Blogue #61 de Montréal hanté – Le fantôme du pilote de bombardier

Avec plus de 400 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois) !

Ce mois-ci, nous examinons l’étrange fantôme d’un pilote de bombardier de guerre qui est apparu de nulle part dans une librairie Chapters dans le centre-ville 2007. Une femme nommée Kim J. s’était arrêtée pour prendre un cappuccino glacé afin de combattre la chaleur de l’été lorsque l’apparition lui a donné la peur de sa vie alors qu’elle parcourait les étagères.

Nous sommes également heureux d’annoncer notre saison spéciale Halloween 2020 et de partager notre nouvelle vidéo promotionnelle !

Recherche hantée

Montréal hanté a été contacté par une femme nommée Kim J. qui voulait partager une histoire de fantôme qu’elle a vécu il y a plus de dix ans. L’histoire était si effrayante qu’elle en garde encore un souvenir très clair aujourd’hui.

Selon Kim J :

« C’était une chaude journée de la mi-juillet 2007. Tout était normal ce jour-là, au cœur du quartier commercial du centre-ville de Montréal. Des foules d’hommes d’affaires et de clients se sont retrouvées en masse dans l’une des rues les plus fréquentées de la ville, Sainte Catherine, comme c’est habituellement le cas à cette période de l’année, profitant pleinement du temps plus chaud. »

« C’est ainsi chaque année. Il n’y avait rien d’inhabituel. Le trottoir débordait de gens qui se déplaçaient d’un endroit à l’autre, chacun pour sa propre mission, que ce soit pour les affaires ou pour le plaisir. La rue était pleine de vie – vivante, vibrante et prête à être redécouverte comme je l’avais fait chaque été auparavant. J’étais enfin en vacances et je voulais profiter au maximum du beau temps, je me suis mise en route pour prendre un peu de soleil, admirer la vue et les sons de la ville et trouver de superbes soldes d’été en même temps. J’étais loin de me douter que j’obtiendrais beaucoup plus que ce que j’avais initialement prévu pour ce jour d’été inoubliable… »

« Après quelques heures à flâner dans la rue Sainte-Catherine et à entrer et sortir de tous les magasins en vue, j’avais besoin de combattre la chaleur et je me suis donc glissé dans un bâtiment en béton de style ancien qui se trouvait entre les coins des rues Peel et Stanley. À l’époque, c’était une grande librairie Chapters à plusieurs étages avec une entrée principale située au coin de Stanley et rue Sainte-Catherine. Ce bâtiment particulier avait sa propre aura unique et intemporelle. Son architecture ancienne se démarquait parmi les façades d’immeubles d’aspect plus moderne du quartier. Une grande enseigne Chapters, de couleur bordeaux et jaune, était exposée au-dessus de l’entrée principale et il était difficile de ne pas la voir. »

« C’était l’endroit parfait pour faire une courte pause loin de la chaleur – je pouvais me rafraîchir, m’asseoir avec un bon livre et étancher ma soif au café du deuxième étage. Je suis donc monté à l’étage. Une fois là, j’ai commandé un cappuccino glacé et je me suis dirigée vers les étagères de livres situées à côté du café, près des grandes vitrines à l’avant du magasin, à la recherche d’une bonne lecture. »

« En parcourant la sélection de titres, j’ai vu quelque chose du coin de l’œil. Au début, je l’ai repoussé en pensant que c’était juste un autre client et je n’ai pas pris la peine de lever les yeux, mais à mesure que la masse s’approchait, il est devenu évident que c’était loin d’être un client normal. J’ai levé les yeux vers l’allée devant moi et j’ai vu un homme relativement jeune, entre 20 et 40 ans, qui me fixait d’un regard inébranlable et intense. Le style de vêtements de l’homme était très déconcertant car il n’était pas du tout à sa place pour une journée d’été contemporaine au centre-ville de Montréal – il portait une ancienne tenue de vol de pilote de couleur brun clair à brun moyen, semblable aux uniformes portés pendant la Deuxième Guerre mondiale, avec un chapeau d’aviateur avec des oreillettes, des lunettes et de grandes bottes d’aviateur foncées. »

« Au début, je pensais que c’était un acteur de reconstitution, mais il était beaucoup trop pâle et la façon dont il me regardait était vraiment bizarre – sans expression, comme s’il était en transe. Quand il marchait il n’avait pas de démarche non plus ce qui était vraiment bizarre – il semblait planer à quelques centimètres du sol ! Je ne l’oublierai jamais ! Sa peau gris pâle avait une teinte de cadavre et m’a donné des frissons. L’anachronisme était effrayant. Je ne pouvais pas croire ce que je voyais, mais c’était vrai. Je savais alors que je regardais un fantôme – une apparition solide et complète ! »

« Il semblait complètement perdu – son regard était creux et confus comme s’il n’était pas familier avec son environnement et ne savait pas où il était ni ce qui lui était arrivé. Le plus effrayant était peut-être l’état de transe dans lequel il se trouvait et le fait qu’il n’avait absolument aucune démarche ou manière de marcher lorsqu’il se déplaçait. Mon cœur battait si fort que j’avais l’impression qu’il sortait tout droit de ma poitrine. J’étais en état de choc total, paralysée par la peur et je ne pouvais pas crier. J’étais figée sur place jusqu’à ce qu’il me quitte du regard pendant quelques secondes et qu’il se mette à descendre l’allée jusqu’à ce qu’il disparaisse derrière une foule qui se tenait près des toilettes. »

Kim J. a continué : « J’ai réussi à retrouver mon calme et je me suis dépêché d’aller voir si je pouvais le revoir. J’ai attendu là pendant vingt minutes mais je ne l’ai jamais revu. Il était parti – complètement disparu dans l’air ! J’ai su dès ce moment que les fantômes n’étaient pas le fruit de l’imagination et qu’ils avaient la capacité d’apparaître instantanément dans les moments les plus inattendus. »

« Je n’oublierai jamais ce jour aussi longtemps que je vivrai et je me demande souvent pourquoi j’ai vu le fantôme de ce pilote de bombardier. Se pourrait-il que l’un des nombreux ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale que contient Chapters ait déclenché d’une manière ou d’une autre la manifestation de cette apparition ? Ou se pourrait-il que cet esprit ait été attiré par l’énergie de ce lieu ? »

« Comme le suggèrent certains chercheurs en paranormal, les esprits ont tendance à traîner dans les lieux publics très fréquentés tels que les hôpitaux, les écoles, les cinémas, les bibliothèques et les magasins parce qu’ils apprécient la vivacité des lieux où il y a beaucoup de monde. Ou se pourrait-il que cette entité soit en quelque sorte liée à ce bâtiment ou à cet endroit particulier à la suite d’un événement important tel qu’un traumatisme ou une mort soudaine ? Ce sont des questions dont je ne connaîtrai jamais vraiment les réponses et sur lesquelles je ne peux que spéculer. Cependant, il y a une chose dont je suis sûre après avoir vécu cette expérience effrayante et qui a changé ma vie : les fantômes sont réels à 100% et il y a l’esprit d’un pilote de bombardier de guerre qui se cache dans le quartier commercial du centre-ville de Montréal. »

« Vous ne me croyez pas ? Attendez de voir … vous pourriez le voir un jour dans le quartier, comme je l’ai fait, quand vous vous y attendrez le moins… »

L’expérience de Kim J. soulève la question brûlante à savoir pourquoi le fantôme d’un pilote de bombardier apparaîtrait à l’intérieur d’une librairie du centre-ville de Montréal.

La librairie Chapters était située dans le Castle Building, à l’angle de la rue Sainte-Catherine ouest. Le bâtiment abrite désormais une boutique de lingerie Victoria’s Secret depuis la fermeture de la librairie Chapters en 2014.

Nommé d’après la compagnie Castle Tea et érigé sur le site de l’ancienne église congrégationnelle de l’Emmanuel, il a été achevé en 1927. Avec 11 étages, le bâtiment en brique a une façade néoclassique.

La meilleure théorie sur le fantôme est peut-être liée à la pire catastrophe aérienne de Montréal. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Canada combattait l’Allemagne nazie, ce qui impliquait une coordination avec la Grande-Bretagne et l’envoi de troupes, de fournitures, d’armes, de munitions, de navires et d’avions à travers l’océan Atlantique pour soutenir l’effort de guerre.

Le mardi 25 avril 1944, un bombardier Liberator a décollé de l’aéroport de Dorval à 10 h 24, en direction du Royaume-Uni via Terre-Neuve. Il avait à son bord 9000 litres de carburant et une cargaison inconnue. Le pilote était un as polonais de l’aviation avec beaucoup d’expérience.

Cependant, quelques minutes après le décollage, l’avion a semblé rencontrer des problèmes mécaniques au-dessus du centre-ville et a effectué un virage serré à droite, vraisemblablement pour essayer d’atterrir dans la rivière.

Malheureusement, l’avion est descendu trop vite et à 10h30, six minutes seulement après le décollage, il a percuté une rangée de triplex sur les rues Ottawa et Shannon dans le quartier populaire de Griffintown.

Trois maisons ont été immédiatement détruites dans l’explosion et onze ont été gravement endommagées. Les flammes ont atteint une hauteur de 15 mètres et des morceaux de corps carbonisés ainsi que des débris ont été éparpillés un peu partout. La distance à laquelle ils ont été projetés est une question de spéculation, mais il est possible que certains aient atteint le Castle Building et aient atterri sur son toit, qui est très grand et plat.

Les pompiers ont réussi à éteindre le brasier avant midi. Le bilan est de 10 morts dans le quartier, ainsi que les 5 aviateurs qui pilotaient le Liberator.

Lorsque Kim J. a reçu la photo de trois des cinq aviateurs du Liberator qui ont péri, elle a identifié l’homme au milieu de la photo comme étant le suspect le plus probable.

On pense qu’il s’agit de l’officier-pilote Andrej Kuzniacki, âgé de 31 ans au moment de sa mort. Il volait dans l’armée de l’air polonaise depuis 1936.

Elle a dit : « Bien que je ne puisse pas dire avec une certitude absolue si l’apparition dont j’ai été témoin dans Chapters était bien l’homme sur la photo, je peux dire avec une confiance absolue que l’homme représenté au milieu est très proche en apparence du pilote que j’ai vu. Ils partagent tous deux un type d’uniforme étonnamment similaire, les mêmes yeux, le même visage et le même niveau d’intensité dans leur regard. Cependant, le fantôme que j’ai vu semblait plus abasourdi et avait un regard qui correspondait à de la confusion ou à un traumatisme. »

Aujourd’hui, une boutique de lingerie Victoria’s Secret occupe le site et selon des témoins, l’activité paranormale continue.

Le plus fréquent est le bruit désincarné de pas lourds, généralement lorsque tout est calme dans le magasin. Une ancienne vendeuse a déclaré : « Je suis presque sûre que les bruits de pas sont ceux d’un homme car ils sont lourds, presque bruyants. Étant donné que nous ne recevons pas beaucoup d’acheteurs masculins et que nous avions souvent l’habitude d’entendre les pas avant l’ouverture ou après la fermeture, il y a certainement quelque chose de mystérieux qui se passe. »

Lorsqu’on lui a demandé si elle avait déjà vu le fantôme du pilote du bombardier, elle a répondu « non », mais elle s’est souvenue d’une femme qui avait crié une fois dans un vestiaire. Après avoir crié, elle est sortie en courant, à moitié nue. La femme semblait effrayée et troublée et ne voulait pas parler de la raison de sa colère. Elle a quitté le magasin aussi vite que possible après avoir réarrangé ses vêtements.

A-t-elle rencontré le fantôme du bombardier de guerre en essayant la lingerie sexy qui fait la renommée mondiale de Victoria’s Secret ?

Si personne ne sait si le fantôme est bien l’un des aviateurs de l’avion qui s’est écrasé au cœur de Griffintown en 1944, il n’y a guère d’autres explications, si ce n’est la théorie de Kim J. selon laquelle l’apparition aurait été déclenchée par l’un des livres sur la Seconde Guerre mondiale. Cependant, bien qu’ils ne soient pas inconnus, les livres hantés de cette nature sont extrêmement rares et il est peu probable qu’ils apparaissent dans une librairie de grande surface.

Quoi qu’il en soit, la légende persistante du fantôme du bombardier de guerre de Montréal donne des raisons de réfléchir à cette période dévastatrice de l’histoire humaine – et de se méfier lorsqu’on visite le Castle Building au cœur du centre-ville de Montréal.

Nouvelles de la société

Montréal hanté est extrêmement heureux d’annoncer sa saison d’Halloween et de partager une nouvelle vidéo promotionnelle !

Nos visites de fantômes sont proposées tous les vendredis, samedis et dimanches soirs d’octobre. Notre enquête sur le paranormal est également disponible. Veuillez consulter le calendrier suivant pour la saison d’Halloween :

Les billets sont en vente dès maintenant !

Des visites privées sont possibles en fonction de la disponibilité de nos acteurs.

Tous nos circuits et expériences sont limités à un maximum de 25 clients. Nous pratiquons également la distanciation sociale et offrons des masques faciaux et du désinfectant pour les mains à nos clients afin de garantir le respect des directives de santé publique.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2019 – 2020 !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 octobre : Les chasseurs de fantômes contemporains de Montréal

Montréal compte de nombreux groupes qui recherchent les fantômes locaux, les mystères inexplicables et les événements paranormaux. Des médiums aux chasseurs de fantômes équipés d’outils tels que les lecteurs EMF, les boîtes à esprit et les pistolets à température, il existe plusieurs organisations remarquables qui se consacrent à l’exploration de l’activité paranormale sans fin de Montréal. Pour notre blog d’octobre, nous avons interviewé Dominique Desormeaux de « 13 spirits paranormal ». En tant que l’un des principaux experts de la ville en matière de chasse aux fantômes, il anime l’enquête mensuelle sur le paranormal de Montréal hanté dans l’ancien cimetière du choléra de Saint-Antoine.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *