Voici venu la septième édition du Blogue de Haunted Montréal! Disponible le 13 de chaque mois, l’édition de novembre se concentre sur les recherches que nous avons menées aux alentours du tunnel de Wellington dans le quartier hanté de Griffintown.

Haunted Recherches

Dissimulé aux abords de la rue Wellington, se trouve le sinistre, décrépit et abandonné tunnel Wellington. Enclin à l’effritement et couvert de graffitis,  le tunnel est jonché d’ordures. Son entrée dissimulée est scellée avec des blocs de béton et des barreaux de fer semblables à ceux des enceintes carcérales. L’endroit est terrifiant et inspire le danger.

Le tunnel Wellington fut construit en 1932 alors que le pont tournant de 1893 ne suffisait plus à absorber l’augmentation délirante du trafic des voitures non motorisées. Le tunnel était large de quatre voies : deux pour les voitures, une pour les tramways et une pour les piétons. De temps en temps, l‘eau envahissait les voies, ce qui les rendait dangereuses, surtout pour les tramways électriques. Régulièrement, les riverains y jetaient leurs ordures, créant ainsi des obstacles au trafic. Le tunnel de Wellington n’était pas très apprécié des locaux qui se plaignaient de devoir affronter des fumées désagréables, des odeurs nauséabondes et des bruits dérangeants pour l’emprunter.

Suite à la détection de dangereux problèmes structuraux en 1994 par des ingénieurs, le tunnel de Wellington fut fermé puis finalement abandonné et remplacé par l’actuel pont de Wellington. L’extrémité sud fut bloquée et son entrée fut enterrée, mais l’entrée nord peut encore être visitée.

Aujourd’hui, le tunnel sert à ceux et celles qui connaissent son entrée secrète. Des personnes sans abri s’y abritent de temps à autres et occasionnellement des artistes y organisent des vernissages clandestins (expositions d’art) ou des rave-parties illégales. Bien que le tunnel qui se trouve sous le canal Lachine soit réputé pour son caractère spacieux, nombreux parmi ceux et celles qui l’ont occupé le qualifie également d’hanté.

Tout d’abord, ont été reportés des grondements qui émaneraient du fin fonds de l’obscurité du tunnel. Un homme qui aspirait à dormir à la dure dans le tunnel a en effet renoncé à ce projet après avoir entendu ce qui ressemblait au grognement menaçant d’un gros animal.

Dans un même ordre d’idée, une femme nouvellement propriétaire d’un condo fit la découverte accidentelle de l’entrée du tunnel alors qu’elle promenait son caniche. Curieuse, elle et son chien se sont approchés des barreaux qui entravent le tunnel pour jeter un coup d’œil à l’intérieur. Le caniche devint subitement nerveux et commença à gémir. Ils entendirent alors un grognement animal qui venait de l’intérieur du tunnel et qui fit hurler le petit caniche devenu alors fou furieux. Inquiète, elle entraina au loin son caniche bouleversé, promettant de ne plus jamais revenir sur les lieux. Le bruit de grognement pourrait être causé par une activité paranormale ou pourrait émaner d’une sorte de créature qui aurait élu résidence dans le tunnel… tout n’est que spéculation.

Dans un autre registre, une ancienne habitante de Griffintown qui résida juste en face du tunnel de Wellington raconte que le fantôme d’un homme dont le surnom de son vivant était « Sceau de sang ». Elle se souvient qu’il traversait le tunnel de Pointe-Saint-Charles vers Griffintown chaque soir après son quart de travail à l’abattoir, emportant avec lui un sceau de sang de porc pour que sa femme lui cuisine du boudin. Bien qu’il eut pris sa retraite et qu’il soit semble-t-il décédé, son esprit continuerait de hanter le tunnel et aurait été aperçu à plusieurs occasions, toujours accompagné de son sceau de sang.

Finalement, le fantôme d’un jeune garçon nerveux portant un costume noir au pantalon coupé au niveau des genoux a été aperçu à plusieurs reprises dans les environs. Les déclarants ont dit l’avoir vu à l’intérieur du tunnel de Wellington, sur les rives du canal ou encore sur le pont tournant qui se situe sur une île au milieu des eaux. Le garçon fantomatique apparaît comme préoccupé par quelque chose, comme s’il était en retard ou dans l’urgence. Habituellement, dès qu’il est repéré il s’enfuit aussitôt et disparaît dans les airs presque instantanément.

Le fantôme du petit garçon au costume noir ne semble pas à sa place au milieu de cette infrastructure industrielle abandonnée et il semble complétement hors du temps. Cependant, au temps où Griffintown était l’un des bidonvilles les plus connus du Canada, il n’était pas inhabituel de voir des enfants porter des costumes. Dans les faits, les vêtements formels étaient pratiquement exigés pour ceux qui se rendaient à l’église et ceux qui exerçaient des fonctions religieuses, du temps où Griffintown était en plein essor et où les habitants adoraient l’église St. Ann, maintenant démolie.

Les recherches ont indiqué qu’aux alentours de 21h00, la nuit du mardi 17 septembre 1908, un petit garçon entreprit de traverser le canal Lachine au départ de la rive sud, en empruntant le pont tournant. Il portait un costume noir avec un pantalon arrivant à hauteur des genoux. Le pont avait été conçu pour pivoter à 90 degrés pour ne pas empêcher les bateaux du canal de passer, ce qui signifie que les voitures et les piétons devaient attendre que les navires passent avant que le pont ne reprenne sa place. Quand le garçon arriva sur la rive sud, le pont s’était mis à pivoter pour laisser passer un bateau. Il sauta alors sur le pont pour ne pas louper une occasion de traverser le canal. Le gardien du pont ne le remarqua pas tant de nombreux piétons pressés s’étaient amassés sur le pont au même moment, pour sauver du temps. Ils avaient dû attendre au milieu du canal, le temps que le bateau passe et une fois que ce fut fait, le pont s’était remis en mouvement pour revenir à sa position d’origine qui reliait les deux rives de la rue Wellington.

Malheureusement, le garçon choisit de sauter sur la rive de Griffintown avant que le pont ait complétement fini de pivoter. Au lieu d’atterrir sur la rue, il tomba entre la butée et le pont et fut écrasé à mort avant que le gardien du pont n’ait eu le temps de couper l’arrivée électrique de la structure.

Quand le gardien du pont réalisa ce qu’il venait de se passer, il fit pivoter en sens inverse le pont et des gens retirèrent le corps mutilé d’un adolescent aux cheveux bruns, d’environ 13 ans. Il portait un costume et dans sa poche fut retrouvée une care du club de natation de Montréal au nom d’Arthur Carr. Une ambulance le conduisit à l’hôpital général mais le chirurgien de garde conclu que le garçon avait été tué sur le coup quand le pont tournant s’était refermé sur lui. Le garçon décédé fut conduit à la morgue et jamais personne ne vint réclamer son corps mutilé.

La théorie la plus crédible serait que le fantôme du jeune Arthur Carr serait resté sur place après le tragique accident qui lui a arraché si subitement la vie. Il était probablement pressé de rentrer chez lui dans Griffintown après avoir rempli une quelconque fonction cléricale de l’autre côté à Pointe-Saint-Charles, ce qui expliquerait pourquoi il était si bien habillé.

Parfois, quand un individu est tué subitement, son fantôme revient sur terre mais il ne réalise pas qu’il n’est en fait plus de ce monde. C’est ce qui semble être dans le cas du fantôme confus de ce garçon. La raison pour laquelle il est parfois aperçu dans le tunnel serait alors qu’il essaie désespérément de traverser le canal depuis son malheureux accident en 1908.

Haunted Nouvelles

Haunted Montréal souhaiterait remercier tous ceux et celles qui ont participé au nouveau tour de fantômes consacré à Griffintown, spécialement conçu pour la saison d’Halloween. Nous avons effectué au total 8 tours et 7 d’entre eux étaient complets. Aussi, la demande a été surabondante, nous avons été contraints de refuser plus de 100 personnes, la compagnie prendra donc de l’ampleur l’année prochaine.

La programmation grand public des tours de fantômes d’Haunted Montreal est maintenant terminée mais des réservations privées pour les groupes de 10 personnes ou plus sont toujours possibles pour chacun de nos tours. Pour plus d’information ou pour voir quelles sont les dates et horaires disponibles, veuillez nous écrire à info@hauntedmontreal.com.

Durant les mois d’hiver et en vue de la saison 2016, Haunted Montréal prévoit d’évoluer. Notre objectif est de reconfigurer notre site Internet afin de l’améliorer et d’y intégrer un nouveau système de réservation, mais aussi d’engager davantage d’acteurs et d’offrir tous nos tours aussi bien en français qu’en anglais. La programmation grand public devrait recommencer en mai 2016.

Nous invitons les clients qui auraient participé à un tour de fantômes à écrire un commentaire sur notre page TripAdvisor qui s’avère très utile à Haunted Montréal dans la promotion de ses tours.
Pour ceux qui lisent pour la première fois le blogue et qui souhaiteraient rester à l’affut des dernières nouvelles et recevoir le 13 de chaque mois une nouvelle histoire de fantômes se rapportant à Montréal, veuillez-vous inscrire à notre liste d’envoi.

À venir le 13 décembre: Le vieil hôtel hanté de Pointe Claire

Au cœur de la ville de Pointe Claire se trouve une vieille structure rapiécée qui fut jadis un hôtel et qui est réputée hantée par une ombre qui terrifie les gens qui se trouvent au désagréable troisième étage du bâtiment. La bâtisse a sis à l’angle du boulevard Lakeshore et de l’avenue Ste Anne depuis les années 80, à un pas de l’historique église Saint-Joachim. L’hôtel original fut détruit après qu’un incendie eut ravagé le village en 1900 et il fut rapidement reconstruit. L’hôtel de Pointe Claire a changé de mains à plusieurs reprises au fil des ans et fut souvent baptisé après le nom du propriétaire, comme Charlebois, Rickner ou Chénier. Les affaires de l’hôtel se sont affaiblies dans les années 60 et le bâtiment a depuis abrité une série de débits de boissons et de restaurants, dont le légendaire Pioneer, suivi par le Clyde’s et plus récemment Le Pionnier. Le personnel du bar qui a fut contraint de se rendre dans les bureaux situés au troisième étage pour déposer les recettes du jour a reporté l’apparition d’une ombre qui se cache dans l’obscurité, de même que le sentiment d’être étroitement surveillé et occasionnellement touché par une main invisible. Alors que personne n’est certain de quoi ou de qui pourrait hanter le vieil hôtel de Pointe Claire, il y a des spéculations qui laissent entendre que les phénomènes de hantise seraient liés à l’église voisine et le cimetière non identifié!

Donovan King est historien, professeur et acteur professionnel. Fondateur de Haunted Montréal, il coordonne ses talents pour créer les meilleures histoires de fantômes possibles, que ce soit dans la qualité rédactionnelle ou dans la performance théâtrale. Donovan King détient un DEC en Interprétation théâtrale (Collège John Abbot), un Baccalauréat en arts appliqués (Arts dramatiques en éducation, Université Concordia), un Baccalauréat en éducation (Enseignement de l’histoire et de l’anglais, Université McGill) et une Maîtrise en arts appliqués (Études théâtrales, Université de Calgary).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *