skip to Main Content

Bienvenue au quatre-vingt-unième article du blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 450 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois !

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs de bureau et en bas pour les appareils mobiles) si vous souhaitez le recevoir tous les mois le 13 ! Le blog est publié en anglais et en français !

Montréal hanté est heureux d’annoncer que nous offrons nos visites fantômes régulières tous les samedis soirs en rotation jusqu’en juin, lorsque la saison sera prolongée :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Griffintown hanté

La visite du Mont-Royal hanté

Notre tournée des pubs hantés est offerte tous les dimanches à 15 h en anglais et le dernier dimanche du mois à 16 h en français.

Alors que des visites publiques sont disponibles le samedi soir et le dimanche après-midi pour le Haunted Pub Crawl, des visites privées peuvent être réservées à tout moment en fonction de la disponibilité de nos acteurs.

Notre Visite hantée virtuelle est également disponible sur demande !

De plus, notre équipe diffuse chaque samedi des vidéos d’histoires de fantômes du Blogue de Montréal hanté, dans les deux langues!

Nos hôtes incluent Holly Rhiannon (en anglais) et le Dr Mab (en français).

Envie d’offrir en cadeau une expérience hantée pour la saison 2022 ?

Vous pouvez maintenant commander un chèque-cadeau Montréal hanté sur notre site Web. Ils sont échangeables via Eventbrite contre n’importe laquelle de nos expériences en personne ou virtuelles. Il n’y a pas de date d’expiration.

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Vous trouverez plus de détails ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société!

Ce mois-ci, nous explorons le Fort de la Montagne, le premier pensionnat de ce qui est aujourd’hui le Canada. Aujourd’hui, il ne reste plus que deux tours de l’ancien fort – et elles sont réputées hantées.

Recherche hantée

Derrière les murs de pierre de la rue Sherbrooke se cachent deux vieilles tours qui ont la réputation d’être hantées. Comptant parmi les plus anciennes structures intactes de la ville de Montréal, ces fortifications ont une histoire déjantée.

Conçues pour servir de premier pensionnat dans ce qui est aujourd’hui le Canada moderne, les tours sont en fait dotées de sabords. Cette architecture militaire a été conçue pour repousser quiconque – sous la menace d’une arme – oserait interférer avec l'”instruction” dispensée dans l'”école” fortifiée.

Avant d’examiner ces tours hantées, il est bon de se pencher sur l’histoire qui a conduit à leur construction.

Lorsque les Européens entreprirent de coloniser le monde dans les années 1500, leur objectif était généralement de soumettre les civilisations indigènes afin de voler leurs terres et leurs ressources. Cela impliquait généralement un génocide culturel, ou des tentatives d’extinction des pratiques, des croyances, des langues et des cultures.

Lorsque l’explorateur Jacques Cartier arriva de France en 1534, il planta une croix de 30 pieds dans l’actuelle région de Gaspé – pour revendiquer tous les territoires autochtones au nom du roi de France, François Ier.

Les chefs autochtones, comme Donaconna, s’opposèrent au geste de Cartier et plus tard arrachèrent la croix.

Quoi qu’il en soit, au début des années 1600, les Français commencèrent à établir des colonies dans ce qu’ils appelaient la “Nouvelle-France”. Des établissements comme Port-Royal, Tadoussac, Québec et Trois-Rivières prirent forme.

Tiohti:áke, le nom mohawk de Montréal, était considéré comme une prise coloniale digne d’intérêt en raison de sa situation géographique. Avec plusieurs réseaux de rivières qui se jettent dans l’archipel, l’île était un important centre de transport et de commerce mohawk.

Cependant, les Français étaient en guerre contre la Première nation mohawk et le reste de la Confédération des Haudenosaunee. Cette ligue de cinq nations alliées comprenait également les Sénécas, les Cayugas, les Oneidas et les Onondagas. Les autorités françaises considéraient que Tiohti:áke était trop dangereux pour la colonisation.

Pendant ce temps, en France, à La Flèche, un fervent catholique et collecteur d’impôts nommé Jérôme Le Royer de la Dauversière affirmait recevoir des visions saintes depuis six ans. Dans ces épisodes, Dieu lui ordonnait de fonder une colonie religieuse et un hôpital sur Tiohti:áke.

Avec d’autres catholiques, de la Dauversière fonda en 1639 la « Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France ».

L’objectif de cette organisation coloniale était de créer une “Nouvelle Jérusalem” sur l’île et de convertir tous les indigènes au catholicisme.

Ce projet évangélique était lié à un autre qui fut amorcé en 1637 à Sillery, près de la ville de Québec.

Sillery fut la première réserve créée par les Européens pour les peuples autochtones dans ce qui est aujourd’hui le Canada. Elle fut financée par un noble français, Noël Brûlart de Sillery, en réponse à une annonce placée par le père Paul Le Jeune dans les Relations des Jésuites. Le Jeune était à la recherche d’un endroit approprié pour tenter de convertir les autochtones au catholicisme.

Son objectif était d’inculquer un mode de vie agricole aux Algonquins et Innus semi-nomades de la région afin de les évangéliser. Les autorités françaises firent de ces terres une seigneurie pour les autochtones sous la supervision des jésuites.

Le projet fut un désastre total. Dans les années 1670, des épidémies comme la variole décimèrent une grande partie des habitants autochtones. Mécontents des maladies mortelles, de la doctrine catholique stricte et des terres inabordables, les derniers autochtones quittèrent Sillery à la fin des années 1680.

De retour à la ” Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des sauvages de la Nouvelle-France “, leurs dirigeants élaborèrent un plan pour coloniser Tiohti:áke. Après une campagne de collecte de fonds, ils recrutèrent l’officier militaire français Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, pour diriger le projet.

Le 17 mai 1642, de Maisonneuve et ses colons arriva à Tiohti:áke et établit la colonie de Ville-Marie. Inutile de dire que cela déclencha une guerre féroce entre les Français et la Confédération des Haudenosaunee, qui tentait de défendre cette partie du vaste territoire mohawk. Cette guerre brutale durera, par intermittence, jusqu’à la signature d’un traité de paix en 1701.

En 1652, lors d’un séjour en France, de Maisonneuve recruta la religieuse Marguerite Bourgeoys pour devenir la première enseignante de Ville-Marie. Il prévoyait qu’elle éduque les enfants français et évangélise les autochtones, jeunes et vieux. Il fit également venir une centaine de colons supplémentaires pour renforcer la colonie pendant la guerre.

En avril 1658, de Maisonneuve fournit à Bourgeoys une étable en pierre vacante qui servira d’école pour ses élèves.

Elle enseigne aux enfants de la colonie la foi catholique, ainsi que le calcul, la lecture et l’écriture. Les filles plus âgées apprennent les techniques ménagères pour se préparer au mariage et à la maternité.

Très vite, l’étable est jugée trop petite et une autre école est construite. Bourgeoys commence aussi à recevoir des enfants autochtones qu’elle tente d’endoctriner.

En 1675, une nouvelle école appelée le Fort de la Montagne est établie au pied de la montagne.

Le but de cette nouvelle institution était spécifiquement d’évangéliser les indigènes. La pédagogie était conçue pour assurer leur adhésion à la religion catholique, qui constituait une grande partie du programme d’études.

Cependant, Marguerite Bourgeoys et d’autres autorités remarquèrent rapidement que de nombreux élèves autochtones du Fort de la Montagne pratiquaient la culture traditionnelle, y compris les cérémonies. Alarmés et contrariés, les surveillants catholiques commencèrent à qualifier ces pratiques de ” sorcellerie “.

De plus, dans la tradition de Jérôme Le Royer de la Dauversière, certains membres de la communauté catholique commencent à prétendre qu’ils reçoivent eux aussi des messages directs et visionnaires de Dieu. Les plus hautes autorités religieuses de la colonie désapprouvent ce genre de propos, car elles ne peuvent les contrôler.

Comme les choses au Fort de la Montagne devenaient de plus en plus incontrôlables, la nouvelle parvint à la tête de l’Ordre des Sulpiciens à Paris, en France. En réponse, un partisan de la ligne dure nommé François Vachon de Belmont a été envoyé de Paris au Fort de la Montagne en 1680 pour mettre fin à la propagation de la “sorcellerie” et des visions.

L’année suivante, M. de Belmont a été nommé supérieur de la mission du Fort de la Montagne, qui abritait alors plus de 200 autochtones, principalement des Nipissing, des Kanienkehà:ka (Mohawk) et des Algonquins, qui vivaient dans des cabanes sur le site.

Afin d’éradiquer la “sorcellerie”, il est probable que Marguerite Bourgeoys ait ajouté des histoires catholiques spectrales à son programme. Apparemment, l’une de ses préférées était le conte étrange de la Tête parlante de Jean Saint-Père.

Ironiquement, Marguerite Bourgeoys et d’autres catholiques ne considéraient pas la tête décapitée d’un colon parlant après la mort comme de la ” sorcellerie “. Cependant, ils considéraient la culture traditionnelle autochtone, pratiquée depuis des milliers d’années, comme l’œuvre du Diable.

Pour sécuriser davantage le site, en 1685, de Belmont ordonna la construction de fortifications. Les travailleurs coloniaux ont construit une palissade de 13 mètres et quatre tours de pierre avec des sinistres meurtrières inquiétantes autour de l’école.

Grâce à ces nouvelles défenses, les indigènes qui tentaient de secourir leurs collègues du fort de la Montagne pouvaient être abattus à l’approche de l’école.

Malgré ces efforts, Marguerite Bourgeoys et de Belmont ne parviennent pas à faire disparaître la culture autochtone du fort de la Montagne.

Les choses explosent en 1689, au lendemain de la fête des morts. Dans la nuit du 3 novembre, Marguerite Tardy, sœur de la Congrégation de Notre-Dame, affirme avoir eu une vision de Dieu alors qu’elle veillait au coin du feu.

Elle raconta à Marguerite Bourgeoys qu’une sœur “morte depuis plus de seize mois” lui était apparue. La religieuse morte dit à Sœur Tardy : “Je suis envoyée par Dieu. Dites à la Supérieure de la Congrégation qu’elle est en état de péché mortel, à cause d’une Sœur qu’elle lui a nommée”.

Étant donné que Marguerite Bourgeoys avait fondé la Congrégation de Notre-Dame – et en était la supérieure – cette allégation l’a particulièrement alarmée.

La situation s’aggrave l’année suivante, lorsque Sœur Tardy et un certain Joseph de la Colombière affirment avoir eu de nouvelles visions et apparitions divines.

Dans la nuit du 3 janvier 1690, Sœur Tardy annonce à Marguerite Bourgeoys qu’elle a de nouveau reçu la visite de la religieuse défunte. Cette fois, le message est plus menaçant : “Cette Supérieure n’a pas encore fait ce qu’elle doit faire. C’est la dernière fois que je l’avertis…”

François Vachon de Belmont, sentant qu’il perd le contrôle, envoie des lettres à son supérieur à Paris, Louis Tronson, pour lui expliquer la situation.

Louis Tronson est très surpris d’apprendre l’ampleur de l’affaire. Il réagit rapidement pour étouffer les soi-disant “visionnaires” avant que leurs affirmations ne deviennent incontrôlables. Il craint surtout que des personnes comme Sœur Tardy et Joseph de la Colombière ne fassent scandale jusqu’à la cour du roi.

Pour Louis Tronson, ces manifestations surnaturelles n’étaient que des “visions chimériques” et des “prophéties ridicules”. Il décrit les visions comme “la production d’une tête creuse et d’une imagination débordante”. Il accusait les coupables d’avoir des “erreurs visibles” et disait qu’ils étaient “trompés par leurs vues fausses”.

Pour briser la chaîne de la conspiration et détruire son influence, Tronson rappela tous les mécontents en France. Parmi eux se trouvaient Sœur Tardy, Joseph de la Colombière et un prêtre nommé William Bailly.

Une fois les rebelles catholiques déportés, Louis Tronson exigea la soumission absolue des Sulpiciens à leur supérieur de Montréal. Quiconque ne se conforme pas aux ordres de Tronson est menacé d’être renvoyé en France.

En septembre 1694, un incendie majeur se déclare au Fort de la Montagne.

Un jeune guerrier a tiré un coup de feu dans la cabane d’un adversaire. Les occupants ont eu le temps de fuir, mais le feu a pris et s’est propagé rapidement en raison des vents violents.

En trois heures, près de cinquante cabanes autochtones, quinze maisons à charpente, l’église et une grande partie de la palissade entourant le village ont été réduites en cendres.

En 1696, les habitants autochtones ont été relogés de l’autre côté de l’île, au fort Lorette, au Sault-au-Recollet. En 1721, la mission est finalement relocalisée dans l’actuel Kanesetake.

En 1854, lors de la construction du Collège de Montréal, tous les vestiges du Fort de la Montagne ont été démolis, à l’exception des deux tours sud. Elles sont encore debout aujourd’hui.

À l’origine, la tour ouest avait abrité l’école de Marguerite Bourgeoys. Les religieuses de la Congrégation utilisaient la tour est comme chapelle. Aujourd’hui, les deux tours sont vides – et pour cause. Elles ont toutes deux la réputation d’être hantées.

Les étudiants du Collège de Montréal se mettent souvent au défi de visiter les tours hantées à minuit. De nombreux rapports au fil des ans indiquent que les visiteurs de la tour Ouest entendent parfois des sons d’enfants qui pleurent émanant des sabords.

Une ancienne étudiante a rapporté à Montréal hanté qu’elle avait visité les tours avec quelques camarades de classe un vendredi 13 en 2018. Elle explique :

“Nous avons décidé d’y aller pour relever un défi. Pendant la journée, les tours, bien que d’apparence effrayante, ne présentent pas beaucoup d’activité paranormale. Selon la légende, minuit est le meilleur moment pour aller expérimenter les hantises. Quand minuit a sonné, nous avons décidé de commencer par la tour ouest.”

Alors qu’ils s’approchaient de l’imposante fortification dans l’obscurité, l’un de ses amis l’a mise au défi de s’approcher d’un sabord et d’éclairer l’intérieur avec sa lampe de poche.

Nerveusement, elle s’est approchée jusqu’à ce qu’elle soit à quelques mètres. Elle a déclaré :

“Au moment où j’allais braquer ma lampe sur le sabord de la tour pour voir ce qu’il y avait à l’intérieur, j’ai entendu un gros sanglot venant de l’intérieur ! J’ai été tellement surprise que je suis littéralement tombée à la renverse ! Alors que j’essayais de rejoindre mes amis, j’ai entendu des pleurs plus doux, comme ceux des enfants. Mes amis s’étaient déjà enfuis, terrorisés, et une fois que je me suis relevée, je me suis enfuie aussi. C’était l’une des nuits les plus effrayantes de ma vie !”

La tour Est serait également hantée par une nonne fantôme. Son apparition a été aperçue debout devant la lourde porte de la structure, comme si elle attendait que d’autres la suivent à l’intérieur.

Selon la légende, elle apparaît la nuit et invite parfois ceux qui explorent le site à la rejoindre à l’intérieur d’un geste de la main. Elle fait ensuite demi-tour et passe directement par l’épaisse porte en bois, disparaissant ainsi.

Beaucoup pensent que le fantôme est celui de Sœur Marguerite Tardy. Certains pensent qu’elle est revenue dans l’au-delà parce qu’elle n’a pas réussi à convaincre les autorités de ses visions et qu’elle a été déportée en France.

Les tours ont été désignées comme lieu historique national du Canada en 1970 et comme monuments historiques provinciaux en 1974.

Aujourd’hui, bien qu’elle ait dirigé ce qui fut sans doute le premier pensionnat du Canada moderne, Marguerite Bourgeoys est célébrée comme peu d’autres.

Marguerite Bourgeoys est devenue la première femme sainte du Canada le jour de l’Halloween 1982, lorsque le pape Jean-Paul II l’a canonisée à la Cité du Vatican. Il existe également une commission scolaire française qui porte son nom, un musée sur sa vie dans la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, sans oublier un timbre en son honneur et diverses autres commémorations à travers le pays.

Les gens peuvent également visiter son lieu de repos final à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours Chapel dans le Vieux-Montréal, dont on dit aussi qu’il est hanté.

En conclusion, malgré le fait que Marguerite Bourgeoys et le Fort de la Montagne ont contribué au génocide culturel des peuples autochtones, ils ont tous deux été immortalisés et glorifiés par l’Église et les représentants du gouvernement. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles on dit que les tours sont hantées.

À l’ère de la vérité et de la réconciliation, il est peut-être temps de réévaluer le discours entourant le premier pensionnat créé par les colons européens.

Après tout, il s’agit de l’ancêtre de tous les autres pensionnats à venir. Au lieu de célébrer et de glorifier ces symboles de génocide culturel, il serait peut-être préférable de les recontextualiser historiquement sous un jour plus réaliste.

Visitez ces tours hantées à vos risques et périls, surtout à l’heure fatidique!

Nouvelles de la société

Montréal hanté est heureux d’annoncer que nous offrons nos visites fantômes régulières tous les samedis soirs en rotation jusqu’en juin, lorsque la saison sera prolongée :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Griffintown hanté

La visite du Mont-Royal hanté

Notre tournée des pubs hantés est offerte tous les dimanches à 15 h en anglais et le dernier dimanche du mois à 16 h en français.

Alors que des visites publiques sont disponibles le samedi soir et le dimanche après-midi pour le Haunted Pub Crawl, des visites privées peuvent être réservées à tout moment en fonction de la disponibilité de nos acteurs.

Notre Visite hantée virtuelle est également disponible sur demande !

Pour les visites privées, les clients peuvent demander n’importe quelle date, heure, langue et visite. Ces visites sont basées sur la disponibilité de nos comédiens et commencent à 170 $ pour des petits groupes jusqu’à 7 personnes.

Envoyez un courriel à info@hauntedmontreal.com pour plus d’informations sur la façon de réserver une visite privée !

De plus, notre équipe diffuse tous les samedis, dans les deux langues, des vidéos d’histoires de fantômes du Blogue de Montréal hanté. Animée par Holly Rhiannon (en anglais) et Dr. Mab (en français), cette nouvelle initiative plaira à coup sûr aux fans d’histoires de fantômes !

N’hésitez pas à liker, vous abonner et activer la cloche !

Dans d’autres nouvelles, si vous voulez offrir à quelqu’un une expérience hantée en cadeau, vous le pouvez certainement !

Nous offrons des chèques-cadeaux Montréal hanté sur notre site Web et échangeables via Eventbrite pour l’un de nos événements en personne ou virtuels (sans date d’expiration).

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Nous vendons des t-shirts, des aimants, des sweat-shirts (pour les nuits d’automne et d’hiver hantées) et des tasses avec le logo de Montréal hanté et les images de notre tournée.

Les achats peuvent être commandés via notre boutique en ligne : shop.hauntedmontreal.com

Montréal hanté tient à remercier tous nos clients qui ont assisté à une marche fantôme, une tournée des pubs hantés, une enquête paranormale ou un événement virtuel au cours de la saison 2021!

Si vous avez apprécié l’expérience, nous vous encourageons à écrire une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aide vraiment Montréal hanté à commercialiser ses circuits.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 juin : La croix hantée sur la montagne

Visible à 80 kilomètres à la ronde, la croix de métal de 30 mètres de haut sur la montagne de Montréal brille la nuit grâce à un éclairage spécial. Symbole du catholicisme, elle a été conçue à partir d’une croix en bois que les colons français ont érigée en 1643. Pour éviter toute interférence, la croix est entourée d’une clôture métallique et dispose de capteurs de mouvements et de caméras vidéo qui alertent la police en cas d’intrusion. Aujourd’hui, des rumeurs circulent selon lesquelles le site de la croix serait hanté, car la montagne est parsemée de tombes autochtones datant de plusieurs milliers d’années. Un groupe appelé les Mères Mohawk demande maintenant son retrait en tant que symbole de génocide.

Auteur :

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Traductrice :

Claude Chevalot détient une maîtrise en linguistique appliquée de l’Université Mcgill. Elle est  rédactrice, réviseure et traductrice. Depuis plus de 15 ans, elle se consacre presque exclusivement à la traduction littéraire et à la traduction de textes sur l’art actuel et contemporain. 

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top