skip to Main Content

Bienvenue au soixante et onzième volet du Blog de Montréal hanté!

Avec plus de 450 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois!

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois)!

Nous sommes également ravis d’annoncer qu’avec les nouvelles mesures de santé publique en place, nous redémarrons trois de nos expériences hantées en plein air avec un maximum de 25 clients chacune:

Nous proposons également notre visite virtuelle des fantômes sur demande!

Des sessions publiques et privées sont disponibles!

Enfin, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui s’intéressent à la marchandise de Montréal hanté. Plus de détails sont ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société!

Ce mois-ci, nous examinons le socle hanté de la statue abattue de Sir John A. Macdonald située sur la Place du Canada. Après que les activistes anti-génocide l’aient démolie le 29 août 2020, l’activité paranormale a augmenté de manière significative sur le socle maintenant vide.

Recherche hantée

Un imposant socle est vide sur la Place du Canada, rappelant les temps plus sombres où elle abritait une statue de Sir John A. Macdonald. Connu pour avoir été le premier Premier ministre du Canada, Macdonald a joué un rôle déterminant dans le génocide des Premières nations par ses politiques de défrichement et de pensionnats.

Il était également un impérialiste britannique aux sentiments anti-métis, anti-français, anti-irlandais et anti-chinois.

Érigée le 6 juin 1895 dans l’ancien cimetière du choléra de Saint-Antoine, la statue est restée en place pendant 125 ans jusqu’à ce que des militants anti-génocide la renversent le 29 août 2020. Alors qu’il y avait des rapports selon lesquels la statue elle-même était à la fois maléfique et hantée, maintenant qu’elle est partie, il y a des rapports d’activité paranormale croissante sur le site du socle lui-même.

Montréal hanté mène des enquêtes paranormales mensuelles dans l’ancien cimetière du choléra Saint-Antoine. Les clients utilisent des outils de chasse aux fantômes pour rechercher des activités paranormales.

Depuis que la statue a été renversée, des témoins ont rapporté un énorme pic d’activité paranormale sur le socle désormais vide.

Avant d’examiner l’activité hantée, il est important de comprendre l’histoire de ce qui était officiellement connu sous le nom de “Monument à Sir John A. Macdonald”.

Après une élection en 1891, Macdonald subit un grave accident vasculaire cérébral qui le laisse partiellement paralysé et incapable de parler. Il reste plusieurs jours dans cet état. Même s’il reste mentalement alerte, ses jours sont comptés. Il meurt en fin de soirée le samedi 6 juin 1891.

Après ses funérailles, les impérialistes britanniques et canadiens lancent une souscription publique à Montréal pour ériger un monument en son honneur. Les chefs d’entreprise qui avaient profité du chemin de fer du Canadien Pacifique et du génocide autochtone, deux politiques signées Macdonald, étaient plus qu’heureux de recueillir des fonds pour le monument.

Après avoir recueilli 20 000$, les membres du comité organisateur engagent le sculpteur George Wade pour réaliser le projet.

Après avoir vu un modèle en argile, la veuve de Macdonald donne son accord et les travaux commencent sur l’immense monument, où sa statue en bronze est montée sur un socle majestueux comprenant des colonnes grecques et des lions, les gardiens de l’Empire britannique.

Pendant que Wade préparait la statue et le socle dans son atelier, des ouvriers ont commencé à déterrer les cadavres français, indigènes et irlandais de l’ancien cimetière catholique de Saint-Antoine afin de poser les fondations.

Le fait que les autorités installent un symbole protestant de l’impérialisme britannique et du génocide dans un cimetière catholique irrite de nombreux citoyens. Des rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles la profanation du cimetière entraînerait très certainement le retour des fantômes des cadavres déplacés pour hanter le site.

Le 6 juin 1895, le Monument à Sir John A. Macdonald est dévoilé, exactement quatre ans après sa mort. Environ 15 000 personnes assistent à la cérémonie, supervisée par le gouverneur général John Campbell Hamilton-Gordon.

Le premier ministre, sir Mackenzie Bowell, ainsi que d’autres dignitaires, comme le lieutenant-gouverneur du Québec et certains ministres, ont prononcé des discours en l’honneur de Macdonald. De nombreux magnats des affaires sont présents, dont Donald Smith, qui a fait fortune en construisant le chemin de fer Canadien Pacifique grâce aux politiques contraires à l’éthique de Macdonald.

Cependant, pendant que les discours étaient prononcés, des chahuteurs, dont beaucoup étaient dans des arbres, ont appelé Macdonald pour avoir pendu le chef métis Louis Riel en 1885 et pour d’autres comportements brutaux et racistes.

Pour ceux qui le savent, John A. Macdonald était un anti-démocrate avoué, il était favorable à l’éradication des peuples indigènes, il a créé des politiques discriminatoires à l’égard des Asiatiques, il a utilisé la force physique et la loi pour supprimer les revendications des francophones, il a soutenu les activistes racistes pendant la guerre civile américaine et a suspendu le droit légal d’habeas corpus pour les rebelles irlandais.

Les 300 soldats armés présents ont essayé de faire taire les manifestants, mais comme ils étaient nombreux dans les arbres, cela a été très difficile. Au lieu de cela, les autorités ont demandé à la fanfare de les étouffer en jouant « God Save the Queen » avec des caisses claires et des cuivres.

Après l’inauguration, la foule se disperse.

Le monument de Macdonald restera sur son socle au milieu du vieux cimetière catholique pendant des décennies, mais il laissera un mauvais goût dans la bouche de tous les peuples que Macdonald a opprimés.

Au fil des ans, de nombreux citoyens ont tout simplement évité le monument. Non seulement il déclenchait des émotions négatives, mais les rumeurs selon lesquelles il était hanté ne cessaient de croître.

Non seulement les fantômes des cadavres déplacés erraient sur le site à la nuit tombée, mais certains citoyens pensaient que la statue pouvait déclencher des urgences médicales comme des crises de panique, des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques.

D’autres ont suggéré que ses yeux de bronze bougeaient lentement, fixant les gens dans le parc, pour leur plus grande horreur.

La pire rumeur était que la statue maléfique avait le pouvoir de posséder et même de laver le cerveau de ceux qui se trouvaient en sa présence afin qu’ils adoptent des attitudes impérialistes, racistes et génocidaires.

Plus tard, au XXe siècle, des citoyens de Montréal ont commencé à vandaliser la statue de Sir John A. Macdonald en raison de son racisme manifeste à l’égard de la plupart des non-Britanniques, sans parler de ses politiques racistes et génocidaires. D’autres estimaient que la statue était tout simplement trop dangereuse et hantée pour être exposée dans un espace public. On dit que même les morts du cimetière du choléra de Saint-Antoine se sont mis de la partie pour faire enlever le monument offensant.

Pendant la Révolution tranquille du Québec et les protestations subséquentes contre l’impérialisme canadien dans les années 1960 et 1970, le monument Macdonald a souvent été un lieu de protestation. En 1992, date anniversaire de la pendaison du chef métis Louis Riel, des activistes ont décapité la statue de Macdonald.

Depuis lors, des citoyens activistes ont peint à plusieurs reprises la statue de différentes couleurs en guise de protestation publique et de montage artistique. Par exemple, les militants anti-génocide l’ont fréquemment peinte en rouge, tandis que Extinction Rebellion a utilisé de la peinture bleue pour le montage.

Chaque fois que les activistes l’ont peint, la ville de Montréal a gaspillé des milliers de dollars des contribuables pour nettoyer et repolir le monument génocidaire. Chaque nettoyage aurait coûté environ 4 000 dollars, selon les employés de la ville de Montréal.

Un coup de peinture mémorable a eu lieu le jour de l’Halloween en 2019. En l’occurrence, le monument a été peint en orange par des “zombies anticolonialistes” sortis du cimetière.

Selon le communiqué de presse des morts-vivants concernés: “Vous, les vivants, avez échoué. Vous continuez à permettre au monument Macdonald de se dresser dans un lieu public de premier plan à Montréal, sur nos cadavres, comme symbole de la suprématie blanche et du colonialisme brutal.”

Enfin, le 29 août 2020, des activistes ont renversé la statue tant détestée de Sir John A. MacDonald après une marche “Defund the Police”. La foule a applaudi lorsque la statue est tombée au sol.

Pour ajouter au plaisir, la force de l’atterrissage a décapité la tête de MacDonald.

Des politiciens tels que le premier ministre du Québec, François Legault, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, ont dénoncé le renversement de la statue et se sont engagés à la restaurer.

Ce qui a été considéré comme étrange car ils sont tous deux nationalistes québécois et Macdonald était un impérialiste britannique.

Certains spéculent que la statue hantée a tordu leur esprit pour soutenir le monument de Macdonald et le génocide qu’il représente.

Malgré ces étranges proclamations, la plupart des autres Montréalais ont poussé un soupir de soulagement en constatant que le monument du génocide, largement considéré comme une pollution visuelle désagréable, a finalement été retiré du paysage urbain. Même Google Maps a retiré le monument de Sir John A. de son site Web.

Depuis lors, les chasseurs de fantômes et les résidents locaux ont remarqué une forte augmentation de l’activité paranormale sur le socle. Les outils de chasse aux fantômes, tels que les lecteurs de champs électromagnétiques, détectent une forte activité paranormale.

D’autres ont rapporté que des silhouettes fantomatiques dansaient sur le socle, peut-être les esprits des morts qui ont été déterrés pour son installation originale à l’époque victorienne.

Plus récemment, le 1er juillet 2021, des militants autochtones et leurs alliés ont organisé une marche pour “annuler la fête du Canada”. La découverte des corps de plus d’un millier d’enfants autochtones dans les pensionnats indiens du Canada, à l’aide d’un radar pénétrant le sol, est à l’origine de cette marche.

Des milliers de militants, dont beaucoup portaient des chandails orange, ont crié “Pas de fierté dans le génocide” tout en suivant les tambours. 

Selon Nakuset, présidente du Native Women’s Shelter et organisatrice du rassemblement:

“Si vous comptez célébrer la fête du Canada, comprenez ce que vous célébrez. Vous célébrez l’oppression des peuples indigènes. Vous célébrez ces charniers. C’est l’histoire réelle du Canada.”

Le rassemblement massif s’est terminé devant le socle désormais vide de Sir John A. Macdonald.

Dans un cas de justice poétique, un batteur autochtone est monté sur le socle pour jouer de la musique contre Macdonald et son génocide.

Aujourd’hui, le socle reste vide pour rappeler à tous que ces horreurs génocidaires commises par des politiciens du passé ne doivent plus jamais se reproduire.

Pour ceux qui souhaitent explorer le socle hanté de Sir John A. Macdonald, Montréal hanté propose chaque mois une enquête paranormale dans le vieux cimetière Saint-Antoine.

Nouvelles de la société

Montréal hanté est ravie d’annoncer que les nouvelles mesures de santé publique mises en place permettent les petits rassemblements en plein air! Nous sommes maintenant autorisés à organiser des visites et des activités en plein air.

En tant que tel, nous avons redémarré toutes nos expériences hantées en plein air:

Nous proposons également notre visite virtuelle des fantômes sur demande!

Des sessions publiques et privées sont disponibles!

Des visites privées jusqu’à 25 personnes sont également disponibles.

Si les clients peuvent demander n’importe quelle date, heure et tournée d’exploitation, celles-ci sont basées sur la disponibilité de nos acteurs.

Envoyez un courriel à info@hauntedmontreal.com pour réserver une visite privée!

Faites passer le mot à ceux qui pourraient être intéressés par une expérience de Montréal hanté!

Enfin et surtout, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui s’intéressent à la marchandise de Montréal hanté. Nous vendons des t-shirts, des aimants, des sweat-shirts (pour les nuits d’automne et d’hiver hantées) et des tasses avec le logo de Montréal hanté et les images de nos tournées.

Tous peuvent être commandés via notre boutique en ligne: shop.hauntedmontreal.com

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2020-2021!

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 août: Le poltergeist de Côte Saint-Luc

Un homme de Côte Saint-Luc a récemment contacté Montréal hanté pour nous informer d’un poltergeist dans son appartement. Après y avoir vécu pendant une décennie, en octobre 2019, le poltergeist est soudainement apparu. Le réglage de la température du brûleur d’une cuisinière a été soudainement modifié, des objets se sont déplacés ou téléportés d’eux-mêmes vers de nouveaux endroits, des portes d’armoires se sont ouvertes et des lumières se sont allumées et éteintes sans que l’interrupteur soit touché. L’homme n’a aucun projet d’exorcisme car il trouve l’expérience du poltergeist fascinante.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top