Bienvenue à la 42e blogue de Montréal hanté! Avec plus de 200 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée au Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois! Notre blogue de février examine l’Oratoire Saint-Joseph et les prétendues hantises qui se déroulent à l’intérieur ombragé de la gigantesque église sur les pentes de Westmount.

Alors que Montréal hanté est en mode hiver et n’offrira plus de visites fantômes publiques avant avril 2019, nous sommes heureux d’annoncer que notre tournée des bars hantées est maintenant disponible! La visite aura lieu chaque dimanche à 16 heures en français, et à 15 heures en anglais.

Veuillez consulter notre nouvelle page Web tournée des bars hantées pour plus de détails, l’horaire complet et pour acheter des billets.

Pour ceux qui recherchent des promenades fantômes pendant notre saison morte, Montréal hanté offre toujours des visites privées pour des groupes de 15 personnes ou plus, y compris des sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types.

Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée de votre groupe. Ces fantômes ont besoin de vêtements très chauds pendant les mois d’hiver et le circuit de la montagne hantée n’est plus offert une fois qu’il ya de la neige sur le sol en raison des conditions dangereuses et glacées de la montagne. Notez que la tournée des bars hantées est également disponible en visite privée.

 

Recherche hantée

L’ Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal est la plus grande église du Canada et possède également l’un des plus grands dômes du monde. L’église est une basilique mineure catholique et un sanctuaire national. Il est situé sur le versant ouest du sommet du mont Royal, à Westmount. Situé au 3800, chemin Queen Mary, plus de 2 millions de visiteurs et de pèlerins visitent l’Oratoire chaque année.

La basilique est sans doute populaire auprès des vivants, mais on dit aussi qu’elle attire des visiteurs du via après la mort. Selon l’édition Huffington Post Québécois, l’Oratoire Saint-Joseph figure sur la liste des 11 sites les plus hantés de Montréal:

«La fameuse cathédrale où le Frère André aurait travaillé aurait plusieurs visiteurs d’outre-tombe apparemment. Quelques touristes ont en effet aperçu des prêtres en tunique, et quand ils se sont approchés d’eux… ils se seraient évaporés ! De plus, on raconte que le Frère André lui-même apparaîtrait de temps à autre dans la petite chapelle où l’on avait exposé son cœur.»

Le photographe Chris Koelbleitner capture bien l’atmosphère d’étrangeté dans son plan intitulé «The Haunting of St Joseph’s Oratory

Avant de plonger dans les histoires de fantômes, il est important d’examiner l’histoire remarquable de l’Oratoire. La basilique est dédiée à Saint Joseph et abrite une statue de ce dernier, autorisée par le pape Pie X le 19 mars 1910, au titre de couronnement canonique. Saint Joseph peut être considéré comme le saint de la vie quotidienne, à qui on s’adresse avec des soucis mineurs et également à des moments déterminants de la vie. Traditionnellement, on se confie à Saint Joseph des problèmes de famille, de travail, de santé, de décès et de besoins matériels. L’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal est le plus grand sanctuaire au monde qui lui soit dédié.

Le magnifique Oratoire Saint-Joseph contient également une diversité de styles architecturaux dans son plan en forme de croix, y compris des motifs de style Beaux-Arts et Renaissance italienne. Ironiquement, un oratoire suggère un petit lieu et est défini comme un «chapelle de dimensions restreintes». Le premier petit oratoire en bois date de 1904, mais c’était la graine de ce qui allait devenir la plus grande église du Canada.

Étant donné que la basilique se trouve sur la pente de Westmount, les visiteurs et les pèlerins peuvent emprunter l’un des trois vols parallèles de 283 marches pour s’y rendre. Deux sont pour l’escalade à pied et l’autre, au centre, pour les plus pieux. Ces personnes doivent se mettre à genoux et prononcer une prière sur chacune des 283 marches.

Une fois à l’intérieur, l’Oratoire propose une série de couloirs sombres et de lieux de culte éclairés à la bougie, ainsi que des reliques poussiéreuses telles que des centaines de paires de béquilles abandonnées qui tapissent les murs. Celles-ci servent de preuve des guérisons miraculeuses des temps anciens, fournies par un humble moine qui allait devenir un saint.

Frère André Bessette, un des douze saints de Montréal, était réputé posséder des pouvoirs de guérison grâce à son dévouement à Saint-Joseph et à son application d’une pommade à l’huile spéciale à tous les croyants qui le demandaient. De nombreux pèlerins souffrant de maladies, de handicaps, de cécité, etc. ont entré sa basilique, y compris de nombreux non-catholiques. Dans de nombreux cas, il a pu les guérir miraculeusement par une prière divine à Saint Joseph, à qui frère André a attribué tous ses miracles.

Né Alfred Bessette en 1845 à Mont-St-Grégoire, au sud-est de Montréal, il était si malade de bébé que ses parents le baptisèrent immédiatement. Ils craignaient qu’il ne survive pas, mais miraculeusement, il y parvint. Bien qu’il soit fragile et qu’il souffre d’une affection permanente de l’estomac, il était très vivant.

Après le décès de ses deux parents en 1857, Bessette, alors âgé de 12 ans, est recueilli par une famille de la ville voisine de St-Césaire. Ses neuf frères et sœurs ont été dispersés pour vivre chez famille et des amis. Non qualifié et illettré, Bessette passa d’un emploi à l’autre, travaillant comme forgeron, boulanger, et ensuite cordonnier.

En 1870, André Bessette entra au noviciat de la Congrégation de Sainte-Croix et prit le nom de frère André. À cause de sa santé fragile et son manque de compétences, ses supérieurs le nommèrent «portier, infirmier et tendeur de lampes» au collège Notre-Dame. Situé à Côte-des-Neiges, un petit village de l’époque, il avait notamment pour tâche de faire les courses, de couper les cheveux et de gérer le linge.

Le moine montréalais humble a déclaré à propos de son passage au collège: «Mes supérieurs m’ont montré la porte et je suis resté là-bas pendant 40 ans.» Bien qu’il n’ait jamais dépassé les positions les plus basses au sein de son ordre religieux, le frère André deviendra la figure religieuse la plus populaire au 20e siècle au Québec.

Le premier miracle du frère André s’est produit en 1877. Lorsque son collègue, le frère Alderic, s’est plaint d’une blessure à la jambe, le frère André a pris un peu d’huile dans une lampe allumée devant une statue de Saint-Joseph. Il l’a offert à frère Alderic et lui a dit de le frotter sur sa jambe douloureuse et de prier Saint-Joseph pour le soulagement. Miraculeusement, à la suite de la procédure, la jambe était complètement guérie.

La rumeur de ses pouvoirs de guérison se répandit et bientôt, des Montréalais de toutes sortes firent la queue pour demander l’aide du frère André. Sa réputation grandit et bientôt, il fut surnommé le «petit frère qui guérit tous les maux». Malgré les critiques de nombreux adversaires, dont beaucoup l’ont qualifié de «charlatan», il a bénéficié du soutien du diocèse. Les responsables de la Congrégation de Sainte-Croix ont été impressionnés par ses pouvoirs de guérison inexplicables et lui ont demandé de construire une chapelle pour accueillir les malades. Craignant qu’un promoteur immobilier achète la propriété de l’autre côté de la rue, en face du collège Notre-Dame, la Congrégation achète en 1896 un terrain de 10 000 $, à l’emplacement de l’Oratoire Saint-Joseph.

En 1904, le frère André fonda l’Oratoire Saint-Joseph, à l’origine une petite chapelle en bois de 15 x 18 pieds située en face du collège Notre-Dame. Il a été construit par un collègue nommé Frère Abundius.

En quelques années, la chapelle initiale a été submergée par les visiteurs, beaucoup d’entre eux cherchant des remèdes divins pour des problèmes de santé. Malgré une expansion, l’espace est insuffisant pour le nombre d’invités. Alors en 1914 le travail a commencé sur Crypte Saint-Joseph, qui a été construit sur le flanc de la montagne et inauguré en 1917 avec des sièges pour 1000 personne.

Rendant compte qu’ils auraient besoin d’encore plus d’espace, la construction de la basilique a débuté en 1924. Le projet a été bloqué après le krach boursier de 1929, en raison d’une grave dépression économique mondiale. Quoi qu’il en soit, frère André a continué à guérir les malades, même s’il vieillissait et devenait lui-même plus malade. En proie à une maladie d’estomac depuis la naissance, son état a commencé à s’aggraver avec l’âge.

À l’âge de 91 ans, le frère André décède le 6 janvier 1937, à l’infirmerie du couvent de Notre-Dame de l’Espérance. Au cours de ses funérailles, plus d’un million de personnes passent devant son cercueil pour se rendre hommage. Il a été enterré dans une alcôve à l’intérieur de la crypte derrière la chapelle votive de l’Oratoire Saint-Joseph. Sa pierre tombale se lit comme suit: Pauper, servis a humilis (un serviteur pauvre et humble).

Avant sa mort, le frère André avait demandé que son cœur soit préservé en tant que relique servant à protéger sa basilique. Dans la religion catholique, les os et autres parties du corps de personnages saints sont souvent conservés sous forme de reliques et placés dans des reliquaires, souvent sous des autels d’église, afin que les fidèles puissent les vénérer.

Ne sachant pas comment empêcher l’organe de se décomposer, les autorités religieuses ont décidé de conserver le cœur de frère André dans une urne en verre remplie d’une solution de formol. Il a ensuite été présenté aux fidèles et aux pèlerins sur un socle en marbre sous la gigantesque basilique.

L’Oratoire Saint-Joseph, encore en construction, a été inauguré en 1955, avec une capacité de 2 200 si assises et une capacité de 10 000 si debout. Au fur et à mesure de la construction, un jardin à thème religieux a été aménagé sur les pentes derrière la basilique. Avec l’achèvement définitif de l’Oratoire en 1967, le nombre de pèlerins a continué d’augmenter. La Congrégation de Sainte-Croix était fière de son accomplissement légendaire.

Cependant, le scandale a frappé le jeudi 16 mars 1973 vers 17 heures, lorsque des voleurs ont pénétré par effraction dans l’Oratoire et ont balayé le cœur de frère André de son piédestal. Le clergé a paniqué quand ils ont compris que la relique sacrée avait disparu. Certains ont commencé à prier, tandis que d’autres ont appelé la police

Selon les enquêteurs, le vol semblait être très professionnel. Pour récupérer le cœur, les voleurs avaient dépassé trois serrures pour ouvrir une porte en acier et une grille en fer. Sans attirer l’attention d’aucun clerc ou agent de sécurité, les voleurs ont ensuite ciselé l’urne sur son socle en marbre et l’ont sortie clandestinement hors de la basilique.

En peu de temps, un appelant francophone anonyme a appelé le Journal de Montréal et a menacé de détruire son cœur à moins de recevoir 50 000 $. L’interlocuteur a dirigé le journal vers une voiture garée au coin des rues Cremazie et Drolet. A l’intérieur, un rouleau de film contenant des photos du cœur manquant a été localisé. Les autorités de l’Oratoire ont rejeté la demande. En l’absence de pistes, la police était complètement déconcertée.

Après 645 jours exténuants, le cœur de frère André a finalement été retrouvé après que la police eut reçu un renseignement. Le célèbre avocat Frank Shoofey les a dirigés vers une maison du sud-ouest de Montréal où la police ont retrouvé le cœur dans un sous-sol.

Aucune arrestation n’a été faite et le cœur a été renvoyé à l’Oratoire.

Le blogueur d’investigation Kristian Gravenor de Coolopolis affirme avoir résolu le mystère de l’identité des voleurs. Selon Gravenor, le jour du vol, deux criminels nommés Peter Fryer et Bobby Addlin étaient assis devant la Condi Tavern avec Bobby Matticks du West End Gang de Montréal. Deux des criminels étaient sur le point de se voir infliger de lourdes peines pour des vols. Addlin pensait qu’il pourrait échanger ses moyens pour réduire leur peine d’emprisonnement s’ils avaient quelque chose de précieux à échanger.

Plus tard dans la journée, utilisant leurs compétences de voleur professionnel, ils ont volé le cœur de frère André. Inutile de dire que leur plan n’a finalement pas fonctionné parce que l’Oratoire avait refusé de payer la rançon. Finalement, les voleurs ont dirigé l’avocat vers l’endroit où se trouvait le cœur. Des rumeurs circulaient selon lesquelles les voleurs se sentiraient coupables de leur acte ou seraient en réalité confrontés à l’esprit du frère André en colère, qui réclamait le retour de son cœur afin de protéger la basilique, conformément à son intention initiale.

Les responsables de l’Oratoire ont décidé de placer le cœur sous une sécurité renforcée, y compris par des barres de métal afin d’empêcher de nouveaux vols. Notamment, on dit souvent que l’esprit de saint frère André apparaît de temps en temps dans la petite chapelle où son cœur est à nouveau exposé. Certains spéculent que le bon Saint revient pour garder son cœur, offrant une sorte de surveillance sacrée, et pour éloigner tout voleur qui oserait envisager de voler à nouveau son précieux organe.

Pendant de nombreuses années, tout est revenu à la normale à la basilique. Le 19 octobre 2004, les cloches sonnent partout à Montréal lorsque l’Oratoire célèbre son centenaire. Toutes les cloches de toutes les églises de l’île de Montréal devaient sonner à 9h00, bien que toutes les églises n’y aient pas participé. À 9h05, la basilique sonnait les cloches en réponse à la célébration. Cette année-là, l’Oratoire a également été désigné lieu historique national du Canada et Postes Canada a émis un timbre spécial «L’Oratoire Saint-Joseph, Québec».

Cependant, le scandale a de nouveau frappé l’Oratoire en 2008 lorsqu’un recours collectif en justice pour abus sexuel a été officiellement lancé contre la Congrégation de Sainte-Croix. Un total de 223 victimes ont déclaré avoir été agressées sexuellement par plus de 40 membres de la Congrégation dans leur jeunesse. Ces allégations incluaient des perversions au Collège Notre-Dame entre 1950 et 2001, où le frère André avait travaillé comme portier.

Malgré le scandale, l’Oratoire a organisé une autre grande fête en 2010. Le Vatican a annoncé que le frère André serait canonisé après l’attribution d’un nouveau miracle. Un garçon de 9 ans dans le coma souffrait de graves lésions cérébrales après un accident de vélo et il s’est rétabli après que sa famille ait prié le frère André. Le 17 octobre, le pape Benoît XVI l’a canonisé en tant que saint frère André.

Dans l’espoir de mettre fin au scandale des pédophiles, la Congrégation de Sainte-Croix s’est excusée en 2013 et a versé jusqu’à 18 millions de dollars pour indemniser 206 victimes dans trois de ses institutions, dont le Collège Notre-Dame. Le père Jean-Pierre Aumont, supérieur provincial canadien de la Congrégation de Sainte-Croix, a déclaré dans un communiqué à l’époque: «Certains membres de notre Congrégation ont violé leurs voeux et ont échoué dans leur mission.»

Notamment, le recours collectif n’incluait pas l’Oratoire Saint-Joseph.

Un deuxième recours collectif, qui a nommé l’Oratoire avec d’autres institutions de Sainte-Croix, a été lancé lorsque environ 40 autres victimes présumées se sont manifestées après avoir entendu d’autres hommes raconter leurs histoires d’horreur tout au long du procès de 2013. L’Oratoire a été inclus dans la nouvelle action en justice au milieu d’allégations selon lesquelles certains des abus auraient été perpétrés là-bas. L’un des plaignants, devenu organiste de renom, a raconté avoir été agressé sexuellement à l’Oratoire par des sœurs, des prêtres et même par son professeur de musique, à l’âge de 8 ans.

Selon l’avocat représentant les plaignants, il pourrait y avoir jusqu’à 500 victimes de plus qui ont été agressées entre les années 1940 et 1980. Sainte-Croix dirigeait des dizaines d’orphelinats, d’écoles et de collèges où les abus étaient connus et dissimulés.

Le nouveau procès a d’abord été rejeté par la Cour supérieure du Québec en 2015, puis autorisé à aller de l’avant par la Cour d’appel du Québec. L’affaire, qui est maintenant devant la Cour suprême du Canada, s’appelle «L’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal c. JJ».

Si plus de 40 des membres de la congrégation agressaient des enfants depuis les années 1940, il semble presque certain que les abus sexuels Auparavant, la Congrégation de Sainte-Croix était omniprésente et systémique, ce qui soulève des questions sur le degré de connaissance de Saint-André sur ces activités perverses pendant son mandat au Collège Notre-Dame et à l’Oratoire. Que cela fasse ou non l’objet d’une enquête, le scandale menace toujours de défaire le prestige de saint frère André, y compris sa canonisation de 2010 et tous ses actes sacrés et miraculeux.

Comme le Huffington Post l’a rappelé, certains touristes ont rapporté avoir vu des prêtres mystérieux vêtus de tuniques et s’ils les ont approchés, ils se sont soudainement évaporés.

Selon un témoin: «Quand j’ai vu un groupe de plusieurs prêtres portant des tuniques à l’ancienne errer dans la basilique, j’ai pensé qu’il y avait une sorte de rituel en cours. Ils bougeaient comme s’ils étaient dans une procession ou une cérémonie, et beaucoup entre eux tenaient des bougies. Quand je suis allé voir de plus près, ils se sont tous évaporés, comme une fumée d’encens. Je n’en croyais pas mes yeux! »

Les rumeurs suggèrent que ce groupe de prêtres en voie de disparition remonte à une époque antérieure de l’histoire de la basilique, bien avant que le scandale ne se produise. En effet, l’une des victimes représentées par le procès a déclaré qu’il ne serait pas surpris si les fantômes en tunique constituaient un groupe de prêtres pédophiles qui ne quittaient jamais l’Oratoire, mais le hantaient pour payer leurs péchés dérangés.

Quoi qu’il en soit, le personnel de l’Oratoire n’aime pas discuter de ces questions honteuses, préférant des sujets moins controversés, tels que les travaux de rénovation de 80 millions de dollars actuellement en cours dans l’Oratoire. Cela inclura un nouvel observatoire montréalais à 360 degrés au sommet de la basilique qui abritera «la plus haute fenêtre de Montréal», ainsi qu’un centre d’accueil et un nouveau pavillon éclairé visant à attirer les piétons.

Les travaux devraient s’achever en 2020.

Peut-être pour distraire les médias de toute la mauvaise presse, pendant la période des fêtes de Noël en 2018, l’Oratoire a présenté une scène de la Nativité peu orthodoxe qui a été décrite comme allant de «hipster» à «l’avant-garde» «ridicule» et même «blasphématoire». Les Trois Sages, à bord de Segways, ont livré des cartons Amazon Prime pendant que d’autres personnages regardaient dans les smartphones. Mary tenait une tasse de café Starbucks et une vache dévorée de la nourriture sans gluten.

Le message insidieux était que, malgré toutes ces distractions de la part des consommateurs, aucun des personnages de la scène ne prêtait attention à l’enfant Jésus.

Aujourd’hui, l’un des sites les plus hantés à Montréal, l’Oratoire a beaucoup à offrir. Avec tant d’histoire, dont certaines merveilleuses et d’autres plus dégoûtantes, le visiteur peut réfléchir à la façon dont le bien et le mal peuvent exister simultanément dans des contextes religieux. En tant que tel, l’Oratoire Saint-Joseph, avec ses chambres sombres éclairées à la bougie et ses reliques effrayantes du passé, est un lieu idéal pour rechercher des fantômes et des esprits, qu’il s’agisse d’un groupe de prêtres en tunique en voie de disparition ou de l’un des douze saints controversés.

 

Nouvelles de la société

Après de nombreuses recherches et un travail acharné, Montréal hanté a lancé notre nouvelle tournée des bars hantées le 10 février!

Dirigé par un conteur fantôme professionnel, le tournée des bars hantées visitera quatre bars hantés. La visite commence à Charlie’s American Pub situé au centre-ville de Montréal sur la rue Bishop, les invités allons découvrir non seulement de nombreux des pubs hantés de la ville, mais ils écouteront également des histoires des fantômes célèbres de Montréal.

Avec une bière en main, les clients apprécieront les pubs hantés et les histoires de fantômes montréalais et apprendront des forces historiques qui ont transformé l’ancienne île indigène de Tiotà:ke en Ville-Marie, une colonie française austère fondée par des évangélistes catholiques.

Après l’invasion britannique, la ville a de nouveau été transformée en centre financier en plein essor, un centre de la criminalité, un site de rébellion violente et de révolution subversive pour finalement devenir la ville la plus hantée du Canada.

Les clients allons faire visite à Charlie’s American Pub, le John Doe Pub qui a récemment avais un incendie, le Pub irlandais McKibbin’s avec ses mystère, le célèbre pub Sir Winston Churchill, l’ancien salon funéraire qui est présentement discotheque Club Le Cinq et, bien sûr, le pub irlandais Hurley’s où un fantôme connu sous le nom de «Femme en feu» hante l’établissement.

Le conteur fantôme régalera les invités avec les histoires de fantômes les plus dérangés et les plus infâmes de Montréal, y compris Simon McTavish, un baron à la fourrure écossais qui est maintenant connu pour glisser sur les pentes du mont Royal dans son propre cercueil, le fantôme de John Easton Mills, le maire martyr de Montréal qui a péri alors qu’il s’occupait de réfugiés irlandais infecté par le typhus pendant la famine de 1847, et Headless Mary, le fantôme d’une prostituée de Griffintown décapitée par sa meilleure amie en 1879. Elle retourne de la mort a chaque 7 ans pour chercher sa tête au coin des rues William et Murray!

Joignez-vous à Montréal hanté pour cette tournée de pubs inoubliable, où vous pourrez boire à côté d’un fantôme, tout en découvrant l’histoire dérangée de la ville et en écoutant des histoires de fantômes locaux qui fourmillaient!

Pour plus de détails, y compris une description, le lieu de départ et l’horaire, visitez notre nouvelle page web!

Rejoignez-nous à 16h le dimanche de l’année pour un pub crawl hanté en français ou à 15h en anglais! Les tickets sont maintenant en vente!

Montréal hanté propose également des visites privées et des tournées dans les bars pour les sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre en anglais intitulé Macabre Montréal.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un «recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada.»

Les auteurs écrivent:

«Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles.»

Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont participé à une marche fantôme pendant la saison 2018!

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

 

À venir le 13 mars: L’homme gris

Sara Hart-Snowbell se souvient de son enfance, elle a grandi avec ses quatre frères et sœurs dans une maison hantée de la rue Saint-Urbain, dans le Mile-End. Située entre les rues Fairmount et St. Viateur, du milieu des années 1940 au milieu des années 1950, la famille de Sara a dû endurer des mains invisibles, des lumières fantômes de forme rectangulaire, des couteaux volants, des esprits agités et un mystérieux et obscur «Homme gris». Alors que la famille a déménagé quand Sara avait 12 ans, certains membres sont encore troublés par le souvenir de la maison hantée dans laquelle ils vivaient il y a plusieurs décennies.

 

Donovan King est historien, enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes montréalais possibles, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, John Abbot College), d’un BFA (théâtre dramatique en éducation, Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, McGill), d’une maîtrise en théâtre (University of Calgary) et d’AEC (Montréal Guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *