Bienvenue à le quarante-huitième blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 300 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite) si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois !

Nous sommes également heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle Tournée des bars hanté !

Nous sommes également ravis de vous inviter le 17 août au Pub Hurley pour la soirée de lancement officiel de Griffin Tours, la nouvelle entreprise qui groupera les visites de Montréal hanté avec autres offres intéressantes, comme une visite de l’histoire irlandaise à Montréal et notre nouvelle visite des histoires cachées de Montréal ! Détails ci-dessous.

Notre blogue du mois d’août examine le récit étrange et paranormal de Jean-Père Saint-Père, rapporté par le premier historien de Montréal, François Dollier de Casson, et d’autres personnalités de la Nouvelle-France.

RECHERCHE HANTÉ

Au cours des années du projet colonial de la « Nouvelle-France », de nombreuses histoires étranges sont apparues telles qu’écrites par les colonisateurs. François Dollier de Casson, le premier « historien » de Montréal, était connu pour écrire une étrange « histoire » qui, aujourd’hui, serait certainement considérée comme révisionniste, si ce n’est carrément délirante.

Le récit dérangé de la tête parlante de Jean Saint-Père est peut-être le plus infâme.

Au début du XVIe siècle, les empires européens ont commencé à tenter de coloniser les territoires autochtones de l’Amérique du Nord. La première tentative de la France de revendiquer le nouveau monde s’est produite en 1534. Le marin français Jacques Cartier est arrivé dans la baie des Chaleurs, au large de la Gaspésie, et a planté une croix de bois de 30 pieds sur laquelle il a attaché un bouclier portant la fleur de lis sur lequel il a gravé les mots Vive le Roy de France. Citant la doctrine catholique désormais obsolète de Terra Nullius, il tenta donc de revendiquer les terres autochtones pour la France.

Dans les années 1600, les Français ont commencé à coloniser. La colonie de Québec apparaît en 1608 et Trois-Rivières en 1634. Les Français sont tentés de coloniser Tiohtiàke, l’actuelle île de Montréal, mais s’inquiètent du fait qu’il s’agit d’un territoire Mohawk traditionnel. Les Mohawks ne sont pas seulement membres d’une confédération de cinq des nations appelées les Haudenosaunee, mais étaient également considérées parmi les meilleurs guerriers du pays. La confédération des Haudenosaunee comprenait également les Oneidas, les Onodogas, les Cayugas et les Senecas.

Pendant ce temps, en France, un mystique catholique du nom de Jérôme le Royer de la Dauversière avait une vision qui disait-il, venait directement de Dieu. Dans sa vision, il a imaginé une nouvelle Jérusalem installée sur l’île de Montréal, dans le but de convertir les premières nations autochtones au catholicisme. Il a rapidement fondé une organisation culturellement génocidiale appelée « la Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France » et a préparé une expédition de colonisation.

Paul de Chomedey de Maisonneuve, un soldat dans ses trentaines, a été embauché pour commander l’expédition. Il était accompagné d’une infirmière bénévole de 34 ans, Jeanne Mance, et de trois bateaux chargés de colons.

À leur arrivée à Québec en 1641, le projet n’a pas été soutenu par les jésuites et encore moins par le gouverneur Montmagny, qui a déclaré : « Le projet de cette nouvelle entreprise est tellement absurde qu’il vaudrait mieux l’appeler une entreprise téméraire. »

Paul de Chomedey de Maisonneuve a répondu par les mots génocidaires suivants :

« Monsieur, ce que vous me dites seroit bon si on m’avoit envoyé pour délibérer et choisir un poste ; mais ayant été déterminé par la Compagnie qui m’envoie que j’irois au Montréal, il est de mon honneur et vous trouverez bon que j’y monte pour y commencer une colonie, quand tous les arbres de cette Isle se devroient changer en autant d’Iroquois. »

Fidèle à sa parole, le 17 mai 1642, il fonda une colonie appelée Ville-Marie sur l’île. Nommée pour la Vierge Marie, la colonie était destinée à être un centre pour l’effacement de culture autochtone en faveur d’hégémonie catholique.

À l’époque, Tiohtià:ke n’a pas été habitée, comme la première nation mohawk avait battu retraite dans le sud de ses territoires à cause des épidémies européennes, telles que la variole, qui dévastait la nation, sans parler des attaques de la « Agojuda » (un mot qui signifie « hommes sinistre»), probablement la première nation huronne.

Lorsque les éclaireurs mohawks ont découvert que Tiohtià : ke avait été colonisé par les Français, une guerre a éclaté entre les Français et les Haudenosaunee, caractérisée par la guérilla, des tortures horribles et divers enlèvements.

De retour aux Européens documentant cette guerre, François Dollier de Casson est né en France dans une riche famille bourgeoise et militaire en 1636. Après avoir servi dans l’armée française pendant 3 ans, il décida de faire des études pour devenir prêtre. Une fois accepté dans l’ordre des sulpiciens, il fut déployé en « Nouvelle-France », une mission qu’il entreprit avec une certaine réticence.

À son arrivée à Québec en 1666, il est immédiatement nommé aumônier militaire auprès de Prouville de Tracy, qui planifie une campagne de génocide contre la Première nation Mohawk, dont les Français tentent de coloniser le territoire.

Le marquis de Tracy a dirigé une force française composée de 600 soldats, et de 600 milices et alliés autochtones sur les terres mohawks. Trois cents bateaux et canoës ont transporté les hommes de Tracy à l’extrémité sud du lac Champlain. Une fois à terre, les troupes se sont dirigées vers l’est, au cœur du territoire mohawk. Les guerriers mohawks ont choisi de ne pas affronter une force aussi nombreuse et bien armée et se sont retirés dans la forêt. Les soldats de De Tracy ont rasé des villages mohawks et incendié leurs champs et leurs réserves de nourriture. Bien que les Français n’aient pas vaincu le peuple mohawk au combat, l’invasion et la campagne de terre brûlée qui a suivi ont déclenché une famine meurtrière.

François Dollier de Casson a été actif en tant que missionnaire et explorateur jusqu’à ce qu’il devienne supérieur aux Sulpiciens de la « Nouvelle-France » en 1671. Il a également contribué à l’architecture des églises, a été vicaire général du diocèse de Québec et a commandé le premier relevé de rue de ce qui est maintenant le Vieux-Montréal.

Il fut également l’un des personnages clé de la première tentative de creuser le canal de Lachine, en 1689, qui échoua finalement.

Alors qu’il était bien connu en tant que figure religieuse et autorité publique, il se nomma lui-même le premier « historien » de la ville et écrivit Histoire du Montréal, 1640-1672, numéros 1 à 5.

Une tentative de documenter la vie des colonisateurs français dans la colonie de Ville-Marie, Histoire du Montréal est critiquée comme un révisionnisme historique tellement irréaliste, raciste et eurocentriste qu’il est à la fois invérifiable et complètement délirant dans son saupoudrage de « miracles » destinés à renforcer l’hégémonie européenne au détriment des perspectives des Premières Nations et du savoir autochtone.

Les connaissances autochtones font largement référence aux manières autochtones de savoir qui guident et résultent des relations et des responsabilités de leurs membres avec l’environnement, y compris les paysages, les paysages aquatiques, les plantes, les animaux et autres. Considéré comme une ancienne combinaison de valeurs, de responsabilités, d’histoire et de lois, le savoir autochtone est essentiel à l’épanouissement des cultures des Premières Nations. Les modes traditionnels de connaissance et de vie des peuples autochtones se sont affinés au fil de milliers d’expériences et de relations avec des êtres et des lieux vivants. Ce système de connaissances orales est remarquablement stable, les aînés et les détenteurs des connaissances transmettant ces connaissances aux générations futures.

« L’histoire » occidentale ou européenne, contrairement aux savoirs autochtones, est instable et constamment révisée en fonction de dynamiques de pouvoir telles que doctrines religieuses, idéologies coloniales, euro-centricité, suprématie blanche et nationalismes, qui impliquent toutes la suppression et l’exclusion des voix de ceux qui sont opprimés par ces systèmes de domination.

Par exemple, François Dollier de Casson retrace l’histoire du mort de père Le Maistre en 1661 – et du « miracle » qui s’ensuivit d’un mouchoir qui refusait d’être souillé de son sang :

« Le père Le Maistre, prêtre fervent sous Olier, est sorti au séminaire de Montréal. Le 29 août 1661, il accompagna les moissonneurs dans les champs du fort Saint-Gabriel, une petite ferme fortifiée située à la périphérie de la ville, où il se constitua lui-même comme gardien, récitant entre-temps son bréviaire. Il est passé tellement près d’Iroquois cachés dans les broussailles qu’ils se croyaient découverts et se jetèrent sur lui avec des cris de guerre féroces. Insouciant de péril pour lui-même, il a appelé ses hommes à courir. Les sauvages, voyant leur proie s’évader, se vengèrent sur lui, lui coupèrent la tête et l’emmenèrent dans un mouchoir. Mais ses traits, disent les récits de l’époque, sont restés gravés dessus. « Ce qui est étrange, écrivent-ils, c’est qu’il n’y avait pas de sang sur le mouchoir et qu’il était très blanc. Il est apparu sur le dessus comme une très fine cire blanche qui portait la face du serviteur de Dieu. » Ils disent même qu’elle leur parlait parfois et leur reprochait leur cruauté, et que, pour se libérer de cet oracle qui les terrifiait, ils vendirent le mouchoir aux Anglais. Le meurtrier Hoondoroen s’est converti et est décédé à la mission de Saint-Sulpice. »

L’analyse historique est non seulement un cas de pensée magique, mais elle est aussi raciste, révisionniste et euro-centrique.

La révision historique la plus tristement célèbre de François Dollier de Casson est peut-être l’histoire du notaire Jean Saint-Père.

Jean Saint-Père, greffier, notaire et syndic est venu à Montréal, probablement en 1643, « afin de contribuer, comme il le déclara lui-même, à la conversion des sauvages », Saint-Père fut, à partir de janvier 1648, le premier greffier et le premier notaire de Ville-Marie. En 1651, il devint le syndic de la Communauté des Habitants de Ville-Marie et, en 1654, il fut élu « receveur des aumônes qui seraient faictes en faveur de la construction de l’église projetée de Montréal ».

Considéré comme un très pieux catholique par d’autres colons, en octobre 25, 1657, il a rencontré son destin tragique.

À l’époque, il y avait une trêve entre les Français et les Haudenosaunee, mais cette paix fragile ne reflétait aucune acceptation croissante de la part des Premières Nations de voir les Français empiéter sur leurs terres. Le calme a plus à voir avec les cinq nations de Haudenosaunee se concentrant pour le moment sur la reprise des hostilités avec leurs ennemis traditionnels au sud. La paix ne durerait pas.

Ce jour-là, Nicolas Godé et Jean St. Père étaient sur le toit d’une maison qu’ils étaient en train de construire, en train de poser du chaume. Cela aurait pu être sur des propriétés adjacentes appartenant aux deux hommes sur l’actuelle place d’Armes, ou peut-être à proximité de Pointe Saint-Charles, où Godé possédait également des terres. Alors qu’ils couvraient le toit, ils ont été visités par un petit groupe de Oneidas. Soi-disant, les colons ont nourri les visiteurs avant de retourner travailler sur le toit. François Dollier de Casson a décrit la scène comme telle :

Cet « homme d’une piété aussi solide, d’un esprit aussi vif et tout ensemble […] d’un jugement aussi excellent qu’on ait vu ici [à Montréal] » connut une fin tragique, le 25 octobre 1657. Alors que la paix régnait depuis peu entre les Français et les Iroquois, un groupe d’Onneiouts ; se présenta chez Nicolas Godé, lequel était occupé avec son gendre, Jean de Saint-Père, et leur serviteur, Jacques Noël, à bâtir une maison. Les Français reçurent fort civilement les visiteurs, leur donnant même à manger. Venus sous le couvert de la paix et de l’amitié, mais nourrissant de perfides desseins, les Iroquois attendirent que leurs hôtes, remontés sur le toit, fussent à portée de leurs arquebuses pour les faire « tomber comme des moineaux ». Achevant leur œuvre, les Onneiouts scalpèrent Godé et Noël, mais coupèrent la tête de Saint-Père qu’ils emportèrent « pour avoir sa belle chevelure ».

Le corps décapité de Jean Saint-Père fut enseveli le 25 octobre 1657, dans le même sépulcre que ses deux infortunés compagnons.

De là, l’histoire devient beaucoup, beaucoup plus bizarre.

Dollier de Casson, Marguerite Bourgeoys, institutrice, et Vachon de Belmont, un autre colonisateur, ont signalé un dénouement étrange à la suite de la décapitation. Ils ont affirmé que pendant que les Iroquois (nom français des Haudenosaunee) fuyaient avec leur trophée macabre, la tête de Jean Saint-Père commençait à parler « dans un fort bon iroquois, bien que, de son vivant, Saint-Père eût toujours ignoré cette langue ». Selon les colons, le chef de Jean Saint-Père a commencé à reprocher aux guerriers leur tromperie en disant :

« Tu nous tues, tu nous fais mille cruautés, tu veux anéantir les François, tu n’en viendras pas à bout, ils seront un jour vos maîtres et vous leur obéirez, vous avez beau faire les méchants. »

Soi-disant, les Oneidas ont essayé de jeter la tête, mais celle-ci est revenue à leur campement et a continué à insulter les guerriers. Selon Dollier de Casson, les guerriers Oneida ont mis la tête « tantôt ils la mettaient dans un endroit et tantôt dans un autre ». Il a affirmé : « Que même parfois, ils mettaient quelque chose dessus pour l’empêcher de se faire ouïr, mais qu’ils ne gagnaient rien. »

Les Iroquois eurent beau éloigner la tête, la voiler ou l’enfouir, la voix vengeresse continuait de se faire entendre. S’étant enfin débarrassés du crâne, mais ayant conservé la chevelure, les Iroquois n’en entendaient pas moins, du côté où ils gardaient le scalp, la voix de Saint-Père. Selon Margeurite Bourgeois, il leur aurait dit : « Vous pensez nous faire du mal, mais vous nous envoyez au paradis » .

Dollier de Casson a affirmé avoir entendu cette histoire de « gens de bonne réputation », vraisemblablement René Cuillerier, un prisonnier des Oneidas. Apparemment, ce sont les Oneidas eux-mêmes qui ont raconté cette histoire à leur prisonnier.

Il est à noter qu’il ne semble pas y avoir de preuve de cette histoire dans le savoir autochtone détenu par les aînés et les gardiens du savoir de la première nation Oneida, ce qui suggère que la première « Histoire » enregistrée à Montréal n’est rien de plus que des illusions fantaisistes conçues pour renforcer les colons français et la religion catholique.

Pour en savoir plus sur la façon dont la culture colonisatrice révise constamment son « histoire » sur les peuples autochtones, regardez l’épisode Les Brutes intitulé L’histoire des premières nations enseignée aux enfants, au cours duquel Melissa Mollen-Dupuis, militante et éducatrice innue les nombreuses révisions des livres « d’histoire » du Québec au fil des ans avec deux activistes jouant des étudiants.

Elle souligne que les peuples autochtones ont d’abord été présentés comme des « sauvages », puis comme une race disparue, et qu’ils sont toujours sous-représentés dans le programme d’histoire du Québec comme « l’Autre » et non comme un peuple colonisé qui tente de se défendre.

Cette situation regrettable découle directement de l’insistance persistante du ministère de l’Éducation du Québec à mal éduquer la population en général, y compris avec son récemment démystifié programme d’études « Histoire ».

Malheureusement, tant que le ministère de l’Éducation du Québec n’aura pas inclus l’histoire et les perspectives autochtones dans son programme, ses habitants continueront d’être mal éduqués par le lieu en constante évolution de « l’histoire » euro-centrique, la même source qui nous a amenés l’histoire bizarre de la tête parlante de Jean Saint-Père.

Il serait donc sage que les lecteurs examinent l’article 15.2 de l’appel à la justice de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui est un message à l’intention de tous les Québécois et Canadiens :

« Participer au processus de décolonisation en apprenant la véritable histoire du Canada et l’histoire des Autochtones dans leur région. Découvrir et célébrer l’histoire, les cultures,la fierté et la diversité des peuples autochtones, reconnaître la terre sur laquelle on vit et son importance historique et actuelle pour les communautés autochtones locales. »

C’est un noble premier pas de commencer à concilier une véritable histoire autochtone avec l’euro-centic révisionnisme qui continue à être enseigné dans les écoles du Québec en 2019.

NOUVELLES DE LA SOCIÉTÉ

Tout abord, une annonce spéciale. Nous allons lancer Griffin Tours en tant que société mère pour Montréal hanté, Excursions irlandaises de Montréal et notre nouvelle visite des histoires cachées de Montréal. Griffin Tours vise à offrir de nouvelles expériences du 21e siècle aux visiteurs et touristes de nouvelle génération. Nous voulons que vous rejoigniez notre communauté et contribuiez à façonner l’avenir du tourisme à Montréal !

Samedi, le 17 août, nous organiserons un pique-nique postcolonial et coin des oratoires à 14 h au parc Saint-Henri, près de la statue hantée de Jacques Cartier. Nous vous invitons à apporter un plaid, un dîner et un esprit ouvert. Ceux qui souhaitent s’exprimer contre le colonialisme, le racisme et des sujets similaires peuvent s’inscrire pour une place de 10 minutes sur la tribune. Plus de détails peuvent être trouvés ici.

La soirée de lancement de Griffin Tours aura lieu le soir même au Pub irlandais Hurley’s (1225 Crescent Street) à partir de 18 h. Il y aura des spectacles, des hors-d’œuvre gratuits, un tirage au sort et quelques annonces importantes. Plus de détails peuvent être trouvés ici. Tout le monde est le bienvenu !

Deuxièmement, nous sommes dans la phase de planification d’une enquête paranormale dans l’ancien cimetière Sainte-Antoine, qui constitue l’une de nos nouvelles expériences. Conduits par un vrai médium, les invités utiliseront des outils tels que des baguettes de sourcier, des pistolets thermiques et des lecteurs de CEM pour communiquer avec les esprits qui hantent le vieux cimetière de choléra.

Nous sommes heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle tournée des bars hanté !

Dirigée par un conteur fantôme professionnel, la tournée des bars hanté visitera trois bars hantés. La visite commence à le pub irlandais McKibbin’s situé au centre-ville de Montréal sur la rue Bishop, les invités vont découvrir non seulement de nombreux des pubs hantés de la ville, mais ils écouteront également des histoires des fantômes célèbres de Montréal.

Avec une bière en main, les clients apprécieront les pubs hantés et les histoires de fantômes montréalais et apprendront des forces historiques qui ont transformé l’ancienne île indigène de Tiotà : ke en Ville-Marie, une colonie française austère fondée par des évangélistes catholiques.

Après l’invasion britannique, la ville a de nouveau été transformée en centre financier en plein essor, un centre de la criminalité, un site de rébellion violente et de révolution subversive pour finalement devenir la ville la plus hantée du Canada.

Les clients vont faire visite au pub irlandais McKibbin’s, avec ses mystères, le célèbre pub Sir Winston Churchill, l’ancien salon funéraire qui est présentement discothèque Club Le Cinq et, bien sûr, le pub irlandais Hurley’s où un fantôme connu sous le nom de « Femme en feu » hante l’établissement.

Le conteur fantôme régalera les invités avec les histoires de fantômes les plus dérangés et les plus infâmes de Montréal, y compris Simon McTavish, un baron à la fourrure écossais qui est maintenant connu pour glisser sur les pentes du mont Royal dans son propre cercueil, le fantôme de John Easton Mills, le maire martyr de Montréal qui a péri alors qu’il s’occupait des réfugiés irlandais infecté par le typhus pendant la famine de 1847, et Headless Mary, le fantôme d’une prostituée de Griffintown décapitée par sa meilleure amie en 1879. Elle retourne de la mort a chaque 7 ans pour chercher sa tête au coin des rues William et Murray !

Joignez-vous à Montréal hanté pour cette tournée de pubs inoubliable, où vous pourrez boire à côté d’un fantôme, tout en découvrant l’histoire dérangée de la ville et en écoutant des histoires de fantômes locaux qui fourmillaient !

Pour plus de détails, y compris une description, le lieu de départ et l’horaire, visitez notre nouvelle page web! Rejoignez-nous à 15 h le dimanche de l’année pour un pub hanté en anglais ou à 16 h en français! Les billets sont maintenant en vente !

Montréal hanté propose également des visites privées et des tournées dans les bars pour les sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre intitulé Macabre Montreal.

This image has an empty alt attribute; its file name is MM.jpg

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un « recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada. »

Les auteurs écrivent :

« Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles. »

Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait également remercier tous nos clients qui ont récemment assisté à une promenade fantôme ou à une tournée de pub hanté !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor. Si vous avez des commentaires, écrivez-nous à info@hauntedmontreal.com afin que nous puissions améliorer l’expérience de nos visiteurs.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté, le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

À venir le 13 septembre : le vieux cimetière de Saint-Antoine

La place du Canada et le square Dorchester cachent un secret très sombre dans le cœur du centre-ville de Montréal. Les squelettes de quelque 70 000 Montréalais, dont beaucoup sont des victimes du choléra, ont été enterrés dans des fosses communes durant les épidémies du milieu des années 1800. Autrefois appelé cimetière Saint-Antoine, le cimetière catholique a fonctionné de 1799 au milieu du XIXe siècle. Débordant d’activités paranormales telles que des globes flottants, des prières désincarnées et des cris de hurlement, le vieux cimetière Saint-Antoine est une tache sombre et hantée sur la ville.

Donovan King est un historien postcolonial, un enseignant, un guide touristique et un acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal Hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbott College), d’un BFA (théâtre dramatique en éducation, Concordia), d’un B. Ed (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University Studies of Calgary) et d’ACS (Montréal). Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *