions inoubliables et des occasions d’aider à façonner l’industrie du tourisme à Montréal pour qu’elle soit plus inclusive, authentique et diversifiée. Nous sommes très fiers que notre travail soit reconnu par les plus hautes autorités.

Travel and Hospitality Awards sont «une reconnaissance du travail acharné et des réalisations de l’industrie du voyage. Reconnaître les hôtels, les agences de voyage, les acheteurs de voyages et les influenceurs sur six continents, c’est un signe de reconnaissance pour la satisfaction de la clientèle de longue date».

Nous sommes également heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle Tournée des bars hantés !

Ce mois-ci, Montréal hanté est extrêmement heureux de signaler un événement très spécial. La ville la plus hantée du Canada, Montréal, attend nerveusement son fantôme le plus infâme. La prostituée Mary Gallagher a été brutalement assassinée et décapitée dans une résidence de Griffintown le 27 juin 1879 au coin des rues William et Murray. L’affaire a choqué les Montréalais, en particulier lorsque la meilleure amie de Mary, Suzy Kennedy, a été condamnée à la peine de mort pour ce crime horrible. Depuis lors, on dit que le fantôme sans tête de Mary revient à tous les 7 ans à l’anniversaire de sa mort, toujours à la recherche de sa tête.

Mary Gallagher reviendra le 27 juin pour le 140e anniversaire de son meurtre. Des acteurs professionnels et des conteurs du visite Griffintown hanté raconteront cette infâme histoire de fantôme à chaque demi-heure, de 19 h à 22 h, au coin des rues William et Murray. L’histoire sera racontée en français et en anglais. Les pourboires pour les acteurs sont appréciés.

Recherche hantée

Le coin sinistre des rues William et Murray à Griffintown est sans aucun doute le carrefour le plus hanté de Montréal. Aujourd’hui, il connaît un embourgeoisement rapide et le site du meurtre brutal de Mary Gallagher en 1879, qui était autrefois un immeuble d’habitation délabré au coin sud-est, est maintenant vacant.

Alors que le Griff était le bidonville le plus notoire du Canada, les résidents avaient peur a cause du croyance que le fantôme de Mary Gallagher reviendrait tous les 7 ans à l’anniversaire de son meurtre. En 1999, Denis Delaney, célèbre conteur de Griffintown, a confié à Anna Asimakopulous, de la CBC, que « les enfants avaient l’habitude de la prendre des bonbons et des petits sacs de friandises, etc., et nous les laissions pour elle, puis se sauveraient nous faire du mal. »

Les parents utilisaient l’histoire des fantômes pour garder leurs enfants obéissants, avertissant que « Mary sans tête » les attraperaient s’ils ne mangeaient pas leur chou, ne faisaient pas leurs devoirs ou ne rentraient pas à la maison à l’heure.

En 2005, l’auteur et journaliste Alan Hustak a publié « Le fantôme de Griffintown : l’histoire vraie du meurtre de Mary Gallagher », le récit le plus détaillé du meurtre et de l’esprit tourmenté à ce jour. Malheureusement, ce livre est épuisé et les éditeurs de Véhicule Press n’ont pas été en mesure d’en imprimée plus pour l’occasion du 140e anniversaire de la mort macabre de Mary Gallagher.

Griffintown a connu beaucoup d’histoires tragiques et constitue le lieu idéal pour l’histoire des fantômes le plus tristement célèbre de Montréal. La région où le Griff existe a toujours souffert des difficultés.

Montréal existe aujourd’hui sur le territoire non cédé des Kanien’kehá : ka (Mohawk) de Tio’tia : ke dans le nord de Kanien’keh, également connu comme le pays du silex. À l’origine, c’était un sentier de portage éreintant utilisé par diverses Premières nations autour des rapides de l’île ancienne de Tiotà : ke.

Géographiquement, l’île de Montréal d’aujourd’hui est la fin de la ligne pour tous les navires qui descendent le fleuve Saint-Laurent à cause des eaux dangereuses. Pendant des milliers d’années, ceux qui souhaitaient continuer devaient défaire leurs canoës et tout transporter sur 13 kilomètres sur des terrains difficiles.

Quand les Français colonisèrent l’île en 1642, ils construisirent la colonie de Ville-Marie dans ce qui est maintenant le Vieux-Montréal. Cela a déclenché une guerre totale et brutale entre les colons français et la Première nation Kanien’kehá : ka (Mohawk), qui ont tenté de récupérer leur territoire ancestral.

En 1654, Jeanne Mance, fondatrice de l’hôpital Hôtel-Dieu, se voit attribuer 16,730 perches du roi carrées de terre par le chef, le sieur de Maisonneuve. Ce secteur s’appelait le fief de Nazareth, mais en raison de la guerre intermittente, les colons se sont souvent blottis dans leurs fortifications de peur d’être attaqués.

Une fois qu’un traité appelé la Grande Paix de Montréal a été signé en 1701, les Français ont commencé à abattre et à déraciner l’ancienne forêt et le transforma en terres agricoles.

Les religieuses l’appelaient « La Grange des Pauvres », parce que le produit de la vente servait à nourrir les malades et les démunis de l’hôpital Hôtel-dieu.

En 1760, cette zone a vu de nouveau l’action. 2 000 Britanniques, sous le commandement du général Amherst, ont marché de Lachine pour traverser le fief de Nazareth et s’emparer de Ville-Marie. La ville se rendit sans combat, car les autorités savaient que le projet colonial de la « Nouvelle-France » était effectivement terminé.

Sous l’administration britannique, les choses ont changé très rapidement. Les religieuses ont loué le terrain à l’homme d’affaires Thomas McCord en 1791. En parlant de construire le canal de Lachine, le terrain a pris de la valeur. En 1796, alors que McCord se retirait pour affaires au Royaume-Uni. En son absence, un associé sans scrupule, Patrick Langan, a vendu ses terres en 1803 à Mme Mary Griffin. En tant qu’épouse de Robert Griffin, propriétaire d’une savonnerie, Mary Griffin a compris la nécessité de construire des logements pour les travailleurs de la région.

Elle a immédiatement engagé un dessinateur et arpenteur nommé Louis Charland pour créer un plan d’urbanisme afin de subdiviser le secteur en rues, places et terrains à bâtir permettant de construire des maisons. Mary Griffin a nommé une rue principale « Griffin Street » et a également nommé le quartier en l’honneur de sa famille.

À son retour, Thomas McCord découvrit que ses terres abritaient maintenant une petite communauté de citoyens irlandais appartenant à la classe ouvrière. Il était furieux et a immédiatement engagé une action en justice. Après avoir récupéré ses terres au tribunal en 1810, McCord tenta d’effacer tout ce qui porte le nom de la famille Griffin. Par exemple, il a renommé Griffin Street en « Wellington Street ». Cependant, au grand dam de Thomas McCord, le nom de Griffintown est resté dans le langage public.

La région a de nouveau changé en 1847, lorsque des dizaines de milliers de réfugiés irlandais mourants, fuyant An Gorta Mór (la grande faim), ont envahi la ville après de dangereuses traversées de l’Atlantique « cercueils ».

Environ 50 % des survivants étaient totalement appauvris et ne pouvaient pas se permettre de continuer vers l’ouest. Des milliers de réfugiés de la famine irlandaise se sont installés dans le Griff et, bientôt, cette zone a été transformée en bidonville le plus notoire du Canada.

Pendant plus d’un siècle, le quartier délabré a été caractérisé par une pauvreté extrême, une surpopulation grave, la crasse, l’alcool, des tragédies et la violence.

En l’absence d’eau courante et de personnes utilisant les latrines, le Griff était un terreau fertile pour des épidémies mortelles – choléra, typhus, typhoïde, diphtérie, variole et grippe espagnole – qui ont tué des milliers d’habitants. La région a également été témoin d’innombrables inondations, incendies, accidents du travail, meurtres – et bien pire encore !

Cependant, malgré ces nombreuses difficultés, c’est un quartier très uni en Irlande qui a résisté à l’épreuve du temps et qui en a soutenu le sien.

Malheureusement, en 1963, le maire Jean Drapeau l’a transformé en « zone d’industrie légère ». Des blocs entiers de maisons ont été démolis et les résidents ont été déplacés. La population du quartier est passée de 70 000 habitants à moins de 1 000 en quelques années seulement. Le Griff a été pratiquement transformé en une ville fantôme ! En 1970, l’église Sainte-Anne, plaque tournante de la communauté depuis 1854, a été démolie sans cérémonie, malgré les appels de la communauté irlandaise à au moins épargner le presbytère.

Aujourd’hui, on peut voir les ruines de l’église dans le parc Sainte-Anne.

Aujourd’hui, la gentrification transforme le vieux quartier alors que les condos de luxe montent dans ce qui était autrefois l’une des zones les plus abandonnées de la ville. Les nouveaux résidents, qui dépensent généralement quelques centaines de milliers de dollars pour un condo à Griffintown, apprennent rapidement qu’ils ont peut-être acheté plus que prévus. Le maire Drapeau a peut-être déplacé les habitants de tout un quartier, mais les fantômes du bidonville demeurent.

Un grand nombre de nouveaux résidents font état d’un malaise général, comme s’ils n’étaient pas les bienvenus dans le Griff. Certains rapportent des sentiments d’être observés par des êtres invisibles, tandis que d’autres rapportent des bruits de pas fantômes qui les suivent dans les rues, sans parler de l’apparition de mystérieuses créatures de l’ombre. Les cloches des églises fantômes sonnent et les rumeurs abondent sur le fantôme de Mary Gallagher. La vente de rideaux est en hausse, comme beaucoup de nouveaux résidents se sentent comme si quelqu’un ou quelque chose jette un coup d’œil par la fenêtre pendant la nuit.

Les origines de l’histoire des fantômes de Mary Gallagher ont toutes débuté le 24 juin 1879. La ville était pleine à craquer, car c’était la fête de la Saint-Jean-Baptiste, une grande fête religieuse à Montréal.

Ce jour-là, deux dames, meilleures amies, se promenaient dans les bars près de l’actuelle Place Jacques Cartier, dans l’actuel Vieux-Montréal. La place était en pleine activité, car elle était située à côté du port de Montréal. Vous y trouverez des marins, des dockers, des marchands, des manutentionnaires, des citoyens et des immigrés, ainsi que tous les fous de la société – mendiants, voleurs à la tire, prostituées, enfants de la rue, etc.

Les femmes étaient Mary Gallagher, âgée de 38 ans, et Susie Kennedy, âgée de 26 ans. Elles étaient des prostituées basées à Griffintown et cherchaient des clients dans les bars. Au début, ils ont visité la taverne Joe Beef, un véritable plongeon de bar, mais c’était un choix difficile. Tous les hommes étaient trop pauvres ou trop laids.

Ils ont continué leur chemin et, en traversant la place Jacques Cartier, ils ont vus un jeune garçon costaud ! Michael Flanagan, âgé de 32 ans, était un beau docker musclé du canal de Lachine.

Il cherchait de la compagnie.

Les dames l’ont emmené dans une taverne et, bientôt, ils buvaient en groupe, les deux dames flirtant avec Michael Flanagan, chacune essayant de le sécuriser en tant que client pour la nuit.

Il semblait que Michael Flanagan s’intéressât de plus en plus à Mary Gallagher, malgré le fait qu’elle avait douze ans de plus que Suzy et qu’elle avait les cheveux grisonnants.

Mary réussit à séduire Michael Flanagan et l’amena chez elle, laissant Suzy rentrer seule à la maison, les mains vides, au 2e étage de son immeuble situé au sud-est des rues William et Murray. Selon la légende, Suzy était à la fois fâchée et jalouse du fait que Flanagan avait choisi Mary.

Après deux jours de débauche, Marie a amené Michael Flanagan chez Suzy à 242 William Street, vers 6 heures le 27 Juin.

Suzy vivait au-dessus d’une veuve nommée Mme Troy et son fils âgé de 10 ans. Mary a amené Michael Flanagan par l’escalier arrière avec plusieurs bouteilles de whisky en sa possession. Suzy n’était pas vraiment ravie de les voir, mais les a néanmoins rejoints et ils ont buent trois bouteilles de whisky avant midi.

Vers midi, la femme habitant en bas, Mme Troy, a entendu un bruit fort qui a secoué toute la maison et qui a fait craquer le plâtre au plafond à deux endroits différents. Puis elle entendit ce qui ressemblait à une sorte de bruit sourd. Bang ! Bang ! Bang ! Cela a duré 15 minutes.

Alors que Mme Troy réfléchissait à ce qui se passait à l’étage, elle commença à sentir quelque chose qui coulait dans ses cheveux. Pensant qu’il ne pleuvait pas, Mme Troy se plongea dans ses cheveux et sentit quelque chose de chaud et collant. Elle réalisa rapidement que c’était du sang qui coulait à travers son plafond !

Mme Troy a décidé d’envoyer son garçon âgé de 10 ans à l’étage pour voir quel était le problème. Il est redescendu au bout de 30 secondes, complètement blanc. Tremblant, il laissa échapper : « Maman, il y a une dame là-haut sans tête ! ».

C’est alors que Mme Troy a décidé d’aller chercher la police. Cependant, l’officier responsable de la journée a expliqué que le service de police n’avait pas assez de ressources pour enquêter sur toutes les perturbations dans le Griff. C’est peut-être pour cette raison que la police a mis 10 heures pour arriver sur les lieux du crime.

Quand ils sont arrivés, la première chose qu’ils ont remarqué, à côté du poêle, était le cadavre mutilé de Mary Gallagher. Elle avait été poignardée -14 coups brutaux au corps. Sa main droite a été coupée à la hauteur du poignet. Mary avait également subi une décapitation : sa tête était dans le seau à cendres à côté du poêle, les yeux toujours ouverts, fixés au plafond.

Quant à Suzy, elle a été retrouvée couchée dans son lit, couverte de sang. Elle était recouverte de ses mains, de ses vêtements et des draps du lit. Une hache ensanglantée a été trouvée dans une boîte à côté du lit.

La police l’a immédiatement arrêtée.

Michael Flanagan a été arrêté par la police dans une taverne de la rue Nazareth plus tard dans la soirée. Il a affirmé ne pas se souvenir de la journée à cause de tout l’alcool qu’il avait bu.

Inutile de dire que, le moment venu de les juger devant un tribunal, Suzy a été reconnue coupable de meurtre et condamnée à être pendue le 5 décembre de la même année. Cette sentence cruelle a été proclamée malgré le fait que le jury avait recommandé la miséricorde.

Michael Flanagan, quant à lui, a été remis en liberté parce qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour le condamner. Beaucoup de citoyens ont été choqués qu’une femme puisse commettre un crime aussi violent, en particulier contre une personne de son propre sexe. À l’époque victorienne, les femmes étaient souvent considérées comme des créatures délicates et sans défense.

Il est également important de rappeler que, à l’époque victorienne, l’exécution des femmes était considérée comme très impopulaire. Il y avait eu l’une de ces exécutions quelques années plus tôt et l’opinion publique ne l’avait pas très bien accueilli. En outre, Suzy était clairement plus qu’un peu mentalement instable. C’est pourquoi le Premier ministre de l’époque, Sir John A. MacDonald, a décidé de commuer sa peine de la peine capitale à une peine d’emprisonnement à vie au pénitencier de Kingston, en Ontario.

Un fait ironique à propos de cette histoire est que le 5 décembre 1879, le jour qui avait été prévu au départ pour la pendaison de Suzy Kennedy, Michael Flanagan a péri après être tombé à travers la glace alors qu’il travaillait dans le bassin de Wellington. À l’époque, de nombreux habitants de Griffintown ont émis l’hypothèse que l’esprit de vengeance de Mary Gallagher l’avait poussé à quitter le quai et que sa noyade résultait de l’intervention de son fantôme.

Quoi qu’il en soit, lorsque Suzy est arrivée au pénitencier de Kingston, la première chose qu’a faite la directrice a été de remplacer son nom par un numéro, comme ils l’ont fait pour tous les prisonniers. Son numéro était 9 677. Les gardes ont emmenés 9 677 dans les cachots, où ils lui ont trouvé une cellule mesurant deux pieds de large sur cinq pieds de long.

Elle a passé les onze années suivantes en isolement dans cette cellule, tricotant et cousant des objets pour le compte de la prison, comme des uniformes pour la Police montée du Nord-Ouest. Vivant dans des conditions aussi humides, Suzy contracta une tuberculose pulmonaire, ou la phtisie, et mourut en juillet 1890. Cela peut arriver lorsque vous vivez sous terre.

Le corps de Suzy Kennedy a presque assurément été donné à la faculté de médecine de l’Université Queen’s, où les jeunes étudiants auraient appris plusieurs choses pendant l’autopsie et la dissection.

Quant à Mary Gallagher, et c’est vraiment la partie la plus intéressante de l’histoire, on raconte qu’elle revient à tous les 7 ans au coin des rues William et Murray. On dit qu’elle revient pour une raison et une seule – car elle cherche toujours sa tête !

Sa prochaine apparition est prévue pour le 27 juin 2019 et Montréal hantée est en train de préparer sa réception ! Montréal hanté est fier de s’engager dans la tradition de commémorer l’anniversaire du meurtre et du fantôme de Mary Gallagher tous les sept ans.

La première observation connue du fantôme de Mary Gallagher a eu lieu sept ans seulement après son meurtre. Un bossu locale de Griffintown, connue uniquement sous le nom de Johnson, a aperçu son fantôme au coin des rues William et Murray et s’est rendue au poste de police de Young Street. Les officiers en service crurent que le vieux bossu était ivre et ne poursuivirent aucune enquête.

Selon le journaliste Alan Hustak, une autre observation aurait eu lieu en 1900, mais les détails sont très minces.

Le 27 octobre 1928, le maintenant disparu Montreal Star, lance une histoire sensationnelle avec le titre suivant : « Griffintown affirme que le fantôme d’une femme assassinée est revenu à la recherche de sa tête ».

Le journaliste a rapporté qu’un véritable fantôme sans tête, sous la forme d’une femme, aurait été vu par une demi-douzaine de personnes différentes en autant de nuits. Le « Montreal Star » a poursuivi : « Bien que les informations faisant état de la première apparition du fantôme soient contradictoires, il semble qu’une nuit la semaine dernière, une femme se soit précipitée dans le poste de police de Young Street. Elle était pâle et désemparée et semblait vouloir s’effondrer. « Un fantôme », cria-t-elle, à William Street, « oh ! » La police a fouillé le quartier sans résultat. C’était la première fois qu’ils cherchaient. Ce n’était pas la dernière. À peine une nuit s’est passé sans une poursuite féroce et fatigante du fantôme insaisissable. La police est encline à être incrédule. Ce n’est pas le cas des habitants du lieu. »

Selon The Montreal Star, sept ans après le crime et tous les sept ans depuis, le fantôme sans tête serait revenu sur le lieu du meurtre avec des gémissements faibles et impressionnants, arpentant les rues à minuit soi-disant à la recherche de sa tête. Cette année est l’une des « septièmes. »

Le journaliste poursuit : « Patrick Murphy, épicier, da raconté à The Star hier soir des histoires qu’il avait entendu à propos du fantôme. L’épicerie est en quelque sorte un lieu de rencontre pour le quartier et toutes les légendes sont rapportées au propriétaire. M. Murphy a expliqué que si les légendes venaient de jeunes gens, il ne les aurait peut-être pas cru, mais que ceux qui avaient vu le spectre étaient des hommes fiables d’âge moyen. « L’un d’entre eux, a-t-il dit, a vu le fantôme lundi dernier et, selon l’épicier, est au lit depuis. » »

Denis Delaney a affirmé avoir vu le fantôme de Mary Gallagher à trois reprises. Il la remarqua pour la première fois en 1937 alors qu’il n’était qu’un garçon de quatre ans. En 1956, il revit son esprit sur Gallery Square. Delaney a confié au journaliste Alan Hustak qu’il « marchait dans la rue et que cette apparition est apparue et qu’elle indiquait un arbre ». Il est allé à l’arbre et il a sorti un collier et quand il s’est retourné, l’apparition a disparu. Delaney savait tout de suite que c’était le collier de Mary Gallagher.

À l’anniversaire de 1991, le père Tom McEntee, un prêtre catholique qui avait passé sa jeunesse à Griffintown, a commencé la tradition le soir de sa mort, le 26 juin, en célébrant la messe à la Maison Benedict Labre pour la prostituée décédée. La messe a eu lieu en 1991, 1998 et pour la dernière fois en 2005. Le père McEntee est décédé en 2008. Aujourd’hui, le programme d’études irlandaises de l’Université Concordia est doté d’une salle de lecture portant son nom.

Selon les traditions, 1998 était un anniversaire exceptionnel pour les observations. À cette occasion, Delaney a affirmé que, à la lumière d’une pleine lune, il avait « levé les yeux une nuit et vu une maison apparaître » au coin de William et de Murray Streets. De nos jours, le lieu de l’assassinat est un terrain vacant, où le meurtre a eu lieu en 1879, alors qu’il y avait des maisons d’habitation délabrées sur le site.

Il a expliqué : « Dans la lumière jaune à travers la fenêtre à l’étage, comme une lampe… j’ai vu une silhouette qui se tenait là et elle m’a demandé :« Veux-tu m’aider à chercher ma tête ? J’ai dit « oui », puis elle m’a demandé de fermer les yeux et je pouvais sentir quelque chose comme un soulèvement autour de moi. Lorsque j’ai ouvert les yeux, la maison avait disparu et elle était partie. »

Selon Barbara Smith, auteur de Grandes histoires canadiennes de fantômes : Histoires légendaires de hantises d’un océan à l’autre, une autre observation a eu lieu cette nuit-là en 1998.

Smith explique que, à la suite de la messe de l’abbé McEntee :

« Une femme s’est attardée sur les lieux de William Street, où le meurtre avait eu lieu. La femme appela Mary et demanda si l’âme assassinée était présente. Quelques instants plus tard, l’air devint froid et commença à trembler. La femme appela de nouveau. En même temps, une image du vieil immeuble en briques rouges apparut et une voix a crié au témoin « sortez d’ici maintenant » »

En 2003, Richard Burman publié un film intitulé Fantômes de Griffintown : Histoires d’un quartier irlandais, qui comprend des images réelles de l’anniversaire 1998.

Son film a établi un parallèle avec le fantôme de Mary Gallagher et le fantôme du quartier mitoyen.

En juin 2011, un événement intéressant appelé Fantômes dans la machine : L’enquête de Mary Gallagher. Cette installation, spécifique au site, a été exposée à l’endroit de l’enquête initiale : l’ancien commissariat de Griffintown, qui était alors un atelier du théâtre Centaur et un espace de répétition.

Selon la créatrice, Alison R. Loader : « Gallagher symbolise l’abject et les oubliés, et les récits contemporains de son meurtre illustrent les discours de la fin du XIXe siècle sur le genre, la classe sociale, la race et la folie criminelle ».

En 2012, des centaines de personnes étaient au coin de la rue, tandis que des étudiants et des artistes de la scène en ont profité pour présenter des performances de danse abstraite sur des terrains vacants, ainsi que d’autres projets.

Denis Delaney, qui travaillait sur un livre à propos du fantôme de Mary Gallagher, est décédé en 2014. On ne sait pas si son manuscrit a déjà été achevé ou publié. Avant son décès, il avait déclaré à un journaliste :

« Le souvenir de Griffintown est une chose qui me nourrit. C’est un endroit où aller physiquement et mentalement, lorsque j’essaie de trouver une solution. Je suis l’un des futurs fantômes. J’ai dit à ma femme que je voulais être incinéré et que mes cendres soient répandues dans Griffintown. »

Étant donné que Montréal hanté et fantômes Montréal rappellent à leurs clients cet anniversaire lors de visites fantômes depuis plusieurs années, de nombreux invités sont attendus le 27 juin 2019, au coin des rues William et Murray.

Montréal hanté est heureux d’annoncer que nous prenons en charge plusieurs événements entourant le retour du fantôme de Mary Gallagher.

Premièrement, pour ceux qui souhaitent vivre une histoire complète des esprits qui hantent le Griff, nous avons ajouté plusieurs visites de la Griffintown Ghost Walk lors de la célébration de l’anniversaire de l’assassinat de Mary Gallagher le 27 juin. Les billets sont en vente !

Deuxièmement, en collaboration avec l’AOH (ordre ancien des hiberniens), une bénédiction catholique a été organisée au coin de la rue le 27 juin à 18 heures pour ressusciter la tradition amorcée par le père McEntee de prier pour l’âme décédée de Mary Gallagher.

Enfin, le 27 juin, Montréal hanté diffusera gratuitement des histoires au coin des rues William et Murray, en anglais et en français. Toutes les 30 minutes, de 19 h à 22 h, le récit sera raconté dans les deux langues par des acteurs professionnels, des conteurs et des guides touristiques de Montréal hanté. Bien que l’événement soit gratuit, les pourboires pour les artistes sont toujours appréciés.

Alan Hustak conclut son livre remarquable par les mots suivants : « Tant que l’esprit de Griffintown restera vivant, il en sera de même pour l’esprit de Mary Gallagher.» Malheureusement, la survie de l’esprit de Griffintown est aujourd’hui très discutable.

La bonne nouvelle est que la ville de Montréal a récemment annoncé la création de 3 nouveaux parcs dans le Griff, dont un portant le nom de parc Mary Griffin.

Alors que Montréal hanté est ravi de voir l’ajout d’espaces verts dans le quartier maintenant plein de condos et la commémoration de Mary Griffin, nous sommes déçus que le tristement célèbre coin sud-est des rues William et Murray ne soit pas considéré comme un site pour un parc.

Griffintown a été réaménagé si rapidement qu’il manque sérieusement tout ce qui pourrait intéresser les touristes. Montréal hanté fait pression depuis des années sur les politiciens municipaux pour créer « le parc Mary Gallagher » sur le site de son meurtre et observations de fantômes, non seulement parce que c’est la bonne chose à faire, mais aussi parce qu’il nous faut un espace permanent pour raconter l’histoire sur nos visites fantômes.

Jusqu’à présent, le conseiller municipal de Montréal, Craig Sauvé, ou le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, n’a pas répondu à ces appels.

Montréal hanté demande donc un service de nos clients et de nos fans.

Veuillez envoyer un courriel à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et lui demander de veiller à ce que le coin sud-est des rues William et Murray devienne un parc commémoratif et non le site d’un autre complexe de condominiums.

La mairesse Valérie Plante peut être envoyée par courrier électronique sur le site Web de la ville de Montréal. Vous devez remplir un bref formulaire.

Voici un exemple de texte que vous pouvez copier-coller :

***

Sujet : Proposition du parc Mary Gallagher

Message: Chère Mairesse de Montréal, Valérie Plante,

[Présentez-vous]

Félicitations pour avoir accompli un travail aussi extraordinaire en verdissant la ville de Montréal avec autant d’initiatives telles que la plantation d’arbres et l’élargissement et la création de nouveaux parcs.

Comme vous le savez peut-être, le coin sud-est des rues William et Murray, à Griffintown, est consacré à la communauté irlandaise de Montréal en raison de son lien avec la plus célèbre histoire de fantômes de Montréal : le fantôme de Mary Gallagher. Son fantôme revient dans ce coin tous les 7 ans, apparemment parce qu’elle est toujours à la recherche de sa tête. Sa prochaine apparition est prévue le 27 juin de cette année, date du 140e anniversaire de son assassinat.

Étant donné qu’il n’y a pratiquement aucune attraction touristique à Griffintown, il est donc tout à fait judicieux de préserver le coin de la rue hanté en tant que parc commémoratif et touristique pour le plaisir des générations futures.

De plus, les voyagistes de Montréal hanté, de Griffin Tours et d’Excursions irlandaises de Montréal attirent souvent les touristes sur ce site. Ils craignent que la construction de condominiums n’affecte l’authenticité et la logistique des promenades hantées et historiques.

En tant que tel, je vous demande aujourd’hui de prendre des mesures immédiates pour sécuriser le coin sud-est des rues William et Murray à Griffintown pour un futur « Mary Gallagher Park » commémorant la légende et l’histoire du fantôme le plus tristement célèbre de Montréal.

[Ajoutez tous les détails que vous jugez importants]

Sincèrement,

[votre nom]

***

La remarquable histoire irlandaise au coin de la rue la plus hantée de Montréal ne doit pas être effacée, mais plutôt être commémorée correctement.

Cela ajouterait non seulement un site touristique vital au Griffintown culturellement désolé d’aujourd’hui, mais contribuerait également à préserver l’une des légendes les plus tristement célèbres de Montréal – l’histoire du fantôme de Mary Gallagher.

En espérant vous voir au coin des rues William et Murray le 27 juin !

Nouvelles de la société

Nous sommes heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle tournée des bars hantés !

Dirigée par un conteur fantôme professionnel, la tournée des bars hantés visitera trois bars hantés. La visite commence à le pub irlandais McKibbin’s situé au centre-ville de Montréal sur la rue Bishop, les invités vont découvrir non seulement de nombreux des pubs hantés de la ville, mais ils écouteront également des histoires des fantômes célèbres de Montréal..

Avec une bière en main, les clients apprécieront les pubs hantés et les histoires de fantômes montréalais et apprendront des forces historiques qui ont transformé l’ancienne île indigène de Tiotà : ke en Ville-Marie, une colonie française austère fondée par des évangélistes catholiques.

Après l’invasion britannique, la ville a de nouveau été transformée en centre financier en plein essor, un centre de la criminalité, un site de rébellion violente et de révolution subversive pour finalement devenir la ville la plus hantée du Canada.

Les clients vont faire visite au pub irlandais McKibbin’s, avec ses mystères, le célèbre pub Sir Winston Churchill, l’ancien salon funéraire qui est présentement discothèque Club Le Cinq et, bien sûr, le pub irlandais Hurley’s où un fantôme connu sous le nom de « Femme en feu » hante l’établissement.

Le conteur fantôme régalera les invités avec les histoires de fantômes les plus dérangés et les plus infâmes de Montréal, y compris Simon McTavish, un baron à la fourrure écossais qui est maintenant connu pour glisser sur les pentes du mont Royal dans son propre cercueil, le fantôme de John Easton Mills, le maire martyr de Montréal qui a péri alors qu’il s’occupait des réfugiés irlandais infecté par le typhus pendant la famine de 1847, et Headless Mary, le fantôme d’une prostituée de Griffintown décapitée par sa meilleure amie en 1879. Elle retourne de la mort a chaque 7 ans pour chercher sa tête au coin des rues William et Murray !

Joignez-vous à Montréal hanté pour cette tournée de pubs inoubliable, où vous pourrez boire à côté d’un fantôme, tout en découvrant l’histoire dérangée de la ville et en écoutant des histoires de fantômes locaux qui fourmillaient !

Pour plus de détails, y compris une description, le lieu de départ et l’horaire, visitez notre site web! Rejoignez-nous à 15 h chaque dimanche de l’année pour une tournée des bars hantés en français ou à 16 h en anglais ! Les billets sont maintenant en vente ! Montréal hanté propose également des visites privées et des tournées dans les bars pour les sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre intitulé Macabre Montreal.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un « recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada. »

Les auteurs écrivent :

« Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles. »

Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait également remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme ou à une tournée de pub hantée récemment!

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor. Si vous avez des commentaires, écrivez-nous à info@hauntedmontreal.com afin que nous puissions améliorer l’expérience de nos visiteurs.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté, le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

À venir le 13 juillet : La statue hantée de Jacques Cartier

La statue, qui domine le parc Saint-Henri, est une statue de l’explorateur français Jacques Cartier, qui dit-on, serait hantée. Frappant une pose victorieuse sur une fontaine ornée de quatre têtes autochtones décapitées, le monument de 1893 a été décrit par les activistes communautaires comme étant colonial et raciste. Si certains citoyens veulent que la statue soit enlevée parce qu’il célèbre le génocide, d’autres veulent qu’elle disparaisse parce qu’elle serait hantée. Des rapports indiquent que la statue suivait les gens des yeux. D’autres personnes l’ont entendu ricaner la nuit et un groupe de touristes a été choqué un jour en 2016 lorsqu’un des chefs autochtones désincarnés a commencé à cracher ce qui semblait être du sang. 

Donovan King est un historien postcolonial, un enseignant, un guide touristique et un acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal Hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbott College), d’un BFA (théâtre dramatique en éducation, Concordia), d’un B. Ed (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University Studies of Calgary) et d’ACS (Montréal). Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *