Bienvenue à le quarante-neuvième blogue de Montréal hanté !

Avec plus de 300 histoires de fantômes documentées, Montréal est sans conteste la ville la plus hantée du Canada, voire de toute l’Amérique du Nord. Montréal hanté se consacre à la recherche de ces histoires paranormales et son blogue, Montréal hanté, dévoile une nouvelle histoire de fantômes à Montréal le 13 de chaque mois ! Ce service est gratuit et vous pouvez vous inscrire à notre liste de diffusion (en haut à droite pour les ordinateurs et en bas pour les appareils mobiles) si vous souhaitez le recevoir tous les 13 du mois !

Nous sommes également heureux d’annoncer que toutes nos visites fantômes sont en cours et que les billets sont en vente ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, le Centre-ville hanté et la nouvelle Tournée des bars hantés !

Notre blogue de septembre examine le vieux cimetière de choléra Saint-Antoine au cœur du centre-ville de Montréal. Connu pour des activités paranormales, c’est le lieu de notre nouvelle activité d’investigation paranormale. Sur base des émissions de télévision à chasser les fantômes et partir de vendredi le 13e de septembre, il est une expérience à ne pas manquer pour les chasseurs de fantômes, les chercheurs paranormaux et fans de le surnaturel. Détails ci-dessous !

Recherche hantée

Dorchester Square et la Place du Canada, parcs prisés au cœur du centre-ville de Montréal, recèlent un très sombre secret. Les squelettes de quelque 70 000 Montréalais, dont beaucoup sont des victimes du choléra, ont été enterrés dans des fosses communes durant les épidémies du milieu des années 1800. Autrefois connu sous le nom de cimetière Saint-Antoine, le cimetière catholique a fonctionné de 1799 à 1855, date à laquelle il manqua de place. Plein d’activités paranormales, le vieux cimetière Saint-Antoine est une tâche largement oubliée et pourtant hantée du tissu urbain de la ville.

Tout d’abord, après la tombée de la nuit, l’atmosphère du cimetière change et beaucoup de gens ont déclaré se sentir nerveux et mal à l’aise après le coucher du soleil. Pour ceux qui osent rester sur le cimetière, des formes étranges se déplacent, des brumes mystérieuses et des sphères flottantes dans la cime des arbres ont été rapportées. À l’occasion, des apparitions ont été vues errant dans le cimetière et, dans ce qui est presque certainement des cas de hantises résiduelles, on peut parfois entendre des voix désincarnées en prière et des gémissements peuvent encore être entendues, sans parler des cris d’agonie qui percent parfois le cimetière. Les cris inquiétants ont tendance à se produire dans le coin sud-ouest de Dorchester Square.

Pour comprendre pourquoi ces voix de morts font encore du bruit, il est important de comprendre l’horrible histoire du vieux cimetière de Saint-Antoine.

Au début de l’histoire de la ville, des corps ont été enterrés à l’intérieur des fortifications de l’actuel Vieux-Montréal. Cependant, lorsque les Britanniques ont pris le contrôle de la ville en 1760, des responsables publics ont affirmé que davantage d’enterrements mettraient en danger la santé publique.

À ce titre, de nouveaux emplacements ont été recherchés pour les cimetières catholiques et protestants. Un grand terrain a été acheté pour 1500 livres sterling dans ce qui était alors une région rurale.

Nommé cimetière Saint-Antoine, il accueillait les résidents catholiques. Il était également connu sous le nom de « cimetière du choléra » en raison de cinq épidémies qui ont commencé en 1832.

La première fois que la maladie a frappé la ville, Montréal a été complètement dévastée.

Le 9 juin 1832, un navire immigrant appelé Voyageur est arrivé dans le port de Montréal. Lorsque les passagers ont débarqué et se sont rendus dans la ville, il est rapidement devenu évident qu’un homme avait été laissé derrière.

Il a été retrouvé couché sur le dos sur le pont du navire, tremblant de douleur et d’agonie. Le docteur Nelson, commissaire à la santé de Montréal, était présent. Le diagnostic était clair : le sang de l’homme était devenu noir, ce qui signifiait que le choléra avait envahi Montréal, une maladie extrêmement meurtrière et contagieuse.

La maladie s’est propagée comme une traînée de poudre et à mesure que le choléra se propageait dans toute la ville, ses victimes ont commencé à se multiplier de manière spectaculaire.

Le Dr. Nelson a supervisé les efforts pour réprimer la maladie. Il a ordonné d’allumer des barils de goudron dans toute la ville pour essayer de purifier l’air et a mis tout le personnel médical en alerte.

Des charrettes de la mort ont commencé à rouler dans les rues avec des drapeaux jaunes flottant pour avertir des dangers de la contagion. Les fossoyeurs criaient : « Avez-vous des morts ? Avez-vous quelqu’un à envoyer au cimetière ? »

Les corps ont été rassemblés, mis dans des cercueils, 2 à 4 par charrette, puis transportés au cimetière Saint-Antoine, où ils ont été entassés. Aucune tentative n’a été faite pour séparer les hommes et les femmes et aucun registre n’a été tenu, en grande partie parce que les fossoyeurs étaient tous illettrés. Avec la propagation rapide de la maladie, il a bientôt été impossible d’enterrer les morts assez rapidement.

Trois jours seulement après le premier cas, plus de 150 cercueils étaient empilés au cimetière Saint-Antoine et les fossoyeurs ne pouvaient plus faire face aux ordres du Dr Nelson d’enterrer chaque corps dans les 6 heures.

Lorsque le Dr Nelson a menacé de brûler le tas de cadavres pour éviter la maladie, les prêtres sulpiciens ont ordonné à leurs paroissiens de se rendre au cimetière avec leur pelle pour les aider à accomplir cette tâche effroyable. Les tranchées ont été creusées à une profondeur de 8 pieds, une largeur de 10 pieds et une longueur de plus de 100 pieds. Des cercueils bruts étaient empilés dans les tranchées et rapidement recouverts de terre pour tenter d’empêcher la propagation de la maladie.

L’ambiance dans la ville était très déprimante, et une nouvelle immigrante, Susana Moodle, écrivait : « Le triste bilan de la cloche de la mort, l’exposition à des cercueils prêts à l’emploi dans les vitrines des pompes funèbres, et l’annonce souvent répétée sur les murs, d’enterrements meublés à tel endroit, à moindre coût et à plus court préavis, nous rappelait douloureusement, à chaque tournant de la rue, que la mort était partout – peut-être cachée sur notre chemin… »

Les médecins ont été pris au dépourvu par le choléra parce qu’ils n’avaient jamais rien vu de tel. La science médicale en était encore à ses balbutiements et la plupart des médecins souscrivaient ou inventaient des théories sur la meilleure façon de traiter les maladies. Il n’y avait pas de consensus sur la manière de traiter le choléra, mais le Dr Nelson a estimé que l’utilisation de l’opium, les saignements et le repos au lit étaient « infaillibles ».

Les autopsies étaient considérées comme le meilleur moyen de se renseigner sur les maladies et les étudiants en médecine avaient souvent recours au pillage de la tombe pour se procurer des cadavres dans leurs salles d’anatomie.

Alors que l’épidémie de choléra battait son plein, il n’y avait aucune pénurie de corps à ouvrir pour étudier. Pour profiter de la situation, les médecins ont aménagé des hangars directement dans le cimetière (au sud-ouest de Dorchester Square) pour procéder à des autopsies et effectuer d’autres opérations. Les gens ont commencé à décrire les médecins comme trop zélés et dérangés, et il a fallu peu de temps pour que les rédacteurs de journaux indignés décrivent les hangars comme des « abattoirs ».

Les citoyens catholiques de Montréal ont demandé aux prêtres d’arrêter les autopsies, mais les prêtres ont plutôt rejoint les médecins dans les hangars du cimetière pour aider à effectuer une opération très spéciale.

Les femmes enceintes qui allaient bientôt mourir demandaient souvent aux médecins de pratiquer une opération appelée « baptême du nourrisson ». Parce que la foi catholique insistait que le baptême était nécessaire pour entrer au ciel, ces femmes espéraient que leurs fœtus pourraient recevoir le salut pour les rejoindre au paradis.

Cependant, la seule façon de le faire était de pratiquer une opération césarienne afin de sortir le bébé pour qu’un prêtre puisse alors le baptiser. Les femmes dévouées hurlaient de douleur et d’agonie lorsque les médecins leur ouvraient le ventre, révélant ainsi le fœtus. Les prêtres aspergeaient ensuite de l’eau bénite dans l’utérus ouvert, avant que la mère et l’enfant à naître ne périssent.

Dans l’ensemble, les médecins, avec l’aide d’une sage-femme nommée Madame Tavernier, ont procédé à une trentaine de ces « baptêmes d’enfants » dans le cimetière.

Il y a des spéculations qu’à chaque fois que quelqu’un entend des voix désincarnées gémir ou hurler de douleur, ce sont les esprits de ces femmes fidèles qui ont insisté pour être ouvertes avant la mort pour tenter d’obtenir le salut de leurs enfants à naître.

De l’autre côté du boulevard René-Lévesque, qui divise le cimetière en deux, permettant ainsi à la circulation quotidienne de se déplacer par-dessus les morts, la Place du Canada a de nombreuses activités paranormales similaires. Ceux-ci incluent les orbes étranges flottant à travers la cime des arbres, des voix désincarnées en prière et les apparitions errantes occasionnelles.

La Place du Canada est également intéressante, car il y a un nombre d’urgences médicales supérieur à la moyenne dans le parc, en particulier près de la statue de John A. MacDonald. C’est l’un des endroits les plus fréquentés de la ville par les ambulances qui s’occupent des victimes d’attaques de panique, de coups de chaleur, d’essoufflement, de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, etc. Beaucoup de gens croient que la statue est hantée, ses yeux suivent les gens ce qui est un élément macabre supplémentaire dans un cimetière en proie à une activité paranormale.

Une autre partie particulièrement hantée est la rue juste à l’est du cimetière, où, dans le passé des cadavres et apparitions ont été aperçus errant. La rue de la Cathédrale d’aujourd’hui, qui s’appelait autrefois la rue des cimetières, était une allée de cadavres en 1832 qui menait du cimetière à la rue Saint-Antoine qui descendait la colline.

Une chaude nuit d’été, en juillet, vers 2 heures du matin, un policier en patrouille dans la rue Saint-Antoine a aperçu ce qui semblait être un cadavre qui se dirigeait vers lui. Il était enveloppé uniquement dans un linceul, comme on appelait les vêtements funéraires à l’époque. 

Le cadavre s’en allait de la rue du cimetière et marchait vers l’est, en direction de la ville. Terrifié, l’officier est retourné au poste de police dans un état de panique absolu, criant à son officier supérieur que : « Les morts sortent de leur tombe ! »

Dans une autre affaire macabre, des ouvriers creusaient un fossé le long de la rue des cimetières plusieurs décennies après l’épidémie de choléra de 1832, ils tombèrent sur un cercueil qui semblait avoir subi des dommages.

Les circonstances du conte macabre commencent le 26 juin 1832. Une adolescente nommée Mlle Hervieux décida de rendre visite à sa meilleure amie, Mlle de Beaujeu, chez elle, au 320, rue Notre Dame, dans l’actuel Vieux-Montréal.

Le maître de la maison, seigneur Saveuse de Beaujeu, était mort du choléra le 15 juin, et plupart de la famille étaient à sa seigneurie d’essayer d’échapper la maladie. Sa fille, Mlle de Beaujeu, et deux domestiques vieux sont restés à la maison.

Mademoiselle de Beaujeu s’était sentie déprimée et Mademoiselle Hervieux espérait lui remonter le moral avec une tasse de thé et une conversation.

Cependant, après seulement deux heures passées chez les Beaujeu, à 22 heures, Mademoiselle Hervieux a commencé à se sentir plutôt mal. Peut-être que les domestiques n’ont pas assez aéré la maison !

Mademoiselle Hervieux a commencé à sentir des bouffées de chaleur suivies de frissons. Ensuite, elle a commencé à tousser, à avoir des hauts le cœur, à se purger et à vomir. Enfin, elle a commencé à ressentir de la douleur et son corps a commencé à se prostrer et à se contracter – les symptômes classiques du choléra.

Comme Mademoiselle venait d’une famille aisée, ils ont décidé de faire appel à un médecin pour voir si quelque chose pouvait être fait pour la pauvre Mademoiselle.

Assise dans un fauteuil, elle était assistée par le Dr Daniel Arnoldi, premier président du Collège des médecins et chirurgiens du Bas-Canada, et par deux ou trois messieurs, des « veilleurs de nuit ».

La première chose que fit le Dr Arnoldi fut de prescrire une grosse pilule d’opium bleu.

Si le patient pouvait éviter de vomir l’opium, les contractions cesseraient, permettant ainsi au médecin d’opérer. Mlle Hervieux n’avait pas vomi, et avec l’opium elle se détendit.

Le médecin se mit à l’examiner, à la recherche de tous les endroits où il pensait qu’il pourrait y avoir du sang noir. Chaque fois dont il localisait le sang pollué, il sortait son scalpel et faisait une petite incision, avant d’ouvrir son pot de sangsues et de placer une sangsue sur la plaie pour drainer tout le sang sale et pollué.

Après avoir prélevé 30 onces de sang pollué, le médecin nota à quel point Mademoiselle était froide et moite au toucher. C’est pourquoi il a chauffé deux fers à repasser, qu’il a fait glisser de chaque côté de sa colonne vertébrale pour réchauffer le corps de Mademoiselle afin de la réanimer.

Malheureusement, il semblait que l’opération n’ait pas fonctionné. Mademoiselle Hervieux a été déclarée morte le lendemain matin, le 27 juin.

La famille de Mademoiselle était très contrariée, comme vous pouvez l’imaginer. L’idée d’enterrer anonymement son corps digne dans une fosse commune était un peu trop pour eux. Ils ont décidé de corrompre le fossoyeur, somme considérable, pour au moins la placer dans un cercueil en bois brut portant son nom et le déposer sur le côté du cimetière Saint-Antoine avec une croix en bois pour marquer l’endroit. Mademoiselle a été commandée à la charrette de la mort et elle a été enterrée à la hâte, toujours dans sa robe et ses bijoux.

Certaines personnes ont décrit cette partie de l’histoire comme étant un peu « dérangeant ». L’un des problèmes qui arrivaient parfois était horrible : ce n’est pas tous ceux qui se sont retrouvés au cimetière Saint-Antoine qui étaient réellement morts. Certains d’entre eux étaient simplement incapables de recevoir de fortes doses d’opium. Pour les plus chanceux, quand ils se sont réveillés, ils étaient toujours sur une charrette mortelle, ils pouvaient se faufiler parmi les cadavres et s’enfuir aussi loin que leurs jambes pouvaient les emporter. D’autres se sont réveillés à l’intérieur d’un cercueil empilé, dans l’attente d’être enterré, et pourraient être sauvés en frappant sur le côté pour alerter les fossoyeurs.

Cependant, tout le monde n’a pas été aussi chanceux. Certaines des victimes se sont réveillées dans des cercueils bruts, déjà enfouis sous la Terre. Tel était le cas de mademoiselle Hervieux. Les travailleurs ont constaté que le cercueil avait subi des dommages. En effet, Mademoiselle avait utilisé son coude gauche pour faire un trou sur le côté du cercueil. Son bras gauche était étendu dans la terre. À présent, il était dans un état squelettique.

À l’intérieur du cercueil, le bras droit de Mademoiselle n’était plus en position habituelle lors de funérailles. Pour une raison quelconque, pendant ses dernières heures, le bras droit de Mademoiselle s’était frayé un chemin jusqu’à son visage et elle a passé ses derniers moments, se rongeant le poignet ! Qui sait, peut-être a-t-elle eu faim, dans l’attente toute seule, sous la terre ?

Pour en revenir au début de l’histoire, le « cadavre » qui trébucha qui avait tellement terrifié le policier était en réalité un homme du nom de Bill Collins qui avait été déclaré mort parce que l’opium avait provoqué un coma. M. Collins a eu la chance de se lever avant d’être enterré, car une nouvelle tranchée devait être creusée le matin. Il est sorti de son cercueil et a couru vers la ville, vêtu uniquement de son linceul. Bien qu’il ait pu donner à l’agent la peur de sa vie durant cette nuit chaude de 1832, M. Collins a poursuivi sa vie jusqu’à l’âge de 92 ans !

En cet été horrible, le choléra a tué près de 15 % des habitants de la ville. 1 900 Montréalais ont péri, alors que la ville comptait 27 000 habitants à l’époque. Pour aggraver les choses, les épidémies de choléra ont frappé la ville cinq fois de plus au cours des prochaines décennies, rendant les fossoyeurs très occupés et entraînant un remplissage rapide du cimetière.

Dans les années 1850, le cimetière était presque plein. Il s’était étendu aux rues Peel et Metcalf actuelles et contenait une estimation de plus de 70 000 corps. Le 31 juillet 1853, l’histoire se répète en tant que comité constitué pour choisir l’emplacement d’un nouveau cimetière. En 1854, un terrain a été acheté près du poste de péage du chemin Côte-des-Neiges, sur le flanc ouest du mont Royal, et le cimetière catholique Notre-Dame-des-Neiges a été ouvert en 1853.

Le cimetière Saint-Antoine a reçu son dernier corps pour l’inhumation en 1855, puis a commencé à tomber dans un état de délabrement.

Les croix de bois ont commencé à pourrir, les mauvaises herbes étouffant le vieux cimetière. La maison du cadavre abandonnée, avec son inscription effrayante sur la porte pliante : « Aujourd’hui pour moi, demain pour vous », a été rapidement défigurée par des graffitis obscènes.

Finalement, la Ville décida que le terrain était trop précieux pour ne pas être réutilisé. Les croix restantes, les pierres tombales et la maison du cadavre ont été enlevées et le terrain a été divisé en parcelles à vendre. Pour préparer la vente des terres, les cadavres ont été déterrés de la manière la plus cruelle, tandis que les ouvriers brisaient les cercueils et pelaient les restes et les planches de cercueils en piles de chariots.

Il y a eu des protestations contre la façon dont les morts étaient traités. D’autres craignaient que le fait de déterrer les morts ne mène à un désastre. En 1866, le Dr Nelson publia ses pensées et ses observations macabres sur les épidémies mortelles dans un livre intitulé : Le choléra asiatique, son origine et sa propagation en Asie, en Afrique et en Europe, introduction en Amérique par le Canada : causes, symptômes et pathologies lointaines et immédiates, et les différents modes de traitement analysés.

Cela a peut-être incité le Dr Philip Pearsall Carpenter, chef de l’Association des sanitaires du Canada, à mener une campagne visant à mettre un terme aux exhumations, affirmant que cela pourrait déclencher une autre épidémie de choléra, comme cela avait été le cas à Londres et à Bristol. Les travaux ont été interrompus à l’été 1867, mais ont repris après quelques mois seulement. En 1869, M. Carpenter avait persuadé la ville d’exproprier le cimetière pour qu’il devienne un parc public. La victoire n’a été obtenue qu’après le dépôt d’une pétition signée par plusieurs des résidents les plus en vue de la ville. Du gazon a été mis, des arbres ont été plantés, des allées ont été aménagées et le cimetière a été rebaptisé « Place du Dominion ». Tous les efforts ont été faits pour oublier les dizaines de milliers de cadavres gisant juste sous le sol.

Dominion Square a été divisé en deux en 1969, lorsque la place sud a été renommée Place du Canada. Après la mort de René-Lévesque en 1976, la rue Dorchester a été renommée pour le célèbre homme politique. Des centaines de cadavres gisent sous le boulevard grouillant. Dominion Square a été renommé « Square Dorchester », supprimant ainsi un nom colonial impopulaire.

Plus récemment, les parcs ont été réaménagés. En 2009, la ville a consacré des millions de dollars au budget pour commencer à améliorer les deux places. Après avoir achevé le Square Dorchester au coût de 9 millions de dollars, les travaux sur le Place du Canada ont été suspendus pendant un certain temps en 2012, après que des responsables eurent soupçonné une implication de la mafia dans les travaux.

Les travaux comprenaient la rénovation des monuments anciens, l’amélioration de l’éclairage et de l’aménagement paysager, ainsi que l’aménagement de chemins en granit. La ville a pour politique de déterrer des squelettes pendant les travaux : des restes humains sont inhumés au cimetière catholique du Mont Royal.

La ville a également décidé d’inscrire quelque chose de spécial dans les allées de granit pour marquer les morts. Oublier le vieux cimetière s’était avéré très difficile, voire impossible. 

Aujourd’hui, ceux qui traversent les parcs et regardent le sol verront des croix latines inscrites dans les allées de granit. Ces croix commémorent discrètement des dizaines de milliers de squelettes se trouvant justes sous la terre, dont beaucoup sont encore empilés dans les nombreuses tranchées funéraires.

Le fait que tant de personnes soient mortes ici tragiquement, soit avant, soit après leurs inhumations, est l’une des principales raisons pour lesquelles le vieux cimetière de Saint-Antoine serait si hanté.

Nouvelles de la société

Tout d’abord, Montréal hanté est heureux d’annoncer notre nouvelle enquête paranormale sur le vieux cimetière de choléra Saint-Antoine. L’activité s’adresse aux personnes intéressées par la chasse au paranormal et aux fantômes, comme le montrent les programmes de chasse aux fantômes tels que Rencontres Paranormales, Most Haunted, Les Chasseurs de fantômes de TAPS, Collecteur hanté, etc.

Accueillis par un expert du paranormal, les clients recevront des outils de chasse aux fantômes tels que des baguettes de sourcier, des lecteurs de radiofréquences, des pistolets à température et d’autres dispositifs permettant de communiquer avec les nombreux esprits dérangés qui hantent le vieux cimetière de Saint-Antoine.

Le premier enquête paranormal sur l’ancien cimetière Saint-Antoine choléra est prévu ce soir, le vendredi 13e Septembre à 19 heures. Il se déroulera chaque vendredi soir à cette heure jusqu’au début novembre.

Des enquêtes supplémentaires peuvent être ajoutées pour la saison de l’Halloween. Les billets sont maintenant en vente!

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les enquêtes paranormales, Montréal hanté recommande « So You Want to Be a Paranormal Investigator? » (seulement disponible en anglais) Par Russell Phillip Masters. Selon les éditeurs :

« Ce livre guidera le nouvel enquêteur pour commencer des investigations en toute sécurité et donnera à l’enquêteur expérimenté un autre domaine d’investigation paranormale utilisé par les enquêteurs du passé. Peut-être avez-vous juste un intérêt pour le paranormal; je suis sûr que ce livre ne vous décevra pas. Dans ce livre très instructif, vous apprendrez le moyen le plus sûr de mener une enquête et de voir comment nos ancêtres se sont protégés lorsqu’ils ont fait de même. En outre, ce livre vous apprendra également à enquêter sur un budget et à ne pas vous faire arnaquer par les nombreuses sociétés qui proposent du matériel d’investigation paranormal. »

Selon l’auteur, Russell Phillip Masters :

« Chaque ville, village et pays a ses propres mythes, légendes et histoires de fantômes. D’après mon expérience, il n’y a pas de fumée sans feu. Des années ont passé et des histoires se sont ajoutées à la méthode des murmures chinois. Celles-ci méritent d’être vérifiées, car elles devaient commencer quelque part. »

Dans son livre, Russell Phillip Masters fournit une description détaillée des différents types de hantises, y compris divers exemples du Royaume-Uni et explique également comment obtenir des outils de chasse aux fantômes – ou les fabriquer soi-même pour pas cher!

La saison publique de tours fantômes de Montréal hanté est également en pleine activité alors que nous approchons de la saison de l’Halloween ! Ceux-ci incluent Mont-Royal hanté, Griffintown hanté, Centre-ville hanté et la nouvelle tournée des bars hantés ! Les billets sont en vente !

Dirigé par un conteur fantôme professionnel, le tournée des bars hantées visitera trois bars hantés. La visite commence à le pub irlandais McKibbin’s situé au centre-ville de Montréal sur la rue Bishop, les invités allons découvrir non seulement de nombreux des pubs hantés de la ville, mais ils écouteront également des histoires des fantômes célèbres de Montréal.

Avec une bière en main, les clients apprécieront les pubs hantés et les histoires de fantômes montréalais et apprendront des forces historiques qui ont transformé l’ancienne île indigène de Tiotà: ke en Ville-Marie, une colonie française austère fondée par des évangélistes catholiques.

Après l’invasion britannique, la ville a de nouveau été transformée en centre financier en plein essor, un centre de la criminalité, un site de rébellion violente et de révolution subversive pour finalement devenir la ville la plus hantée du Canada.

Les clients allons faire visite au pub irlandais McKibbin’s, avec ses mystère, le célèbre pub Sir Winston Churchill, l’ancien salon funéraire qui est présentement discotheque Club Le Cinq et, bien sûr, le pub irlandais Hurley’s où un fantôme connu sous le nom de “Femme en feu” hante l’établissement.

Le conteur fantôme régalera les invités avec les histoires de fantômes les plus dérangés et les plus infâmes de Montréal, y compris Simon McTavish, un baron à la fourrure écossais qui est maintenant connu pour glisser sur les pentes du mont Royal dans son propre cercueil, le fantôme de John Easton Mills, le maire martyr de Montréal qui a péri alors qu’il s’occupait de réfugiés irlandais infecté par le typhus pendant la famine de 1847, et Headless Mary, le fantôme d’une prostituée de Griffintown décapitée par sa meilleure amie en 1879. Elle retourne de la mort a chaque 7 ans pour chercher sa tête au coin des rues William et Murray!

Joignez-vous à Montréal hanté pour cette tournée de pubs inoubliable, où vous pourrez boire à côté d’un fantôme, tout en découvrant l’histoire dérangée de la ville et en écoutant des histoires de fantômes locaux qui fourmillaient!

Pour plus de détails, y compris une description, le lieu de départ et l’horaire, visitez notre nouvelle page web! Rejoignez-nous à 15h le dimanche de l’année pour un pub hanté en anglais ou à 16h en français!

Montréal Hanté propose également des visites privées et des tournées dans les bars pour les sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des enterrements de vie de garçon et autres rassemblements de tous types. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux de recommander un nouveau livre intitulé Macabre Montreal.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’un «recueil d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires effrayantes de la deuxième ville la plus peuplée du Canada.

Les auteurs écrivent:

«Montréal est une ville chargée d’histoire et de culture, mais des histoires troublantes se trouvent juste sous la surface immaculée de cette ville de classe mondiale. Les histoires racontaient principalement à voix basse des phénomènes étranges, des actes sombres et des légendes troublantes qui se déroulent dans des bâtiments hantés, des cimetières oubliés et des pubs hantés. La nuit noire révèle une ville très différente derrière sa belle architecture de style européen et ses rues pavées. Une ville avec des secrets enfouis, des ruelles qui résonnent sur les traces de spectres fantomatiques, des souvenirs d’événements horribles et des actes criminels indescriptibles.»

Avec l’introduction écrite par Montréal Hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait également remercier tous nos clients qui ont récemment assisté à une promenade fantôme ou à une tournée de pub hantée!

Si l’expérience vous a plu, nous vous encourageons à rédiger une critique sur notre page Tripadvisor. 

Si vous avez des commentaires, écrivez-nous à info@hauntedmontreal.com afin que nous puissions améliorer l’expérience de nos visiteurs.

Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal Hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion en haut à droite de cette page.

À venir le 13 octobre: les voleurs de corps à Montréal

Au milieu des années 1800, Montréal avait un problème de disparition de corps provenant de divers cimetières, y compris ceux du mont Royal. Alors que les sciences médicales commençaient à se développer, il y avait une demande croissante de cadavres dans les départements d’anatomie, comme celui de la faculté de médecine de l’Université McGill. Malgré l’adoption de la loi sur l’anatomie en 1843, qui permettait aux facultés de médecine de retrouver les corps des personnes décédées dans des hôpitaux et des « maisons de retraite » financés par la province, il restait une pénurie de cadavres pouvant être disséqués et autopsiés par les étudiants. Cela a provoqué une vague d’arrachage de corps, au cours de laquelle des étudiants et des professeurs de McGill ont déterré des corps dans le cimetière du pauvre tard dans la nuit. Connus sous le nom de « Résurrectionnistes », ces voleurs de cadavres dérangés seraient une source d’inspiration pour la plus infâme histoire de fantômes de Montréal du XIXe siècle – celle du fantôme de Simon McTavish en luge.

Donovan King est un historien postcolonial, il est également enseignant, guide touristique et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il combine ses compétences pour créer les meilleures histoires de fantômes, se déroulant à Montréal, à la fois en écriture et en théâtre. King est titulaire d’un DEC (théâtre professionnel, collège John Abbott), d’un baccalauréat en Beaux-Arts (théâtre dramatique en éducation, université de Concordia), d’un baccalauréat en éducation (histoire et enseignement de l’anglais, université de McGill), d’une maîtrise en théâtre (université de Calgary) et d’AEC (Montréal guide touristique, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *