skip to Main Content

Bienvenue à la 68ème édition du blogue de Montréal hanté!

Avec plus de 450 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois!

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois)!

Nous sommes également ravis d’annoncer qu’avec les nouvelles mesures de santé publique en place, nous redémarrons deux de nos expériences hantées en plein air avec un maximum de 8 clients chacune:

Nous proposons également notre visite virtuelle des fantômes sur demande!

Des sessions publiques et privées sont disponibles! Vous trouverez plus de détails ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société!

Ce mois-ci, nous nous penchons sur le musée Redpath de l’université McGill et sur tous ses artefacts effrayants. Avec des têtes réduites, des momies volées et des os de dinosaures qui se déplacent parfois d’eux-mêmes, les rumeurs abondent que le musée Redpath de l’ère victorienne est hanté.

Recherche hantée

Entrer dans le musée Redpath de l’Université McGill, est comme revenir à l’époque victorienne. Le musée Redpath, qui abrite des collections bizarres d’os de dinosaures, de têtes réduites et de momies égyptiennes volées, est unique parmi les attractions de Montréal. Selon divers rapports, il est également hanté, avec des têtes réduites qui, dit-on, fixent les gens et des momies volées qui se déplacent parfois d’elles-mêmes. Bien que le musée soit certainement un endroit intéressant à visiter, certains visiteurs font l’expérience d’une activité paranormale effrayante au sein de l’établissement poussiéreux.

Le musée Redpath est l’un des plus anciens musées du Canada. Commandé par le baron du sucre Peter Redpath, le musée d’histoire naturelle avait pour but de protéger et d’exposer la vaste collection de Sir William Dawson. Directeur de l’Université McGill et célèbre spécialiste des sciences naturelles, il avait amassé cette vaste collection au fil des ans, lors de ses nombreux voyages.

Avec une combinaison éclectique de classicisme victorien et d’architecture néo-grecque, sans parler de ses expositions effrayantes, le Redpath Museum a été populaire dès son ouverture en 1882.

La vaste collection comprend diverses pierres et fossiles rares, ainsi que de nombreux squelettes, dont un serpent anaconda et un dinosaure Gorgosaurus.

Des animaux taxidermisés sont également exposés, comme un lion, un loup, un gorille à dos argenté et une araignée de mer géante. Il y a aussi des momies volées, des cercueils égyptiens, un moulage de la pierre de Rosette, des instruments de musique africains, une tête réduite et d’autres objets rares et bizarres.

L’un des problèmes paranormaux du musée Redpath est que certains artefacts semblent avoir une vie propre. Qu’il s’agisse de l’œil des gens qui leur joue des tours ou d’objets qui bougent d’eux-mêmes, la situation n’est pas sans rappeler le film hollywoodien Night at the Museum de 2006 avec Ben Stiller.

Pour commencer, tout au long de l’histoire du musée, il y a eu toutes sortes de rumeurs concernant des activités hantées. Qu’il s’agisse d’objets qui se déplacent seuls ou disparaissent, de bruits bizarres comme des grognements ou des claquements d’os, le musée est réputé être un lieu hanté. Il existe de nombreuses anecdotes provenant de sources fiables.

En 2008, le journaliste Al Kratina du Montréal Gazette a visité le musée Redpath pour un article intitulé “Creepy Montréal”. Il a remarqué non seulement un drap fait de dents humaines, mais aussi une tête réduite exposée parmi les expositions du dernier étage.

Kratina a senti que la tête réduite le fixait ; il a décrit ce regard comme un « mauvais œil ». Le journaliste a rapidement sorti un morceau d’hématite, une pierre utilisée pour dévier l’énergie négative, afin de se protéger du regard inquiétant de la tête réduite.

D’autres ont dit que la tête réduite leur faisait les yeux doux et une étudiante de McGill a même affirmé que l’horrible artefact s’était moqué d’elle à une occasion.

En d’autres occasions, des personnes ont entendu le cliquetis désincarné d’ossements dans le musée Redpath. Un gardien de nuit, qui a depuis pris sa retraite, a rapporté avoir entendu des os grincer et cliqueter à plusieurs reprises pendant son service de nuit.

Il a également remarqué, en patrouillant au troisième étage avec vue sur les niveaux inférieurs, quelque chose qui l’a profondément troublé. Siégeant au sommet d’une vitrine d’exposition se trouve le squelette d’un serpent anaconda. Horrifié, le gardien se rappelle avoir parfois entendu des os claquer au milieu de la nuit.

Chaque matin suivant, il a observé que les os du serpent s’étaient déplacés dans une position différente.

En ce qui concerne les momies égyptiennes volées, la collection Redpath World Cultures compte trois momies humaines ainsi qu’une vingtaine de momies d’animaux tels que des chats, des crocodiles et des faucons. Il y a également deux têtes humaines momifiées ainsi que plusieurs mains et pieds momifiés.

Au milieu du XIXe siècle, le chancelier de McGill, James Ferrier, acquiert deux momies thébaines lors d’un séjour en Égypte. Il les a transmises au musée Redpath. En 1895, Sir Thomas Roddick, doyen de la faculté de médecine de McGill, fait don d’une momie du Fayoum. Cela porte à trois le nombre total de momies humaines intactes de la collection.

L’une des raisons pour lesquelles le musée pourrait être hanté est le fait que les trois momies anciennes ont été victimes de pillage de tombes et de ventes illégales d’antiquités.

Il est bien connu que la violation des tombes des momies égyptiennes peut entraîner des malédictions mortelles. La malédiction de la momie la plus célèbre est sans aucun doute celle du King Tutankhamen, qui a entraîné de graves calamités pour neuf personnes.

Certains pensent que James Ferrier et Sir Thomas Roddick ont tous deux souffert de malédictions en raison du vol des momies dont ils ont fait don au musée Redpath.

Le 30 mai 1884, Ferrier meurt subitement après une brève maladie. Sir Thomas Roddick est décédé le 20 février 1923 et a été enterré au cimetière Mont-Royal deux jours plus tard.

Cependant, à la lecture de son testament le 26 février, les exécuteurs testamentaires ont réalisé que ses dernières volontés étaient d’être incinéré. Ils ont demandé que Sir Roddick soit exhumé et incinéré selon ses souhaits.

Son épouse, Lady Roddick, s’est fermement opposée à son exhumation et à sa crémation. Elle a dit à l’entrepreneur de pompes funèbres que son mari avait changé d’avis peu avant sa mort. La Cour supérieure du Québec a supervisé l’affaire et Lady Roddick a eu gain de cause. Laissé dans le sol, le cadavre de son mari serait mangé par les vers au lieu d’être brûlé dans un crématorium, ce que Sir Roddick avait craint au départ.

Quoi qu’il en soit, le Redpath Museum a utilisé un scanner IRM pour reconstruire les visages des trois momies. Celles-ci sont maintenant exposées, mais on craint que les personnes qui ont travaillé sur le projet aient été maudites par les anciennes momies.

Enfin, les grognements désincarnés semblent émaner d’un gorille à dos argenté taxidermisé. Acquis lors de l’expédition de McGill au Congo dans les années 1930, le gorille a été exposé et affectueusement nommé « George » par les membres du personnel.

À l’époque, le responsable du musée, T.H. Clark, décrivait l’objectif du gorille comme un moyen d’illustrer des caractéristiques et des faits scientifiques, en plus de sensibiliser le public sur le plan culturel et éducatif. Une étiquette “Mammalia primates pongidae” était attachée au podium de George pour aider les visiteurs à identifier son espèce.

George était extrêmement populaire et attirait de nombreux visiteurs au musée Redpath. Le gorille est même apparu dans des journaux tels que le Montréal Star, le Montréal Herald et le McGill Daily, qui ont tous décrit la bête massive comme un leader très viril dans le monde des primates.

Malheureusement, au milieu des années 1950, un groupe d’étudiants dérangés de l’université McGill a décidé de faire une très mauvaise farce au gorille à dos argenté.

Plusieurs étudiants, portant des blouses de laboratoire, sont entrés dans le musée et ont demandé au directeur du musée s’ils pouvaient emprunter le gorille. Ils ont expliqué qu’un professeur avait fait cette demande à des fins académiques. Le directeur du musée a acquiescé et les étudiants ont sorti George du musée.

Le lendemain matin, un professeur a découvert le gorille à dos argenté perché au sommet de la célèbre fontaine des Trois Barres de McGill.

Pour ne rien arranger, les farceurs avaient castré le pauvre George et lui avaient retiré ses fiers organes génitaux.

Peu après que les responsables aient remis George à sa place au musée Redpath, des rapports sur ses grognements désincarnés ont commencé à faire surface. Parfois, encore aujourd’hui, les enfants qui visitent le musée sont effrayés lorsqu’ils entendent un grognement soudain émanant du gorille, castré, à dos argenté.

Il va sans dire qu’avec autant de hantise au musée, les appels à la décolonisation du Redpath se sont multipliés. Gloria Bell, professeure adjointe d’arts indigènes à l’Université McGill, a déclaré au McGill Tribune que le musée Redpath a “une présentation historicisante, dépassée, primitivante [et emploie] une stratégie très vieille école.”

Des voix s’élèvent aujourd’hui pour demander le rapatriement de ces objets, bien que l’un des problèmes soit que leur origine reste incertaine.

Quoi qu’il en soit, le musée Redpath de l’Université McGill est un vestige colonial du passé, avec une atmosphère de l’ère victorienne et une foule de problèmes paranormaux. Pour les chasseurs de fantômes, il vaut la peine d’être visité!

Nouvelles de la société

Montréal hanté est ravie d’annoncer que les nouvelles mesures de santé publique mises en place permettent les petits rassemblements en plein air ! Nous sommes maintenant autorisés à organiser des visites et des activités en plein air avec un maximum de 8 clients.

Ainsi, nous redémarrons deux de nos expériences hantées en plein air:

Nous proposons également notre visite virtuelle des fantômes en anglais et en français.

Des sessions publiques et privées sont disponibles!

Des visites privées jusqu’à 8 personnes sont également disponibles pour un tarif fixe de seulement 160 dollars.

Si les clients peuvent demander n’importe quelle date, heure et tournée d’exploitation, celles-ci sont basées sur la disponibilité de nos acteurs et doivent se terminer au moins une heure avant le couvre-feu de 20 heures.

Envoyez un courriel à info@hauntedmontreal.com pour réserver une visite privée!

Pour des raisons de santé et de sécurité, Montréal hanté fournit des masques faciaux et du désinfectant pour les mains. Toutes nos visites à pied et nos expériences hantées pratiquent la distanciation sociale.

Faites passer le mot à ceux qui pourraient être intéressés par une expérience de Montréal hanté!

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2020-2021!

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor,, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 mai: Le procès de sorcellerie de Montréal en 1742

À l’époque de la Nouvelle-France, la sorcellerie était considérée comme un crime contre l’Église et les personnes reconnues coupables étaient sévèrement punies et même exilées. En 1742, un soldat français nommé François-Charles Havard de Beaufort était en poste à Montréal. Connu pour ses tours de parloir et ses tours de passe-passe, les autorités l’accusent de sorcellerie après avoir essayé de faire apparaître l’image d’un voleur dans un miroir. Un long procès s’ensuit et, après un verdict de culpabilité, le sorcier est sévèrement puni.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top