Bienvenue à la trente-septième édition du blogue Montréal hanté!

Notre édition de septembre examine la Calèche Fantôme, l’une des apparitions les plus dangereuses de Montréal.

Montréal hanté offre actuellement une saison publique de visites de fantômes, notamment Griffintown hanté les vendredi soirs et la Mont-Royal hanté les samedi soirs.

Nous sommes également heureux d’annoncer notre saison de l’Halloween! Pour le mois d’octobre, Montréal hanté a ajouté de nombreuses visites supplémentaires, y compris notre visite récemment révisé: Centre-Ville hanté – en anglais et en français!

Recherche hantée

Les promenades en calèche à Montréal sont une tradition longtemps chérie. Depuis le 18ème siècle, des calèches transportant des touristes circulent autour de Montréal pour visiter les sites et les attractions touristiques. Parmi ceux qui conduisent les calèche nous avons des personnages colorés qui ont depuis longtemps dévoilé certains des secrets les plus bizarre et les plus sombres de Montréal.

Cette tradition est sur le point de terminer en 2020 sur les ordres du nouveau maire de Montréal, Valerie Plante. Alors que la plupart des gens croient que sa décision a été influencée par les défenseurs des droits des animaux, certains spéculent qu’elle a décidé de les interdire pour une raison particulière: une calèche paranormale connue sous le nom de Calèche Fantôme qui mettait les touristes en danger.

« C’est dommage », a déclaré un conducteur de calèche qui souhaite être connu sous le nom de J.P. « Parce que c’est une très vieille tradition et qui fait partie du patrimoine montréalais. »

Selon les archives, en 1808 un homme du nom de Timothy Bigelow a décrit sa propre promenade en calèche sur le mont Royal pour visiter le château abandonné et la tombe de Simon McTavish, aujourd’hui l’un des fantômes les plus célèbres de Montréal.Il a écrit:

« Vers le soir, nous avons pris des calèches et sommes allés a la montagne. Nous sommes passés devant la nouvelle maison de feu M. McTavish, qu’il a laissée inachevée, et nous avons visité sa tombe, située derrière la maison dans un bois épais du côté de la montagne. La situation est la plus romantique qu’on puisse imaginer. »
Simon McTavish, l’homme le plus riche de la ville, est décédé soudainement en 1804 alors qu’il construisait un magnifique château sur les pentes du mont Royal. Suite à sa mort prématurée, tous les travaux sur le château se sont arrêtés et, au lieu de cela, les ouvriers ont passé leurs efforts à construire un magnifique mausolée à l’arrière de la propriété afin que Simon McTavish puisse se reposer en paix éternelle. Ses neveux ont également érigé une grande colonne de pierre consacrée à sa « vertu virile » sur une falaise derrière le mausolée.

Au fil des ans, le château et le mausolée abandonnés ont commencé à s’effondrer lentement. Bientôt, le vieux château commença à avoir la réputation d’être une maison hantée.

On ne peut nier que ce cadre macabre est devenu une attraction touristique populaire à Montréal. Le philosophe de la Nouvelle-Angleterre, Henry David Thoreau, qui s’est également rendu en calèche sur le site de McTavish, a déclaré: « Sa tombe se trouvait dans les bois, avec un remarquable mur élevé et un monument plus élevé. »

Profitant du paysage effrayant, Thoreau pensa que McTavish « ne pouvait pas imaginer à quel point il serait mort dans quelques années, et d’autant plus mort et oublié d’être sous une telle masse de pierre sombre, où même la mémoire ne pouvait pas l’atteindre avec un pied de biche. »
Aujourd’hui, les calèches transportent encore des touristes, mais seulement dans le Vieux-Montréal. Ils racontent des faits historiques avec des histoires étranges et des légendes montréalaises sombres. Dans un exemple, un récit intitulé Le Diable et le Vent a été raconté par des conducteurs de calèches qui passaient devant la basilique Notre-Dame.

L’histoire se situe au coin des rues Notre Dame et St. Sulpice, où il y a toujours une brise légère, même  pendant les jours les plus chauds:

Le Diable et le Vent, dit la légende, descendait la rue Notre-Dame, alors que cette église venait d’être construite. « Qu’est-ce que c’est? » dit le diable, « Je n’ai jamais vu ça. » – « Je te défie d’entrer, » répondit le Vent. « Vous m’osez, n’est-ce pas? Tu attends ici jusqu’à ce que je sors, » cria le Diable. « Je serai au coin, » a déclaré le vent. Le Diable est entrée. Il n’est jamais encore sorti, et le Vent est toujours en attente au coin de la rue.
Une autre légende persistante racontée par les chauffeurs de calèche montréalais est celle de la Dame du Port. Perchée au sommet de l’église Notre-Dame-de-Bonsecours dans le Vieux-Montréal, également connue sous le nom informel d’Église des Marins, se trouve une magnifique statue de Marie, l’Étoile de la Mer. Avec ses statues de deux anges de l’Apocalypse, la Dame du Port est depuis longtemps un objet sacré pour les marins qui entrent et sortent du vieux port de Montréal.
Historiquement, les marins priaient la statue de Marie, l’Étoile de la Mer, pour la demander de protection ou pour la remercier de la traversée sécuritaire de l’océan Atlantique. Quand un navire est arrivé dans le vieux port de Montréal, les marins ont traditionnellement rendu grâce à la Dame du Port en priant à bord leur vaisseau avant d’entrer dans la ville pour des activités souvent débauchées.

Selon la légende racontée par les chauffeurs de calèche, une nuit, un navire est arrivé tard dans le port. Les marins, si désireux de se livrer au quartier chaud après trois mois en mer, ont oublié de prier la Dame du Port.

Au moment où ils commençaient à débarquer, on entendait un grand éclat de cornes du toit de l’Église des Marins. Alors qu’un chauffeur de calèche passait, il remarquait que les deux statues des anges de l’Apocalypse avaient soulevé leurs trompettes et ont commencé à souffler dans celles-ci, laissant présager un certain sort.

Selon la légende, le conducteur a alors remarqué un épais brouillard qui traversait la rivière. Ce qu’il a vu ensuite l’a complètement stupéfait. La statue de la Dame du Port commença à faire demi-tour et à tourner le dos au port. Soudainement, le tonnerre a éclaté et la foudre a éclaté alors qu’une tempête majeure se produisait.
Cette nuit effrayante, des dizaines de navires ont été démolis et plusieurs marins se sont noyés dans le port de Montréal. Quand le soleil se leva le lendemain matin, la Dame faisait de nouveau face au port.

Le feu barde de Montréal, Leonard Cohen, était tellement touché par la statue qu’il la présentait dans sa chanson à succès, Suzanne:

“And the sun pours down like honey On our lady of the harbour And she shows you where to look Among the garbage and the flowers.”

[« Et le soleil coule comme du miel
Sur notre dame du port
Et elle vous montre où chercher
Parmi les ordures et les fleurs. »]

Évidemment, les conducteurs de calèche recontreraient la légende de la Dame du Port pour avertir les marins en visite de ne pas oublier leurs prières.

Malgré les conducteurs de calèches qui ont transmis aux touristes des traditions locales au cours des siècles, les défenseurs des droits des animaux ont commencé à demander l’interdiction des calèches dans les années quatre-vingt. Les activistes affirment qu’il est cruel de faire travailler les chevaux pendant de longues heures dans des conditions difficiles, notamment la chaleur et la circulation.
Anne Streeter, qui a fondé un groupe appelé Action Anti-Calèche en 1989, a maintenu la pression sur les politiciens pour les interdire au fil des ans. La SPCA de Montréal qualifie l’industrie de la calèche de « archaïques, inhumaine et dangereuse ».

En avril 2016, une calèche en fuite a percuté une voiture à Griffintown.
L’accident a incité l’ancien maire Denis Coderre à tenter d’interdire les calèche pendant une année complète, mais les chauffeurs de calèche ont obtenu une injonction judiciaire leur permettant de continuer à opérer.

Une nouvelle tragédie s’est déroulée en septembre 2017 lorsqu’un cheval s’est effondré sur la place d’Armes, en plein cœur du quartier touristique.

Valérie Plante, une candidate à la mairie à l’époque, a qualifié l’incident « révoltant » dans un tweet, en écrivant: « Une industrie dépassée. Mettons fin à cette industrie inhumaine et dangereuse. »
Lorsque Plante a remporté l’élection en novembre 2017, elle a tenu sa promesse. La Ville de Montréal n’a pas tardé à identifier quatre accidents impliquant des calèches depuis 2014 et a soumis 14 rapports d’infractions concernant la santé de l’animal ou le mauvais état du chariot.

La Ville de Montréal a alors averti les propriétaires de la calèche, les avertissant que le dernier jour où les chevaux seront autorisés à trotter dans les rues du Vieux-Montréal sera le 31 décembre 2019. Ceux qui violent l’interdiction sont menacés d’une amende de 500 $ à 1 000 $ pour la première infraction, qui double pour les récidivistes.

L’action rapide du maire Valérie Plante contre les calèche a été applaudie par le groupe SPCA et Action Anti-Calèche, mais les propriétaires de calèche eux-mêmes n’étaient pas contents.

J.P. a ses propres théories sur la raison pour laquelle la mairesse Valerie Plante était si décidée à les interdire.

« C’est la Calèche fantôme, c’est sûr », a-t-il déclaré. Pressé, JP a expliqué: « Il y a une légende à propos d’une Calèche Phantom qui a tendance à effrayer les touristes de notre industrie s’ils l’entendent. Selon la légende, une des calèches montréalaise est … paranormale. On l’appelle la Calèche Fantôme. »

J.P. a poursuivi:

« Vous avez peut-être remarqué beaucoup de calèche dans le Vieux-Montréal. Ces calèches sont à la disposition des touristes pour faire un tour dans la partie historique de la ville. Cependant, comme je l’ai mentionné, il y a la Calèche Fantôme qui roule le long de la rue Saint-Paul au petit matin.»«Il y a deux versions de l’histoire. Dans la première version, le conducteur invite les passagers à monter à bord. Cependant, quand quelqu’un essaie d’y entrer, la calèche disparaît dans l’air. Dans la deuxième version de l’histoire, le touriste monte à bord de la calèche … la calèche commence à rouler … et c’est la dernière fois que nous voyons ce touriste. Ils sont transporté au monde inférieur. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait une vérité derrière la légende, J.P. a répondu: « Deux touristes ont disparu dans des circonstances mystérieuses dans le Vieux-Montréal plus tôt cette année. Apparemment, la la mairesse n’était pas contente. »

Que la mairesse Valerie Plante ait interdit les calèches pour satisfaire les défenseurs des droits des animaux ou simplement pour essayer de se débarrasser d’un esprit dangereux est inconnu pour le moment. La Calèche Fantôme est certainement l’une des apparitions les plus alarmantes de la ville, telle que présentée dans la populaire série télévisée “Streets of Montreal” de Michael Leo Donovan (de 10:53 à 15:14 dans le video). Quoi qu’il soit, personne ne sait si la Calèche Fantôme continuera sa tournée dans le Vieux-Montréal après l’interdiction de toutes les autres calèche ou si elle disparaîtra.

Bulletin de Nouvelles

La saison de l’Halloween est arrivée et Montréal hanté a le plaisir d’annoncer que nous offrons les trois tours fantômes, y compris notre visite récemment révisé: Centre-Ville hanté!
Pour le mois d’octobre, pensez à faire de Montréal hanté une partie de votre saison d’Halloween. Les billets sont maintenant en vente!

Montréal hanté offre également des visites privées pour des groupes de 15 personnes ou plus, y compris des sorties d’entreprise, des groupes scolaires, des parties de bachelorette et d’autres réunions. Veuillez contacter info@hauntedmontreal.com pour organiser une visite privée.

Nous sommes également heureux d’annoncer un livre en anglais à paraître titré Macabre Montreal.

Écrit par Mark Leslie et Shayna Krishnasamy, il s’agit d’une « collection d’histoires de fantômes, de rencontres étranges et d’histoires horribles et horribles provenant de la deuxième ville la plus peuplée du Canada ».

Les auteurs écrivent:

“Montréal est une ville imprégnée d’histoire et de culture, mais juste en dessous de la surface immaculée de cette ville de classe mondiale, des histoires troublantes. Des cimetières oubliés et des pubs hantés la nuit sombre révèle une ville très différente derrière son architecture de style européen et ses rues pavées, une ville aux secrets enfouis, des ruelles empreintes des spectres fantomatiques, des souvenirs d’effroyables actes criminels. ”
Avec l’introduction écrite par Montréal hanté, Macabre Montréal est une lecture incontournable pour quiconque s’intéresse au côté obscur de Montréal.

Montréal hanté aimerait remercier tous nos clients qui ont participé à une marche des fantômes durant la saison 2018! Si vous avez apprécié l’expérience, nous vous encourageons à rédiger une avis sur notre page Tripadvisor, ce qui aide Montréal hanté à faire de la publicité pour ses visites. Enfin, si vous souhaitez recevoir le blogue Montréal hanté le 13 de chaque mois, veuillez vous inscrire sur notre liste de diffusion.

À venir le 13 octobre: Ravenscrag

Ravenscrag est une maison hantée classique sur les pentes du mont Royal. Construit par l’industriel Sir Hugh Allan en 1863, la manoir opulent attiré les élites de la ville pour des fêtes luxueux. La maison a été offerte à l’Université McGill dans les années 1940 et transformée en hôpital psychiatrique: l’Institut Allan Memorial. C’est là que des expériences de lavage de cerveau financées par la CIA ont été menées contre des patients contre leur volonté pendant la guerre froide, résultant en de graves dommages cérébraux et des vies ruinées pour d’innombrables victimes innocentes. Non seulement de nombreux bâtiments sur le terrain sont réputés être hantés, mais un survivant de l’expérience pense qu’il ya aussi un cimetière d’enfants secret situé juste derrière la propriété.
Donovan King est un historien, enseignant et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il unit ses talents pour trouver les meilleures histoires de fantômes montréalais, et les livrer par l’écriture et le jeu d’acteur. King déteint un DEC (Interprétation, Collège John Abbot), BFA (Drama-in-Education, Concordia), B.Ed (Histoire et Enseignement de l’anglais, McGill), une MFA (Études théâtrales, Université de Calgary) et une AEC (Guide touristique de Montréal, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *