Bienvenue à la 60ème édition du blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 350 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes se déroulant à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois) !

Ce mois-ci, nous nous penchons sur la place Jacques-Cartier, un endroit idyllique où les touristes peuvent prendre un repas, profiter d’une animation en direct ou faire faire une caricature. Cependant, ce lieu public a une histoire très sombre, où les prêtres jésuites et leurs sbires ont torturé et exécuté des indigènes de la Confédération Haudenosaunee lorsqu’il était connu sous le nom de place des Jésuites – pendant l’ère coloniale de la Nouvelle-France.

Recherche hantée

Entourée de monuments coloniaux et souvent grouillante de touristes, la place Jacques-Cartier actuelle a une histoire très sombre. La place publique est prétendument hantée.

En 2016, un touriste américain a fait une rencontre effrayante avec le fantôme qui hanterait la place. Il rentrait à son hôtel dans le Vieux-Montréal après avoir passé quelques heures au Village à souper et à prendre un verre lorsqu’il a décidé de passer par l’historique place Jacques-Cartier.

Vers 1 heure du matin, il s’est arrêté à la colonne de Nelson, au sommet de la place, pour étudier les gravures des navires de guerre à la base du monument.

Alors qu’il regardait les images maritimes, il entendit soudain ce qui ressemblait à des marmonnements en latin, une langue qu’il avait brièvement étudiée au lycée dans l’État de New York.

Essayant de déterminer d’où venait ce son étrange, il a fait le tour du pilier, lui tournant le dos, pour chercher la source du murmure latin.

En regardant dans la région, il a soudain remarqué quelque chose de rougeoyant sur la place Vauquelin au nord.

En regardant de plus près, il semblait qu’une silhouette brumeuse s’approchait de lui. L’apparition tenait dans sa main un objet qui rougeoyait.

Choqué et terrifié, alors que l’apparition se rapprochait, il pouvait voir qu’il était vêtu d’une robe noire et qu’il tenait ce qui semblait être un grand crucifix qui semblait sortir tout juste d’une forge de fer. Il brillait, comme s’il était rouge vif.

Alors que l’étrange fantôme s’approchait de l’homme, il a soulevé le crucifix brûlant. Le touriste a décidé de rentrer en courant à son hôtel. Cependant, ses jambes ne voulaient pas bouger car il était paralysé par la peur.

Le fantôme a accéléré son rythme et semblait venir directement vers l’homme de manière agressive. Figé, il essaya de crier à l’aide, mais rien ne sortit. Il regarda avec horreur le fantôme qui s’approchait de lui et lui tendit le crucifix rouge et chaud. Le touriste s’est rendu compte qu’il s’agissait de l’apparition d’un prêtre.

Quand le fantôme était à quelques mètres de lui, il pouvait voir un sourire dérangé sur son visage. L’apparition le fixa du regard et en quelques secondes se précipita sur lui avec le crucifix rouge et chaud.

L’homme a enfin pu pousser un cri qui glace le sang !

Alors qu’il criait, une femme qui traversait la place lui a demandé s’il allait bien.

Trempé de sueur, le cœur battant, le touriste s’était réveillé de son cauchemar. Le prêtre fantôme n’était plus là.

Il s’est précipité à son hôtel, a immédiatement quitté l’hôtel et est rentré à New York le soir même.

La place Jacques-Cartier a une histoire très sombre, ce qui peut expliquer la hantise. Autrefois appelée place des Jésuites à l’époque coloniale de la Nouvelle-France, c’est sur cette place que les autochtones étaient torturés et exécutés par les prêtres jésuites et leurs sbires.

Historiquement, le Montréal d’aujourd’hui était un important centre de commerce mohawk datant de milliers d’années dans le nord du territoire Kanienʼkehá꞉ka de Tiohtià : ke.

Lorsque les Français ont commencé à coloniser le territoire indigène dans les années 1600, ils étaient principalement composés de catholiques romains de rite latin, dont un certain nombre de jésuites qui se consacraient à la conversion de la population indigène. En effet, les Européens du XVIIe siècle étaient obsédés par la conversion des soi-disant « sauvages » du monde à leurs propres croyances religieuses. En France, la publication des Relations des Jésuites a suscité un zèle apostolique.

Tiohtià : ke était sur leur radar comme un endroit très stratégique étant donné qu’il était alimenté par diverses rivières et également entouré de rapides. Cependant, elle faisait également partie de la puissante Confédération Haudenosaunee, un regroupement de cinq Premières Nations à l’époque comprenant, d’est en ouest, les Mohawks, les Oneidas, les Onondagas, les Cayugas et enfin les Senecas à l’extrémité ouest.

Appelés « Les Iroquois » par les Français, la guerre a éclaté entre les colonisateurs et la Confédération Haudenosaunee lorsque le colonisateur Samuel de Champlain les a attaqués en 1609.

La guerre et l’introduction de maladies européennes telles que la rougeole et la variole ont déclenché l’exode des Mohawks de Tiohtià : ke vers des régions plus sûres du territoire alors que les dirigeants tentaient de faire face à la crise tout en assurant la défense du territoire.

Une organisation ultra-catholique de mystiques appelée « La Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des peuples sauvages de la Nouvelle-France » a profité de cette situation pour établir une colonie appelée Ville-Marie sur l’île en 1642.

Cela a déclenché une guerre totale entre les colons français et la Première nation Kanienʼkehá꞉ka, qui a duré jusqu’en 1701.

Le matin du 18 mai 1642, la colonie de Ville-Marie est fondée dans un pré de Tiohtià : ke avec une cérémonie catholique. Un groupe de colons français avait installé un autel, décoré de trilles et de violettes, et le père jésuite Vimont célébrait la messe. decorated with trilliums and violets, and Jesuit Father Vimont celebrated mass.

Il a déclaré que Ville-Marie n’était qu’un grain de graine de moutarde, mais a ensuite déclaré : « Je ne doute pas que cette petite graine produira un jour un grand arbre qui fera des merveilles. »

Les Jésuites ont une histoire troublante dans le contexte de la discussion contemporaine sur le génocide culturel.

Ignace de Loyola, un soldat espagnol devenu prêtre, a fondé le mouvement jésuite en 1534.

Les premiers jésuites ont fait vœu de pauvreté et de chasteté et ont prévu de travailler à la conversion des musulmans et des autres au catholicisme à tout prix.

Une partie de la philosophie religieuse qui animait les jésuites ne peut être décrite que comme dérangée dans le monde moderne.

Par exemple, dans The Jesuit Relations and Allied Documents : TRAVELS AND EXPLORATIONS OF THE JESUIT MISSIONARIES IN NEW FRANCE, 1610—1791 un chapitre est consacré à l’incinération et à la torture des indigènes.

Les Jésuites ont écrit que brûler vifs les personnes qui avaient refusé de se convertir au catholicisme ou qui avaient offensé les prêtres d’une autre manière était le moyen le plus sûr pour eux d’atteindre le Ciel :

« Ils sont tellement sûrs que nous n’avons guère vu un Iroquois brûler sans le considérer comme en route pour le Paradis ; et nous n’avons pas non plus considéré comme certain sur cette route un seul Iroquois que nous n’avons pas vu passer par cette torture. Avant leurs tourments, ces prisonniers sont dûment instruits et baptisés par les Jésuites ; le Loup est changé d’un seul coup en agneau, et entre dans le bercail de Jésus-Christ, qu’il est venu ravager. »

Avec la croissance de Ville-Marie, les Jésuites achètent en 1692 le terrain situé au nord de la rue Notre-Dame.

La parcelle était de six cent quarante-six pieds de front et de cent vingt pieds de profondeur avec vue sur le terrain en pente menant à la rivière.

Les Jésuites se sont construit un monastère et ont nommé le quartier place des Jésuites.

La torture, l’exécution et le génocide étaient les caractéristiques de l’espace devant leur monastère.

Dans un de ces épisodes, en 1696, quatre membres de la Confédération Haudenosaunee ont été attachés à des pieux et torturés au fer rouge jusqu’à ce qu’ils périssent.

Dans Montréal :Après 250 ans par l’historien W.D. Lighthall, une scène macabre est décrite dans un chapitre intitulé « LE BRÛLEMENT DES QUATRE IROQUOIS, 1696 ».

Lighthall explique :

« Un témoin du massacre des quatre Iroquois sur l’actuelle place Jacques Cartier le décrit ainsi : « Quand je suis venu à Montréal pour la première fois, c’était par la porte Saint-François. J’y ai vu un homme de ma province, qui est venu m’embrasser, ce qu’il a fait, et après quelques compliments, m’a informé qu’il était de notre compagnie. Alors que nous parlions ensemble, il a perçu que j’étais très distrait à cause d’une grande foule que je voyais sur la place des Jésuites. »

« Mon nouveau camarade s’est alors exclamé : « Sur ma parole ! Vous arrivez juste à temps pour voir quatre Iroquois brûlés vifs. Venez jusqu’aux Jésuites, nous verrons mieux. » C’est immédiatement devant leur porte que cette tragédie sanglante devait avoir lieu. J’ai d’abord cru qu’ils jetteraient les pauvres misérables dans le feu ; mais en regardant de tous côtés, je n’ai vu aucune pédale pour le sacrifice des victimes, et j’ai interrogé mon nouvel ami sur plusieurs petits feux que j’ai vus à certaines distances les uns des autres… Ils ont emmené ces quatre hommes sauvages, qui étaient frères, et les plus beaux hommes que j’ai vu de ma vie. Puis les Jésuites les ont baptisés et leur ont fait quelques maigres exhortations, car parler librement, faire plus aurait été « laver la tête d’un cadavre. » La cérémonie sainte terminée, ils ont été saisis et soumis à des punitions… »

« Ils les ont attachés nus à des piquets plantés à trois ou quatre pieds dans le sol, puis chacun de nos alliés indiens, ainsi que plusieurs Français, se sont armés de bouts de fer chauffé au rouge, avec lesquels ils ont brûlé toutes les parties de leur corps. Ces petits feux que j’avais vus servaient de forges pour chauffer les abominables instruments avec lesquels ils les brûlaient. Leur torture dura six heures, pendant lesquelles ils ne cessèrent de chanter leurs exploits de guerre, tout en buvant de l’eau-de-vie, qui leur passa sous la gorge aussi vite que si elle avait été jetée dans un trou dans le sol. Ainsi moururent ces malheureux avec une constance et un courage inexprimables. »

À ce jour, les historiens n’ont pas encore établi combien d’indigènes ont été torturés et assassinés sur la place des Jésuites.

Après la conquête britannique de 1760, les jésuites ont commencé à perdre de leur popularité. En 1773, le pape Clément XIV encourage les autorités britanniques à saisir la résidence des jésuites et à construire un palais de justice à la place.

Les Jésuites sont officiellement bannis et ne peuvent revenir à Québec qu’en 1842.

Aujourd’hui, le pape de l’Église catholique est un jésuite. On ignore si le pape François a expié ou non ces crimes horribles commis par les jésuites dans le passé.

Quoi qu’il en soit, il est toujours bon de réfléchir à deux fois avant de traverser la place Jacques Cartier tard dans la nuit lorsque le prêtre jésuite fantomatique fait son apparition.

Nouvelles de la société

Montréal hanté est extrêmement heureux d’annoncer que toutes nos tournées sont à nouveau en cours (à l’exception de notre tournée des bars hantés) !

Nos visites de fantômes ont lieu le vendredi et le samedi soir en août.

Notre enquête sur le paranormal est également disponible le dernier vendredi et samedi soir de chaque mois. Les vendredis sont en anglais et les samedis en français.

Pour le mois de septembre, les tournées ne se dérouleront que le samedi soir.

Des visites privées peuvent également être organisées en fonction de la disponibilité de nos acteurs et nous annoncerons notre saison d’Halloween dans notre prochain blog!

Tous nos circuits et expériences sont limités à un maximum de 20 clients. Nous pratiquons également la distanciation sociale et offrons des masques faciaux et du désinfectant pour les mains à nos clients afin de garantir le respect des directives de santé publique.

Nous sommes également ravis d’annoncer qu’à la suite de notre publication le mois dernier sur Le prix hanté, l’ancien administrateur a finalement rendu le trophée de Montréal hanté après des mois de refus. Montréal hanté est heureuse que notre prix soit enfin chez elle.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont assisté à une promenade fantôme, une tournée de pub hantée ou une enquête paranormale en 2019 – 2020 !

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor, ce qui aidera Montréal hanté à commercialiser ses tournées.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue de Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion.

À venir le 13 septembre : Le fantôme du pilote de bombardier

Par une chaude journée de juillet 2007, l’étrange fantôme d’un pilote de bombardier est apparu de nulle part dans une librairie Chapters du centre-ville, au coin de Stanley au 1171 rue Sainte-Catherine. Une femme du nom de Kim J., qui était entrée pour se rafraîchir au café avec un cappuccino glacé, parcourait les rayons lorsque le fantôme est apparu. Portant une combinaison de pilote de bombardier de la Seconde Guerre mondiale, le fantôme avait une pâleur semblable à celle d’un cadavre et la regardait à travers ses yeux creux, comme s’il était perdu. Elle a essayé de crier, mais rien n’est sorti. Lorsqu’elle a désespérément rompu le contact visuel avec l’apparition, celle-ci a disparu. Aujourd’hui, le bâtiment abrite une boutique de lingerie Victoria’s Secret – et les expériences paranormales étranges se produisent encore de temps en temps.

  Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec). Il est également certifié comme Spécialiste de Destination Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *