skip to Main Content

Bienvenue à la 74ème édition du blogue de Montréal hanté !

Nous sommes également ravis d’annoncer que la saison d’Halloween est à nos portes !

Avec plus de 450 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois !

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois) !

En cette période d’Halloween, nous proposons toutes nos visites guidées et expériences hantées en plein air:

La visite du centre-ville hanté

La visite de Mont-Royal hanté

La visite de Griffintown hanté

Enquête sur le paranormal dans le vieux cimetière Sainte-Antoine

Le calendrier de la saison d’Halloween est affiché ci-dessous dans la section “Nouvelles de la société”.

Nous proposons également notre visite virtuelle des fantômes sur demande !

Des sessions publiques et privées sont disponibles pour toutes nos visites et expériences !

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Vous trouverez plus de détails ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société !

Ce mois-ci, nous examinons le Parc des Vétérans, un lieu hanté au pied du pont Jacques-Cartier sur la travée de Montréal.

Recherche hantée

À la porte d’entrée de Montréal du pont Jacques-Cartier se trouve un espace vert relativement discret appelé le parc des Vétérans. Traversé par des bretelles d’autoroute très fréquentées et sinueuses, le parc sert également aux résidents locaux avec des installations sportives et un chalet. S’il ne s’agit pas du parc le plus agréable de Montréal, de nombreux habitants l’apprécient néanmoins dans une zone urbaine où les espaces verts sont rares.

On y trouve notamment un terrain de basket-ball, une patinoire pour le patinage à roulettes et le patinage d’hiver, des aires de jeux pour les enfants et les tout-petits, une pataugeoire et une aire de pique-nique. Selon la Ville de Montréal : “Le parc des Vétérans est un parc pour se détendre, profiter du paysage naturel et pratiquer des activités de plein air.”

Cependant, selon certains résidents locaux, le Parc des Vétérans est tout sauf relaxant, en raison d’une activité paranormale incessante et de l’apparition de fantômes dans cet espace vert.

Une résidente, qui a déménagé dans le quartier Centre-Sud il y a quelques mois, a vécu des expériences troublantes dans le parc. Elle a déclaré à Montréal hanté : “Mes chats ont été traumatisés et j’ai entendu des choses irréelles. Je ne suis pas originaire de cette partie de la ville mais je vis ici depuis juin, et beaucoup de choses que j’ai entendues ou ressenties ne sont pas normales pour moi. “

Un autre habitant du quartier, qui vit de l’autre côté de la rue Papineau, en face du Parc des Vétérans, explique : “Parfois, la nuit, tous les chiens du quartier se mettent à hurler ou à gémir en même temps. Quand je regarde par ma fenêtre, je vois souvent un fantôme qui se promène dans le parc. Je le jure. Il s’agit sans aucun doute d’un fantôme masculin portant des vêtements plus anciens et qui semble errer sans but, comme s’il était triste ou perdu. Pour ne rien arranger, un noeud coulant de bourreau pend à son cou.  Il disparaît généralement au bout de dix ou vingt secondes, puis les chiens se calment progressivement. Au fil des ans, j’ai entendu des rumeurs selon lesquelles le parc a été construit sur un ancien cimetière militaire britannique. C’est pourquoi on l’appelle le Parc des Vétérans.”

En 1814, le cimetière militaire de Papineau est ouvert pour l’inhumation des soldats britanniques. L’année suivante, sur la section nord de la même parcelle, le cimetière St. Mary’s Burial Ground a été établi pour les protestants non militaires. Pendant les décennies où les deux cimetières ont fonctionné, plus de 1 000 soldats et leurs familles y ont été enterrés.

Les sépultures comprennent des soldats britanniques qui ont participé à des campagnes au Canada et dans le monde entier depuis le 18e siècle. Ces interventions militaires comprennent les raids des Fenians, les guerres napoléoniennes et la guerre de 1812. Le soldat le plus célèbre à être inhumé est Sir Benjamin D’Urban, commandant des forces britanniques en Amérique du Nord.

Il est décédé à Montréal en 1849 après s’être effondré dans son lit à l’hôtel où il était en poste pour réprimer l’agitation locale.

Ce général est surtout connu pour sa politique frontalière en tant que gouverneur de la colonie du Cap (aujourd’hui Afrique du Sud). Lorsqu’il était en poste là-bas, il a utilisé la force militaire pour brutaliser les populations locales qui s’opposaient au colonialisme. Il a notamment massacré et chassé le peuple Xhosa avant d’annexer son territoire à l’Empire britannique.

Malgré ces crimes coloniaux contre l’humanité, la ville sud-africaine de Durban a été nommée en son honneur.

À Montréal, de l’autre côté de l’océan Atlantique, au cimetière militaire Papineau de Montréal, un grand et imposant obélisque a été érigé sur sa tombe.

L’une des inhumations les plus étranges au cimetière de Sainte-Marie est celle du patriote Charles Hindelang. Né à Paris, Hindelang était un calviniste qui a participé à la Révolution française de 1830, dans laquelle il est devenu officier.

Il est venu aux Amériques pour faire du commerce, mais il a été recruté par le rebelle Ludger Duvernay aux États-Unis pour se joindre à la rébellion du Bas-Canada de 1838 contre la domination britannique.

Hindelang a combattu à la bataille d’Odelltown dans les rangs des Patriotes, qui était la dernière bataille du conflit.

Les Patriotes sont vaincus et Hindelang est arrêté alors qu’il tente de fuir vers les États-Unis. Les autorités britanniques le condamnent à la mort par pendaison.

Le 15 février 1839, Hindelang est pendu à la prison du Pied-du-Courant à Montréal avec ses compatriotes. Ses derniers mots furent : “Mon dernier adieu est le vieux cri de la France : Vive la liberté !”

Alors que tous les autres Patriotes exécutés ont été enterrés dans le cimetière catholique de Saint-Antoine, Hindelang s’est retrouvé au cimetière de Saint Mary’s en raison de ses origines protestantes. Ironiquement, il a été enterré près du cimetière militaire de Papineau, non loin des soldats britanniques qu’il avait combattus.

En 1869, le cimetière a cessé de recevoir des cadavres en raison du départ des militaires britanniques du tout nouveau “Dominion du Canada”.

Les terres ont été expropriées en 1876 afin d’ériger un hôpital pour les personnes souffrant de maladies contagieuses. Cette installation improvisée a été construite au-dessus des cimetières.

Au début du XXe siècle, des propositions ont été faites pour transformer les anciens cimetières en parc. Les pierres tombales se détérioraient à mesure que les vandales les renversaient et les profanaient. Un journal montréalais rapporte en juin 1912 que le cimetière est devenu le lieu de prédilection d’hommes et de garçons désœuvrés, de chiens errants et de bétail. Il est devenu nécessaire de poster des agents de police sur les lieux de sépulture, 24 heures sur 24, afin de protéger les cimetières contre toute nouvelle profanation.

En outre, il est arrivé que des corps soient déterrés accidentellement. Selon l’historien et journaliste Robert N. Wilkins :

“Une connaissance me racontait récemment que, lorsqu’il était enfant et qu’il grandissait dans un taudis situé au pied du pont Jacques-Cartier, il avait été témoin de la découverte accidentelle par des ouvriers de la voirie d’un cercueil, juste au sud de la rue Malo. Les ouvriers étonnés, ayant complètement extrait le cercueil, ont appelé les autorités, qui sont rapidement arrivées pour enlever cet héritage inattendu du passé de Montréal.”

Finalement, en 1944, la ville de Montréal a acheté le terrain pour 35 000 $ afin de terminer la conversion des cimetières en parc. Avec la construction du pont Jacques-Cartier, une partie du terrain était nécessaire pour les routes et les rampes menant à la travée.

Un plan a été élaboré pour déplacer les sépultures militaires vers le Champ d’honneur national, dans la banlieue ouest de l’île, à Pointe-Claire. Pendant cinq jours, les restes ont été exhumés et les pierres tombales ont été transférées au Champ d’honneur national.

Cette cérémonie, avec tous les honneurs militaires, a été supervisée par le Fonds du Souvenir. Cet organisme a pour mission de “veiller à ce qu’aucun ancien combattant ne soit privé de funérailles et d’une inhumation dignes, ainsi que d’une pierre tombale militaire, en raison d’un manque de fonds au moment de son décès”.

Sur les 1 797 sépultures, seules 54 pierres tombales ont pu être récupérées. Elles ont été placées autour du Cercle D’Urban nouvellement créé, au centre duquel se trouve l’obélisque du général. Les transferts ont été achevés au cimetière Le Champ d’honneur de Pointe-Claire le 21 juillet 1944.

Les autres corps du cimetière Sainte-Marie sont laissés sur place, y compris celui de Charles Hindelang. Après la construction des rampes d’accès au pont Jacques-Cartier, le trafic routier motorisé a commencé à rouler sur les morts.

Aujourd’hui, le parc des Vétérans voit rouler sur les anciens cimetières bien plus que les voitures et les camions qui montent et descendent du pont Jacques Cartier. En plus des adeptes du roller qui utilisent la patinoire, la ville de Montréal a annoncé en 2021 un événement appelé “Pumptrack au parc des Vétérans“.

Du 8 septembre au 4 octobre 2021, l’événement « Pumptrack » proposait “un parcours composé d’une série de bosses et de virages à tester à vélo, en skate ou en trottinette.”

La ville de Montréal a aménagé une boucle de 49 mètres et invité les vélos BMX, les skateboards, les trottinettes et même les karts à rouler sur l’ancien cimetière.

Ce que la ville de Montréal ne réalise pas, c’est que les morts n’aiment pas qu’on leur manque de respect. En général, ils veulent simplement reposer en paix.  L’activité paranormale et les apparitions de fantômes dans le Parc des Vétérans sont probablement liées à toutes les profanations et au manque de respect continu pour ceux qui y sont encore enterrés.

La théorie la plus répandue concernant le fantôme qui hante le parc est qu’il ne serait autre que le héros de la Révolution française et patriote Charles Hindelang. Au lieu d’être transféré au Champ d’honneur national, comme le général D’Urban, son cadavre a été laissé à l’abandon, sans aucune inscription.

Ironiquement, les soldats coloniaux britanniques sont encore honorés aujourd’hui, malgré leur passé de brutalité, de génocide, de vol de terres et d’exécution d’adversaires.

Pendant ce temps, beaucoup de ceux qui ont lutté pour la liberté et la libération, comme Charles Hindelang, demeurent dans des tombes non marquées. Le fait que les dirigeants de la ville de Montréal, passés et présents, aient invité toutes sortes de trafic à rouler sur les Morts ne peut être décrit que comme étant détraqué.

Les pauvres cadavres qui reposent dans les vieux cimetières de la rue Papineau doivent constamment faire face aux voitures, aux camions, aux autobus, aux vélos BMX, aux patins à roues alignées, aux planches à roulettes, aux scooters électriques et aux karts qui grondent constamment à six pieds au-dessus de leur dernière demeure.

Ces circonstances très malheureuses sont probablement les raisons pour lesquelles le Parc des Vétérans est si hanté. Entrez à vos risques et périls !

Nouvelles de la société

Montréal hanté est heureux d’annoncer que pour la saison d’Halloween, nous avons relancé toutes nos expériences hantées en plein air :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Mont-Royal hanté

La visite de Griffintown hanté

Enquête sur le paranormal dans le vieux cimetière Sainte-Antoine

Le programme de la saison d’Halloween est ici:

Des sessions publiques et privées sont disponibles!

Pour les visites privées, les clients peuvent demander la date, l’heure, la langue et le mode opératoire de leur choix. Ces visites sont basées sur la disponibilité de nos acteurs et commencent à 170 $ pour les petits groupes de 7 personnes maximum.

Envoyez un courriel à info@hauntedmontreal.com pour plus d’informations sur la façon de réserver une visite privée !

Nous proposons également notre visite virtuelle des fantômes sur demande !

Faites passer le mot à ceux qui pourraient être intéressés par une expérience de Montréal hanté !

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Nous vendons des t-shirts, des aimants, des sweat-shirts (pour les nuits d’automne et d’hiver hantées) et des tasses avec le logo de Montréal hanté et les images de notre tournée.

Les achats peuvent être commandés sur notre boutique en ligne : shop.hauntedmontreal.com

Montréal hanté tient à remercier tous nos clients qui ont participé à une marche fantôme, une tournée des pubs hantés, une enquête paranormale ou un événement virtuel pendant la saison 2020 – 2021 !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 novembre: Quai de l’Horloge

Le quai de la Tour de l’Horloge est une destination touristique prisée du Vieux-Port de Montréal, notamment à la suite de l’installation d’une plage urbaine en 2012. Surplombant le meurtrier Courant Sainte-Marie, c’est un endroit idéal pour passer un après-midi ensoleillé. Cependant, plusieurs personnes ont repéré des traces de pas mouillées sur le quai, même les jours les plus chauds où l’eau s’évapore très rapidement. Ces empreintes paranormales pourraient-elles être liées à une catastrophe maritime du passé lointain de la ville ?

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top