skip to Main Content

Bienvenue à la 76ème édition du blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 450 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois !

Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois)!

La saison d’Halloween étant derrière nous, Montréal hanté passe en mode hiver en redémarrant notre tournée des bars hantée !

Offert tous les dimanches à 15 h en anglais et le dernier dimanche du mois à 16 h en français, le Tournée des bars hanté est une excellente façon de prendre quelques verres tout en étant plongé dans un univers paranormal ! Plus de détails sont ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société !

Nous ramenons Histoires de fantômes d’hiver : Une tradition québécoise, notre visite virtuelle des Fêtes, pour seulement deux présentations publiques : les 23 et 30 décembre.

Nous proposons également nos autres promenades fantômes et enquêtes paranormales sous forme de visites privées, si le temps le permet :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Mont-Royal hanté

La visite de Griffintown hanté

Enquête sur le paranormal dans le vieux cimetière Sainte-Antoine

Notre Visite hantée virtuelle est également disponible sur demande !

Vous voulez offrir une expérience hantée en cette période des Fêtes? Vous pouvez maintenant commander un chèque-cadeau Montréal hanté sur notre site Web. Ils sont échangeables via Eventbrite pour n’importe laquelle de nos expériences en personne ou virtuelles. Il n’y a pas de date d’expiration.

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Vous trouverez plus de détails ci-dessous dans notre section Nouvelles de la société !

Ce mois-ci, nous nous penchons sur la “piscine secrète” de Montréal, l’un des nombreux sites terrifiants sur le Mont-Royal que l’on dit hanté. Une oasis cachée, elle accueillait autrefois les amateurs branchés de baignade et de bronzage. La piscine est aujourd’hui décrépite et fait l’objet d’horribles rumeurs d’enfants assassinés qui seraient enterrés sous ses fondations en béton.

Recherche hantée

Perchée sur les pentes de la montagne se trouve une piscine mystérieuse et abandonnée. Les autorités de l’ancien hôpital Royal Victoria l’ont construite en 1961, prétendument pour permettre aux infirmières et aux patients de s’y baigner. Depuis sa construction, des rumeurs circulent selon lesquelles elle aurait en fait été construite pour dissimuler des enfants assassinés enterrés sur le site. Il s’agirait notamment de victimes autochtones du service psychiatrique de l’Allan Memorial Institute, situé à proximité.

Connue sous le nom de “piscine secrète de Montréal”, elle fut fermée à la suite de la noyade d’un homme en 2013. Autrefois considérée comme un “joyau caché” et une “oasis urbaine”, la piscine est maintenant croulante, couverte de graffitis et partiellement remplie d’eau stagnante. Elle est non seulement effrayante et décrépite, mais certains disent qu’elle est hantée !

La piscine est nichée au creux la montagne entre l’ancien hôpital Royal Victoria et l’Allan Memorial Institute (alias Ravenscrag), deux sites renommés comme étant hantés.

Construite en 1961, la piscine proviendrait d’un don philanthropique d’Henry William Morgan, président du conseil d’administration de l’hôpital de 1957 à 1962. Son nom officiel est « la piscine Henry William Morgan ». Elle aurait été construite pour permettre aux infirmières de se baigner ainsi que pour la physiothérapie et la rééducation de certains patients.

Charles S. Morgan petit-fils du philanthrope raconte :

“Mon grand-père, Henry William Morgan, a fait don de la piscine aux infirmières de l’hôpital Royal Victoria en 1961, à l’époque où il était président du conseil d’administration de l’hôpital. Il était absolument dévoué à l’hôpital et, en particulier, à son personnel infirmier. Au fil des ans, la piscine a été ouverte au public et je garde de très bons souvenirs de m’y être baigné lorsque j’étais étudiant en droit à McGill, une oasis ‘secrète’ sur le flanc du mont Royal. ”

Au fil des années, la piscine a fini par accueillir une foule de nageurs habitués. Elle acquit peu à peu la réputation d’être un lieu où faire la fête. Avec un coût d’entrée de seulement 5 $, elle fut rapidement envahie par les étudiants de McGill. Les sites et les blogues touristiques commencèrent à parler de la “piscine secrète des hipsters de Montréal” et de l’ambiance de fête qui y régnait.

Certains utilisateurs de longue date commencèrent à se plaindre que l’atmosphère de fête était devenue incontrôlable et que l’alcool et les drogues y étaient consommés librement. D’autres se plaignirent que les maîtres-nageurs ne semblaient pas surveiller correctement la piscine.

Un problème supplémentaire provenait des comportements délinquants qui se produisaient après les heures de travail, lorsque la piscine était fermée. Parfois, des personnes s’introduisaient dans la piscine pour faire la fête tard le soir cassant des bouteilles de bière et jetant les tables de pique-nique dans l’eau.

Les choses atteignirent un point culminant dans l’après-midi du 8 août 2013. La tragédie frappa vers 15 h 45, alors que Douglas Crabbe, un nageur habitué, fut trouvé inconscient au fond de la piscine par d’autres baigneurs.

Les sauveteurs appelés sur les lieux constatèrent que Crabbe ne remontait pas à la surface. Un médecin qui passait par là accourut pour l’aider. Lorsque l’homme de 67 ans fut finalement sorti de la piscine, il était en état d’arrêt cardiaque. Il fut réanimé, mais resta incapable de respirer par lui-même. Il fut envoyé à l’hôpital Royal Victoria dans un état critique où il décéda deux jours plus tard.

À la suite de cet incident, la piscine Henry William Morgan fut immédiatement fermée par les autorités hospitalières. Depuis elle est restée vide.

Ceci, malgré la promesse faite en 2017 par la mairesse Valérie Plante de la rouvrir, à la demande des Amis de la piscine du Royal-Victoria.

L’un des problèmes réside dans le fait que la piscine appartient au Centre universitaire de santé McGill, qui a déménagé l’hôpital Royal Victoria au super-hôpital Glen à N.D.G. en avril 2015. En d’autres termes, l’ancien hôpital Royal Victoria est actuellement abandonné et il n’y a aucun intérêt à rouvrir une piscine sans infirmières ni patients pour s’y baigner.

L’autre problème est beaucoup plus inquiétant : selon des rumeurs persistantes, la piscine aurait en fait été construite pour dissimuler les corps d’enfants assassinés à l’Allan Memorial Institute. Sous la direction du Dr Ewen Cameron, psychiatre de l’université McGill, des expériences de lavage de cerveau contraires à l’éthique ont été menées dans les années 50 et 60.

Parmi celles-ci figurait le projet MKULTRA, mené pour le compte de la CIA.

Vous trouverez plus de détails sur ces sévices dans notre blogue sur Ravenscrag, le nom original de l’Allan Memorial Institute.

Selon la rumeur, des orphelins et des enfants des pensionnats autochtones étaient recrutés, à leur insu, pour participer à des “expériences” dérangeantes impliquant des séances excessives d’électrochocs.

Certains disent même que des lobotomies y ont été pratiquées. Les rumeurs suggèrent que des enfants autochtones et autres ont été essentiellement assassinés puis enterrés subrepticement sur le site.

Selon la survivante Ann Diamond :

“Ces tombes anonymes sont un grand secret. Il n’y a aucune preuve physique que des enfants y sont enterrés, mais… certains auraient été des enfants des Premières Nations participant aux expériences de Cameron entre 1953 et 1964. D’autres venaient de foyers brisés ou étaient orphelins… Évidemment, les tombes ne sont pas disposées de manière à attirer l’attention, mais nous pensons que 17 à 25 enfants ont été enterrés là… Officiellement, cependant, cela ne s’est jamais produit… De très nombreux dossiers ont été détruits, et l’université McGill s’est employée à dissimuler les preuves et à faire en sorte que les témoins et les survivants restent silencieux.”

L’ouvrage de Kevin D. Annett, Hidden No Longer : Genocide in Canada, Past and Present (2010) confirme les allégations d’Ann Diamond. En énumérant les tombes autochtones non marquées à travers le Canada, le document indique à la page 348 :

“Québec : 1. Montréal : Allan Memorial Institute, Université McGill, toujours en activité depuis son ouverture en 1940. Centre expérimental MKULTRA. Fosse commune d’enfants tués sur place au nord du bâtiment, sur le versant sud du Mont-Royal, derrière un mur de pierre.”

Ann Diamond se souvient avoir visité la piscine :

“Je n’y suis entrée qu’une ou deux fois. La première fois, c’était pendant l’été 1972 avec quelques amis — nous avons escaladé le mur de pierre à 2 heures du matin et nous avons nagé dans l’obscurité. Je pense qu’il n’y avait pas de clôture Frost à l’époque, car je ne me souviens pas avoir eu à l’escalader — seulement le mur de pierre. Il y avait deux ou trois autres personnes qui nageaient et qui étaient arrivées avant nous. C’était l’endroit idéal pour se baigner pendant les chaudes nuits d’été.”

Diamond poursuit : “Dix ans plus tard, j’ai entendu dire que Leonard Cohen y allait tout l’été et y passait des après-midi. Au début des années 80, je crois que la piscine était ouverte au public pour 5 $ et qu’il était possible d’obtenir une carte de membre pour l’été. Je n’y suis allé qu’une seule fois, avec une fille grecque que j’avais rencontrée et qui était venue à Montréal parce qu’elle voulait rencontrer Leonard Cohen. J’ai supposé que le meilleur endroit pour le rencontrer nonchalamment était la piscine Allan, alors je l’y ai emmenée et, bien sûr, il était là, sur l’herbe, en maillot de bain.”

Vingt ans plus tard, vers 2003, Diamond faisait des recherches sur le programme MKULTRA à McGill :

“Par hasard, un jour, je me promenais dans le parc NDG et je rencontrai un homme de 45 ans qui vendait ses biens. Il m’apprit qu’il avait une tumeur au cerveau et qu’il lui restait de six mois à un an à vivre. Il avait été infirmier à l’hôpital Royal Victoria à la fin des années 70 et dans les années 80 et fut impliqué dans la destruction des dossiers de “naissances, adoptions et avortements” jetés à la benne. Il me dit que la piscine était un lieu de vente de drogue pour le beau monde de l’industrie du divertissement de Montréal. Lui et d’autres infirmières volaient la cocaïne la plus pure à la pharmacie de l’hôpital et la vendaient aux gens autour de la piscine.”

Plus récemment, l’Office des consultations publiques de Montréal (OCPM) a lancé une consultation à l’échelle de la ville sur le sort du site de l’ancien hôpital Royal Victoria et de l’Allan Memorial Institute, incluant la “piscine secrète”.

L’une des contributions les plus remarquables et les plus importantes est venue des kanien’kehá : ka kahnistensera, ou mères mohawks. Elles ont non seulement rappelé que l’hôpital Royal Victoria se trouve sur un territoire mohawk non cédé, mais elles ont également approfondi l’histoire du site. Elles ont informé l’OCPM qu’un ancien village mohawk existait autrefois sur le site et ont également souligné le fait que des enfants autochtones et non autochtones y étaient peut-être enterrés.

Dans leur mémoire final, elles déclarent :

“Outre les vestiges archéologiques, les kanien’kehá : ka kahnistensera ont eu connaissance d’allégations selon lesquelles des enfants autochtones ou non autochtones pourraient être enterrés à proximité de la piscine Henry Lewis Morgan et sur les terrains adjacents des jardins Ravenscrag de l’Allan Memorial Institute. La piscine Henry Lewis Morgan a été construite en 1961 pendant les expériences psychiatriques non éthiques du Dr Ewen Cameron, menées au sein de l’Allan Memorial Institute entre 1954 et 1963, et financées par le gouvernement canadien et le projet MK-Ultra de la CIA.”

Dans le cadre de leur mémoire, les Mohawk Mothers ont interviewé Lana Ponting, 80 ans, résidente de Winnipeg, l’une des dernières survivantes de l’Allan Memorial Institute. Les Mohawk Mothers ont noté que Lana Ponting a insisté sur trois points :

1) que les peuples autochtones ont été victimes de ces expériences, car elle se souvient avoir vu au moins un autochtone recevoir un traitement intense de chocs à l’Allan Memorial Institute pendant son séjour, en avril 1958 ;

2) que des enfants mineurs ont été victimes de ces expériences, puisque Lana Ponting a vu de nombreux individus mineurs dans le bâtiment et qu’elle avait elle-même 16 ans à l’époque. Il est également de notoriété publique que plusieurs sous-projets de MK-Ultra comprenaient des expériences psychiatriques sur des enfants non consentants ;

3) La rumeur selon laquelle les victimes des expériences étaient enterrées dans les jardins de Ravenscrag entourant l’Allan Memorial Institute circulait déjà parmi ses patients en 1958. Notamment, Lana Ponting se souvient que des activités suspectes étaient menées à l’extérieur du bâtiment la nuit. Elle a obtenu une lettre de son médecin attestant qu’elle est saine d’esprit. Elle et de nombreux autres membres de la famille des patients ayant subi des expériences psychiatriques à l’Université McGill soupçonnent fortement que des tombes non marquées, incluant potentiellement celles d’enfants autochtones, seront découvertes sous le terrain de Ravenscrag.

En effet, selon le témoignage de Lana Ponting :

“Et vous savez, c’est drôle, je sortais de ma chambre… Une nuit, j’ai vu ces gens près du mur sud, ils avaient des lumières allumées. Que se passait-il là-bas ? Il se peut qu’ils enterraient des corps… Ils étaient près du mur sud, un mur de ciment à l’extérieur, sur le côté sud du terrain. Au fil des ans, des gens ont subi des blessures au Allan. J’ai été torturée aussi, ainsi que beaucoup d’autres personnes qui étaient là. Il y a une piscine au Allan, et la rumeur veut qu’elle ait été construite pour cacher les corps qui y étaient enterrés… On dit que la piscine a été construite pour cacher les corps qui, selon eux, étaient enterrés là. Je suis convaincue qu’il y a des corps enterrés dans la propriété.”

Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait ou non des enfants à l’Institut Allan Memorial, Lana Ponting a répondu :

“Oh oui. J’ai vu des personnes mineures. J’ai vu des enfants qui avaient probablement entre 8 et 10 ans. Et puis il y en avait d’autres, plus jeunes aussi.”

Lana Ponting conclut son interview en évoquant les nombreuses rumeurs qui entourent la piscine Henry William Morgan :

“Oui c’était la rumeur qui circulait au Allan à l’époque où ils ont construit la piscine… parce qu’ils voulaient cacher ce qu’il y avait autour… C’est une chose terrifiante de devoir se souvenir de tout ça. Et aussi le gouvernement savait ce qui se passait, parce que beaucoup de gens se plaignaient. Ils n’ont rien fait.”

Avec le déroulement de cette histoire choquante, je dois mentionner que moi, Donovan King, j’ai également fait ma propre présentation à l’OCPM.

Au fil des ans, Montréal hanté a reçu plusieurs communications au sujet de la ‘piscine secrète’ sur la montagne. La plupart d’entre elles décrivent une activité hantée ou paranormale dans les environs.

Par exemple, en juin 2017, une lectrice qui avait visité la piscine décrépite a contacté Montréal hanté. Elle a déclaré : “Par curiosité, j’ai visité la piscine secrète de Montréal aujourd’hui. Elle est abandonnée et remplie d’environ un pied d’eau stagnante. Alors que je prenais des photos, j’ai entendu une sorte d’éclaboussement dans l’eau. Quand j’ai regardé dans la piscine, je jure que je pouvais voir une main en décomposition sortir de l’eau !”

La femme a été si effrayée qu’elle a laissé tomber son appareil photo et n’a pas pu prendre de photo de la misérable main avant qu’elle ne s’immerge à nouveau dans l’eau trouble.

Dans un autre cas, un homme a déclaré en 2020 avoir eu une expérience paranormale sur le site de l’ancienne piscine. Il se souvient s’être allongé au bord de la piscine en ruine pour s’exposer au soleil et faire une courte sieste. Alors qu’il s’assoupissait, il a commencé à faire des cauchemars dérangeants. Dans ses rêves troublés, il entendait des voix d’enfants qui l’appelaient, lui demandant de l’aide. Il les visualisait sous la piscine en train d’essayer d’attirer son attention. L’homme s’est réveillé avec des sueurs froides et a immédiatement rapporté son expérience à Montréal hanté.

En conclusion, la piscine Henry William Morgan est un site pour le moins contesté. A-t-elle été simplement construite pour permettre aux infirmières de se baigner et aux patients de se rééduquer, ou cache-t-elle un secret bien plus sombre ?

Se pourrait-il que les fondations en béton de la ‘piscine secrète’ aient en fait été construites pour dissimuler les corps d’enfants assassinés lors ‘d’expériences’ dérangées à l’Allan Memorial Institute ?

Jusqu’à ce qu’une enquête médico-légale complète soit lancée, la ‘piscine secrète’ sur la montagne restera l’un des sites les plus notoires et les plus inexpliqués de Montréal.

Nouvelles de la société

La saison d’Halloween étant derrière nous, Montréal hanté passe en mode hiver en redémarrant notre tournée des bars hantée !

Offert tous les dimanches à 15 h en anglais et le dernier dimanche du mois à 16 h en français, le Tournée des bars hanté est une excellente façon de prendre quelques verres tout en étant plongé dans un univers paranormal!

À partir du pub McKibbin’s sur la rue Bishop, les invités entendront certaines des histoires de fantômes les plus infâmes de Montréal tout en dégustant un verre dans trois pubs hantés !

Conçus pour l’hiver, les pubs sont chacun à moins de 5 minutes à pied pour assurer aux clients de rester au chaud !

Nous ramenons Histoires de fantômes d’hiver : Une tradition québécoise, notre visite virtuelle des Fêtes, pour seulement deux présentations publiques : les 23 et 30 décembre.

Nous proposons également nos autres promenades fantômes et enquêtes paranormales sous forme de visites privées, si le temps le permet :

La visite du centre-ville hanté

La visite de Mont-Royal hanté

La visite de Griffintown hanté

Enquête sur le paranormal dans le vieux cimetière Sainte-Antoine

Pour les visites privées, les clients peuvent demander n’importe quelle date, heure, langue et visite. Ces visites sont basées sur la disponibilité de nos comédiens et commencent à 170 $ pour des petits groupes jusqu’à 7 personnes.

Envoyez un courriel à info@hauntedmontreal.com pour plus d’informations sur la façon de réserver une visite privée !

Notre Visite hantée virtuelle est également disponible sur demande en français et en anglais.

Veuillez passer le mot à ceux qui pourraient être intéressés par une expérience de Montréal hanté et si vous souhaitez offrir à quelqu’un une expérience hantée en cadeau pour les vacances, vous le pouvez maintenant. Les chèques-cadeaux de Montréal hanté sont maintenant disponibles sur notre site Web et échangeables via Eventbrite pour l’un de nos événements en personne ou virtuels (sans date d’expiration).

Enfin, et c’est important, nous avons ouvert une boutique en ligne pour ceux qui sont intéressés par la marchandise de Montréal hanté. Nous vendons des t-shirts, des aimants, des sweat-shirts (pour les nuits d’automne et d’hiver hantées) et des tasses avec le logo de Montréal hanté et les images de notre tournée.

Les achats peuvent être commandés via notre boutique en ligne : shop.hauntedmontreal.com

Montréal hanté tient à remercier tous nos clients qui ont participé à une marche fantôme, une tournée des pubs hantés, une enquête paranormale ou un événement virtuel pendant la saison 2020 – 2021!

Si vous avez apprécié l’expérience, nous vous encourageons à écrire un avis sur notre page Tripadvisor, quelque chose qui aide Montréal hanté à commercialiser ses circuits.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 janvier : Esplanade Tranquille

L’un des plus récents espaces publics de Montréal, l’Esplanade Tranquille, a été inauguré par la mairesse Valérie Plante en août 2021. Située au cœur du Quartier des Spectacles, la place a été nommée en l’honneur de l’écrivain et libraire des années 1940 Henri Tranquille. En hiver, elle sera dotée d’une grande patinoire réfrigérée. Pendant les mois les plus chauds, les visiteurs pourront profiter du mobilier urbain, des espaces verts, d’un pavillon et d’une aire de restauration. Bien qu’elle ne soit ouverte que depuis quelques mois, l’esplanade fait déjà l’objet d’allégations d’activité paranormale. Le rapport le plus courant concerne l’apparition et la disparition de livres, qui disparaissent parfois des sacs pour réapparaître sur les bancs et ce genre d’activité. Certaines personnes superstitieuses pensent que l’ancienne librairie d’Henri Tranquille exerce une influence paranormale sur le site.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top