Bienvenue à la vingtième édition du blogue de Montréal hanté ! Nos articles paraissent les 13es de chaque mois. L’édition de décembre est focalisée sur notre recherche pour examiner le cimetière protestant et ses nombreux fantômes. Avec l’hiver froid qui s’installe, Montréal hanté n’offre plus des visites publiques avant mai 2017. Restez au courant des activités qu’on planifie pour les mois d’hiver !

Recherche du paranormal

Situé en haut des pentes du Mont-Royal, le cimetière protestant serait, selon la rumeur, l’un des endroits les plus hantés de Montréal. Souvent décrit comme étant la ville des morts surplombant la ville des vivants, il serait le foyer de maints fantômes, de fées et d’autres mystérieuses apparitions.

Montréal hanté vient de recevoir une lettre anonyme d’une ancienne étudiante de Westmount High School qui a fait une expérience terrifiante dans le cimetière. L’auteur prétend qu’un esprit l’a suivie jusqu’à sa maison suivant une visite au cimetière. Après s’être endormie, elle s’est réveillée aux côtés d’une figure mâle qui murmurait son nom.

Trempée de sueur dû à la peur, elle trouva la force d’allumer la lumière pour enfin se rende compte qu’il n’y avait personne là. En se confiant à Montréal hanté, l’auteur se joint à une longue liste de gens qui ont eu des expériences d’activité paranormale dans le cimetière protestant du Mont-Royal.

Avec ses 67 hectares, le cimetière du Mont-Royal fut constitué en société commerciale après que le cimetière Saint-Laurent fut plein et jugé impropre à recevoir d’autres corps. Ouvert en 1852, le cimetière du Mont-Royal fut l’un des premiers cimetières en Amérique du Nord à suivre la tendance européenne par laquelle on déménageait les cimetières à l’extérieur des limites urbaines pour les aménager en beaux jardins, assurant un repos paisible aux morts.

Administré par 21 fidéicommissaires, le cimetière est une organisation à but non lucratif et, bien qu’à l’origine conçu pour y accueillir six confessions de protestants, est maintenant ouvert à toutes ethnies et religions. Parmi ses jardins luxuriants et ses monuments majestueux, des obélisques et des statues furent érigés au fil des ans, créant un lieu de sépulture exceptionnel. Les droits d’enterrement ont toujours été offerts à perpétuité ; la direction du cimetière assure que les tombeaux ne seront jamais réutilisés ou abandonnés, un excellent lieu où passer l’éternité. Grâce à son histoire et sa beauté exceptionnelles, le cimetière du Mont-Royal fut déclaré Site historique national en 2002.

À l’heure actuelle, près de 200 000 corps sont enterrés dans le cimetière en perte d’espace. Statistiquement, le cimetière du Mont-Royal fait partie de la plus grande zone d’enterrement de l’Amérique du Nord lorsqu’il est compté avec le cimetière catholique Notre-Dame-des-Neiges avoisinant et les plus petits cimetières juifs adjacents, ce qui inclut les cimetières espagnols et portugais, Shearith et Shar Hashomayim. Des quatre, le plus hanté serait celui du Mont-Royal.

La légende dit que des silhouettes ombreuses rôdent le cimetière juste après la brunante et trainent sur ses falaises. D’étranges entités mortes-vivantes ont été vues errer dans le cimetière, et la nuit il y a des rapports d’ombres paranormales clignotantes. Le plus fameux des fantômes du cimetière Mont-Royal serait celui du guerrier algonquin aperçu près des falaises surplombant l’observatoire Camillien-Houde, effrayant souvent les touristes en bas.

Le cimetière Mont-Royal est très populaire auprès des chasseurs de fantômes, qui ont même paru dans VICE Magazine. Il y a eu des rapports d’activité paranormale dans le cimetière et des photos inexpliquées sont apparues montrant les images de spectres. Des équipes d’enquêteurs du paranormal ont rapporté avoir vu des fées dans le cimetière, et avoir entendu des voix désincarnées, des craquements de bois et une fillette rigoler. Un médium en compara le bruit à « un cercueil s’ouvrant ».

Il faut noter aussi que le cimetière ferme à 17h00 durant les mois plus froids et que ses gardiens patrouillent en entier dans des voitures la nuit. Une des raisons pour cela, outre le vandalisme habituel, est qu’il y a rumeur de messes noires dans le cimetière impliquant le sacrifice d’animaux ; ce serait là une autre raison pour laquelle il porte la rumeur d’être hanté.

Revenons à l’auteur anonyme de la lettre. Elle a déclaré : « Je souhaite demeurer anonyme, alors j’ai créé cette adresse courriel qui sera supprimée dans quelques jours. J’habitais Montréal et un esprit m’a suivie jusqu’à chez moi après que je m’étais promenée dans le cimetière Mont-Royal. J’étais au collège à l’époque et avec un ami. Je ne m’en étais pas aperçue avant cette nuit où j’étais seule ; je me suis réveillée aux côtés d’une silhouette mâle qui murmurait mon nom. Je lui avais promptement dit de partir sans même réaliser avec quelle rapidité je lui avais répondu ; puis j’ai changé de côté.

Par le temps que je me rendisse compte que je venais de voir et d’entendre quelque chose d’anormal, il était parti, mais d’un coup j’étais trempée de sueur par la peur. J’ai eu la force d’allumer la lumière et, après quelques secondes, il n’y avait plus rien. Je n’ai fait aucune expérience par la suite. NON, JE N’ÉTAIS PAS SOMNOLENTE ET À L’IMAGINER. Je peux dire avec certitude que j’ai été réveillée par cet esprit. »

L’auteur a aussi mentionné un ami qui « a vu des choses EXTRÊMEMENT étranges et inexplicables » dans le cimetière, incluant une sorte de secte mystérieuse avec un « cercle de bougies possiblement flottantes » tout près. L’ami a été surpris quand « un chien ou un loup blanc énorme est apparu et s’est mis à courir vers lui ». Terrifié, il s’est enfui à toutes jambes, mais une fois en sécurité, il se sentait béni d’être sans blessures.

Avec ces rencontres inquiétantes, l’auteur anonyme et son ami ont rejoint une longue liste de gens qui ont fait des expériences paranormales dans le cimetière Mont-Royal.

Il n’y a pas de réponses faciles à savoir qui ou quoi hante ce lieu sépulcral. Avec près de 200 000 corps, incluant plusieurs personnes et enfants ayant perdu la vie dans des circonstances tragiques, il y a un lot de possibilités.

En effet, le premier corps fut enterré le 19 octobre 1852, et c’était celui d’un saint homme, le révérend Squire, qui mourut en exerçant son devoir.

Quatre jours plus tôt, il avait été appelé au chevet d’un malade qui se mourait du choléra à l’Hôtel d’Ottawa. Le jour suivant, le révérend Squire tomba malade et trépassa peu de temps après. Son enterrement marque le début d’une longue série d’obsèques qui ont lieu encore aujourd’hui.

Le cimetière contient aussi une section pour enfants morts prématurément, souvent à cause de maladies contagieuses. Il y a aussi 459 tombes de guerre. Plusieurs de ces militaires, 276 de la Première Grande Guerre et 183 de la Seconde, furent tués violemment au combat. Des hommes politiques notables tels que l’ancien maire de Montréal, John Easton Mills, qui avait succombé au typhus en 1847 en soignant les réfugiés de la grande famine irlandaise, et le premier ministre Sir John Abbott, mort d’un cancer du cerveau en 1892.

Il y en a eu d’autres qui connurent une fin tragique, incluant quelques victimes du Titanic. Charles Melville Hays, autrefois le président du Grand Trunk Railway, se noya en mer lorsque son grand vaisseau coula après une collision avec un iceberg en 1912. Plusieurs heures après la tragédie, son corps fut trouvé à flotter sur l’océan par un navire de sauvetage et il fut identifié grâce à une montre en or portant son nom gravé. Son corps fut transporté à Montréal dans un train en provenance d’Halifax et il fut enterré dans le cimetière Mont-Royal le 8 mai 1912, presque un mois après la tragédie.

Cinq autres victimes du Titanic sont enterrées dans le cimetière Mont-Royal, cinq aussi dans celui de Notre-Dames-des-Neiges, et un autre dans le cimetière Baron de Hirsch.

Il y a aussi une plaque commémorative installée au lot du Montreal Sailors’ Institute, où plus de 550 marins ont été inhumés depuis 1890, dont plusieurs morts noyés. La liste des morts tragiques défile en file.

Au sujet du guerrier algonquin, il y a plusieurs questions sur sa présence fantomale dans le cimetière. Garde-t-il quelque chose ? A-t-il péri lors d’une guerre d’antan oubliée ? Sa présence est-elle reliée à d’autres sépultures amérindiennes trouvées sur le Mont-Royal ? Historiquement, des tombeaux amérindiens furent découverts sur le mont, et les morts étaient souvent placés en position foetale. Le cimetière protestant serait-il construit sur un autre site de sépulture, provoquant un dérangement chez les premiers enterrés ? Si oui, l’esprit du guerrier algonquin serait-il revenu dans ce monde dans une sorte de protestation paranormale ?

Bien que personne n’ait les réponses à ces questions, le fantôme du guerrier algonquin reste certainement une des légendes les plus mystérieuses du Mont Royal.

Avec autant de possibilités parmi les 200 000 tombes, il est presque impossible de deviner qui au juste hante le cimetière Mont Royal. Et avec toutes ces silhouettes ombreuses, ses sectes étranges et ces fantômes et fées, une seule chose est certaine : le cimetière Mont Royal est l’un des endroits les plus hantés de Montréal. C’est vraiment la Cité des morts surplombant la Cité des vivants.

Bulletin de nouvelles

La saison de l’Halloween officiellement terminée, Montréal hanté entre en mode hivernal et n’offre plus de visites publiques avant le mois de mai 2017. Cependant, les visites privées sont toujours disponibles pour les groupes de 10 personnes et plus, selon la disponibilité de nos raconteurs et les conditions météorologiques.

Nous tenterons de développer des activités hivernales telles que les traine-bars et les enquêtes paranormales des édifices hantés. Si vous avez des suggestions d’activités hivernales, veuillez contacter : info@hauntedmontreal.com.

Nous planifions également de mettre à jour et d’améliorer nos site et blogue pour qu’ils soient plus conviviaux et pratiques.

Un grand merci à tous nos clients de la saison 2016 qui ont participé aux visites de Montréal hanté ! Si vous avez apprécié votre expérience, nous vous encourageons à en partager vos pensées sur notre page Tripadvisor, ce qui aide Montréal hanté à promouvoir ses visites. Enfin, pour accéder au blogue le 13e de chaque mois, veuillez vous abonnez à notre liste d’envoi.

À venir le 13 janvier : Le parc Murray Hill de Westmount hanté

Le parc Murray Hill de Westmount, un espace bucolique de presque 6 hectares, a depuis longtemps attiré les résidents pour apprécier les piqueniques et les jeux sur ses pentes vertes. Leonard Cohen, le barde montréalais récemment décédé, grandit tout près de cet endroit et laissa à ses lecteurs de hantantes descriptions dans ses romans. Il y a des rumeurs selon lesquelles ce parc serait hanté par les fantômes d’une époque lointaine. Plus précisément, il y a des rapports non corroborés attestant l’apparition de fantômes d’enfants qui chantent et trainent vêtus de sous-vêtements anciens à travers un large espace ouvert et verdoyant. Si c’est vrai, qui sont ces enfants spectraux et pourquoi
hantent-ils le parc Murray Hill ?

Donovan King est un historien, enseignant et acteur professionnel. En tant que fondateur de Montréal hanté, il unit ses talents pour trouver les meilleures histoires de fantômes montréalais, et les livrer par l’écriture et le jeu d’acteur. King déteint un DEC (Interprétation, Collège John Abbot), BFA (Drama-inEducation, Concordia), B.Ed (Histoire et Enseignement de l’anglais, McGill) et une MFA (Études théâtrales, Université de Calgary).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *