Bienvenue à la 64ème édition du blogue de Montréal hanté!

Avec plus de 400 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois!

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois)!

Nous sommes également ravis d’annoncer:

Histoires de fantômes de Noël une tradition de l’époque victorienne!

Cette séance de contes virtuels fait revivre la tradition victorienne de raconter des histoires de fantômes pendant la période de Noël.

Remontez le temps jusqu’à l’époque victorienne de Montréal, lorsque des histoires effrayantes étaient racontées la nuit autour du foyer avec un verre de vin chaud.

Cette expérience de vacances en ligne est idéale pour:

  • Fêtes de Noël au bureau ou en entreprise
  • Rassemblement virtuel de la famille ou des amis
  • Un rendez-vous galant
  • Comme cadeaux

Des sessions publiques et privées sont disponibles! Pour plus de détails, cliquez ici. Vous trouverez plus de détails ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société!

Faites passer le mot à ceux qui pourraient être intéressés par une expérience de vacances à l’époque victorienne!

Ce mois-ci, nous examinons le réseau d’égouts hanté de Montréal. Sous la ville se trouve un réseau d’égouts couvrant une distance totale de plus de 5 000 kilomètres. Certains tronçons datant de 1832, ce réseau a connu des accidents mortels, notamment des enfants tombant par des trous d’homme ouverts vers leur tombe aquatique. Aujourd’hui, on dit que ce vaste labyrinthe souterrain de tuyaux et d’eaux usées est hanté par plusieurs fantômes.

Recherche hantée

Les ouvriers ont commencé à construire le premier égout de Montréal en 1832 après que les autorités sanitaires se soient inquiétées. Avec une épidémie de choléra en plein essor, la théorie médicale de l’époque était que les ruisseaux pollués pouvaient produire des miasmes, ou des gaz et odeurs nocifs, qui pouvaient propager des maladies.

Depuis longtemps, les résidents locaux jetaient des déchets et déversaient des effluents humains dans un ruisseau qui coulait, appelé la Petite rivière Saint-Pierre, dans ce qui est aujourd’hui le Vieux-Montréal.

C’était devenu un égout à ciel ouvert et la puanteur s’aggravait chaque année.

Un énorme égout appelé le William Collector a été construit pour contenir le débit de l’ancien ruisseau. Considéré à l’époque comme une prouesse d’ingénierie, l’égout a commencé à fonctionner après 6 ans de construction.

En 1832, des ouvriers ont également commencé à construire le marché Sainte-Anne au-dessus du collecteur, pour en faire une place de marché et une maison de vente aux enchères.

Entouré d’une soixantaine d’étals de marchands, c’était un endroit animé et pratique pour acheter des produits frais.

Un boulanger fournissait du pain fraîchement cuit. Les agriculteurs fournissaient des légumes comme des navets, des carottes, du chou et des pommes de terre. Un poissonnier vendait une grande variété de poissons et d’anguilles et un boucher plumait les dindes et les poulets, avant de les découper en morceaux de viande, ainsi que les vaches, les cochons, les cerfs, les lapins et d’autres animaux sauvages.

De manière pratique, les étals du marché étaient équipés de chutes qui allaient directement dans le collecteur afin que les commerçants puissent se débarrasser de leurs déchets très facilement. Pour gérer la puanteur, des trappes ont été intégrées dans la conception des chutes d’évacuation des déchets.

Selon une légende franco-canadienne, le William Collector est hanté. La légende veut qu’un vagabond nommé Cossette se soit noyé dans le collecteur après une mésaventure au vieux marché Saint-Anne.

Il a récemment été déclassé en tant qu’égout, drainé, remis à neuf et intégré au musée d’archéologie de Pointe-à-Callière. Appelé le Collecteur de Mémoire, il est maintenant une installation multimédia permanente.

On rapporte d’étranges bruits de gémissements et de cliquetis métalliques dans le vieil égout. Les agents de sécurité ont affirmé que ces bruits commencent généralement vers 21 heures et peuvent durer toute la nuit.

La meilleure théorie sur la raison pour laquelle le collecteur est hanté nous ramène au jour de Noël de 1840.

Cossette mendiait en ce jour de fête devant le marché Sainte-Anne.

Il espérait gagner quelques pièces de monnaie ou des dons de nourriture afin de pouvoir profiter d’un bon repas de Noël.

Malheureusement, la plupart des gens l’ont ignoré et ne lui ont pas donné un centime. À un moment donné, il se tenait devant la boucherie et regardait par la fenêtre.

Il a observé tous les morceaux de viande suspendus à des crochets, des dindes fraîchement plumées et des liens de saucisses sans fin.

Il s’est mis à baver en s’imaginant manger de si belles viandes pour son dîner de Noël.

Soudain, le boucher est sorti avec un grand conteneur de déchets de viande et s’est dirigé vers la trappe pour le jeter dans le collecteur.

Cossette est intervenu et a demandé au boucher s’il pouvait avoir les restes comme cadeau de Noël.

“Sors d’ici, vagabond,” a crié le boucher, “On n’a pas besoin de ton genre ici, surtout le jour de Noël! Si tu ne pars pas, j’appelle la police – ou mieux encore, je prends mon couteau à découper et je te fais travailler rapidement!”

Se sentant en colère et déprimé, Cossette s’est échappé dans une ruelle. En regardant dans le coin, il a vu le boucher ouvrir la trappe et jeter les restes de viande dans la chute.

Alors que son estomac vide grognait, Cossette a imaginé un plan pour revenir après la fermeture du marché afin d’essayer de récupérer quelques restes de viande pour se faire un repas.

Vers 21 heures, alors que le marché était fermé, il s’est glissé jusqu’à l’étal du boucher et a ouvert la trappe. À sa grande joie, il vit dans la chute des morceaux de graisse, des organes indésirables et d’autres restes de viande qui n’avaient pas encore glissé jusqu’au collecteur.

Il a mis un pied au-dessus de la trappe, puis l’autre. Il a utilisé une main pour s’accrocher au bord de la trappe et l’autre pour ramasser les morceaux de viande dans la chute putride et gluante. En bavant, il a poussé ces morceaux de viande ensanglantés dans ses poches.

Bientôt, il était prêt à sortir de la chute, ses poches se remplissant de son horrible dîner de Noël.

Cependant, alors qu’il essayait de s’extraire, un chien est apparu, sans doute à cause de l’odeur de la viande.

Soudain, le chien a aboyé – WOOF !

Surpris, Cossette a perdu son emprise sur la trappe et glissa. Il est tombé dans la chute graisseuse et dans les eaux sales qui coulent dans le William Collector. La trappe du dessus s’est mise en place en claquant, plongeant l’égout dans l’obscurité totale.

Cossette souffrait. Il s’était cassé la jambe ainsi que quelques côtes. Il s’est mis à crier de douleur, à moitié submergé par les horribles eaux usées glacées.

“Au secours! Je suis dans le collecteur! S’il vous plaît, quelqu’un, aidez-moi!” criait-il à pleins poumons. Il a crié toute la nuit et s’est évanoui au matin.

Malheureusement, personne n’a entendu ses appels au secours.

Au cours de la semaine suivante, la puanteur qui se dégageait des écoutilles du marché Sainte-Anne s’est aggravée. Elle était putréfiante et devint vite insupportable.

Comme les odeurs nauséabondes chassaient les clients du marché, un brave commerçant est descendu dans le William Collector pour voir quel était le problème.

Alors qu’il pataugeait dans les eaux sales et boueuses, il est tombé sur le cadavre boursouflé de Cossette, flottant parmi des morceaux de glace, des morceaux de pain détrempé, des copeaux de légumes et des morceaux de viande. Son corps se balançait contre une grille de métal rouillé qui l’avait empêché de s’échapper en étant rejeté dans la rivière.

Selon la légende, l’esprit de Cossette le vagabond hante encore aujourd’hui le collecteur William.

Une autre partie du réseau d’égouts connue pour être hantée est située sur le boulevard René-Lévesque, près de l’angle de l’avenue Papineau.

Connu sous le nom de “Screaming Sewer”, c’est peut-être la partie la plus dérangeante de tout le réseau.

Parfois, lorsqu’il pleut ou qu’il neige, on peut entendre un cri terrifiant provenant d’une bouche d’égout située au nord du boulevard. En de nombreuses occasions, les citoyens ont cru que quelqu’un était coincé dans l’égout, mais chaque fois que les fonctionnaires ont vérifié, ils n’ont rien trouvé d’anormal.

Une tradition orale de longue date dans le quartier veut que l’égout soit hanté par l’esprit d’un garçon de 7 ans nommé Douglas Dillon. Duggie, comme on le surnommait, vivait au coin de la rue avec ses parents et ses neuf frères et sœurs dans les années 1920.

Pendant les vacances de Noël 1924, un des frères et soeurs de Dugie a contracté la rougeole allemande. Les enfants ont donc été gardés à la maison lors de la réouverture des écoles le 5 janvier 1925.

Dugie s’occupait du mieux qu’il pouvait et une partie de sa routine consistait à rendre visite à son animal préféré – le bouc d’un voisin.

Il le faisait dans une température terrible, un mélange de pluie et de neige, en ce lundi matin particulier.

Alors que Dugie caressait le bouc bien-aimé, il aperçut une charrette de foin qui roulait sur le boulevard. Il poursuivait souvent ces chariots pour arracher des morceaux de foin afin de nourrir la bête à cornes.

Il s’est mis à courir après le chariot et a réussi à attraper quelques morceaux de foin lorsque soudain, à 11h20, il est disparu tout d’un coup.

Dugie était tombé à travers une bouche d’égout ouverte et dans les eaux glacées et bouillonnantes qui coulaient dans l’égout. Il s’est mis à crier.

Des ouvriers avaient ouvert le trou d’homme plusieurs heures auparavant pour y déverser de la neige, mais n’avaient pas réussi à sécuriser le site correctement. Au lieu de remplacer le couvercle du trou d’homme, ils ont placé deux barres, espacées de 15 cm, pour empêcher les gens de tomber dedans.

Malheureusement, ce n’était pas assez large pour empêcher la chute de Dugie.

Un ouvrier s’est précipité pour tenter de sauver le garçon. Il a descendu une corde, mais Dugie avait malheureusement été emporté par les courants de 16 kilomètres par heure.

Environ 20 minutes plus tard, un tuyau d’évacuation des égouts près de la rue Pie IX a craché son corps sans vie dans la rivière glacée. Le corps gonflé de Dugie a été retrouvé plus tard dans l’après-midi.

Dans un autre cas, une fillette de 5 ans nommée Lily Manning est tombée par une bouche d’égout ouverte en mars 1921. Elle traversait la rue Saint-Jacques près du marché Saint-Antoine avec sa mère et son jeune frère lorsque l’accident s’est produit.

Comme Dugie, Lily Manning s’est noyée dans les égouts et a probablement été rejetée dans la rivière.

Malgré les meilleurs efforts des employés municipaux pour la sauver, le corps de Lily Manning n’a jamais été retrouvé.

Pour souligner le danger que représente le réseau d’égouts de Montréal, la Gazette de Montréal a envoyé un journaliste et un photographe en mai 1970 pour enquêter. Le 15 mai, le journal a publié un article sur les égouts intitulé: “Si vous tombez dedans, vous serez abattu sous la ville comme un boulet de canon… “

A écrit le journaliste Brian Stewart:

“Des chats sauvages, des essaims de rats, des brouillards aveuglants et une douzaine de façons de rencontrer la fin la plus horrible imaginable, c’est la vie dans un égout de Montréal. Dès que le couvercle de la bouche d’égout est retiré, le visiteur est frappé par une grotesque cascade d’horreurs psychologiques. Tout est là, tout ce qui vous a toujours fait sursauter la nuit dans une panique froide. Faites votre choix. Peur des hauteurs et de l’obscurité, claustrophobie, aquaphobie, obsession d’être enterré vivant, terreur des rats, isolement, suffocation.”

L’expérience terrifiante de l’entrée dans un égout de Montréal a réduit le journaliste, selon ses propres termes, à “une coquille pathétique et larmoyante.”

Il y a aussi le soi-disant “égout de l’odeur de la mort” de Montréal. Situé sur la rue St-Urbain, près de l’Institut de Recherches Cliniques de Montréal (IRCM), les Montréalais sont depuis des années perplexes face à cette expérience olfactive dégoûtante, qui se produit régulièrement.

À ce jour, il n’y a aucune explication quant à la cause de cette odeur nauséabonde. Alors que certains soupçonnent qu’un cadavre pourrit dans les égouts, d’autres pensent que l’IRCM jette dans les canalisations d’égout les déchets biologiques issus de ses expériences.

Pour percer les mystères du réseau d’égouts de Montréal, les explorateurs urbains se sont donné beaucoup de mal pour explorer les centaines de kilomètres de canalisations. Beaucoup d’entre eux ont rapporté des activités paranormales dans les égouts, comme des bruits étranges et des éclairs de lumière inexplicables.

Andrew Emond, explorateur et photographe des égouts de Montréal, a créé le site web Under Montréal pour documenter ses découvertes.

Il s’est joint à Danielle Plamondon pour explorer les tunnels souterrains pierreux qui contiennent la Petite rivière Saint-Pierre dans leur documentaire Lost Rivers.

Montréal a également une étrange tradition selon laquelle les grandes organisations font de gros efforts pour mettre en place de fausses histoires de fantômes dans les égouts de la ville. Par exemple, lors d’un festival d’Halloween en 2017 appelé La Trouble-fête, les organisateurs ont inventé une histoire de fantôme fictive se déroulant dans la station de pompage Craig au pied du pont Jacques Cartier.

Dans le conte, le monstre vivant dans les égouts en dessous de la station est décrit comme ayant des yeux de feu et étant entouré d’un nuage de fumée sulfureuse. Il est réveillé le 17 mai, à l’occasion du 375e anniversaire de la ville, lors de l’allumage initial du pont Jacques Cartier.

De plus, une immense scène a été conçue à l’image de la bête pour la fête dans le Quartier des Spectacles. Ses ailes ont servi d’écrans de projection et ses yeux ont émis des faisceaux de lumière.

De plus, dans une vidéo promotionnelle animée par l’enquêteur paranormal Christian Page, les créateurs de La Trouble-fête ont mélangé de vraies histoires de fantômes à la fausse légende du monstre ancien qui habite les égouts, la rivière et la station de pompage.

Montréal hanté a été déçu que les organisateurs aient choisi une fausse histoire comme point central des célébrations alors qu’il y a en réalité plus de 400 vraies histoires de fantômes à Montréal. Mélanger de vraies histoires de fantômes avec des histoires fictives peut brouiller les lignes ontologiques et provoquer la confusion chez les amateurs de paranormal.

Plus récemment, pour Halloween 2020, le musée de Pointe-à-Callière a créé une nouvelle fausse histoire de fantôme, qui se déroule à nouveau dans les égouts de la ville.

D’après leur site web:

“Une toute nouvelle activité d’Halloween remplie de contes et légendes fantastiques! La nuit d’Halloween en 1856, un allumeur de lampe trouve le courage de s’aventurer dans le mausolée hanté de McTavish, sur le mont Royal. Le fantôme de McTavish aurait été aperçu dans la station de pompage de Pointe-à-Callière! Qui était Simon McTavish? A-t-il vraiment fait un pacte avec le diable pour construire son grand manoir sur le mont Royal? Son esprit erre-t-il vraiment dans les égouts sous nos pieds? Serez-vous assez courageux pour découvrir la légende de McTavish?”

L’événement en ligne a été présenté par un conteur dans une ancienne station de pompage qui a été intégrée au musée.

Un autre ajout récent au musée a été le William Collector lui-même. Désaffecté comme égout en 1989, des archéologues l’ont nettoyé et le collecteur a ouvert ses portes le 17 mai 2017 dans le cadre du musée.

Bien qu’il ne soit pas aussi impressionnant que le célèbre Musée des Égouts de Paris où les clients descendent dans les égouts encore en service, le William Collector reste une expérience intéressante pour les visiteurs.

Le William Collector est peut-être le meilleur symbole de tout le réseau de 5000 kilomètres d’égouts qui serpentent sous l’île de Montréal, non seulement parce que c’était le premier égout, mais aussi parce qu’il est hanté!

Entrez à vos risques et périls!

Nouvelles de la société

Montréal hanté est heureux d’annoncer notre nouvel événement virtuel hanté:

Histoires de fantômes de Noël: Une tradition de l’époque victorienne!

Préparez un verre de vin chaud ou de brandy, allumez votre ordinateur et remontez le temps pour célébrer Noël dans le style de l’époque victorienne de Montréal. À l’époque, le récit d’histoires de fantômes autour du foyer était l’une des traditions les plus populaires de la ville!

Les invités seront régalés par les histoires de fantômes d’hiver du passé de Montréal et entendront parler des célèbres carnavals hivernaux des années 1880. De magnifiques châteaux de glace ont été construits sur la place du Dominion – sur les tombes de dizaines de milliers de victimes du choléra.

Découvrez la légende canadienne-française d’une maison fantôme rustique – et de l’avare qui y a été emprisonné pendant des décennies ! Apprenez tout sur le réseau d’égouts hanté de Montréal et sur un tragique accident survenu la veille de Noël, qui a conduit un collectionneur à être assailli par le fantôme dérangé d’un vagabond.

Découvrez l’histoire de fantôme la plus populaire des années 1800 à propos d’un riche baron de la fourrure qui a été fréquemment repéré descendant le mont Royal en toboggan dans son propre cercueil après sa mort prématurée. Enfin, découvrez l’hôtel le plus hanté de Montréal – et le fantôme de la Dame en blanc qui apporte avec elle des températures glaciales partout où elle se promène!

Histoires de fantômes de Noël: Une tradition de l’époque victorienne est idéale pour les fêtes de Noël d’entreprise, les réunions de famille et comme cadeau de Noël pour ceux qui s’intéressent à l’histoire dérangée de Montréal et aux histoires de fantômes!

Les séances de narration publiques et privées sont disponibles en anglais et en français.

Des séances publiques de narration ont lieu tous les vendredis soir de décembre à 20 heures, y compris le jour de Noël. Des sessions supplémentaires ont lieu les 27 et 30 décembre.

Les sessions privées sont basées sur la disponibilité de nos acteurs professionnels et peuvent être organisées en envoyant un courriel à info@hauntedmontreal.com.

Les billets sont en vente dès maintenant!

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2019 – 2020 !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 janvier: Les légendes du loup-garou à Montréal

Pendant l’ère coloniale de la Nouvelle-France, les colons de l’île de Montréal étaient terrifiés par les loups-garous. Chaque fois que des moutons ou d’autres animaux d’élevage étaient trouvés ensanglantés et déchiquetés, des histoires circulaient sur les loups-garous des environs qui s’en prenaient à eux. Bien que ces histoires aient parfois été utilisées simplement pour inspirer la peur aux enfants, l’Église catholique a également adopté ces histoires et a suggéré que les pécheurs qui évitaient le Carême de Pâques pouvaient être transformés en loups-garous. La manie des loups-garous a atteint un nouveau sommet en 1764 lorsqu’un article sensationnel a été publié dans la Gazette de Québec.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *